Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2022 2 21 /06 /juin /2022 09:17

Bonjour les amis,

Il est certains faits divers qui parfois nous en disent plus sur notre société que les articles qui font les gros titres des journaux.

C'est le cas de l'info dont je vais vous parler aujourd'hui. Quand j'ai lu le titre de l'article du FIGARO j'ai cru d'abord qu'il s'agissait d'un pastiche du GORAFI, mais non, il s'agissait bien de la réalité vraie si vous me permettez ce pléonasme.

Mais lisez plutôt cet article édifiant !

Avant de me livrer à quelques commentaires, je partage avec vous ce très beau texte que les élèves devaient commenter:

Sylvie GERMAIN (née en 1954), Jours de colère, Chants, «Les frères», 1989 Situé dans un passé indéterminé, le roman de Sylvie Germain Jours de colère prend place dans les forêts du Morvan. Le texte suivant est extrait d’un chapitre intitulé «Les frères». Il présente les neuf fils d’Ephraïm Mauperthuis et de Reinette-la-Grasse.

«Ils étaient hommes des forêts. Et les forêts les avaient faits à leur image. À leur puissance, leur solitude, leur dureté. Dureté puisée dans celle de leur sol commun, ce socle de granit d’un rose tendre vieux de millions de siècles, bruissant de sources, troué d’étangs, partout saillant d’entre les herbes, les fougères et les ronces. Un même chant les habitait, hommes et arbres. Un chant depuis toujours confronté au silence, à la roche. Un chant sans mélodie. Un chant brutal, heurté comme les saisons, - des étés écrasants de chaleur, de longs hivers pétrifiés sous la neige. Un chant fait de cris, de clameurs, de résonances et de stridences. Un chant qui scandait autant leurs joies que leurs colères.

Car tout en eux prenait des accents de colère, même l’amour. Ils avaient été élevés davantage parmi les arbres que parmi les hommes, ils s’étaient nourris depuis l’enfance des fruits, des végétaux et des baies sauvages qui poussent dans les sous-bois et de la chair des bêtes qui gîtent dans les forêts ; ils connaissaient tous les chemins que dessinent au ciel les étoiles et tous les sentiers qui sinuent entre les arbres, les ronciers et les taillis et dans l’ombre desquels se glissent les renards, les chats sauvages et les chevreuils, et les venelles que frayent les sangliers. Des venelles tracées à ras de terre entre les herbes et les épines en parallèle à la Voie lactée, comme en miroir. Comme en écho aussi à la route qui conduisait les pèlerins de Vézelay vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils connaissaient tous les passages séculaires creusés par les bêtes, les hommes et les étoiles.

La maison où ils étaient nés s’était montrée très vite bien trop étroite pour pouvoir les abriter tous, et trop pauvre surtout pour pouvoir les nourrir. Ils étaient les fils d’Ephraïm Mauperthuis et de Reinette-la-Grasse».

 

Pistes de corrections du commentaire de texte:

Suggestion de plan:

I - Les «hommes des forêts»: une nature humaine farouche

II - Un portrait des frères construit comme un paysage: la symbiose des hommes et de la forêt

III - Un hymne à la puissance sauvage et indomptée de la Nature

Alors il faut avouer que cette affaire c'est quand même le pompon. 

L'écrivain dont le très beau texte a été sélectionné pour le bac a reçu des menaces de mort et de viol sur tweeter, dans un style que je ne vais pas reproduire ici mais qui démontre l'illétrisme de leurs auteurs, mais aussi leur état de délabrement moral et intellectuel.

Une meute de crétins s'est lâchée sur tweeter.

J'ai bien peur que ces jeunes-là soient tellement incultes qu'ils n'ont même pas conscience d'avoir commis un ou plusieurs délits: menaces, insultes, incitations à la haine, etc...

Et oui, ils sont tellement ignorants qu'ils ne savent même plus quand ils enfreignent la loi.

Audiard disait que les cons ça ose tout et ici on a un bel échantillon de connerie qui illustre son aphorisme.

Et maintenant, ami lecteur, je vous demande de faire un tout petit effort d'imagination.

Si des élèves sont suffisemment débiles pour insulter et menacer sur tweeter (et donc en laissant des traces écrites et des preuves de leurs méfaits) un écrivain qui a acquis une grande notoriété publique, essayez d'imaginer ce que sont capables de faire ces mêmes élèves à un professeur qui leur a donné un examen qu'ils jugent un peu trop difficile à leur goût.

S'ils sont capables de publier de telles horreurs sur tweeter au vu et au su de tout le monde, que sont-ils capables de faire au sein d'une classe à l'abri du regard des autres ?

Par ailleurs, et indépendamment du contenu de l'épreuve de français, il faut quand même rappeler que l'une des missions de l'école publique est de former de citoyens suffisemment responsables pour qu'ils soient au moins capables de savoir quand ils enfreignent les normes sociales de bonne conduite et la loi.

Or, il semble bien que ces élèves sont tellement habitués à insulter et à menacer en toute impunité qu'ils ne se rendent même plus compte de leurs infractions car elles font partie intégrante de leur façon d'être et de s'exprimer. Donc c'est un double fiasco pour l'école et pour la société.

Enfin, nous sommes arrivés à un point où il faudrait censurer la beauté d'un texte ou l'intelligence d'une pensée car elle offenserait les élèves incultes qui ne sont pas capables de l'appréhender, qui se sentiraient exclus et qui y verraient une forme de ségrégation insupportable. Un grand merci donc aux néopédagogues qui, durant les dernières décennies, nous ont expliqué que, au nom de l'inclusion, l'élève a toujours raison (et ses parents aussi...).

Là, on récolte les justes fruits de la démission et de la lâcheté des décideurs des nouvelles politiques pédagogiques.

Je terminerai avec une petite pensée pour ces "pseudo-profs" recrutés en 30 minutes en job dating, sans aucune préparation professionnelle, car ils ne savent peut-être pas à quoi ils seront confrontés lors de la prochaine rentrée.

Ces jeunes sauvageons dont je parle aujourd'hui  vont leur offrir en septembre un très dur et très cruel bain de réalité.

Bienvenue au sein de l'EN. You are welcome!...🤣😭

PS: voici un autre lien intéressant qui complète mon billet d'humeur du jour.

https://www.bvoltaire.fr/baccalaureat-une-nouvelle-victime-nommee-sylvie-germain/

 

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 13:13

Bonjour les amis,

Demain 31 août 2021 je serai officiellement en retraite.

Même si c'est une décision librement choisie elle ne correspond pas à ce qui était mon souhait.

En effet, j'avais décidé d'enseigner jusqu'au moins 65 ans. Je m'en sentais la force et l'envie mais les contraintes qui nous ont été imposées dans le monde éducatif ces dernières années m'en ont dissuadé.

Faisons d'abord un petit retour arrière sur le début de l'année scolaire 2020/2021. Au mois de septembre 2020, et à cause de la pandémie, mes élèves étaient en régime semi-présentiel. Eux, ils venaient un jour sur deux, mais moi je faisais un nombre d'heures de cours correspondant à un emploi du temps complet. J'allais tous les jours au lycée, j'avais donc le double de groupes (forcément, vu que ceux-ci ne venaient qu'un jour sur deux !), et faisais cours avec un masque, ce qui, bien évidemment, me fatiguait davantage que de normale.

Or, il se touve qu'après ces journées fatigantes on me demandait l'après-midi et en soirée de prendre en charge via plateforme informatique les élèves qui n'avaient pas pu aller en classe.

Soyons clairs. Mes élèves allaient au bahut un jour sur deux mais moi je travaillais à temps plein presque deux fois.

Je vous fais une comparaison.

C'est comme si à un employé qui travaille dans une entreprise et qui fait un horaire complet (par exemple son service du matin) on lui demandait de faire aussi le service de l'après-mdidi en travail  télématique. Grosso modo on doublait ma charge de travail et, soit-dit en passant, sans la moindre compensation financière, mais c'était pas ça le plus grave : le plus grave, c'était que j'étais exténué...J'étais d' astreinte 24h sur 24, y compris les week-ends.

Alors tout cela s'est partiellement arrangé au cours du 2 ème trimestre durant lequel on est revenu à un régime 100% présentiel mais, par contre, certaines mauvaises habitudes prises à cause des plateformes informatiques sont restées.

Je me disais que la pandémie cesserait bien un jour ou l'autre mais, par contre, je pressentais aussi que les parents avaient maintenant entre leurs mains des outils performants pour nous solliciter sans cesse, jour et nuit.

J'avais de plus en plus de mal à couper ma vie professionnelle de ma vie privée...L'intrusion du professionnel devenait permanente.

J'avais donc pris des résolutions pour me protéger partiellement. J'ai commencé à ne plus répondre aux sollicitations durant le week-end, quel qu'en soit le motif.

Alors j'en viens maintenant au 2 ème motif plus global et plus grave qui a précipité mon départ en retraite.

Depuis plus de deux ans (et donc avant la pandémie) , on nous bassine avec des instructions venant d'en haut qui , au nom de la sacro-sainte INCLUSION mettent le professeur en difficulté quand un de ses élèves n'a pas la moyenne.

Les temps ont changé, et face l'échec scolaire, c'est bien souvent l'enseignant qu'on pointe du doigt, soit de manière directe, soit de façon indirecte et plus tordue.

L'enseignant a-t-il fait tout son possible pour que son élève ne soit pas en situation d'échec?  C'est la question qui se pose presque automatiquement dès qu'un élève est venu en classe normalement mais qu'il n'a pas pu obtenir la moyenne.

Ce que je ne supporte plus c'est d'être dans une institution qui se comporte, sans s'en rendre compte, comme l'école des fans de Jacques Martin. Vous vous souvenez de ce programme télévisuel dans lequel tout le monde avait au moins la moyenne? Et bien, ce n' est pas dit comme cela, mais c'est exactement ce que l'on nous demande, ce que l'on exige de nous.

L'école publique se transforme sans le dire en une école du renoncement, du mensonge et aussi de la lâcheté...et pour y arriver elle est en train de nous submerger dans une bureaucratie aussi lourde qu'inutile.

Par ailleurs je sais, par expérience, que lorsque l'institution scolaire se trompe elle met des années, parfois des décennies à rectifier.

En ce moment, par exemple, la mémorisation est très mal vue dans les programmes scolaires alors qu'elle est une des clés, même si ce n'est pas la seule, de l'instruction et de la connaissance. On veut à tout prix privilégier la réflexion mais une analyse sans mémoire ne va pas bien loin...

La culture de l'effort est partiellement battue en brèche à cause des néo-pédagogues qui tentent de faire croire qu'on peut tout apprendre de manière divertissante. La culture de la méritocratie n'est pas défendue, ni respectée, à cause  de ces moyens informatiques (et autres applications sur portables, professeurs particuliers,etc...) qui permettent à certains élèves de tricher éhontément, de faire faire le travail par un autre, et avec parfois le soutien implicite de leurs parents (et la complaisance de la hiérarchie ou de l'inspection).

Résoudre tout cela n' est pas bien compliqué mais vu la tournure que prennent les événements sous l'impulsion des néo-pédagogues démagos et mystificateurs qui ont pour l'instant le vent en poupe auprès des décideurs politiques, il faudra des années pour remettre les choses en ordre et pour se prémunir de toutes ces dérives.

Le problème se résoudra mais pour l'instant on est en plein dedans, et cette fois-ci, pour moi c'est clair, mes amis.

Je ne serai plus complice. Je ne serai plus le témoin muet. Tout ça se fera sans moi...

Place aux jeunes profs, à qui je souhaite plein de bonnes choses , mais qui iront jusqu'au bout de ces erreurs et qui devront ensuite les rectifier dans quelques années.

Permettez-moi, dans un moment aussi solennel pour moi, de citer Abraham Lincoln:

 

 

 

 

 

Une nouvelle vie commence...

En ce qui me concerne, je tourne la page. Une nouvelle vie commence...

Et comme disait le grand Leo Ferré, je vais d'abord me retourner vers la vérité, comme celle des oiseaux par  exemple...

Une nouvelle vie commence...
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 08:43

Bonjour les amis,

aujourd'hui j'aimerais partager avec vous un document vidéo dans lequel deux professeurs de français nous apportent de sérieux éléments de réflexion sur notre orthographe, et sur sa nature parfois artificiellement et inutilement complexe.

Ecoutez-les. C'est étourdissant de drôlerie, et de justesse dans l'observation...

C'est un magnifique plaidoyer plein d'humour qui dénonce les fausses justifications et qui bouscule certaines de nos certitudes.

 

Alors maintenant, allez savoir pourquoi, je reste très réfractaire à une réforme profonde de l'orthographe. Les mots ont maintenant un visage et je serais très gêné si celui-ci changeait mais ça, ce n'est pas un argument culturel et esthétique légitime pour faire souffrir les futures générations... Au fond ces deux auteurs ont raison, mais si on est d'accord avec eux il nous faudra reconnaître aussi que ce n'est pas une réforme de l'orthographe qu'il faudrait entreprendre mais plutôt une révolution...

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2019 5 25 /01 /janvier /2019 16:47

Bonjour les amis,

Tous les matins, Zhang Pengfei, directeur de 40 ans d'une école primaire chinoise  devient chorégraphe et apprend à ses 700 élèves des pas de "shuffle dance" ou "Melbourne shuffle", une danse née fin des années 80 en Australie qui se caractérise par un mouvement des talons et des doigts de pied. 

Regardez plutôt.

 

J'ai ajouté cette autre vidéo sur laquelle on a les explications du directeur.

C' est donc le manque de place pour faire courir ses 700 élèves qui a poussé le directeur à rechercher une autre solution pour leur faire pratiquer des exercices physiques. Avant de leur apprendre la chorégraphie, Zhang Pengfei s'est d'abord familiarisé avec ce type de danse pendant un mois. Avec cette nouvelle routine, le directeur a remplacé le programme de callisthénie imposé par le gouvernement chinois depuis 1951, qui consiste en un panel d'exercices physiques pour améliorer la force, l'agilité et la flexibilité. 

Revenons maintenant à la prestation du directeur. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il est très doué et qu' il a un vrai sens du rythme. C'est techniquement impeccable, ce qu'il fait.

Quant aux écoliers, on est frappé par la synchronisation de leurs mouvements. C' est absolument remarquable pour des élèves de primaire.

Alors,d'un point de vue pédagogique, j'ai quand même des doutes sur le long terme car imposer un style particulier toute l'année peut éventuellement devenir lassant, surtout qu'il y a plein d' autres types de danses qui peuvent être assez profitables pour les élèves. Mais cette expérience est pour le moins séduisante.

Bravo donc à ce jeune directeur dynamique et à ses élèves et professeurs pleins d' enthousiasme.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 05:04

Bonjour les amis,

Cette semaine j' ai projeté à mes élèves de 6 ème , sur les bons conseils de l' orientatrice de mon lycée, le film WONDER de Stephen Chbovsky.

Voici le sinopsis:

August Pullman est un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Aujourd’hui, il rentre en CM2 à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de coeur ou à son étroitesse d’esprit. L’aventure extraordinaire d’Auggie finira par unir les gens autour de lui.

Le film commence quand Auggie, qui aime se balader avec son casque de cosmonaute pour se protéger du regard des autres, accepte d' entrer en CM2 et donc d' enlever son casque et d' affronter le monde réel.

Alors, ce qui frappe tout de suite c' est la qualité d' interprétation de tous les personnages.Ils sont tous criants de vérité: le petit Auguste bien sûr très sensible et très attachant, mais sa mère ( Julia Roberts est au sommet de son art ) le père ( magnifique Owen Wilson en père bienveillant et plein d' humour), la soeur (sensible, secrète, trop habituée à se débrouiller toute seule vu que le petit frangin a accaparé toute l' attention familiale avec ses 26 opérations correctrices durant les premières années de sa vie) , Miranda l' amie de la grande soeur, le directeur de collège, les autres écoliers, l' instit', les parents d' élèves, etc...

L' élément sur lequel se centre le film c' est d' abord le regard des autres sur Auggie, ce regard qui se détourne et qui rappelle à Auggie qu' il ne sera jamais un enfant comme un autre.

Le film nous montre à quel point notre regard peut-être perturbant et, finalement, pas si innocent que ça...WONDER est un film qui nous apprend à vivre ensemble, à savoir accepter la diversité même quand celle-ci est cruelle.

C' est un film très positif, et qui ne tire pas excessivement sur la corde mélodramatique. Les rires côtoient les pleurs comme dans la vraie vie.

L' une des originalités du film réside dans le style narratif. Chbovsky nous raconte l' histoire, organisée en chapitres qui portent le nom de chacun des personnages, à travers les yeux de ceux-ci ( un peu à la manière de Tarantino dans Pulp Fiction). On fait donc des flash- backs qui apportent à chaque fois de nouveaux éclairages. On perçoit de quelle manière le problème d' Auggie va avoir des incidences importantes dans la vie de tous ceux qui l' entourent.

Par ailleurs, le metteur en scène apporte aussi dans son film une touche de poésie et de magie en nous faisant entrer dans l' imaginaire des enfants, dans leurs rêves...Certaines scènes amènent de belles respirations poétiques.

Enfin, et là je parle en tant que professionnel de l' enseignement, ce film est du pain béni pour développer chez les enfants ( et chez les adultes) leur capacité à se mettre dans le peau de l' autre et à voir les choses de son point de vue.

WONDER devrait être projeté dans tous les collèges et lycées, car dans tous les établissements scolaires il y a des petits Augustes qui souffrent de l' ostracisme de leurs camarades.

Certains feront la fine bouche et reprocheront au metteur en scène de pratiquer un cinéma pavé de bonnes intentions avec une certaine mièvrerie. D' autres diront que dans la vraie vie, les personnages comme Auguste n' ont pas forcément une mère aussi intelligente et sensible que Julia Roberts, ou un père aussi subtil et drôle que Owen Wilson...Tous ceux qui sont atteints de graves maladies ne sont pas entourés de wonderful people...D' autres objecteront qu' Auguste est très intelligent, passionné de sciences, et que dans la vie réelle, les enfants qui sont frappés de graves handicaps physiques et qui ont dû passer une bonne partie de leur vie dans des hôpitaux ont aussi des déficits ou des retards scolaires.

Mais la force du film, c' est justement de nous montrer qu' un personnage comme Auguste qui possède de grandes qualités humaines et qui est très bien entouré, tant à la maison comme à l' école, ne sera pas à l' abri d' énormes injustices comme le harcèlement scolaire par exemple.

Enfin, et c' est le plus important pour moi, ce film est extrêmement positif et permet de donner à tous des clés pour mieux vivre ensemble et pour être plus réceptif aux richesses de l' autre, à condition de ne pas se limiter aux simples apparences .

WONDER c' est une vraie et une belle leçon d' humanité.

Pour terminer, je vous citerai juste une petite phrase prononcée dans le film, un précepte qui donne le ton:

 En version originale, ça donne:

" If you have a choice between being right and being kind, choose kind..."

Dans la version française, ils ont traduit:

"Si on vous donne le choix entre avoir raison et avoir du coeur, ayez du coeur !..."

Mais je préfère la traduction du film doublé en espagnol:

" Si on vous donne à choisir entre avoir raison et être aimable, soyez aimable..."

 

 

 

WONDER...un petit bijou plein d' humanité

Enfin, et pour être complet, sachez qu' à la base WONDER est un roman de Raquel Palacio.

Palacio s'est mise à écrire Wonder après avoir croisé dans la rue un enfant qui souffrait de malformation cranio-faciale. Elle a aussitôt détourné son regard puis, remplie de honte, s'est demandée ce que pouvait ressentir cet enfant. Elle s'est alors lancée dans l'écriture de Wonder en se plongeant dans la littérature médicale et en recueillant des témoignages de famille dont les enfants ont une malformation identique.

WONDER...un petit bijou plein d' humanité
Partager cet article
Repost0
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 06:35

Bonjour les amis,

Le grand amateur de rock que je suis est bien obligé de reconnaître que l' école a une bien mauvaise et triste image dans les morceaux de nos rockers favoris.

Souvent, leurs chansons véhiculent une image stéréotypée et manichéenne d' une école réductrice qui conditionne négativement les cerveaux, qui infantilise, déresponsabilise, et qui est liberticide.Une école qui tue le talent, la libre expression et le génie.

Commençons avec un morceau que j' aime beaucoup musicalement bien que les paroles soient pleines de stéréotypes outranciers.

" We don' t need no education, no thought control..."

Donc, l' école aurait été inventée pour contrôler la pensée et formater les esprits...naaaaan...pas croyable !

Bin merci les Pink Floyd de nous avertir, on ne s' était même pas rendu compte...

Alors pour les rockers, les vrais de vrais, il est hors de question de dire qu' ils ont été de bons élèves à l' école.Je ne voudrais décevoir personne mais Mick Jagger, par exemple, était un bon élève qui a fait l' équivalent de Sciences-Po. Il ne s' en vante pas d' ailleurs !

Non, tout bon rocker pour entrer dans la légende doit être un rebelle.

S' il s' est fait virer de son lycée ce sera un titre de gloire, une médaille...

Jethro Tull nous offre une parfaite illustration de ces poncifs et lieux communs avec WIND UP qui est, au demeurant, un morceau que j' adore, avec un démarrage rock génial à 2 minutes.L' un des meilleurs morceaux de Jethro Tull.Si vous ne le connaissez pas, réparez vite cette lacune en l' écoutant jusqu' au bout.

Notons que dans WIND UP Ian Anderson critique surtout l' école religieuse qui a voulu lui imposer la croyance en Dieu...J' ai vu Anderson à 2 mètres de moi interpréter cette chanson en 1976 au Forest national de Bruxelles.Au moment où il prononçait le mot SCHOOL c' était de justesse s' il ne crachait pas par terre.

 

 

Voici maintenant l' un des meilleurs morceaux de SUPERTRAMP qui s' intitule justement SCHOOL, avec , encore une fois, l' image d' une école aliénante du " fais pas ci...fais pas ça...".

Bon, c' est pas grave et pas trop méchant comme critique , et en plus le morceau est génial...

The Ramones:

" Rien à branler de l' histoire

Je deteste les professeurs et les directeurs...Pas envie qu' on m' apprenne à ne pas être un imbécile..."

Bon, OK, Les Ramones, on sait bien que vous ne briguez pas le Nobel de littérature mais vos paroles, là, elles sont un peu nulles à ch....

Les Stray Cats.

" Hé mec, je n' ai plus envie d' aller à l' école

Rien à foutre de lire, d' écrire, de connaître l' arithmétique ou l' histoire"

Bon, Brian, quand tu chantes ça, t' es sûr de rendre service aux p' tits jeunes un peu paumés...?

John Lennon aussi nous tape dessus:

" Ils te font du mal à la maison et te frappent à l' école

Ils te détestent si tu es intelligent et te méprisent si tu es idiot..."

Bon, John, t' es sûr que tu noircis pas un peu le tableau, là ?

 

Van Halen:

" Et bien , je ne vais pas aller à l' école.

Je suis malade et fatigué des règles d' Or..."

La guitare d' Eddie Van Halen est très originale mais pas les paroles de la chanson.

Les KINKS

" Avec le prof qui abrutit ses élèves en leur disant qu' il perd son temps à leur apprendre à écrire proprement et qu' ils sont tout juste bons à balayer les rues..."

Putain , z' avez pas de bol les KINKS, z' avez jamais connu de bons profs dans votre vie ?

 

Chuck Berry.

" Oh le prof ne sait pas à quel point il est sévère..."

 

Toi aussi Chuck, t' as remarqué que nous, les profs, on est une sérieuse bande d' abrutis qui torturons les esprits des petits jeunes...En fait, on est des sadiques mais il ne faut pas le répéter...

 

Bruce Springsteen:

" Quand ils m' ont dit de m' asseoir, je me suis levé..."

Bravo Bruce, tu es des nôtres ! Fuck the Teacher !

 

Alice Cooper et son SCHOOL'S OUT...

" L' école a été mise en pièces pour toujours !..."

Enfin une bonne nouvelle ! Merci Alice...Toi aussi tu es des nôtres...

Bon, j' arrête là le massacre...ça pourrait continuer pendant des heures...

Je complète donc le titre de mon article.

Quand les rockers tapent sur l' école... c' est pas toujours très finaud.

Mais en fait,ça ne date pas d' hier cette histoire.Avant le rock, il y avait déjà les chansons populaires qui remettaient en cause la qualité de l' enseignement, voire sa vraie finalité...

Souvenez-vous Graeme Allwright chantant:" Qu' as-tu appris à l' école mon fils ? "

Alors, après cette avalanche anti-école, anti-prof, je vais vous passer une petite chanson qui va vous paraître très étrange...voire suspecte !

Des élèves qui offrent des fleurs à un professeur...alors là, quelle drôle d' idée !

Qu' est-ce qui leur a pris ? J' espère qu' ils n' ont pas été drogués au moins...

Pour terminer sur une note sérieuse , et contrebalancer le contenu de l' article je finirai avec une phrase du prix Nobel de Littérature  Jose Saramago qui n' était pas rocker mais qui savait observer la société dans laquelle il vivait.

Il avait dit lors d' une conférence  à laquelle avait assisté une de mes collègues d' histoire-géo, près de chez moi à Alicante:

Les enseignants sont les vrais héros des temps modernes.Ils sont humiliés, méprisés et agressés.Ils font ce qu' ils peuvent alors que de nombreuses familles ont démissionné de leur obligation d`éduquer pour la transférer à ceux dont la mission était avant tout d' instruire".

Merci José...un peu de soutien moral, ça fait du bien parfois...

Pour conclure sur une note d' humour, je dirais que j' aime tellement le rock que les attaques et les critiques "gentillettes",pour ne pas dire puériles, des rockers ne me touchent absolument pas.La seule chose qui pourrait vraiment m' affecter c' est que des p'tits jeunes un peu immatures les prennent au premier degré.

Finalement, je veux bien me faire taper dessus mais à condition que ce soit fait avec rythme et avec talent...Chuck, Bruce,Pink,Anderson et les autres, sachez que vos invectives ne m' empêcheront jamais de vous aimer.Votre musique m' a apporté tellement de bonheur !

Partager cet article
Repost0
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 14:39

Bonjour les amis,

Aujourd' hui je vous propose de réécouter MARIE,PIERRE ET CHARLEMAGNE,une chanson de Maxime Leforestier qui ne fait pas partie des plus connues de son répertoire.

C' est une chanson qui nous parle du temps de l' enfance, de ces moments où nous avions du mal à nous arracher à notre doux et profond sommeil pour aller à l' école.

On se souvient tous de ces instants durant lesquels nous aurions préféré rester bien au chaud au fond de notre lit douillet.

Avec des mots très simples Leforestier nous fait revivre ces instants bénis de cette époque de notre vie, une époque où nous pouvions perdre notre temps de manière contemplative, parfois en restant simplement assis à jouer par terre....

La harpe qui égrène de doux arpèges nous replonge avec sensualité dans cette atmosphère cotonneuse, enchantée, et protégée de notre enfance.

La rencontre de Marie avec Pierre est une histoire sans paroles, faite d' échanges silencieux, comme un prolongement de son rêve...

 

 

Je dédie ce petit billet à une de mes élèves de 5 ème de cette année ,une élève très sage,au regard clair et au caractère très tranquille, et qui a souvent du mal à se réveiller...Et quand je vois son regard bleu clair encore ensommeillé lors de la première classe du matin, il m' est difficile de ne pas penser à cette belle chanson de Maxime, de même qu' il m' est difficile de ne pas l' envier d' avoir des sommeils et des rêves aussi profonds.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 21:18

Bonjour les amis,

Aujoud' hui c' était la fête de fin d' année dans mon lycée.

Pas de classes durant cette dernière journée festive tout au long de laquelle de nombreuses activités à caractère culturel ont été programmées.

Tout d' abord nous avons assisté à des spectacles de gymnastique rythmique éxécutés par différents groupes d' élèves préparés par leurs professeurs d' éducation physique durant ces dernières semaines.Cette année le thème commun à tous les numéros présentés était le saut à corde.Les musiques très rythmées sur lesquelles étaient réalisées les différentes choréographies et figures acrobatiques avaient été selectionnées par les élèves eux-mêmes. ( l' un des groupes de lycéens avait choisi de faire leur prestation sur le EYE OF THE TIGER qu' on entend dans le film Rocky).

Ensuite nous avons assisté à un spectacle de danses et de musiques préparé par les élèves ( sous la direction artistique de leurs profs).

A noter cette année, une belle prestation de modern' jazz réalisée par deux de nos ballerines particulièrement douées et qui ont une pêche incroyable.Elles nous ont carrément bluffé.Je dois ajouter que l' une entre elles que j' ai eu comme élève cette année m' a vraiment surpris car elle est très discrète en classe ( attentive mais très discrète) alors que sur scène, elle se transforme en un véritable ouragan.Bien évidemment, je suis allé la féliciter chaudement à la fin de sa prestation, en lui disant qu' elle m' avait sincèrement épaté.

Nous avons pu apprécier également une danse orientale assez envoûtante éxécutée par l' une de nos élèves d' origine marocaine.Certaines de nos élèves possèdent déjà une très bonne technique, et aussi un sens inné de la scène...

Beaucoup d' énergie et de charisme donc ! Certains élèves se comportent déjà comme des pros avec une apparente facilité sur scène et une maîtrise technique derrière lesquelles se cachent en réalité de très nombreuses heures de travail et de répétitions.

Le spectacle qui a duré près de deux heures s' est terminé avec plusieurs morceaux interprétés par le Big Band du lycée formé par les élèves-musiciens et aussi 6 ou 7 professeurs.Un Big Band complet avec une section entière de cuivres ( saxo, trombone,cor,tuba) flûte traversière, clarinettes altos et basse, flûtes à bec, batterie, claviers, guitare électrique, guitare basse, etc...

Durant l' un des morceaux éxécutés par le Big Band , on a pu écouter une de nos élèves de seconde qui a une belle voix interpréter une chanson qui me rappelait de manière lointaine un thème déjà entendu, mais que finalement que je n' arrivais pas à reconnaître.

J' étais complètement ravi, et après m' être renseigné auprès de l' un des musiciens j' ai appris que le morceau en question s' intitulait FEELING GOOD et que l' interprète de la version originale était ni plus ni moins que la grande Nina Simone.

Ecoutez-là sur ce lien.Elle est tout simplement sublime...Le final est éblouissant !

 

Alors pour la petite histoire, sachez que cette pièce avait été composée par Anthony Newley et Leslie Bricusse pour la comédie musicale" The roar of the greasepaint".

Voici ci-dessous  cette première version pour que vous puissiez apprécier le grand travail de Nina Simone, son apport et sa touche très personnelle.

Alors revenons à la magnifique version de Nina Simone.

Ce titre, I m feeling good, correspondait parfaitement à notre état d' esprit à tous en cette journée ensoleillée de fin de cours 2016 /17.On était euphorique ! 

J' étais content aussi de voir que le jeune public était assez enthousiaste et très réceptif à une pièce composée en 1965 dans un style très éloigné de ce qui se fait actuellement et de ce qu' ils ont l' habitude d' entendre.

Il n' y a eu de leur part aucune réaction de rejet ou de dédain pour une musique qui aurait pu leur paraître ringarde.Au contraire le FELING GOOD a été acclamé et finalement rejoué une deuxième fois lors du rappel final.

Comme quoi, l' école a un véritable rôle à jouer pour permettre aux élèves d' acquérir une vraie culture musicale, une formation du goût et un véritable sens esthétique critique.

A l' école il faut tout entendre pour pouvoir tout comprendre.Que ce soit la musique classique à travers les siècles, les musiques populaires et traditionnelles, le jazz,la variété, le rock,la musique contemporaine ou les musiques du monde...

 

Feeling good...
Feeling good...
Feeling good...
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 08:34

Bonjour les amis,

Les personnes qui comme moi travaillent dans l' enseignement sont bien placées pour observer certaines dérives sociales éducatives dont notamment UNE dont je vais vous parler aujourd' hui: l' hyper-paternité.

Comment pourrait-on la définir brièvement ? L' Hyper paternité c' est un mot qui résume le comportement de certains parents qui s' investissent tellement dans l' éducation de leurs enfants qu' ils en contrôlent et en supervisent les moindres détails. Ils interviennent dans tous les  aspects de leur vie scolaire et sociale.Ce sont des parents qui sont tellement obnubilés par la réussite et par la performance de leurs enfants qu' ils les sur-stimulent avec plein d' activités extrascolaires. Ils leurs organisent un emploi du temps hebdomadaire aussi dense et chargé que celui d' un cadre d' entreprise, et ils ne leurs laissent pas le temps de faire leur propre expérience sociale de la vie.

L' hyper-paternité ou quand les parents deviennent  LE problème...

L' hyper-paternité est donc une forme de perversion qui prétend modifier notre modèle éducatif en augmentant la charge d' attention des enfants et la charge de travail de leurs géniteurs.

Parmi les principaux comportements indicateurs d' hyperpaternité, objectifs et mesurables, on peut citer:

1: les parents qui surchargent l' emploi du temps d' activités extra-scolaires, et qui ensuite passent leur temps à les emmener de l' une à l' autre.Ce sont les "parents-chauffeurs".

Leurs enfants n' ont même plus le temps de se balader et de  " traîner" avec leurs copains...Or, ça aussi,ça fait partie de l' apprentissage de la vie.

2.Les parents qui épient et surveillent sans répit les activités de leur enfant, et qui restent pendant des heures avec le sandwich à la main dans le jardin public,en attendant que le petit chéri le termine...ce sont les parents-hélicoptères.

3. Les parents qui vont retirer du passage tous les obstacles qui pourraient freiner la progression de leur progéniture,...Ce sont les parents-chasse-neiges...

Les parents-chasse neige ne comprennent pas que l' apprentissage consiste justement en l' expérience personnelle de certaines difficultés.Le chemin est parfois plus important que le point d' arrivée, et eux voudraient brûler les étapes.

Prenons par exemple le thème des devoirs à la maison.Si un prof envoie un problème à la maison c' est que la résolution n' est pas immédiate, sinon ce ne serait pas un problème mais plutôt un exercice.Si l' élève le résout seul c' est parfait mais dans le cas contraire il faut considérer que l' échec est aussi une forme d' apprentissage.Ne pas tolérer cet échec et tenter de résoudre coûte que coûte, avec ou sans l' aide de quelqu' un, n' aide pas forcément l' enfant à surmonter la frustration, n' améliore pas son auto-estime, ni sa confiance en soi.

La résolution en classe dudit problème se fera sous la responsabilité du professeur, et il faut apprendre aussi  à lui faire confiance...C' est lui qui va aider chacun de ses élèves à avancer à son rythme vers la connaissance.

Je pourrais vous en parler pendant des heures, de ces parents qui, lorsqu' ils s' adressent au professeur, disent "nous" au lieu de "il", qui disent par exemple " Nous avons un examen d' histoire-Géo vendredi prochain " au lleu de " Mon fils a un examen d' histoire-géo vendredi prochain"...et qui croient que cette association-confusion va bénéficier à leur enfant.

.

 

L' hyper-paternité ou quand les parents deviennent  LE problème...

Par ailleurs, les hyper-parents ne savent pas être patients.Ils ne savent pas compter avec LE TEMPS, ils ne comprennent pas que l' expérience personnelle de l' enfant est réellement ce qui va lui permettre de construire de manière consistante l' ensemble de ses connaissances.

J' essaie souvent d' expliquer à ces parents que leurs enfants ne sont pas des clés USB dans lesquelles on peut insérer de manière définitive et immédiate un thème ou un concept qui prendra peut-être des semaines , voire des années à être assimilé.

Les hyper parents sont souvent en conflit avec les professeurs dont ils estiment qu' ils ne sont pas les plus à même de tirer le meilleur parti de la " génialité" de leur progéniture...Ils sont en conflit ou alors ils interviennent sans cesse: c' est à ça qu' on les reconnaît comme dirait Audiard !

Les hyper parents sont aussi le cauchemar des profs principaux.Il existe maintenant des nouveaux outils informatiques performants qui permettent d' échanger quotidiennement avec les familles, et les hyper parents BOMBARDENT les pauvres profs de messages intempestifs,,,des fois 3 ou 4 par jour..J' ai un collègue qui m' a montré un listing de messages d' une mère qu' il avait reçu en une semaine...ÇA DEVIENT PARFOIS LE DÉLIRE mes amis, le délire...C' est de justesse si elle ne lui envoie pas un message quand le gamin a perdu sa gomme !

Là, il faut savoir dire STOP; installer des garde-fous.De la même manière qu' un malade ne bombarde pas son médecin de SMS jour et nuit, un parent d' élève doit savoir faire preuve d' un peu de bon sens et de retenue. 

Ce que je dis est parfaitement politiquement INCORRECT et va à l' encontre de tout ce que nous demande le politique pour qui les relations avec la famille sont la clé de voûte de la réussite scolaire, et qui ne veut absolument pas voir les effets pervers de certains de ces outils informatiques.Communication avec les famille oui, mais pas 24 h sur 24...et plutôt dans un cadre préétabli, raisonnable et normalisé.

L' hyperpaternité est EPUISANTE: elle est épuisante pour les parents, pour les enfants et pour les enseignants aussi.

Comment sortir de cette spirale ?

C' est très très simple...et comme toujours il suffit de faire appel au bon sens populaire.

Les enfants n' ont pas besoin de parents hyper performants.NON, ils ont juste besoin de parents heureux qui vivent en harmonie et qui les font vivre dans un cadre stable dont les normes leur apporteront une tranquillité d' esprit nécessaire à une bonne réalisation de leurs activités.Voilà, ils ont juste besoin de ça...

Quand les parents s' investissent trop dans leur monde, ils deviennent NOCIFS...ils les empêchent de développer une personnalité confiante et équilibrée..

L' hyper-paternité ou quand les parents deviennent  LE problème...

PS: afin d' éviter tout malentendu ou toute critique parfaitement inutile, ne me faites pas dire ce que je n' ai jamais écrit.

Bien évidemment, les parents doivent superviser les activités de leurs enfants et doivent savoir les guider et les aider aussi...mais toujours , de manière subtile, en leur faisant confiance, et en leur laissant vivre le temps de l' enfance...et si vous n' ètes pas complètement convaincu, allez relire Pagnol ( dont le père était instit') et le récit de ses escapades dans les collines provençales avec son petit copain de l' époque...

Moi, personnellement,mon enfance et mes escapades c' était sur le Terril de Wallers-Arenberg et près de la mare à Goriot avec les copains...

Et ne me dites pas que¨" maintenant ce n' est plus possible parce que les temps ont changé, et que notre monde est plus dangereux ! ..."

 Non, il faut savoir réserver un vrai temps à l' enfance ! Il faut savoir foutre la paix aux gamins de temps en temps...y compris en 2017 !

PS Petite devinette à 1 euro:

Vous savez pourquoi les hyper-parents n' assistent pas, eux-aussi, aux cours de leurs enfants en s' installant au fond de la classe ?

<

<

<

<

je vous laisse réfléchir quelques instants

<

<

<

<

<

<

tic tac tic tac

<

<

<

<

Réponse:

parce que la LOI les en empêche...-)

Partager cet article
Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 18:38

Bonjour les amis,

L' Hatem vient de m' envoyer un article paru sur 20 MINUTES qui parle d' une enseignante américaine qui a été renvoyée après avoir fait passer à ses élèves un examen de mathématiques avec des problèmes "très particuliers" que je vous laisse découvrir sur le lien ci-dessous.

C' est plein d' humoir noir, bien évidemment, et la connotation raciste des énoncés où les protagonistes sont des délinquants avec des noms afro-américains ou hispanos a fait que l' enseignante ne pouvait qu' être immédiatement limogée.

Par ailleurs, celle-ci avait repris des blagues qui circulaient auparavant.D' ailleurs, d' autres se sont fait virer avant elle pour le même motif.

Même Donald Trump n' a pas osé voler à son secours.C' est dire !

Malgré tout, si j' avais un conseil à donner à cette enseignante, ce serait de lui dire que la prochaine fois qu' elle veut se faire virer, elle pourrait essayer de s' attaquer à du plus gros gibier et aux délinquants financiers de haute volée qui empochent des milliards et qui ne risquent rien.

Là, ça aurait vraiment de la gueule !

Elle pourrait faire des problèmes arithmétiques basés sur les bénéfices obtenus par les grands fraudeurs fiscaux,les banquiers qui blanchissent l' argent des mafias de toutes sortes, les spéculateurs indélicats qui n' hésitent pas à affamer certaines contrées du monde,les marchands d' armes, les politiciens qui accusent des pays et leur déclarent la guerre sans éléments de preuves , et qui ont par ailleurs, et en même temps, des intérêts dans des sociétés d' armement ou de mercenaires.

Qu' elle se mette en contact avec moi, et je lui enverrai un certain nombre d' énoncés pas piqués des hannetons...Ou alors, qu' elle lise n' importe quel bouquin de Noam Chomsky, et elle aura plein d' idées de problèmes mathématiques super interessants...

Bernard Madoff qui a créé une des plus grandes fraudes du XX ème siècle basée sur un système pyramidal de type Ponzi

Bernard Madoff qui a créé une des plus grandes fraudes du XX ème siècle basée sur un système pyramidal de type Ponzi

Partager cet article
Repost0