Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 10:21

Bonjour les amis,

Le président polonais Andrzej Duda a critiqué vivement dans les pages du quotidien allemanf Bild le président Macron et le chancelier Scholtz pour leurs entretiens téléphoniques avec Vladimir Poutine, affirmant que c'était comme avoir des discussions avec Hitler pendant la seconde guerre mondiale.

Duda a déclaré que de tels entretiens ne faisaient que légitimer la guerre illégale livrée contre l'Ukraine.

"Quelqu'un a-t-il parlé ainsi avec Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale ? Quelqu'un a-t-il dit qu'Adolf Hitler devait sauver la face ? Que nous devrions procéder de manière à ce que ce ne soit pas humiliant pour Adolf Hitler ? Je n'ai pas entendu de telles voix", a-t-il déclaré.

De son côté le président ukrainien Volodimir Zelensky a dit en Mai que les suggestions faites par certains pays occidentaux, pour que Kyiv fasse des concessions afin de mettre fin à la guerre, rappelaient les tentatives d'apaisement de l'Allemagne nazie en 1938, à l'approche de la Seconde Guerre mondiale.

Je comprends l'exaspération de Duda et de Zelinsky qui perçoivent ces entretiens comme un jeu de dupes mené de manière cynique par Poutine, un jeu de dupes qui n'aurait d'autre but que de maintenir le projet criminel du dirigeant russe tout en donnant l'impression fausse de négocier.

Par ailleurs, les récentes déclarations du maître du Kremlin se comparant à Pierre le Grand confirment que nous avons à faire à un mégalomane monstrueux, narcissique et anachronique qui veut à tout prix entrer dans les livres d'histoire aux côtés de personnages mythiques qui ont nourri son imaginaire malade et atrophié.

J'en veux pour preuve cet article du Figaro que je vous mets en lien.

Dans cet article du FIGARO il y a une interview très intéressante de 20 minutes Serguei Jirnov, ancien espion soviétique et russe, qui vient de publier L'ENGRENAGE aux Editions Albin Michel.

Dans cette interview de l'article du Figaro Jirnov rappelle le mépris de Poutine pour les occidentaux et notamment pour Macron. Mais Jirnoc considère également que Poutine devient de plus en plus isolé au Kremlin et que donc il n'a plus une vraie conscience du réel.

Dans un tel contexte les entretiens avec Macron auraient au moins le mérite de le ramener sur Terre, selon lui.

Je comprends bien le point de vue de Jirnoc, qui est aussi celui de Hélène Carrère d' Encausse, mais je ne le partage pas.

Lisez ce que dit André Markowicz sur sa page facebook:

" Et est-ce que ça a servi à quelque chose, la « centaine d'heures au moins » que notre président aura passées au téléphone avec Poutine après le lancement de l'invasion ? Comment ne pas voir que Poutine ne comprend que le rapport de force direct, que la confrontation, — que la moindre complaisance avec lui lui donne des arguments pour continuer et pour nous mépriser ? — Poutine n’a jamais négocié sur rien, il n’a jamais reculé, sur rien, parce qu’il part de l'idée que les démocraties sont des régimes faibles et que, jusqu’à présent, la force a toujours marché. Ce sont toujours les démocraties qui ont reculé, et qui l’ont laissé faire — qu’on se souvienne de la Géorgie, ou de la Crimée. Il ne reculera pas plus aujourd’hui — de son propre gré. Pire encore : dès qu’il sent une faiblesse, il appuie dessus, et, lui, il humilie. N’est-ce pas la presse de Poutine qui explique à qui veut l'entendre — et il y a plein de gens qui veulent l'entendre — que Frédéric Lecler-Imhoff, tué en accompagnant un convoi humanitaire, n'était pas un journaliste, mais un agent secret, ou je ne sais pas quoi ? — Ça, au moment où Macron passe ses centaines d'heures passées à discuter ?...
Mais discuter de quoi ? On parle — de plus en plus — de négociations, alors que 20% du territoire ukrainien sont occupés (et nous savons dans quelles conditions). Des négociations sur quoi ? sur le fait de laisser la Russie annexer tout le Donbass et toute la province de Lougansk — là encore pour permettre à Poutine d'apparaître comme un vainqueur ? Et quid de Kherson ? — Et, naturellement, je ne parle pas de la Crimée. Et quid du million et plus de gens déportés d'Ukraine en Russie ? Et quid des enfants, déportés, eux aussi, et dont certains ont été déclarés adoptables, alors qu’ils avaient été arrachés à leurs parents ?"

En conclusion, je dirais donc que je me range du côté du président polonais.

Fallait-il maintenir des conversations avec Hitler durant ses agressions guerrières? Non !...

Pour Poutine on devrait appliquer la même règle et le laisser assumer tout seul ses initiatives barbares. Il s'est mis hors-jeu du concert des nations civilisées et on n'a plus aucune raison de le traiter avec le respect dû à un chef d' Etat, aussi puissant soit-il. C'est lui qui humilie son peuple à qui il devra de vraies explications tôt ou tard.

PS: On n'a bien évidemment aucun moyen de savoir si Macron négocie de manière intelligente, et j'ai plus que des doutes à ce sujet à cause des motifs invoqués par Markowicz et parce que Macron a trop insisté de manière maladroite sur sa volonté de ne pas vouloir humilier les russes. En revanche, je n'ai aucune raison de douter de sa sincérité ni de sa bonne foi.

Le président Macron se "décarcasse" pour tenter de débloquer la situation mais il récolte de drôles de fruits. A la télé russe, on se moque de lui, en le faisant passer pour un faiblard, une mauviette...De quoi renforcer davantage le point de vue du président polonais sur la pertinence de ces entretiens téléphoniques.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 09:07

Bonjour les amis,

La guerre en Ukraine est traumatisante pour ses millions de victimes, mais aussi pour les millions de citoyens à travers le monde qui n'acceptent pas d'assister, de manière impuissante, au triomphe du Mal dans sa plus abjecte expression.

Ce matin je suis tombé sur un article profondément choquant, mais illustratif de l'horreur de cette guerre, que je mets en lien ci-dessous.

Cet article édifiant, un de plus,  ne fait que confirmer des centaines, des milliers de témoignages sur les exactions de l'armée russe. Qu'on ne vienne pas me dire qu'il s'agit d'une fake news..Ce couple a été parfaitement tracé, identifié grâce à leurs portables...Par ailleurs, les milliers de viols qui ont été commis par l'armée russe ne peuvent nous faire douter de la réalité de ces monstruosités.

André Markowicz les dénonce sans arrêt sur sa page facebook. Les soldats de l'armée russe massacrent, violent, pillent et leurs familles en sont informées car elles acceptent les butins des pillages de leurs fils. Peut-on être plus misérable ?

Oui, ces familles acceptent qu'on leur envoie de la lingerie intime, des vêtements, des machines à laver, tout ce qui peut tomber sous la main de leurs fils transformés en soudards.

Le viol est considéré dans la convention de Genève comme un crime de guerre, mais les soldats russes s'en moquent d'autant plus qu'ils bénéficient d'un sentiment de parfaite impunité, qu'ils se sentent protégés par la complicité active de leur Etat-Major.

Cette conversation d'une jeune russe autorisant son mari à violer des ukrainiennes à condition qu'il se "protège" nous fait toucher du doigt le comble de l'abjection humaine.Là, c'est le pompon ! Tout le monde devient complice, y compris les femmes de soldats !...à gerber...C'est la nausée.

La nausée...
La nausée...

Hier je passais une journée agréable avec des amis, une journée ensoleillée et sereine. Nous avions pris notre repas sous la pergola du jardin et, pendant un moment, j'ai plissé les yeux et  imaginé qu'un cinglé à l'autre bout de la planète avait décidé de nous anéantir, de nous balancer des missiles sur la tronche...

J'ai imaginé un truc insensé, un truc de dingues, complètement irréel pour nous (mais pas pour les ukrainiens) et qui me rappelle la chanson LE SUD de NIno Ferrer...Écoutez-là jusqu'au bout...

"Un jour ou l'autre il faudra qu'il y ait la guerre
On le sait bien
On n'aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire
On dit, "c'est le destin"
Tant pis pour le Sud
C'était pourtant bien
On aurait pu vivre
Plus d'un million d'années
Et toujours en été..."

 

Voilà les amis...Le temps s'est arrêté pour moi le 24 Février 2022. J'essaie de partager un certain sentiment avec vous. Je ne suis pas vraiment surpris par l'émergence du Mal.

J'ai simplement peur qu'on s'y habitue, qu'on ne se creuse pas la tête pour l'éradiquer, qu'on oublie d'en faire une priorité.

J'ai peur qu'on retombe dans nos frivolités.

Pour sauver notre âme, il nous faut sauver l'Ukraine...et si nous n'en sommes pas capables, nous serons définitivement damnés.

 

Je terminerai mon billet du jour avec une simple image qui me touche, moi qui possède deux chats. C'est une image poétique, angoissante et tragique à la fois...une vision post-apocalyptique et mélancolique d'un chat livré à lui-même sur une balance abandonnée...Où sont passé les humains ? Le temps s'est arrêté pour le chat aussi...

Partager cet article
Repost0
17 avril 2022 7 17 /04 /avril /2022 12:56

Bonjour les amis,

Nous en sommes au 53 ème jour de la guerre contre l'Ukraine et je suis témoin du fait que sur les réseaux sociaux, et dans certains journaux digitaux, la propagande russe continue de nous inonder de ses infox.

La majorité des trolls ne fait que relayer des fausses explications concoctées directement en Russie.

D'autres, comme par exemple le jeune "philosophe" italien Diego Fusaro, se dédient corps et âmes à nous expliquer que la cause de tous nos grands malheurs serait l'expansion de l'Otan, et notre soumission à l'impérialisme américain. Un discours simpliste et manichéen complètement repris par les extrêmes-gauches et les extrêmes-droites en Occident.

A tous ceux qui croient que la monstrueuse attaque barbare contre l'Ukraine serait le fruit de l'expansionnisme de l'otan, Françoise Thom rappelle sur cette vidéo youtube à 51 min 30 secondes que les experts militaires russes eux-mêmes n'ont jamais considéré que les forces de l'otan représentaient un réel danger....Non! Le problème de l'otan pour le maître du Kremlin c'est que les pays qui y entraient se sentaient définitivement libérés de l'emprise russe. LIBRES ENFIN ! Comme par exemple la Lituanie qui vient de fermer le robinet de gaz et de renvoyer l'embassadeur russe....La liberté des pays limitrophes européens c'est ça qui était insupportable pour Poutine soucieux de restituer son influence sur ce qu'il considère sa zone hégémonique !

 

 

Un peu plus loin dans cette vidéo du 9 mars, l'un des intervenants pose la question à Françoise Thom sur le danger d'une escalade dans l'actuel conflit. Et sa réponse fait froid dans le dos.

Dans  son exposé (qui dure environ les premières 40 minutes de la vidéo youtube) , elle nous dépeint Poutine comme un dirigeant d'un autre siècle, très rusé certes, mais pas vraiment intelligent. La nuance est importante.

C'est un dirigeant arrogant envers tous les "petits pays", un autocrate stéroïdé assez ringard, qui obéit à des codes historiques désuets qui nous feraient mourir de rire si le sujet n'était aussi dramatique.

Dans son exposé Françoise Thom nous explique que les soviétiques s'étaient contentés de réviser l'histoire à leur profit, par contre Poutine veut la rejouer, la reprendre à l'époque de leur dernière grande victoire, celle contre les nazis, d'où le fait incroyablement surrréaliste d'accuser les ukrainiens de nazisme.

C'est un dirigeant qui, pour qu'il revienne à une certaine rationnalité, ne doit pas se sentir humilié.

Or, pour ne pas se sentir humilié, il doit ramener au moins une partie de l'Ukraine en Russie.

Il est donc à craindre qu'aucun moyen n'est à priori écarté de sa part pour arriver à ses fins (y compris l'usage d'armes nucléaires à courte portée).

Il y a là, pour nous occidentaux, une équation impossible à résoudre.

A l'heure où, en France, une certaine Marine Le Pen appelle de ses voeux une reprise des relations normales avec Poutine dès que la guerre en Ukraine "serait terminée", Françoise Thom, elle, nous explique que tant que Poutine est au pouvoir, tant que le régime russe n'est pas dépoutinisé, le monde devient terriblement dangereux et incertain, que la normalité n'est plus possible.

La chute de Poutine est une condition préalable à toute reprise de relations vraiment normales. C'est ce que suggère Boris Johnson (et pour une fois je suis d'accord avec lui), et c'est aussi ce que sous-entend Joe Biden.

Par contre, on sent en Europe qu'il y a des des responsables comme Marine Le Pen qui n'hésiteraient pas, à l'avenir,  à "normaliser" les relations avec le boucher de l'Ukraine, pareil pour Viktor Orban récemment réélu...MLP en appelle aux "intérêts" de la France et se situe déjà dans une hypothétique après-guerre dont personne ne peut savoir à quoi elle ressemblerait. Ce sont des propos qui me paraissent d'une incroyable indécence à un moment où chaque jour nous apporte son lot de charniers en Ukraine. Les ukrainiens se font massacrer de manière barbare et MLP nous parle des intérêts de la France ! Bonjour la solidarité !

Par ailleurs MPL donne à entendre qu'elle serait prête à lever des sanctions contre la Russie sans même savoir ni connaître quelles seraient les conditions de la paix future. C'est pour le moins frivole (euphémisme), et indigne d'une Présidente de la République.

Si je devais voter en France au 2ème tour je ne douterais pas une seule milliseconde et ferait barrage à sa candidature en glissant dans l'urne, en me mouchant le nez, le bulletin d'Emmanuel Macron.

Poutine a perdu le respect de ses homologues internationaux. Il ne fait plus vraiment partie du "jeu mondial".

Seule la menace permanente à laquelle il tente de nous soumettre lui donne du protagonisme.

Le lemme de Poutine est devenu: "Je menace donc je suis! ". Un jour ce sera: " J'aboie donc je suis ! "

En fait Poutine est déjà définitivement humilié, hors-jeu, car les dirigeants des démocraties occidentales dignes de ce nom n'iront plus jamais serrer la main de ce criminel contre l'humanité.

Ce terrible constat fait de lui un personnage historique qui est devenu hautement dangereux.

Même si on peut espérer que sa raison n'est pas encore défaillante et que Poutine n'est pas un fou, sa logique l'enferme dans un piège qu'il s'est lui-même tendu et qui ne peut amener que des folies meurtrières.

J'ai parlé d'équation impossible. En fait les seules solutions à cette équation sont malheureusement improbables à l'heure où j'écris ces lignes. Les seules vraies solutions seraient la révolution de palais ou des manifestations gigantesques en Russie contre la guerre...

J'appelle de tous mes voeux l'émergence d'une rébellion russe. Pour aussi improbable qu'elle puisse paraître il ne faut jamais désespérer. L'histoire n'est jamais écrite d'avance.

 

 

 

L'équation impossible de Poutine...

Je terminerai mon billet avec un conseil de lecture, avec l'ouvrage que Françoise Thom a consacré à Poutine.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2022 7 10 /04 /avril /2022 07:23

Bonjour les amis,

Tout indique que dans les prochains jours on va assister à un tournant dans la guerre contre l'Ukraine. 

Il y a des signes très inquiétants.

D'abord la date butoir du 9 Mai, jour de la fête militaire la plus importante de Russie, pour laquelle Poutine doit absolument présenter une victoire à son peuple.

Par ailleurs le Kremlin admet désormais que son armée a subi des pertes et que celles-ci sont considérables. «Nous avons subi des pertes militaires importantes», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, lors d’une interview jeudi soir à la chaîne britannique Sky News. «C’est une immense tragédie pour nous», a ajouté M. Peskov, qui n’a pas donné des chiffres. 

Le fait que le porte-parole russe soit sorti  du langage de la propagande triomphante habituelle et qu'il reconnaisse des pertes importantes a sans doute pour objectif de justifier une riposte guerrière dont on peut craindre l'extrême brutalité. Cette demi-confession de ce responsable est sans doute le prélude à une nouvelle tragédie froidement préméditée.

Enfin, le Kremlin vient de désigner un nouveau commandant en chef, Aleksander Dvornikov, un homme dont le rôle-clé joué en Syrie n'augure rien de bon.

Voila ! Nous sommes prévenus. Poutine est tragiquement prévisible.

Il nous envoie son Terminator.

On connaît le nom du nouveau TERMINATOR chargé de liquider le Donbass...

A l'heure où se discutent à Bruxelles de nouveaux paquets de sanctions économiques contre la Russie, on voit bien que la priorité est ailleurs. Les sanctions tardent beaucoup de temps à produire leurs effets....Le temps qu'elles le fassent le Donbass sera largement liquidé.

C'est donc l'envoi d'armes offensives qui urge terriblement et on comprend l'éxaspération de Zelensky. Son armée doit être en mesure de rendre les coups, y compris de prendre des initiatives car, si tel n'était pas le cas, vous pouvez faire confiance à Dvornikov pour réduire le Donbass à un tas de cendres.

L'Union européenne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis vont apporter des armes bien plus puissantes et sophistiquées (missiles Patriot, missiles S-300, drones kamikazes,missiles anti-aérien Stinger,etc...) pour aider l'armée ukrainienne.

Il est évident que l'usage de ces armes nécessitera l'envoi d'instructeurs pour les rendre opérationnelles.

Et c'est là qu'on peut se douter de la future réaction de Poutine. Il va accuser l'Otan de participer à ce conflit, ce qui lui donnera l'excuse pour justifier des réactions brutales et prévisibles comme, par exemple:

-  attaquer un pays de l'Otan.

- employer en Ukraine des armes non-conventionnelles bactériologiques ou chimiques comme en Syrie

Je fais confiance aux services d'intelligence occidentaux pour lire correctement les intentions du tyran russe.

Une course contre la montre est engagée.

Le conflit ukrainien pourrait durer des années selon certains experts mais on peut aussi se dire que les jours et semaines prochaines vont être déterminantes.  

PS: les sondages officiels indiquent que 80% du peuple russe est derrière Poutine mais, bien évidemment, ces chiffres, au royaume de la propagande et de la censure, n'ont aucune valeur.

Je vois à la télévision espagnole que la situation en Russie n'est pas désespérée. Sur leurs réseaux sociaux de nombreux internautes mettent en doute les explications officielles au sujet des tueries de ces dernières semaines.

On y apprend aussi que de très nombreux militaires se refusent à partir en Ukraine et préfèrent " être démissionnés"....La vérité est en train de filtrer. C'est un grand signe d'espoir. Le temps ne joue pas en faveur du Tyran...tic-tac...tic-tac...

Partager cet article
Repost0
7 avril 2022 4 07 /04 /avril /2022 17:06

Bonjour les amis,

La guerre en Ukraine serait probablement déjà finie ou en voie de résolution  si le peuple russe avait accés aux informations internationales. Une censure de plomb, accompagnée de lourdes peines de prison, permet à Poutine de mener une guerre sanguinaire sans rencontrer de réelle opposition dans un pays de 140 millions d'âmes.

Notre tendance naturelle est donc de ne pas associer directement le peuple russe aux atrocités qui se commettent actuellement en Ukraine.

Jonathan Littell nuance cette vision très simpliste et a écrit une lettre ouverte à ses amis russes "intellos" dans laquelle il les interpelle un peu vertement, en les mettant, eux-aussi, face à leurs responsabilités.

Cette longue lettre n'est malheureusement disponible intégralement que pour les abonnés, et c'est bien dommage. Elle repasse les dernières 30 années de la Russie et je ne reprendrai que certains éléments de cette lettre très instructive.

Jonathan Littell explique bien de quelle manière ses amis russes n'ont pas su défendre leur démocratie tant qu'ils avaient encore le droit de prendre la parole.

Il les accuse d'avoir été bien silencieux, apathiques, quand des journalistes ou des opposants au régime mouraient empoisonnés ou assassinés.

Plus tard, quand la démocratie a été séquestrée par le duo Medvedev-Poutine avec une facilité déconcertante qui permet aujourd'hui à Poutine de rester au pouvoir jusqu'en 2036, Littell interpelle ses amis: " Comment avez-vous pu être si passifs?". Et oui, c'est à se le demander...

Dans cette lettre Littell raconte que lorsqu'il témoignait à Moscou des atrocités commises en Tchétchénie par les troupes russes, ses amis lui répondaient: " Laisse -nous un peu avec ta Tchétchénie". Ce à quoi Littell répondait: " Mais c'est Votre Tchétchénie. ce sont VOS massacres...moi, je ne suis qu'un observateur étranger".

Littell raconte aussi comment il a perdu des amis en Russie parmi ceux qui ont fini par devenir, tout en s'en défendant, de plus en plus complices de ce régime.

A la fin de sa lettre Jonathan Littell appelle ceux qui font encore partie de ses amis à s'insurger, à prendre exemple sur les manifestations de Maïdan qui ont réussi à réinstaurer la démocratie en Ukraine et à faire fuir le président fantoche installé par les russes..

Il dit à ses amis. " C'est l'heure de votre Maïdan. Soyez perspicaces, stratégiques. Trouvez un moyen d'y arriver. Les ukrainiens y sont parvenus".

Effectivement la police de Moscou peut contrôler une manifestation de 10 000 personnes voire de 100 000 mais à 300 000 elle serait débordée.

Mais Littell ne se fait pas d'illusions sur ses amis intellos qui ne seront finalement pas les vrais acteurs de cette histoire. Il leur dit qu'ils ne servent à rien (ou pratiquement à rien), que si la révolte gronde un jour , elle viendra non pas des villes mais des campagnes quand le peuple souffrira des conséquences économiques de cette guerre.
 

 

Cette longue lettre m'a interpellé à plusieurs niveaux.

Quand les premiers signes d'autoritarisme criminel sont apparus la réaction sociale n'a pas été suffisante.Tout cela ressemble à la chronique d'une mort annoncée. Si on ne réagit pas dès les premiers signes de durcissement, tout devient ensuite bien plus compliqué une fois que le pouvoir a mis en place des mesures "légales" de répression.

Cette lettre nous ouvre aussi les yeux sur les responsabilités de tout un chacun. On ne peut pas dédouaner toute la population russe de cette tragédie. Trop simple. Trop facile.

Il y a ceux qui savent et qui voulaient ça (les vrais salauds et fachos sur lesquels je ne m'étendrai pas), il y a les nostalgiques soviético-ringards, ignorants, manipulés, à côté de la plaque, qui croient que la grandeur de leur pays se mesure au nombre de kilomètres carrés, il y a le peuple d'en bas maintenu dans l'ignorance et donc pas coupable mais qui pourrait bien finir par mettre en danger le pouvoir absolu, et puis il y a les intellos qui ont raté leur rendez-vous avec l'histoire et qui n'ont pas été capables d'organiser une rébellion démocratique, d'indiquer une 3 ème voie. Entre le saccage du pays organisé par les oligarques de Yeltsine et le retour à un autoritarisme mafieux proposé par Poutine, il fallait tenter la voie démocratique...Bin, c'est raté...

Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 16:34

Bonjour les amis,

Je lis avec beaucoup d'intérêt tout ce qui peut me permettre de comprendre les intentions de l'agité du bocal qui a agressé de manière barbare l'Ukraine.

Depuis le début de la guerre contre l'Ukraine André Markowicz (écrivain et traducteur) écrit des chroniques quotidiennes d'un grand intérêt sur sa page facebook.

Donc je tiens avant toutes choses à vous communiquer le lien vers sa page et vous invite chaudement à la suivre :

https://www.facebook.com/search/top?q=andr%C3%A9%20markowicz

Les articles d'André Markowicz apportent souvent un contrepoint informatif qui complète les points de vue que je peux lire sur les médias plus habituels.

Voici un exemple, avec un extrait de sa chronique du jour.

" Sur le terrain, l'armée russe recule mais se renforce, et se concentre, comme annoncé, sur toute la partie est de l’Ukraine, et, là, les combats sont d’une intensité encore jamais atteinte. Il s'agit visiblement pour les troupes de Poutine de conquérir militairement non plus tout le pays, mais cette province du Donbass et d'élargir ainsi les enclaves sécessionnistes. Je ne sais pas, et je ne vais pas, commenter les combats. Disons juste ça : oui, ce sont des combats décisifs, absolument terribles, et les Russes mettent toute la puissance qu’ils ont dans la balance. Ils le font avec une énergie d'autant plus terrible qu’ils sont lancés dans une course contre la montre : d’ici un mois, deux mois, l'économie russe ne peut pas manquer de s’effondrer, et, là, Poutine ne pourra plus du tout apparaître comme vainqueur de quoi que ce soit. Il faut donc que ces terres soient conquises avant. Conquises, — et pas seulement conquises : vidées de la plupart de leurs habitants, parce que, dans l'idée de Poutine, il va s'agir de faire comme ce qui se passe pour l'Ossétie du Sud en ce moment, — par la voie d’un référendum « d'initiative populaire » d'intégrer ces territoires à la Russie. Or, la population, je le répète, russophone, de ces territoires, s’est dressée contre ses soi-disant libérateurs, et c’est sa résistance qui a permis de mettre en échec « l'opération spéciale » lancée par l’état-major russe. Et donc, d’une façon ou d’une autre, il faut que ces russophones-là disparaissent et les Russes les font disparaître, ils les jettent sur les routes, à défaut de pouvoir les tuer tous. Et oui, je le répète encore, nous assistons à un nettoyage ethnique d’une ampleur absolument inédite sur le territoire de l'Europe depuis la Deuxième guerre mondiale. J’ai l'impression que Poutine a un exemple en tête : Kœnigsberg, rasée en 1945, les habitants massacrés et chassés, et remplacés par des Russes. Et la ville devient Kaliningrad. Une ville totalement russe..."

Le Donbass est bien victime d'un nettoyage ethnique...

C'est quand même incroyable que ce diagnostic émis par un observateur non-professionnel de la politique internationale, je ne l'ai lu dans aucun article, aucun grand média.

En tout cas, je ne l'ai jamais lu exposé d'une manière aussi tragiquement lucide et clairvoyante.

Pour que Poutine puisse sauver son lot de consolation, en ramenant le Donbass en Russie, il lui faut préalablement procéder à un nettoyage ethnique. Ce n'est pas une guerre militaire, elle se dirige d'abord et avant tout contre les civils. C'est un énorme crime de guerre..Pour le tyran du Kremlin c'est une nécessité arithmétique. C'est ça l'horrible vérité...

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2022 7 27 /03 /mars /2022 07:33

Bonjour les amis,

Depuis le début du conflit ukrainien mon esprit ne cesse de tourner et de retourner certaines questions qui me paraissent d'un enjeu vital car elles vont probablement conditionner un nouvel ordre mondial dont nous ignorons tout encore.

Hier, un bon ami qui sait que je suis plongé corps et âme dans cette problématique m'a indiqué l'existence d'une visioconférence sur ce thème de Bertrand Badie, spécialiste de relations étrangères, professeur à Sciences-Po.

Alors j'avoue que cette visioconférence m'a été d'une très grande utilité pour m'aider à avancer dans la réflexion.Ça dure 2 heures et je n'en ai pas perdu une miette.

Badie commence son exposé par toute une série de remarques souvent interessantes et instructives, notamment sur notre tendance à commettre des parallèles historiques abusifs ou pas pertinents.

Avant d'analyser les futures possibles solutions au conflit il dédie pas mal de temps à contredire un certain nombre d'idées reçues. Avant d'entrer au coeur du problème, il nous explique tout ce que cette guerre n'est pas (contrairement à ce que nous avons trop tendance à croire).

Dans la suite de son exposé, je note qu'il considère Poutine comme un dictateur d'un autre temps qui n'a pas compris que le monde a changé et que son armée, pour aussi puissante qu'elle soit, ne peut pas vaincre certaines batailles...il parle à juste titre de l'existence de 3 guerres simultanées et doute de la capacité de lecture de Poutine sur l'impact des événements qu'il provoque... Tout est trop inédit pour lui, trop incertain...Je suis d'accord avec Badie quand il parle de guerre non codifiée (contrairement à ce que fût la guerre froide)...Il y a trop d'éléments inédits, pas interprétables par Poutine...Son cerveau kagébiste n'est pas câblé pour qu'il fasse une lecture correcte de ce qu'il provoque. Il a déclenché un jeu macabre dont, contrairement à ce qu'il pensait, les règles ne sont pas écrites. Elles s'écriront au fur et à mesure du "jeu".

Ce qu'il dit sur l'ONU est sans appel....son manque de protagonisme est absolument terrifiant...un secrétaire général insignifiant dont le rôle est nul...l'ONU réduite à un rôle de spectatrice.

A la fin de l'exposé proprement dit, à 1 heure 2 minutes, Badie parle d'un dilemme odieux. Faut-il privilégier la paix ou le droit ? sachant que la 2 ème option peut entraîner un nombre incommensurable de victimes.

Mais Badie pointe aussi le fait que certains comportements historiques échappent à la rationnalité, Il prend un exemple qui n'a rien à voir: " Il y a plus de 50 000 morts au fond de la Méditerranée mais ça n'empêche pas des départs de migrants tous les jours..." La mort, contrairement à ce que croit Poutine, n'est plus un frein...

A la fin de l'exposé Badie répond à un certain nombre de questions vitales pour l'avenir. Il explique notamment que le comportement de la Chine (contre lequel je me suis insurgé dans mes papiers précédents) fait partie de sa tradition diplomatique, de sa doctrine. Selon lui, il n'y a rien de neuf.

Je vous laisse découvrir tout ça. Je vous conseille de prendre tranquillement 2 heures pour l'écouter car son long préambule est nécessaire pour accepter ensuite un certain nombre de ses conclusions postérieures.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2022 6 26 /03 /mars /2022 11:51

Bonjour les amis,

Les autorités russes viennent d'annoncer un changement de stratégie:

Le Kremlin a affirmé que l'armée russe allait se concentrer sur la "libération" de l'Est de l'Ukraine, affirmant avoir atteint les objectifs initiaux de l'opération militaire qu'elle mène dans ce pays depuis le 24 février.

 

 

C'est un premier recul important... C'est un AVEU D'ECHEC TOTAL et une démonstration que la folie criminelle, barbare et destructrice de Poutine ne trouve plus aucune justification et se retourne contre lui. Il renonce à s'approprier l'Ukraine et va essayer de récupérer le Donbass qui devient le lot de consolation du tyran...

La guerre n'est certainement pas finie, mais le vent tourne...

Certains éléments pointés du doigt par des observateurs étrangers, certaines absences médiatiques de personnages-clés du pouvoir poutinien, permettent de penser que les luttes internes ont déjà commencé.

Par ailleurs, j'ai écouté hier sur youtube Hélène Carrère d'Encausse, que je respecte beaucoup, parler du drame que ce conflit suppose pour le peuple russe également. 

J'avais suivi une conférence dans les années 80  d'Hélène Carrère d' Encausse qui était venue présenter son livre de l'époque L'EMPIRE ÉCLATÉ à Valenciennes, un livre lucide et prémonitoire qui annonçait la fin de l' URSS..

Dans cette vidéo youtube, mise en lien ci-dessous,  l'académicienne dit plein de chose intéressantes et, à la minute 43, elle regrette que la Russie n'ait plus de grande autorité spirituelle.

Il est clair que l'église orthodoxe a été complètement instrumentalisée par le pouvoir et qu'on ne peut que regretter qu'elle ne tempère pas les ardeurs bellicistes de Poutine. Cette église est sans doute également coupable aujourd'hui de son silence, et un jour, il lui faudra rendre des comptes.

Mais, malgré tout, j'émettrais quand même un léger  bémol à ce commentaire d'Hélène Carrère d'Encausse, elle qui connaît si bien la Russie profonde.

Le peuple russe est très cultivé et c'est un grand peuple de 140 millions d'habitants  qui n'a pas vraiment besoin d'une grande autorité spirituelle ou d'un grand guide qui lui indique ce qu'il doit penser.

Cet appel de l'académicienne au retour d'une grande autorité morale est presque insultant pour les russes, comme si ce peuple n'avait pas atteint une maturité suffisante.

Non, la Russie souffre de manque de liberté, de la censure et de l'absence de débats contradictoires.

Tous les médias indépendants ont été supprimés ce qui permet aux mensonges du pouvoir de prospérer.

Poutine n'a plus de comptes à rendre à personne.

La Russie est redevenue sous sa férule une dictature. Elle n'a besoin que de liberté.

Sans la censure du pouvoir cette guerre serait déjà terminée...avec ou sans grande autorité morale !

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 09:06

« Le Kremlin répand intentionnellement des mensonges purs et simples selon lesquels les États-Unis et l’Ukraine mènent des activités liées à des armes chimiques et biologiques en Ukraine », a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price dans un communiqué.

« Nous avons aussi vu que des responsables de la République populaire de Chine colportaient ces théories du complot », a-t-il ajouté.

« Ce n’est pas la première fois que la Russie invente de telles fausses accusations contre un autre pays », a-t-il affirmé, assurant qu’elles avaient été « infirmées de manière définitive et à plusieurs reprises ».

Interrogée mardi lors d’une audition parlementaire, la numéro trois de la diplomatie américaine Victoria Nuland avait affirmé que l’Ukraine disposait « d’installations de recherche biologique ».  

« Nous sommes de fait à présent assez inquiets par la possibilité que les forces russes tentent d’en prendre le contrôle », avait-elle ajouté, assurant travailler avec les Ukrainiens pour éviter que ces matériaux sensibles « puissent tomber aux mains » de Moscou.

Un sénateur républicain, Marco Rubio, avait alors souligné que la « propagande russe » avait fait état d’un prétendu « plan » ukrainien visant à utiliser « des armes biologiques dans le pays avec la coordination de l’OTAN ».

« C’est une technique russe classique que d’accuser les autres de ce qu’ils envisagent de faire eux-mêmes », avait répondu Victoria Nuland.

Mercredi, la Maison-Blanche a renchéri. « Maintenant que la Russie a émis ses fausses accusations et que la Chine semble faire sienne cette propagande, nous devons surveiller tout possible recours par la Russie à des armes chimiques ou biologiques en Ukraine », a prévenu sa porte-parole Jen Psaki sur Twitter.

Elle a affirmé que les États-Unis respectaient « pleinement » les textes internationaux sur ces armes interdites, contrairement à la Russie, que les Occidentaux accusent d’avoir « empoisonné » des opposants et soutenu le régime syrien « qui a utilisé de manière répétée des armes chimiques ».  

 

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price

En attaquant, Poutine a montré d'énormes faiblesses. Sa machinerie guerrière est puissante mais très mal gérée d'un point de vue logistique. Sa stratégie militaire est archaïque, barbare.

Plus Poutine s'embourbe et plus on peut craindre l'utilisation d'armes interdites par les conventions internationales, comme ça a déjà été le cas en Syrie.

Le fait que les russes accusent les ukrainiens de ce qu'ils ont l'intention de faire eux-même est un terrible signe prémonitoire. Le fait que Joe Biden confirme ces probables intentions a de quoi faire frémir les ukrainiens.

J'avais indiqué dès le début du conflit que la Chine jouerait un double-jeu particulièrement pervers et immoral.

Tout se confirme malheureusement.

Le fait que Pékin relaie les mensonges russes me paraît aussi grave que les mensonges russes eux-mêmes.

À Poutine la palme d'or de la monstruosité et de la barbarie.

À Xi Jinping celle de la perversité et de l'immoralité.

Seul élément rassurant: la Chine a plus à perdre qu'à gagner en mettant en échec les sanctions de l'Occident. Le double-jeu a donc ses limites, non pas guidées par le droit international, ni par le désir d'amener la paix dans le monde, mais par le simple fait très pragmatique que la Chine commerce bien plus avec l'Occident qu'avec la Russie.

C'est ce en quoi confie Joe Biden pour freiner la dérive chinoise...nous aussi.

Amen !

Partager cet article
Repost0
22 mars 2022 2 22 /03 /mars /2022 09:02

Bonjour les amis,

Cette aventure folle et meurtrière dans laquelle s'est lancée le président Poutine plonge le monde dans le pire des cauchemars et dans d'innombrables interrogations.

Jusqu'où ira cette folie ? Qu'est-ce qui va  l'arrêter ? Va t'on vraiment l'arrêter ?

Voici quelques réflexions de Christine Ockrent sur ce sujet.

Pour essayer de trouver des éléments de réponses à ces questions posées en préambule je lis en ce moment des livres d'auteurs qui ont été assez lucides et clairvoyants  AVANT le conflit et qui me permettent aujourd'hui de mieux cerner la personnalité de Poutine.

J'ai d'abord lu le livre de Michel Eltchaninoff, DANS LA TETE DE VLADIMIR POUTINE. L'auteur a étudié tous les discours et tous les écrits du maître du Kremlin, ses inspirations nationalistes et hégémoniques russes, sa haine et son mépris de la démocratie, de l'occident. Tout cela est dans son livre et on se rend compte, avec effarement, que Poutine est en train de mettre en application un projet qui est rédigé noir sur blanc. il suffisait de l'écouter et de le lire. Par ailleurs, on vient maintenant de comprendre que lorsque Poutine faisait certaines plaisanteries, c'était à prendre au premier degré. Là, plus personne ne rigole maintenant...

J'ai commencé la lecture du livre d' Isabelle Mandraud POUTINE: LA STRATEGIE DU DESORDRE qui confirme les craintes exprimées dans l'ouvrage d'Eltchaninoff et qui nous explique les multiples stratégies kagébistes utilisées par le despote pour créer désordre et division en dehors de son espace. Des stratégies qui ont été déjà  très fructueuses.

Par ailleurs le livre explique aussi que le système politique russe se donne des apparences "démocratiques" avec des élections en trompe-l'oeil, sans réelle opposition, étant donné que les vrais opposants ont été soit liquidés, soit écartés par mille moyens antidémocratiques, voire criminels. Il faut se rendre à l'évidence. La Russie est redevenue une dictature, qui plus est, une dictature sanguinaire.

Cette fois-ci ce n'est plus la Corée du Nord qui a un dirigeant isolé du reste du monde mais le plus grand pays de la planète (enfin, grand par la taille...pas par son PIB qui est le 12 ème mondial et qui passe derrière celui d'un petit pays comme la Corée du Sud !!! Ce qui en dit long sur l'inefficacité de l'économie russe...et ce qui explique aussi les vrais motifs de la guerre).

J'ai aussi en liste d'attente LES OLIGARQUES de Christine Ockrent, ces oligarques qui pourraient jouer un rôle mais qui semblent aujourd'hui dans l'incapacité de freiner la course folle dans laquelle Poutine s'est engagé.

Ce qui est frappant, c'est de voir à quel point en occident on a été bien naïfs de croire que nous étions en position de rendre impossible la mise à éxécution du projet eurasiste du chef du Kremlin.

Là, maintenant, on est complètement redescendu de notre petit nuage. Poutine nous a tous ramené sur Terre, 50 ans en arrière, et il y a un certain nombre de questions qu'on ne se posera plus pendant au moins trois décennies.

La première des questions définitivement résolues concerne l'existence de l'Otan. Poutine nous a bassiné depuis deux décennies en nous reprochant de ne pas avoir dissous cette alliance au moment où le pacte de Varsovie disparaissait.

L'agression brutale du 24 Février au coeur de l'Europe renforce complètement l'Otan et va en faveur de cette expansion de l'alliance contre laquelle Poutine prétendait lutter. Des pays comme la Finlande et la Suède qui n'en faisaient pas partie étudient maintenant sérieusement leur intégration. Et puis, tous les pays de l'ex-URSS comme la Pologne, la Roumanie, La Hongrie, les Républiques Baltes bénissent le ciel d'être protégés par le parapluie que leur offre l'Otan. Voilà au moins une grande question qui ne se pose plus.

Les militants anti-otan de l'extrême-gauche et de l'extrême-droite sont disqualifiés pour très longtemps. Leur bataille est définitivement vaine et perdue.

Deuxième question associée à la première. Le rôle de l'armée et son budget. L'attaque contre l'Ukraine est un électro-choc. Nous avons impérativement besoin d'une armée crédible, bien préparée. Quel dirigeant europeén osera mettre en doute ce principe à l'avenir ? Aucun ! Ce sera évident notamment durant la campagne électorale française. 

La troisième question concerne l'Europe.

Cette unité affichée par les 27 pays pour prendre des sanctions économiques contre la Russie est inouÏe. C'est du jamais vu.

L'agression russe vient de recréer une unité perdue, une union sacrée. Même la Grande-Bretagne isolée par son Brexit est à nos côtés et reprend sa place géographique européenne.

Nous dissertions depuis plus de 20 ans sur ce qu'est l'Europe. Poutine a réussi à nous mettre d'accord sur ce que nous ne sommes pas et sur ce que nous voulons défendre.

Notre identité européenne devient limpide.

Nous croyons en la démocratie, en la liberté, en l'Etat de droit, en la paix. Nous ne considérons pas que la guerre est le moyen naturel de masquer un grand échec économique.

Poutine vient de nous rappeler cruellement que la paix n'est pas un mot en l'air, que ce n'est pas qu'une belle parole chantée par de doux poètes.

Non ! La paix se maintient de manière durable tant qu'on ne s'endort pas sur elle.

Pour reprendre la phrase du haut représentant de l'UE aux affaires étrangères, Josep Borrell:

"Nous devons être préparés au pire tout en désirant le meilleur"

Ce principe simple et clair comme de l'eau de roche va nous guider très longtemps.

Bienvenue au XXI ème siècle...Un siècle qui est  pour l'instant un siècle de merde mais qu'il nous faut affronter courageusement pour le rendre meilleur.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0