Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 17:52

Bonjour les amis,

Aujourd'hui je vous propose un cliché de Nina Leen datant de 1947 de dames de la bourgeoisie américaine jouant au bridge dans un club.

Quand tout est dans le regard...

On pourrait croire que la dame en premier plan est en train de s'ennuyer un peu mais son expression est bien reconnaissable pour tous les vrais amateurs de jeux de cartes et semble indiquer autre chose.

Par exemple, ce regard pourrait être l'expression blasée, agacée mais polie, de quelqu'un d'expérimenté qui maîtrise son jeu et qui s'impatiente d'une partenaire de table qui tarde trop à jouer, qui réfléchit trop longuement et qui casse le rythme de la partie.Le poing droit fermé et crispé tend à montrer qu'il y a de la tension contenue.

On peut imaginer ce qu'elle pense. Un truc du genre:

" Alors ma chère...vous vous magnez un peu...? "

Tous les bons joueurs doivent avoir une bonne mémoire et retenir toutes les cartes qui sont passées, et plus le rythme de la partie  se ralentit et plus on risque d'oublier certaines cartes, et plus on risque de perdre sa concentration et finalement de commettre une erreur. D'où l'impatience et l'agacement de la joueuse...

Mais son expression pourrait trahir peut-être aussi une forme d'énervement vis-à-vis d'une partenaire de jeu qui ne serait pas franchement à la hauteur. Le poing droit fermé et crispé indiquerait de la frustration et une certaine résignation.

La joueuse  pense peut-être un truc du genre.

" C' est pas avec cette cruche qu'aujourd' hui on va pouvoir faire quelque chose..."

 

Alors si on était au poker ce regard de la joueuse pourrait signifier aussi une autre réaction bien connue : celle d'une joueuse expérimentée agacée par une adversaire naïve qui tente contre elle des manoeuvres qui n'ont aucune chance d' aboutir et dont les ficelles sont un peu grosses. Dans ce cas le regard plein de commisération de la joueuse expérimentée pourrait signifier:

" Pffff ...Ma pauvre ! Vous n'allez pas tenter ce coup-là contre moi, ma belle...Vous me prenez vraiment pour une bille!...."

Quoiqu'il en soit j'aime beaucoup ce regard car, étant moi-même un joueur parfois un peu gaffeur, il m'est arrivé de provoquer de telles réactions chez mes partenaires désespérés...

Enfin, il faut noter sur cette photo que j'aime aussi le portrait de la 2 ème joueuse derrière, plus jeune, très élégante et  assez séduisante. On dirait une actrice de ciné...Elle semble plus novice et tient encore ses cartes à 2 mains...Dans 20 ans elle fumera nerveusement des clopes et sera aussi impitoyable que la joueuse aguerrie qui est en premier plan...

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 06:49

Bonjour les amis,

Vous le savez, le rire est contagieux, mais les larmes aussi, surtout chez les enfants.

En voici une belle illustration.

 

Contagions...

Alors, avouez qu'ils sont attendrissants tous les deux. Des vrais jumeaux qui se ressemblent y compris dans la manière de pleurnicher en frisant le nez...

On imagine les efforts désespérés du photographe et des parents pour essayer d'obtenir un sourire de la part des deux enfants.

Et finalement, le photographe a la bonne idée de prendre ce cliché d'anthologie.

 

Les larmes sont contagieuses disais-je, mais la peur aussi...

Contagions...

Quoique cette fois-ci les enfants ont une excuse.

Ce père Noël n'a pas un regard qui inspire confiance...et les enfants possèdent une sorte de 6 ème sens... 😂😂😂

Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 10:53

Bonjour les amis,

Ça fait longtemps que je n'ai pas repris mon petit dictionnaire illustré par l'exemple, et aujourd'hui j'ai l'occasion d'y revenir avec le mot CHIPIE.

Le sens moderne de ce vocable serait: " fille au caractère vif et parfois désagréable, encline à jouer des tours...". En synonyme on pourrait proposer "petite peste..."

Et il se trouve que je viens de tomber sur une photo qui illustre très bien ce mot.

Chipie !

Alors, avouez que cette jeune demoiselle est une parfaite petite chipie. Même le jour de sa communion il ne faut pas la chatouiller ! Quelle intensité dans le regard!

J'ai essayé d'en savoir plus sur l'histoire de cette photo mais sans succès.

On imagine bien un 3 ème personnage (jeune fille ou jeune garçon hors du champ) qui s'est moqué de la chipie ou qui l'a provoquée.

Le regard désapprobateur de la jeune fille qui est derrière et son expression grave semblent indiquer qu'il s'est produit quelque chose de pas catholique durant cette célébration religieuse. On imagine bien ce qu' elle peut penser de ce qu'a fait le 3ème personnage invisible:

" Pffff !...c'est tout simplement lamentable ...."

La photo est parfaitement équilibrée car le regard distant et plein de condamnation morale de la fille de derrière permet de supposer qu'il y a des circonstances atténuantes à la réaction spontanée, déplacée et volcanique de la petite chipie.

On peut ajouter à la décharge du 3ème personnage invisible qu'on a souvent envie de taquiner les chipies puisqu'elles sont promptes à répondre à la provocation. Ce n'est pas le cas de la jeune fille de derrière qui semble plus réfléchie et moins impulsive.

Alors, si cette photo est un vrai instantané on ne peut que saluer le bon réflexe professionnel du photographe qui signe là un cliché d'anthologie très drôle.

Je terminerai ce bref billet par une illustration musicale hilarante de Gotainer...

Chipie est un mot surtout employé pour les enfants disais-je et ce mot a été utilisé aussi par une marque de vêtements qui leur est destinée, preuve que ce vocable à priori péjoratif peut être utilisé avec une affection bienveillante. On pardonne à certaines chipies car elles sont pleines de naturel, de vie et de vérité. Elles ne cèdent pas aux conventions sociales, ne trichent pas et ne sont pas hypocrites.

Mais quand leur trait de caractère (ou plutôt de mauvais caractère) se maintient jusqu'à l'âge adulte, les petites chipies se transforment alors en mégères...La mégère, c' est un autre archétype féminin qui a fait le bonheur de bien des dramaturges et de beaucoup de cinéastes. La mégère qui méritera peut-être un futur billet...à suivre donc...

Partager cet article
Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 16:57

Bonjour les amis,

Demain j'irai aux 3 èmes répétitions du CARMINA BURANA que nous devrons interpréter le 9 Juin prochain. 

Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, voici les liens:

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2018/12/carmina-burana.html

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2019/01/carmina-burana-premieres-repetitions.html

Parmi les nombreux morceaux que nous travaillerons demain il y aura SI PUER CUM PUELLULA..

 

Le texte est très explicite...pas de sous-entendus. C'est hot !

 "Si puer cum puellula
moraretur in cellula,
felix coniunctio.
Amore suscrescente
pariter e medio
avulso procul tedio,
fit ludus ineffabilis
membris, lacertis, labii.

Si un garçon avec une fille
demeurent dans une petite pièce,
heureux dans leur union.
L'amour augmente
et entre eux
la pudeur est oubliée
un ineffable jeu commence
avec leur membres, bras et lèvres. "

Il y aura VENI, VENI, VENIAS sur lequel on s'éclate bien...

Le mec est chaud. Il dit à sa belle de venir. Il n'en peut plus...on le sent au bord de l'explosion.

Ça doit se ressentir dans notre interprétation, mais y' a pas de problème pour nous, vu qu'on a tous connu ce genre d'état émotionnel !

 

On repassera aussi CIRCA MEA PECTORA.

Les paroles sont traduites sur la vidéo ci-dessous.

Et puis aussi TEMPUS ES IOCUNDUM.

Avec ce passage que j' adore quand les messieurs et ces dames déclament tour à tour:

 " Oh Oh Oh totus floreo. Iam amore virginali totus ardeo...

Oh oh oh je fleuris tout entier. Je brûle tout entier d'un amour virginal."

Des paroles qui électrisent tous les membres du choeur, qui nous ravivent et nous mettent de bonne humeur ! Des paroles qui coincident justement avec l'arrivée du printemps.

 

Voici maintenant quelques photos extraites des deux dernières répétitions.

Iam amore virginali totus ardeo...
Iam amore virginali totus ardeo...
Iam amore virginali totus ardeo...
Iam amore virginali totus ardeo...
Iam amore virginali totus ardeo...
Iam amore virginali totus ardeo...
Iam amore virginali totus ardeo...

Voila les amis. Je vous laisse. En ce moment j'essaie de répéter à toute vitesse et sans me mêler les pinceaux:

Si puer cum puellula moraretur in cellula

La phrase n'est pas difficile, mais à la vitesse à laquelle on va la chanter il vaut mieux l'avoir bien en tête.

Essayez de prononcer ça très vite et vous comprendrez de quoi je parle.

Je terminerai en vous disant que lors de la dernière répétition le directeur de chant nous a communiqué une bonne nouvelle.

L'église n'étant pas assez grande pour accueillir tout le public prévu, il y aura finalement deux concerts le 9 Juin prochain: l'un l'après-midi et l'autre en soirée...Youpi !

Iam amore virginali totus ardeo...
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2019 7 06 /01 /janvier /2019 11:18

Bonjour les amis,

Ce matin un ami m'a envoyé sur FB une photo un peu osée qui m' a provoqué une certaine gêne visuelle. Une impression un peu "piquante", dirons-nous...

Honni soit qui mal y pense...

Après avoir observé quelques instants l'esthétique de ce nu, j' ai répondu à mon ami en lui disant que le personnage de la photo était peut-être une fan du groupe SPARKS (sparks voulant dire "étincelles" en anglais).

Alors, si vous ne vous rappelez plus d'eux , voici un clip de leur grand tube des années 70. Un morceau assez original et bourré d'énergie.

C'était l'époque du rock qu'on appelait décadent avec des groupes comme Kiss, Alice Cooper, Lou Reed, David Bowie,Iggy Pop, etc...qui se caractérisaient, entre autres , par de tenues de scènes extravagantes et assez improbables...et aussi par le fait que les chanteurs et musiciens se grimaient de manière assez inventive. Vous vous souvenez tous des looks pas possibles de Bowie , mais il n' était pas le seul. A titre d' exemple voici une apparition scénique de Lou Reed.

Honni soit qui mal y pense...

Mais revenons au clip des SPARKS. 

Il y a quelque chose qui choque, que j'avais complètement oublié, et qui ne passe plus très bien aujourd'hui. C'est le look du claviériste Ron Mael avec ses cheveux gominés, sa cravate bien serrée, et surtout sa moustache "brosse à dents" à la Adolf Hitler.

Il a l'air d'un néo-fasciste un peu sadique et pervers (excusez les deux pléonasmes...).

Honni soit qui mal y pense...

Bien évidemment Ron Mael n'était pas un facho et ne faisait que s'amuser en adoptant durant de nombreuses années une esthétique kitsch, ambigüe et décalée mais aujourd'hui il ne pourrait plus apparaître comme ça sans soulever d'énormes polémiques. De nos jours il y a des groupes rocks vraiment néo-nazis, et à l'époque ça n'existait pas. 

Dans les années 70, on pouvait rigoler de tout de manière innocente. Aujourd'hui les vrais barbares sont revenus et de telles prestations ne seraient plus très recommandables...

A l'époque, les groupes pouvaient utiliser de manière théâtrale n'importe quelle idée scénique un peu trash, gothique, noire, fantastique ou d'épouvante, comme par exemple Alice Cooper avec sa guillotine.

Aujourd'hui le champ est plus restreint , et je serais le premier à émettre des réserves sur certaines prestations du passé qui n' étaient pas choquantes à l'époque. La différence est simple : certains vrais monstres sont revenus et n'existent pas que dans notre imaginaire. Du coup certaines mises en scène du passé ne seraient plus très rigolotes et pourraient être prises au premier degré...

Bon, à part ça, revenons au plus important et à la musique. Il était plutôt pas mal ce tube de SPARKS et ça fait du bien de le réentendre .... ❤️❤️❤️

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 12:56

Bonjour les amis,

Cette année encore j'ai visualisé sur le net des dizaines de cartes de voeux très originales mais il en est une qui a retenue mon attention. Il s'agit d'une carte désuète tout à fait traditionnelle, écrite à l'encre bleue, et qui termine de manière un peu originale.

Carte de voeux...

Surprenant ce "Bonnes caresses" !

De quoi s' agit-il? D'un enfant qui envoie de manière épistolaire des caresses virtuelles à un parent proche bien-aimé?

Ou alors l'auteur de la carte souhaite t'il à cette personne qu' elle soit comblée de caresses?

Du coup, je me suis dit que nous, les adultes, on n'envoie jamais de bonnes caresses à qui que ce soit car ce ne serait pas très bienséant .Les caresses sont innocentes chez l'enfant mais elles sont suspectes chez l'adulte qui ne peut les réserver par écrit de manière non coupable qu'à un être aimé à qui on se déclare ou à ses propres enfants.

Tout au plus la société ne nous permet que de caresser certaines idées, mais pas les personnes en général, et ce, malgré toute l'affection qu'on peut leur porter.

Pour revenir à cette carte de voeux dont j'ignore l'identité de l' auteur, je me suis dit qu'elle avait peut-être été rédigée par quelqu'un qui est devenu célèbre et qui montrait déjà dès son plus jeune âge un caractère hardi et transgresseur.

Surtout qu'il y a un autre détail du texte qui frappe. L'auteur parle au pluriel :

"Recevez nos meilleurs souhaits..."

Il s'agit donc de caresses collectives prodiguées par quelqu'un qui aime le partage...Là, ça sent le souffre!

Plein de noms de candidats potentiels me viennent en tête et notamment celui d'un ancien responsable qui a dû abandonner sa course à la présidentielle pour des motifs non-politiques.

 

J'avais un autre candidat possible pour cette carte de voeux avec Raymond Devos qui s'y connaissait en matière de caresses...Ecoutez cet extrait du film Pierrot le Fou... 😂

Alors, mes chers amis, je vous laisse imaginer quel personnage célèbre ou artiste pourrait avoir rédigé une telle carte.

Pour ma part, il ne me reste plus qu'à vous renouveler mes voeux pour l' année nouvelle en vous adressant à mon tour de bonnes caresses de l'âme...J'espère en 2019 caresser moi-aussi votre âme et votre esprit sur mon blog en partageant avec vous mes émotions, mes doutes, mes rires et mes coups de coeur.

Honni soit qui mal y pense !

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2018 2 25 /12 /décembre /2018 10:01

Bonjour les amis,

Aujourd' hui, dans mon petit dico illustré, je vais vous parler de l' expression française " faire la moue " (à ne pas confondre, comme le font de nombreux touristes américains et britanniques de passage à Paris, avec l' expression " faire l' amour").

Moue: mot féminin. Expression du visage donnée par les lèvres resserrées qui manifeste rejet ou mécontentement.

Faire la moue : bouder.

Moue est issu de l'ancien français Moe (qui voulait dire "grimace"). Sachez aussi qu'en espagnol "grimace" se dit mueca (prononcer "mouéca" avec l' accent tonique sur le é).

On se souvient tous du visage très expressif d'Anne Klarwein dans le film "Diabolo menthe" dans lequel elle incarnait la parfaite petite ado boudeuse, jamais contente, qui donne toujours l' impression de s'ennuyer à mourir.

 

Faire la moue...

Il y a aussi certaines moues plus complexes, comme celle de Robert de Niro, quand il demande avec une certaine suffisance à ses interlocuteurs: " You speaking to me ? "...ou alors..." Did you you fuck my wife ?"

Faire la moue...

Une moue bien connue de Robert de Niro, excellement imitée par Jose Garcia dont les sketches avaient fait les beaux jours de Nulle part ailleurs.

Aujourd' hui, pour illustrer l' expression " Faire la moue" j' aimerais partager avec vous une vraie photo prise à Helsinki en 1967.

Regardez attentivement ce cliché : c' est tout un poème!

Faire la moue...

On imagine bien la scène de l' adolescente mécontente qui est obligée d'accompagner sa mère pour aller faire les magazins et qui n'a aucune envie d'être reconnue par ses copines. La position en retrait derrière le mur avec les épaules légèrement voûtées est sans équivoque. L' expression du visage non plus.

Maman, bien droite, ne s'en laisse pas conter et fait comme si de rien n' était... du genre : " Ça te passera, ma fille ! J'en ai vu d' autres..."

Je vous cite le commentaire très pertinent d'un internaute au sujet de cette photo:

" C' est l' âge du personne ne m' aime, je suis moche, je suis trop grande,. J'ai pas les baskets qu'y faut...J'ai les mêmes bottines que celles-là  à la maison...Cette jupe est nu-u-u-ulle..."

Regardez bien cette photo mes amis, et ne me dites pas que ça ne vous rappelle pas des souvenirs.

Sur ce, je vous laisse sur une belle chanson nostalgique d' Yves Simon. Les modes ont passé mais pas la moue des adolescentes...

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2018 7 23 /12 /décembre /2018 08:48

Bonjour les amis,

J'ai entrepris depuis quelques jours la rédaction d'un petit dico illustré, et aujourd'hui, j' aimerais vous parler de la FEMME.

Bon, je ne vais vous donner une définition du mot (il me faudrait toute une vie pour ça) mais plutôt partager avec vous un commentaire très malicieux de Bernard Pivot au sujet de son orthographe...

Effectivement, Pivot a bien perçu cette étonnante particularité de la langue française. Dans le mot FEMME il n'y a pas la voyelle A.

Célébrons l' intelligence de notre langue qui met en garde les lecteurs dès leur plus jeune âge et qui leur apprend  très tôt qu'avec les femmes, ça risque d' être plus compliqué que prévu.

Sachez qu'en espagnol ce ne sera pas beaucoup plus simple pour vous si vous n'avez pas appris très tôt la langue de Cervantès.

En effet, femme se dit MUJER, et il vous faudra faire succéder dans votre gorge la jota espagnole de consonnance arabe suivie immediatement d'un R roulé un peu à l' italienne. Vous risquez de tomber de Charybde en Scylla.

Donc, sachez qu'avec une femme espagnole la chose ne sera pas plus aisée qu'avec une française.

Mais revenons à mon dico, et à la définition du mot. Voici ce que dit de la femme Pierre Desproges dans son dictionnaire superflu:

Dans son film LA FOLLE HISTOIRE DU MONDE Mel brooks remonte à la préhistoire et fait dire à l' un de ses personnages, chef de tribu d'hommes primitifs:

" A l' époque de l' âge des cavernes, nous étions très ignorants. Pour vous donner une idée de notre ignorance, nous ne savions même pas ce qu' était une femme..."

Depuis cette époque sauvage et primitive, l'humanité a progressé et a tenté de percer le mystère de la femme. Malgré tout certains artistes n' ont pas caché leur désarroi face à leurs déboires dans cette quête, une quête qui ressemblait parfois à celle du Saint Graal...

Pour ma part, je renonce à vous donner une définition de la femme. Mon dictionnaire se veut avant tout illustré et s' adresse aussi à d' éventuels extra-terrestres qui ne connaîtraient pas encore les femmes. Pour eux donc, je vais juste leur en montrer une...

Plus exactement, je vais leur montrer une créature qui découvre pour la première fois de sa vie UNE FEMME...

Alors, les copains extra-terrestres? Qu' est-ce que vous en dites? Pas mal, hein?

Là, y'a de l' émotion!

 

PS : Vous aurez compris, cher lecteur, que mon billet complétait un peu le message que porte la sonde Pioneer 10 envoyée dans l' espace en 1972 avec cette plaque-ci en direction des extra-terrestres...

Nota: la plaque est en or...de là à penser que les ingénieurs de la Nasa voulaient prévenir les extra-terrestres que les femmes aiment l' or il n' y a qu' un pas... 😂

Petit dico illustré...aujourd' hui parlons de la FEMME...
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 07:25

Bonjour les amis,

Noël approche et c' est le moment de réécouter les très nombreuses chansons inspirées par cette fête traditionnelle, y compris une chanson au texte complètement drôlatique et décalé comme celui de "LA FILLE DU PÈRE NOËL"  de Jacques Dutronc ( paroles de Jacques Lanzmann).

 

Cette chanson-là, je l' avais entendue à maintes reprises durant les années 70 dans les fêtes d' étudiants à Lille, des fêtes qu' on appelle dans le Nord des "zinzins". D' ailleurs il faudra que je consacre à ce mot un petit billet dans mon petit dictionnaire illustré.

Très souvent le mercredi soir il y avait une soirée-zinzin dans une des facs ou diverses écoles d' ingénieurs, d'infirmières, etc...de la capitale du Nord.

A l' époque j' avais toujours pensé que la structure rythmique du morceau de Dutronc ressemblait étrangement à celle d' un autre tube, planétaire celui-là : le JEAN GENIE de David Bowie.

Ecoutez donc la guitare rythmique qui fait tou-toum tou- toum....

Donc j' avais toujours pensé que Dutronc avait copié Bowie sauf que je viens de me rendre compte aujourd' hui qu' au niveau des dates ça ne colle pas. La fille du père Noël est sortie en 1966 et Jean Genie en 73...

Alors, finalement, c' est peut-être l' inverse qui s' est produit et c' est Bowie qui se serait largement inspiré du riff de Dutronc...

Etonnant, non ?

Alors, il me reste une autre possibilité : c' est que Dutronc et Bowie se soient inspirés d' un troisième larron antérieur à ces deux-là et moins connu qu' eux...affaire à suivre donc. Je reste sur l' enquête...Quand je découvre une piste, je suis patient et je ne lâche pas aussi facilement.

En attendant, je vous laisse avec cette fille du Père Noël plus que séduisante et vous souhaite à toutes et à tous un bon réveillon.

La fille du Père Noël...

Post-scriptum

Je viens de découvrir un lien sur une excellente émission d'Europe 1 dans laquelle Fabrice d' Almeida raconte la véritable histoire du Père Noël. Le podcast dure 20 minutes et mérite d' être écouté. J' y ai appris beaucoup de choses sur la création du mythe ainsi que sur son évolution à travers les siècles. Tout a commencé au III ème siècle en Turquie avec un certain Nicolas de Myre...

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 16:43

Bonjour les amis,

Parmi les mots de mon nouveau dictionnaire illustré que je viens de m' inventer, je vous propose le vocable COQUECIGRUE.

Pas banal ce mot, hein ?

La coquecigrue est une créature imaginaire chimérique et burlesque mentionnée pour la première fois par Rabelais dans Gargantua.

La coquecigrue serait née de l'union d'un coq, d'une grue et de la ciguë, dont elle est d'ailleurs friande. Les coquecigrues se déplacent par bandes d'oiseaux migrateurs, mais dès qu'un humain les aperçoit, l'oiseau qui se trouve en tête pousse un cri perçant pour alerter les autres. Les coquecigrues s'envolent alors vers le ciel et deviennent invisibles.

Vous avez dit coquecigrue ?

Mais ce mot a acquis un sens plus moderne. On peut qualifier de "coquecigrues" des contes à dormir debout, des sornettes, des balivernes des chimères, des billevesées, des carabistouilles...

On peut dire d' une personne qui a beaucoup d' imagination et qui raconte des histoires à dormir debout qu'elle  "débite des coquecigrues".

Il se trouve que ce mot apparaît aussi dans le titre d' un album de BD d' Alexis edité dans les années 70.

 

Vous avez dit coquecigrue ?

Dans cet album Alexis s' y invente des pettes saynettes au dénouement inattendu, parfois fantastique, parfois absurde,...Son style y est varié : humoristique, réaliste et parfois hyperréaliste.

Je vous raconte juste l' une des saynètes qui tient en deux pages.

Un jeune garçon marche dans un terrain près d' un vieux mur en pierres sur lequel est accroché un écriteau où est inscrit "Défense de jeter des ordures". Le jeune homme qui finit de manger une pomme jette le trognon sur le mur, ce qui a pour effet de provoquer une réaction de celui-ci : les pierres commencent à bouger peu à peu, à s'animer, à prendre forme, puis d' un seul coup le mur transformé en dragon de pierre se retourne en furie vers le jeune homme, prêt à le dévorer.

Au moment où le mur va engloutir le jeune garçon imprudent on voit un personnage au loin qui crie: " Couché ! Couché !...". C' est le propriétaire du terrain, un viel homme avec un grand chapeau et une canne qui ramène son mur au calme de la même manière qu' on pourrait le faire avec un chien de garde. Peu à peu le mur se tranquillise, reprend sa position initiale statique, et le vieil homme courroucé de s' exclamer en direction du petit jeune abasourdi:

" Bin alors !...z' avez pas vu l' écriteau.?? !! "

C' est le genre d' histoire qui m' avait bien fait marrer à l' époque. Mais surtout il y a le graphisme d' Alexis qui est tout simplement délicieux, avec plein de détails savoureux. Alors si vous passez dans une librairie n'hésitez pas à feuilleter cet album pour aller y retrouver, entre autres, l'histoire du MUR MÉCHANT.

Préface de l' album

Préface de l' album

Partager cet article
Repost0