Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 23:21

De retour de voyage à la Réunion François Fillon aurait déclaré:

" Ma candidature est un train lancé qui ne s' arrêtera pas...."

Une belle métaphore pour illustrer une froide détermination dont personne ne doute.

La petite phrase...

Mais les métaphores sont parfois dangereuses, ou à double tranchant, et certains internautes facétieux ont illustré celle de Fillon sur Facebook par une photo historique, euh....très explicite...et à laquelle n' avait pas pensé le candidat Républicain.

La petite phrase...

Bon, alors c' est clair cette fois-ci ?...
Ma candidature est un train lancé qui ne s' arrêtera pas, et que celui qui n' est pas d' accord descende ...!!!

Fillon aurait même pu ajouter la célèbre phrase de César franchissant le Rubicon:

ALEA JACTA EST ! Les dés sont jetés...

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 14:02

Bonjour les amis,

Vous connaissez tous l' expression italienne "Traduttore, traditore" signifiant littéralement "traducteur, traître" ou " traduire, c' est trahir".

Cette expression est devenue de plus en plus vraie avec l' usage des traducteurs informatiques automatiques qui produisent souvent des textes incohérents dont on ne comprend plus s' ils nous disent une chose ou exactement son contraire.

Traduttore, traditore...

Vous avez tous bataillé au moins une fois dans votre vie avec une notice explicative de mise en route d' appareil electro-ménager, mal traduite en français, avec plein d' erreurs, pour finalement retourner au texte anglais pour pouvoir mettre en marche le maudit appareil en question.

Alors je vous ai préparé pour aujourd' hui une petite sélection d' erreurs de traduction ( toutes authentiques...).

Commençons par la notice explicative de montage d' une tente.

Traduttore, traditore...

A la  3 ème et dernière étape du montage, vous êtes FINI...Vous voilà prévenus !

Le constructeur de la tente déclinera toute responsabilité.

Voici maintenant une petite mise en garde dans un parc d' attraction rédigée en catalan, en espagnol, en anglais...et puis en français.

 

 

 

 

Traduttore, traditore...

Là , en fait c' est pas clair.Ces demoiselles ne sauront plus s' il s' agit d' une mise en garde, d' une autorisation ou d' une hypothétique promesse...

Je continue avec un sachet de riz cette fois-ci

Traduttore, traditore...

Alors,si même la cacahuète est contente, le client ne peut être que rassuré...aucune maltraitance des arachides ! Bravo...les producteurs de foie gras devraient s' en inspirer.

Continuons avec des billes odorantes taïwannaises

Traduttore, traditore...

Alors il ne faut surtout pas les ANALER...Bin, oui, c' est pas fait pour ça !

Même si certains clients aimeraient que toutes les parties de leur corps sentent bon ou exotique...

Voici maintenant des chewing-gums

Traduttore, traditore...

Alors la saveur de Canadienne, ça intrigue quand même...Moi qui n' en connais pas le goût, je serais plutôt de nature à me laisser tenter !...Une saveur à la Carole Laure par exemple, ça doit être pas mal quand même.

Mais je laisse le meilleur pour la fin avec cet étiquetage de fraises.

Traduttore, traditore...

Alors là, ils font fort quand même.Après les fraises transgéniques, voici les fraises qui ont un goût de baise sauvage ! Enfin des fruits aphrodisiaques sur le marché...

A mon avis, Nicholson a dû goûter de telles fraises avant de tourner cette scène mythique avec Jessica Lange sur la table de cuisine.En fait, ils ont probablement dû en manger tous les deux.

Voici un petit article au sujet de cette erreur d' étiquetage sur le lien ci-dessous.

Bon, vous voilà prévenues les filles.Si votre copain vous invite à un souper en tête-à-tête et qu' il a préparé avec soin une petite tarte aux fraises en guise de dessert, vous savez à quoi vous en tenir sur ses intentions.

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 09:18

Bonjour les amis,

Quand on a, comme moi, une famille éparpillée dans différents pays avec des langues différentes, il faut faire un peu attention dans les choix de prénoms, et essayer d' anticiper certaines difficultés qu' auront certains membres de la famille ou de l' entourage à les prononcer correctement.

Prenons quelques exemples précis.

Une de mes petites-cousines, née en France,mais dont les parents sont italiens a été baptisée sous le nom de VINCENZINA en honneur à sa grand-mère.

Ce beau et doux prénom quand il est prononcé avec l' accent italien devient un peu laborieux avec une phonétique à la française.En italien ça se prononce vine-tchène-zzina, avec l' accent tonique sur le deuxième i...un peu difficile pour les français.Tellement difficile que ma petite-cousine en a eu marre  et qu' elle a changé de prénom à 18 ans...Et toc !

Mon oncle Giuseppe qui est arrivé en France vers l' âge de 18 ans a préféré, lui, franciser son prénom et ses amis français l' appelaient Joseph...Pour nous c' est resté Giuseppe ( prononcer Djiou-Zèppe avec accent tonique sur le Zè)

Un autre de mes petits-cousins né en France également se prénomme ALAIN mais ses parents sont allés vivre plus tard en Italie où le son AIN n' existe pas.Les italiens l' appellent "alènne" ou " Alan" ou un truc dans ce genre là.

Le petit dernier dans ma famille s' appelle Auguste...Le son U propre au français n' existe pas en italien, en espagnol ou en anglais.

Du coup en Italie ou en Espagne, ils risquent de l' appeler o-gouste

En Angleterre ou aux Etats-Unis ça sera plutôt o-gueust'.

Mais ça restera charmant avec cette petite distorsion.

En Espagne, nous avons une amie qui s' appelle Puri diminutif de Purificación.

En espagnol son prénom se prononce pou-ri avec r roulé et accent tonique sur le ou...alors que les amis français ont tendance à prononcer pourri, ce qui ne produit plus  tout à fait le même effet.

Dans la famille nous avons  une Layla qui vit en France et une Leïla qui vit en Espagne.

Ma mère, par exemple, avait tendance a dire Léla au lieu de LEÏLA, et je lui rappelais plus d' une fois qu' en Espagne lela veut sotte, simple d' esprit...et je l' engageais donc vivement à faire un petit effort de prononciation pour ne pas agacer la personne concernée.

Alors, dans la famille on a aussi des prénoms internationaux qui ne sont pas trop écorchés quand on passe d' un pays à l' autre: Oscar, Alex, etc...

Je terminerai, pour le fun, avec un exemple de nom pas facile à prononcer...ou plus exactement, pas facile à retenir...

Le voici sur ce lien

 

 

Juste 3  remarques:

1.Je ne peux m' empêcher d' avoir une petite pensée émue pour l' instite de ce jeune homme quand il faisait l' appel chaque matin.

2. l' interviewer est un peu lourd...cette façon d' insister...Quel manque de courtoisie !...Ça devient gênant, à la fin !

3.J' aimerais rappeler une règle simple.Au delà de 3 syllabes on utilisera systématiquement un diminutif...Par exemple pour ce jeune africain ça pourrait être les 2 premières syllabes: UVU.

A contrario les prénoms monsyllabiques, un peu courts ont tendance à être allongés par les amis.

Par exemple Dan se transformera en Dany...

Alors si ce thème du choix du prénom vous amuse, sachez qu' il y a une comédie française sympathique et sans prétentions sur ce thème, où le choix d' un prénom va provoquer un certain nombre d' épisodes tendus et  croquignolesques.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 09:36

Bonjour les amis,

Pour bien commencer 2017, je vous propose une petite leçon de philosophie de la vie.

Pardonnez-moi de céder à un vilain défaut de professeur qui ne peut s' empêcher de proposer des leçons même quand il s' adresse à ses amis.

Mais rassurez-vous , Je ne vais pas vous prendre la tête avec une longue dissertation philosophique, et en plus, cette petite leçon n' est pas de moi.

Le document vidéo plein de fraîcheur que je vous propose ne dure que 2 minutes 51 secondes mais il faut le regarder jusqu' au bout, jusqu' à la dernière seconde.

Voilà une petite métaphore réjouissante, et sans prétentions, qui nous rappelle de manière ludique l' importance de savoir établir des priorités dans la vie, de ne pas se perdre sur le chemin...

Alors, les amis, vous avez tous votre petite idée sur ce que sont pour vous les balles de golf.Moi aussi...

Je pense par exemple que dans mon cas personnel ma profession en fait partie, et qu' il faudra un jour songer à remplacer cette balle par une autre ou alors, bien m' occuper des autres balles de golfs qui restent !!!

Alors, je vais juste ajouter à ce petit film qui m' a enchanté deux observations complètement personnelles.

Mes meilleurs amis, ceux qu' on compte sur les doigts d' une seule main, sont malheureusement un peu éloignés, et je regrette parfois de ne pas prendre plus fréquemment  simplement une bonne bière avec eux au petit troc du coin...alors, parfois le net et les réseaux sociaux compensent un peu ce manque et permettent de trinquer ensemble de manière virtuelle, de partager des moments.Voila qui donne aussi un peu de sens à ce blog.

Par ailleurs, la métaphore du bocal vaut aussi pour notre activité professionnelle.Là aussi il faut savoir ne pas perdre de vue l' essentiel.Je me souviens d' une conversation sincère et intime avec un ami ex-proviseur de Lycée qui m' avait dit que l' administration l' avait fait tellement suer avec beaucoup d' obligations mineures et  sans réelle importance qu' il n' avait plus vraiment le temps de s' occuper des " balles de golf".Il m' avait dit qu' un certain matin, enfermé dans son bureau, il s' était simplement dit:

" Mais qu' est-ce que je fous ? Mais qu' est-ce qu' ils me font faire ?"

Un an, plus tard, il renonçait sans aucun regret à son poste et réorientait sa vie professionnelle.

Le 1 er Janvier est aussi l' occasion parfois de remettre en perspective notre action, de lui redonner un sens, des priorités...et aussi de prendre de nouvelles déterminations.

Pour illustrer mon propos, je vous propose un extrait d' AMERICAN BEAUTY, un film que j' adore.

Kevin Spacey y joue le rôle d' un père de famille, récemment licencié, souffrant de problèmes de communication au sein de sa propre famille qui décide de reprendre son destin et sa vie en mains...

Voici la scène où il négocie les conditions de son licenciement....magistral !

Quelle sensation euphorique, que celle d' un homme libre qui reprend en mains sa propre vie !

Et pour terminer en musique et de bonne humeur, voici  IT' S MY LIFE de Bon Jovi...

Et oui ! C' est ma vie et je n' en ai qu' une !!!!

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 12:05

Bonjour les amis,

C' est l' époque de Noël, et là ou j' habite je ne risque pas de voir de la neige.Ça me manque un peu...Mais heureusement que sur les réseaux je trouve quelques images réjouissantes qui me replongent complètement dans l' esprit de Noël et de mon enfance.

En voici une que j' affectionne.Vous avez tous déjà joué à cache-cache avec votre chien...mais dans la neige ça donne ça...

Epatant ce jeune Golden Retriever.Il est très fort et reconnaissons que je ne pourrais pas le battre à ce petit jeu-là.

Où qu' il est le toutou à son pépère ? Hein ???

Réponse ici, avec l' ami Gotainer qui apprécierait, lui aussi, cette scène pleine de vie et de fraîcheur hivernale...

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 22:41

Bonjour les amis,

Je ne laisserai pas finir 2016 sans vous parler de Hunt for the wilderpeople de Taika Waititi, une comédie fraîche et originale qui nous vient de Nouvelle-Zélande...

L' argument est simple.

Un enfant de 10 ans, difficile et à problèmes, est recueilli dans une famille vivant à la campagne ( précisons que la campagne néo-zélandaise, c' est pas la Corrèze, c' est un peu plus sauvage...).

Suite à un malentendu le jeune enfant et son tuteur vont devoir prendre la fuite et se réfugier dans le Bush.Toutes les autorités du pays sont à leur recherche.

Commence alors un film d' aventures dans la savane et dans la jungle néo-zélandaise.

La comédie fonctionne sur le schéma classique du duo formé par 2 personnages que tout sépare et oppose,Rick l' enfant des villes, obèse, mal alimenté et imprégné de culture citadine, et Hector le vieux chasseur analphabète bourru, qui connaît tous les secrets de la jungle, interprété par Sam Neill, au sommet de son art.

L' une des originalités du film réside dans le fait que le duo est composé cette fois-ci par deux asociaux: l' asocial des villes et l' asocial des champs...

 

 

Hunt for the wilderpeople...une comédie hilarante et décalée...
Hunt for the wilderpeople...une comédie hilarante et décalée...

Au cours de leur expédition, nos compères vont croiser toute une galerie de personnages tour à tour attendrissants, naifs, un peu ploucs,excentrés,marginaux, voire carrément extravagants.

A chaque fois, ces rencontres donneront lieu à des réactions inattendues et à des  situations drôles et décalées.

Rick est imprégné de culture cinématographique et , à chaque péripétie il s' imagine dans un de ses films qu' il affectionne tandis que Hector lui est complètement ignorant de tout ce qui peut alimenter l' imaginaire de Rick.

Le réalisateur s' amuse à intercaler des scènes extraites des infos à la télé pendant que nos deux héros vivent dans la jungle des aventures à la Rambo, et là encore, le décalage est assez savoureux ( entre ce que vivent les protagonistes et ce que racontent les médias).Waititi à travers son humour et sa dérision nous propose une belle critique sociale....On n' éclate pas de rire mais on sourit souvent...

Il y a aussi des personnages et des  caractères typiques à la nouvelle Zélande.Le milieu rural qui y est très touchant parfois dans sa rudesse et dans sa simplicité authentique, et qui s' exprime avec un accent anglais si particulier.

On croise un groupe de chasseurs un peu ras du plafond dignes d' un sketch des " inconnus".On pense un peu au cinéma des frères Coen ( celui de Fargo)...Il y a aussi les marginaux, ceux qui retrouvent refuge dans la nature.

Parmi les personnages les plus drôles il y a sans doute la responsable de l' assistance familiale ( qui a regardé trop de séries américaines) et qui est convaincue qu' Hector est un dangereux pervers qu' il faut mettre hors d' état de nuire et qui se prend pour TERMINATOR.

Et puis, il y a une scène absolument hilarante.quand l' un des personnages secondaires rencontre nos 2 compères recherchés par toutes les polices: sa première réaction est de leur demander de faire des selfies avec eux.Il en fait toute une série où il prend plusieurs poses destinées aux réseaux sociaux..impayable...l' un des moments les plus drôles du film.

Enfin, il faut souligner que ça reste un vrai film d' aventures, plein de rebondissements, filmé dans des paysages réellement somptueux.Le cadre et la photo sont magnifiques.D' ailleurs, la beauté des paysages donnera lieu à un dialogue savoureux entre Rick et Hector.

Certains pourraient conclure que des films comme ça qui fonctionnent sur un duo invraisemblable on en a vu plein, et c' est vrai.Seulement, ici la différence est dans le traitement de Taika Waititi, qui est à la fois sensible, original et déroutant.

Il mêle parfois le rire à l' horreur.Son film sort des sentiers battus et n' obéit pas aux standards habituels d' une comédie à l' américaine.

Sa comédie commence presque comme une histoire plutôt dramatique puis devient énorme, vraiment énorme.Et tout son talent est de savoir apporter à cette énormité  de vraies touches originales et inattendues de sensibilité, d' humanité et de tendresse pour ses deux personnages.

Je terminerai en saluant la performance de Sam Neill qui sait être touchant sans en faire des tonnes.La dernière scène est sublime...

 

PS: En cadeau bonus je vous offre un des chants qu' on entend dans le film...SCHEDRYK, un chant de Noël ukrainien de Mykola Dmytrovych Leontovych,  ici interprété par un choeur de Vilnius...C' est prodigieux ce qu' ils font.Appréciez la qualité technique et l' harmonie des masses vocales à la fois denses et bien "polies"

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 08:08

Bonjour les amis,

je viens de voir ( comme toujours avec un certain retard) CAPTAIN FANTASTIC le dernier film de Matt Ross.

C'est une histoire qui commence comme une fable moderne.Une famille américaine désire vivre de manière utopique loin de la société de consommation, frustrante et aliénante, en s' isolant quelque part dans l' immensité des montagnes rocheuses.

Le père Ben, très bien interprété par Viggo Mortensen, se charge de l' éducation des enfants pendant que la maman est à l' hôpital.

Il s' agit d' une éducation authentique, à la fois exigeante et très dure qui devrait permettre aux enfants de devenir des individus très forts, libres et critiques, capables de vivre réellement en harmonie avec la nature.Une éducation qui n' a rien de laxiste, inspirée de l' idéal de la révolution Hippie, de la pensée new-age, de l' écologie, des philosophies humanistes et universalistes.

Par exemple, le jour de Noël est substitué par la célébration de la naissance de Noam Chomsky, père fondateur d' une pensée orientée vers l' entente et le respect entre les peuples.

Pour tout le groupe, tous les jours, ce sont des entraînements sportifs soutenus dans la nature ,exercices de maintien de la forme physique dignes de la préparation des marines américains,chasse au daim, escalades de parois rocheuses suivis d' un apprentissage scolaire exigeant dont se charge Ben.

Ben dont on imagine qu' il a été par le passé un brillant intellectuel apprend à ses enfants les langues étrangères, l' esperanto, la physique quantique, la biologie,à faire des analyses littéraires rigoureuses, etc...Ses enfants sont des petits Rambos capables de survivre dans les milieux les plus hostiles mais également capables d' avoir une réflexion éthique et morale d' un niveau déjà très relevé pour leur âge.

Mais, bientôt, de graves problèmes vont survenir au sein de cette communauté utopique avec le suicide de la mère à l' hôpital. La famille va devoir se confronter au monde qui les entoure, et les préceptes éducatifs imposés par Ben vont bientôt montrer leurs limites.

Ses enfants sont très forts, très préparés mais ont grandi de manière si isolée du reste de la population qu' ils sont en constant déphasage avec leur environnement social ce qui donne lieu à des scènes parfois assez humoristiques.

A partir du suicide de la mère le film prend alors les tournures d' un road movie ( un peu comme le croquignolesque et savoureux  LITTLE MISS SUNSHINE): le groupe  part dans l' autobus familial pour aller assister à l' enterrement de la mère.

Au cours de ce voyage Ben va lutter pour faire respecter les dernières volontés de son épouse, mais il va aussi douter...Ses enfants, à travers leurs problèmes et parfois leur rébellion, vont le faire se remettre en question.

La confrontation et le CHOC de Ben avec son beau-père, magistralement interprété par Jack Langella, est su-bli-me.

Et si l' idée merveilleuse de petite communauté que Ben a eu avec son épouse n' avait peut-être été rien d' autre qu' une ERREUR merveilleuse ?

Le film peut agacer parfois car le réalisateur cherche peut-être à être trop démonstratif,mais en même temps, il soulève bien les questions posées par ces parents qui veulent tout réinventer pour leurs enfants, et qui veulent se substituer aussi à l' école qu' ils considèrent comme complice d' une société perverse et aliénante.

Je précise bien que l' enseignement de Ben est tout le contraire d' un endoctrinement.Il oblige ses enfants à lui fournir un vrai travail critique de réflexion mais leur isolement social a aussi des effets très nocifs.

Peut-on réinventer une société à partir de sa propre famille en l' isolant et sans la convertir en une espèce de secte ?

Pourtant, Ben, même s' il est souvent rigide et exigeant,ne se comporte jamais comme un mini dictateur puisque tous les membres de la communauté ont toujours la possibilité de remettre en cause leurs règles de cohabitation communes si ils sont capables d' exposer de manière argumentée leurs divergences.Il s' agit bien d' une tentative de démocratie directe au sein d' une micro-société composée de membres intelligents et responsables.

Il y a de magnifiques passages dans ce film très sincère qui nous oblige à réfléchir sur notre façon d' éduquer et sur les limites de notre liberté individuelle, et de notre responsabilité en tant que parents.

Et puis, ce film est aussi une belle comédie allègre, et pleine de vie, bien menée.On suit tambour battant et avec ravissement les tribulations joyeuses de ce petit groupe complètement atypique .

Certains trouveront cette histoire assez invraisemblable ou peu crédible  mais le réalisateur s' amuse à pousser jusqu' au bout la logique des parents.

Je ne parlerai pas de la fin si ce n' est pour dire qu' elle m' a plu même si d' autres la trouveront trop en accord avec la bien-pensance américaine.

Nous sommes libres et pouvons mener notre petite révolution sans être systématiquement en rupture de ban avec la société.Il peut y avoir des compromis intelligents...

Ou alors, à trop vouloir corriger certaines servitudes artificielles de notre société moderne on risque de créer certaines carences qui sont encore pires...

Enfin, à une époque, où il y a tant de films creux et superficiels, sans substance, destinés au public familial, on ne peut que saluer une oeuvre grand public qui apporte autant de réflexion , d' intelligence, de sensibilité, d' humour et d' originalité.

A citer par ailleurs la bande-son avec des morceaux classiques et d' autres traditionnels très connus ( dont un de Dylan) mais réinterprétés par nos joyeux protagonistes, notamment une version de sweet child of mine des Gun's N' Roses qui m' est allée droit au coeur...

Je vous mets la bande-son de cette réinterprétation et sachez que la scène est merveilleusement filmée comme une ode à la vie, pleine de poésie, et qu' elle m' a sincèrement ému.Elle mérite d' être écoutée jusque la dernière note de l' harmonica...
 

Voici le NOAM CHOMSKY DAY avec une petite chanson en son honneur...à un moment du film où la petite communauté est en contact avec la société américaine ( le père fait une petite concession et entorse aux règles de vie commune  en servant exceptionnellement un gâteau et une crème parfaitement industriels et chimiques).

CAPTAIN FANTASTIC un conte philosophique à la fois tendre et cruel...
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 09:56

-  Une table pour 26 personnes , s' il vous plaît 

-  Mais...Je vois que vous n' êtes que 13 !

-  Oui, mais on va tous s' asseoir du même côté...

Histoire courte

Voila...c' était ma blague mathématique de l' année 2016...Désolé !

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 13:47

Bonjour les amis,

Je ne sais pas si vous avez déjà eu l' occasion de faire du porte à porte mais c' est une expérience qui mérite d' être vécue au moins une fois dans sa vie.

A chaque fois que vous frappez à une porte vous avez l' impression d' entrer dans un nouvel univers.

Et il est certaines d' entre elles, où vous sentez que ce n' est pas gagné d' avance...que vous n' êtes pas franchement le bienvenu quelque soit le motif et les intentions qui vous amènent.

Bref, la suspicion avec un S majuscule  est de rigueur.

Qui c' est ?...C' est le calendrier des postes !

Alors je viens de tomber sur un document animalier qui résume très bien l' impression que perçoivent parfois ces personnes qui font toc toc à votre porte, et qui savent qu' elles ne sont pas toujours forcément les bienvenues...

Ça donne à peu près ça... Rien que le regard du maître des lieux dit tout !

PS:Complètement Hors-sujet

Je viens d' apprendre qu' une personnalité de premier plan de la vie politique française vient de se faire enfariner...

Voici un premier témoignage sur les réseaux sociaux... toujours très réactifs...

Qui c' est ?...C' est le calendrier des postes !
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 12:42

Bonjour les amis,

Vous savez tous ce qu' est une femme cougar...

Une femme cougar, ça n' a rien a voir avec la photo ci-dessous

Cougar, vous avez dit cougar ?

Non, une femme cougar c' est une femme d' âge mûr ( voire très mûr) qui aime consommer de la viande fraîche (voire très fraîche)...

Dans le monde du ciné et du show-biz y' en a plein.Et ça ne date pas d' hier.Hollywood était et est toujours un vivier de femmes cougars.

Alors, ces dames véhiculent sans le savoir un message plein d' espoir pour toutes ces femmes célibataires qui sont encore désespérément à la recherche de leur prince charmant.

Ce message positif et plein d' espoir, le voici.

Cougar, vous avez dit cougar ?

Bon, j' ai l' air de rigoler et de me moquer mais, pour faire bonne mesure, sachez que les vieux messieurs qui recherchent systématiquement de très jeunes lolitas ne m' inspirent pas beaucoup de respect non plus...

En un en mot comme en mille , je mets des femmes cougar et les hommes puma dans le même sac...

PS: afin d' éviter certaines critiques, je différencie malgré tout ce phénomène cougar-puma de certaines vraies histoires d' amour atypiques.

Effectivement, deux personnes peuvent tomber amoureuses l' une de l' autre malgré une grande différence d' âge.Non, ici je parle de ces personnes qui ont un attrait quasi exclusif pour la viande fraîche, et dont certaines d' entre elles ont les moyens financiers d' assouvir leurs fantasmes.

PS nº 2 Hors.sujet.

Petite devinette.

Qu' est-ce qu' une nymphomane ? 

Réponse: c' est une femme qui a autant de désirs sexuels qu' un homme...-)

Partager cet article
Repost0