Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2022 4 30 /06 /juin /2022 10:09

Bonjour les amis,

Cette semaine se tient à Madrid, en pleine crise ukrainienne, le dernier sommet de l'Otan.

Un sommet absolument nécessaire pour redessiner les objectifs et les stratégies de l'alliance depuis l'entrée en guerre de la Russie contre l'Ukraine.

J'aurai l'occasion de revenir plus tard sur les nombreuses décisions et conclusions de ce sommet, mais on peut déjà affirmer que la guerre froide est "officiellement" relancée.

Avant d'aller plus loin j'aimerais vous rappeler ce qui aurait dû se passer au niveau planétaire, ce qui était prévu et qui ne s'est pas produit.

Depuis le démembrement de l'URSS le monde et l'économie se sont globalisés et les guerres traditionnelles se livrent désormais sur le terrain économique. Ce sont des guerres d'influences dans un monde multipolaire et les conquêtes territoriales n'ont plus lieu d'être.

Théoriquement on devait disposer de notre liberté et de notre sécurité gratuitement (ou presque), un peu comme l'air qu'on respire. A tel point que de nombreuses formations politiques remettaient en question le principe même de l'Otan, une Otan qui, selon les propos d'Emmanuel Macron, était en état de mort cérébrale il y a deux ans encore.

Oui, normalement tous les pays de la planète avaient de tels défis communs à relever avec la crise climatique, l'épuisement des ressources, la préservation écologique de l'environnement que ces priorités vitales devaient mobiliser 100% de leur énergie et de leurs actions.

La terrible et tragique initiative belliqueuse de Poutine va à contre-sens de l'histoire et oblige tous les gouvernants de la planète à reprendre leur feuille de route. No choice !

Le meilleur exemple provient sans doute de la Finlande et de la Suède, pays traditionnellement neutres et pacifiques, qui viennent de demander et d'obtenir leur intégration immédiate au sein de l'Otan. La Turquie vient de lever son véto.

Peut-on accuser sérieusement les suédois ou les finlandais d'être devenus subitement des paranos dangereux, des militaristes agressifs, et des serviteurs inféodés à la toute puissante Amérique?

Il y a des questions qu'on ne se posait plus mais que l'expansionnisme des maîtres du Kremlin nous oblige à repenser.

Combien de pays, parmi les 30 membres de l'alliance, sont-ils capables de soutenir un effort de guerre prolongé sans l'aide des Etats-Unis?

L'Europe serait-elle capable à elle-seule de fournir cette aide à un de ses pays s'il était attaqué? Pour tous les experts militaires, en 2022, la réponse à cette question est clairement NON...!

Même la France qui bénéficie avec la Grande-Bretagne de la force de frappe nucléaire dissuasive ne serait pas capable de soutenir un long effort de guerre. Les Etats-Unis sont un allié précieux, historiquement fiable et crédible sans lequel l'Europe pourrait être plongée dans un authentique cauchemar. 

Alors les amis, je suis extrêmement agacé par les discours plein d'angélisme  que j'entends à gauche, à l'extrême-gauche et à l'extrême-droite notamment en France, en Espagne et en Italie. Des discours, complètement coupés de la réalité qui appellent par exemple à un cessez-le-feu immédiat, alors que Poutine ne veut rien négocier (en fait, et d'après certains experts, ce serait Poutine qui pourrait déclarer de manière unilatérale un cessez-le feu le jour où il aurait la main-mise sur la partie du gâteau ukrainien qui l'intéresse. Il pourrait le faire sans même aboutir à un accord avec les ukrainiens).

Tous ces appels au cessez-le feu et ces suggestions naïves des adversaires de l'Otan sont aussi crédibles pour la suite du conflit et pour la paix dans le Monde  que si moi je proposais d'organiser demain un voyage à Moscou pour aller chanter WE ARE THE WORLD sous les fenêtres du Kremlin...

J'en ai marre d'entendre des responsables de gauche  et des élus prétendre que notre liberté n'a pas besoin d'un soutien accru à notre armée pour  défendre notre espace et de dire que l'augmentation des budgets alloués au ministère des armées se fera au détriment de la santé publique, de l'école et de mille autres besoins urgents de notre économie.

Personne ne se réjouit d'être obligé d'allouer des crédits supplémentaires à notre défense mais la responsabilité et le bon sens nous indiquent que nous n'avons pas d'autre choix. Tant que la Russie sera une dictature dangereuse mettant en danger la paix mondiale, il y a toute une série de questions qui ne se posent malheureusement plus.

On peut discuter et débattre des décisions et des stratégies de l'alliance mais on ne peut pas remettre en cause son existence, sa nécessité et son bien-fondé en ce moment.

Si le sujet n'était pas aussi dramatique certaines réactions de militants anti-otan me feraient mourir de rire.

Ils condamnent l'Otan comme si on disposait d'autre chose pour freiner le délire impérialiste et mégalomane de Poutine. On croit rêver devant tant de béatitude aveugle...

PS: Certains utilisent de manière malhonnête les propos du général de Gaulle contre l'Otan durant les années 60. J'aimerais rappeler que si le général a effectivement sorti la France de l'Otan (au nom de principes souverainistes) il a maintenu son pays au sein de l' Alliance Atlantique. Il n'était pas fou, le général...

 

 

Sommet de l'OTAN: notre sécurité ne va pas être gratuite...
Partager cet article
Repost0
18 juin 2022 6 18 /06 /juin /2022 05:46

Bonjour les amis,

J'ai fini hier la lecture du PIÈGE de Jean Haff Korelitz dont voici le résumé:

 Jacob Finch Bonner a connu son heure de gloire comme romancier avant de sombrer dans l’anonymat. Il enseigne désormais l’écriture dans une université du Vermont. Un jour, un de ses étudiants, Evan, lui dévoile l’intrigue du livre qu’il ambitionne d’écrire. Une intrigue géniale. Le best-seller assuré.
Quelques années plus tard, Jacob apprend la mort d’Evan, qui n’aura pas eu le temps de concrétiser son projet. Aussi décide-t-il d’utiliser à son profit l’idée fantastique de ce dernier. Et c’est un triomphe. Mais au plus haut de sa gloire, Jacob reçoit un e-mail anonyme, terrifiant : Vous êtes un voleur.
Jacob va alors tout faire pour identifier son interlocuteur avant que quiconque apprenne ce qu’il a fait. Pour cela, il va revenir dans le Vermont, pour enquêter sur la vie et la mort d’Evan. Il ne sait pas encore à quel point le jeu va s’avérer dangereux.
L’intrigue parfaite c’est celle de ce roman, véritable piège qui dévore peu à peu son lecteur. 

LE PIÈGE de Jean Hanff Korelitz...

Au début du roman l'autrice nous parle des affres d'un écrivain en panne d'inspiration.

Jacob le héros n'a rien publié depuis 2 ans et, qui plus est, anime un atelier d'écriture dans une université américaine. Paradoxe cruel: Jacob doit apprendre à ses étudiants à écrire un récit ou une fiction alors que lui-même n'en n'est plus vraiment capable.

Il y a là un thème  auquel je suis sensible, à savoir la situation d'un professeur qui manque de crédit vis-à-vis de ses étudiants et qui est obligé de les bluffer un peu. Il ne s'en tire pas trop mal d'ailleurs, mais, comme toujours, les bluffeurs sont malgré tout partiellement démasqués par leurs étudiants. C'est donc une situation professionnelle qui ne peut qu'aggraver l'état de déprime de Jacob qui a affaire, entre autres, à un élève particulièrement provocateur et retors. Ça donne de très bons passages dans le livre.

Mais le moteur de ce polar c'est  le thème du maître-chanteur qui joue au chat et à la souris avec sa victime, et là aussi, les angoisses de Jacob nous touchent et nous interpellent. C'est la partie psychologique du roman la mieux fouillée, celle qui fait le vrai intérêt du livre.

Au moment même où Jacob connaît un immense succés et où les médias se l'arrachent, celui-ci sait qu'il peut tout perdre en moins de 24 heures et être rejeté comme un vulgaire imposteur. Commence pour lui une période d'angoisse permanente.Jacob n'est pas complètement coupable mais il n'est pas complètement innocent non plus. Donc il a 2 possibilités pour affronter le défi qui lui est lancé:  choisir de défendre la vérité ou tenter de mettre le corbeau hors d'état de nuire.

Jacob va essayer de se libérer de l'emprise de son maître-chanteur en menant une enquête, et dans le récit de cette enquête Jean Haff intercale régulièrement des passages du roman que Jacob a écrit. On a donc un roman dans le roman qui va permettre au lecteur de se faire assez tôt une idée de l'identité du corbeau

L'enquête avance, en suivant de nombreux méandres qui requerront toute l'attention du lecteur et il faudra attendre les dernières pages pour comprendre les vraies motivations qui animent la personne qui cherche à nuire à Jacob..

En résumé on a une histoire techniquement impeccablement construite qui démarre très lentement mais qui va peu à peu captiver le lecteur jusqu'à la dernière page...On pourrait reprocher, ici ou là, certaines invraisemblances du récit, mais c'est la vraisemblance psychologique qui importe, et de ce point de vue, le roman est plutôt réussi.

Toute l'histoire est par ailleurs délicieusement amorale ce qui la rend à la fois cruelle et jubilatoire.

Jean Hanff Korelitz

Jean Hanff Korelitz

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 06:59

Bonjour les amis,

Ce matin un article parlant d' espérance de vie dans deux pays riches a retenu mon attention. 

Cet article, le voici :

Alors moi je ne suis pas dans la peau d' un gouvernant mais quand je lis de tels chiffres je suis médusé.

Vous avez bien lu l' article : 16 ans d' écart d' espérance de vie entre un habitant de Chelsea et un habitant de quartier défavorisé.

Mathématiquement c' est ENOOOOOORME ! C' est comme si une partie de la population vivait au XXI ème siècle tandis qu' une autre partie importante était revenue au début du XX ème. Par ailleurs, l' espérance de vie était un indicateur qui avait toujours augmenté depuis l' avènement de l' homo sapiens il y a 150 000 ans et maintenant on commence à observer dans certains pays riches un recul inquiétant.

Le plus triste, le plus scandaleux et le plus révoltant dans cette affaire c' est que personne ne semble vouloir s' attaquer au problème.

Au contraire, les conservateurs anglais se glorifient d' afficher des taux de chômage faibles, mais en occultant le fait qu' il y a des gens qui travaillent toute leur vie et qui restent pauvres... et qui en meurent...

C' est le comble du cynisme !

Et là il faut être clair car il s' agit bien d' un problème de redistribution des richesses. Qu' on ne vienne pas me dire que seuls les anti-capitalistes,les anti-systèmes, les communistes ou les mélenchonnistes veulent réduire ces différences.

On peut être un parfait libéral tout en désirant que la classe ouvrière dispose de salaires décents. Le Danemark par exemple n' est pas un pays bolchévique et on n'y observera jamais de telles différences d' espérance de vie comme en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.

Par ailleurs, il y a un gros débat en Espagne en ce moment sur la revalorisation des retraites.

Le nouveau chef de gouvernement Pedro Sánchez avait annoncé récemment qu' il désirait réajuster le montant des retraites en l' indexant sur l' IPC pour éviter une perte de pouvoir d' achat des pensionnés, alors que beaucoup d' entre eux ont déjà bien des difficultés à couvrir leurs dépenses et à arriver à la fin du mois.

Tous les économistes s' accordent à penser que cette mesure est une nécessité sociale absolue.

Pourtant le FMI vient d' alerter les dirigeants espagnols qu' une telle mesure serait économiquement insoutenable. Je vous mets l' article espagnol du quotidien EL PAIS que vous pouvez lire en français grâce au traducteur Google.

 

Le réajustement des retraites est donc le gros débat du moment en Espagne.

En ce qui me concerne je n' ai pas de raison de douter des arguments arithmétiques des responsables du FMI. Le réajustement sera insoutenable si on ne prend pas d'autres mesures, mais, comme le fait de maintenir le pouvoir d' achat des retraités les plus pauvres est une priorité absolue, cela veut dire qu' il faut repenser complètement le financement des retraites et leur redistribution.

Parce qu' il y a au moins un point qui est clair dans l' article que j' ai partagé avec vous aujourd' hui : maintenir des gens dans la pauvreté c' est tuer...

PS: Certaines données statistiques en disent long sur l' état d' une société.

Pour mémoire sachez qu' Emmanuel Todd, démographe français, avait prévu en 1976 l' effondrement de l' Union soviétique dans son livre " La chute finale" en observant une augmentation tout à fait anormale de la mortalité infantile.

A l' époque Todd avait expliqué qu' il était difficile de faire des études statistiques sérieuses sur l' Union soviétique car leurs chiffres officiels de production, de rendements,de compétitivité, etc... étaient complètement traficotés par les autorités. C' est la hausse de la mortalité infantile qui est tout à fait anormale dans une société industrialisée qui avait attiré son attention. Todd y avait vu un facteur d'effondrement et il ne s' était pas trompé...

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chute_finale

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 07:08

Bonjour les amis,

Le document que je vous propose aujourd' hui est pour le moins assez savoureux.

Vous connaissez tous Fox News , ce grand média américain très conservateur qui est le principal instrument de propagande de Donald Trump.

Et bien, figurez-vous que Trish Regan, une des journalistes de cette chaîne d' informations, s' en est pris au modèle socialiste danois en le comparant, tenez-vous bien, ni plus ni moins qu' au Vénézuela....!!! ??? 🤔 ...🤔🤔
 

Trish ( ou triche? ) Regan ne fait pas dans la dentelle et attaque très fort sa présentation du Danemark et affirme, en paraphrasant Shakespeare, qu' il y a quelque chose de pourri dans ce royaume.

Ah bon ? Merci Fox News pour l' info ! Parce que nous, les voisins européens du Danemark, on ne s'était rendu compte de rien...

Quand un député danois répond à une journaliste de Fox News...

Dan Jorgensen, député du parti social-démocrate danois qui n' a pas apprécié les attaques grossières de la présentatrice américaine ( c' est à peine si j' ose utiliser le terme "journaliste" pour la qualifier) lui a répondu, non sans un certain humour...

C' est sur le lien ci-dessous. Vous y entendrez dans la vidéo les attaques de Regan et les réponses de Jorgensen sous-titrées en français.

https://twitter.com/loopsidernews/status/1030031984918253568?lang=es

Vous pouvez voir les mêmes réponses sous-titrées sur ce lien facebook

https://www.facebook.com/Loopsider/videos/227842601238468/?t=12

Si vous comprenez l' anglais, voici la réponse de Jorgensen en version originale non sous-titrée.

Essayons d'imaginer un télespectateur américain qui n' est jamais venu en Europe, ni en Scandinavie, et qui prendrait pour argent comptant la description délirante de la présentatrice américaine. Quelle image aurait-il de la société danoise ?

Alors , avouez que ça méritait une réponse rectificatrice et que celle de Dan Jorgensen est assez cinglante et bien balancée...

Jorgensen termine son intervention en disant:

«  Cela pourrait être vrai parce que selon la liste de Forbes des pays avec les meilleures opportunités pour les entreprises, le Danemark est bien meilleur que les États-Unis. Donc, Trish, à peu près tout ce que vous avez dit est faux et comme dirait votre président bien-aimé : vous êtes une fake-news  »

Quand un député danois répond à une journaliste de Fox News...

Alors cette simple anecdote sur une grossière manipulation journalistique a au moins le mérite de nous ouvrir les yeux sur la nature de Fox News, et sur la manière avec laquelle ce média puissant livre une guerre idéologique impitoyable contre toutes les formes de socialisme et de social-démocratie.

Comme vous avez pu le constater, ils ne font pas dans la dentelle...C' est du lourd de chez lourd. C' est plus que de l' anti-socialisme primaire, c' est de l' anti-socialisme primitif... 

Pour eux n' importe quelle idée de gauche n' est pas seulement mauvaise, elle est l'incarnation du Diable en personne.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2018 4 10 /05 /mai /2018 15:09

Bonjour les amis,

l' amateur de statistiques que je suis a été frappé cette semaine par un article du Washington Post qui avait recensé le nombre de mensonges de Donald Trump en une seule année.

Voici le lien qui va vers l' article original américain:

https://www.washingtonpost.com/news/fact-checker/wp/2018/01/10/president-trump-has-made-more-than-2000-false-or-misleading-claims-over-355-days/?utm_term=.03ae2908c66e

Donc, si j' ai bien compté, ça nous fait un président américain qui fait une moyenne de 40 mensonges par semaine, soit plus de 7 mensonges par jour !

Et il se trouve que cette semaine, ce président pour le moins peu crédible rompt de manière unilatérale un accord sur le nucléaire avec l' Iran et prend des sanctions économiques qui engagent de très nombreux pays de la planète, et notamment tous les partenaires européens.

Voici un président traité par des journaux prestigieux de son propre pays de menteur invétéré et éhonté qui peut, à lui tout seul, déclencher une crise de première magnitude sur des affirmations non démontrées.

Difficile de ne pas repenser à Bush avec ses armes de destruction massives qui n' existaient que dans son esprit, sauf que cette fois-ci la situation me paraît pire encore.

En effet, Bush avait un plan ( criticable certes) mais il avait un plan soutenu par son équipe de faucons. Ce qu' on reproche à Trump c' est de ne pas en avoir. Il n' aurait pas de vrai plan B...C' est quand même assez fou comme situation.

On nous avait dit qu' il ne fallait pas avoir peur de Donald Trump car la démocratie américaine possède de solides garde-fous, notamment grâce à son congrès.

Je n' en doute pas, sauf que pour l' instant je vois un Donald Trump qui ne convainc personne, ni aucun de ses alliés ( mis à part Netanyahu), mais qui arrive quand même à ses fins.

En attendant, le prix du barril est déjà en train d' exploser par la volonté d' une seule personne....Inquiétant quand même de voir en ce début de XXI ème siècle la manière autocratique avec laquelle la première économie mondiale exerce son pouvoir en se moquant comme de l' an 40 de ses alliés européens réduits à l' impuissance.

Partager cet article
Repost0
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 16:32

Bonjour les amis,

J' ai pu voir pour vous LADY BIRD qui sortira sur vos écrans le 28 Février prochain.

Voici le sinopsis:

Christine « Lady Bird » McPherson se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi. 

Ce film nous raconte la dernière année de Christine avant qu' elle n' aille à l' université.

Christine a des relations tendues avec sa mère.Comme beaucoup d' adolescentes, elle est assez égocentrique, a beaucoup d' exigences et rejette toutes ses frustrations sur sa mère.

Christine veut à tout prix entrer dans une grande université de la côte Est, alors que ce n' est pas une étudiante particulièrement brillante, et que par ailleurs sa famille n' a pas les moyens de l' y maintenir.

On assiste à sa dernière année à Sacramento dans un lycée privé catholique ( hyper-traditionaliste).C' est durant cette dernière année que Christine va s' émanciper,cultiver son côté rebelle,rejeter l' ordre établi et la bienpensance,et aussi faire son éducation sentimentale.

Christine c' est la parfaite ado qui peut être , tour à tour, très touchante ou extrêmement agaçante.Souvent son côté rebelle nous fait sourire car ses rêves de jeune fille sont terriblement formatés ( sans qu' elle s' en rende compte, bien sûr).

Pendant cette dernière année initiatique on suivra ses relations en dents de scie avec sa famille ( la mère aimante et exigente, le père au chômage protecteur qui cache pudiquement sa dépression, un frère adopté qu' elle aime mais avec qui elle ne maintient pas les meilleures relations,...).On côtoiera ses amies du lycée, les petits copains.On vivra son premier amour, sa première déception, son second amour et sa seconde déception.Aucune de ses expériences n' est traumatisante ni dramatique mais elles l' enrichiront et forgeront peu à peu son véritable caractère.

Alors, cette chronique est extrêmement bien racontée, et surtout excellemment interprétée par tous les acteurs qui jouent de manière très juste, naturelle et spontanée...On ne s' ennuie jamais.Le rythme narratif est bien soutenu.

Dans LADY BIRD les problèmes sont comme dans la vraie vie...les déceptions ne sont jamais tragiques, et les joies ne sont pas délirantes comme si on venait de gagner le loto.C' est du cinéma d' auteur et il n' y a pas de grand moment artificiellement fort, ni de grandes révélations qui vont secouer le spectateur.Tout est en nuances, en subtilités.

Pas de surenchère donc, mais des instantanés bien croqués, des scènes qui nous rappellent des choses semblables qu' on a dû vivre nous-même ou avec nos enfants.

Bien vu aussi les relations de Christine avec ses amies, sa petite trahison pas sympa avec sa copine sensible et intelligente mais qui est un peu obèse et qui fait fuir les garçons...Christine commet certaines erreurs mais sait aussi se rattraper.

LADY BIRD nous parle de ce moment crucial de la vie qui est le passage de l' adolescence à l' âge adulte: thème inépuisable s' il en est.

Le scénario est finalement assez banal mais c' est la justesse du propos qui nous touche.

Ce film est le portrait d' une société en 2002, et à un moment determiné de la vie de notre héroïne.Tous les personnages secondaires attirent notre attention car les caractères sont bien définis et bien étudiés.

A la fin du film, très prévisible par ailleurs, on l' aime bien notre petite Christine...

LADY BIRD...une chronique douce-amère de l'adolescence

Alors la seule chose qui m' a un peu surpris c' est l' accueil enthousiaste de la critique et les éloges dithyrambiques que le film a reçues.

Non pas que cette oeuvre ne mérite pas d' être saluée...mais LADY BIRD reste une comédie douce amère qui est d' une facture finalement assez banale.

Prix GOLDEN GLOBE du meilleur film de l' année...et 5 nominations aux Oscars, rien de moins !

Et là, je me dis qu' on va peut-être nous refaire un peu le coup de MOONLIGHT...même si, à choisir, je préfère LADY BIRD à MOONLIGHT...

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 09:54

Bonjour les amis,

la semaine dernière j' avais été très critique avec le BLADE RUNNER 2049 de Denis Villeneuve qui, malgré ses qualités esthétiques indéniables m' avait plongé dans un profond ennui et agacement.

Evidemment, s' agissant d' une oeuvre d' un grand cinéaste comme Villeneuve, et s' agissant aussi de la suite du chef d' oeuvre de Riddley Scott , je ne pouvais qu' être doublement déçu.

Alors, pour ne pas rester sur une sensation de frustration, j' en ai profité cette semaine pour découvrir des films antérieurs  de Villeneuve afin de renouer un peu avec lui.J' avais beaucoup aimé son PRISONERS, un film particulièrement angoissant qui vous tient en haleine pendant 2 h 30.

Alors j' ai commencé par visionner ENEMY que je n' avais pas vu.

Encore une fois j' ai été très déçu car, après une introduction énigmatique dans une atmosphère pesante et très allégorique, le film nous embarque vers " destination nulle part"...Mais ça, le spectateur aura attendu 2 heures pour s' en rendre vraiment compte.Une mise en scène parfois brillante mais au service de rien.Quel était le projet de Villeneuve ? Je préfère me taire pour ne pas dire de bêtises mais j' en suis arrivé à me demander si le réalisateur en avait un: je veux dire un "vrai projet"...Je crois que ENEMY est à ranger dans la catégorie " métaphores"...certains aimeront, d' autres pas: moi je suis dans la 2 ème catégorie.

Mais, bien évidemment, je ne renonce pas aussi facilement avec un grand auteur, et je me suis lancé ( appuyé en cela par notre ami Fatizo) dans le visionnage de SICARIO:

Et là, ma persévérance a été récompensée...

Le dernier grand film que j' avais vu sur les cartels de la drogue était SCARFACE de Brian de Palma qui remonte à 1983.

Entre temps j' avais vu le CARTEL de Riddley Scott, dont certaines scènes ont été filmées juste à quelques km de chez moi à Pego dans une luxueuse villa .

Cartel est un film ambitieux, qui veut atteindre une certaine dimension métaphysique sur l' animalité humaine, mais le film devient parfois bavard, sentencieux...et aussi involontairement ridiculement vide.Le scénario écrit par le Pulitzer américain Cormac McCarthy n' a pas inspiré le grand Riddley Scott qui bâcle certaines scènes comme la liquidation du parrain ( mais en soigne d' autres aussi comme l' éxécution planifiée soigneusement d' un motard tueur à gages).Malgré tout, CARTEL est un film à voir.

Mais revenons à Villeneuve et à son SICARIO.

Voici la bande-annonce.

Cette fois-ci on n' a pas droit à un film bavard.Ce film est l' antithèse de CARTEL.Ici, ce sont les faits, les actions, les personnages,les lieux et les ambiances tendues qui font le film.

Villeneuve nous plonge au coeur d' actions coup de poing d' agents anti-drogue aux Etats-Unis, nous projette au coeur de la ville de  Juarez au Mexique, ...les atmosphères sont excellemment rendues.Les prises de vues superbes...Les plans aériens sont de toute beauté...On reste scotché.

Le scénario est très prenant.On suit les péripéties de Kate Macer, une jeune agent du FBI idéaliste et volontaire.Elle sera adjointe à une autre unité qui intervient aux Etats-Unis mais aussi de manière clandestine au Mexique et elle est confrontée à un monde très dangereux où il faut douter de tout, et où on n' est sûr de rien.

D' une part, il y a des agents de police corrompus...d' autre part, et face à des narcotrafiquants très tordus, les flics ( qui ne disposent pas toujours des moyens légaux pour intervenir) ont appris, eux-aussi, à répondre de manière toute aussi tordue.

Finalement, le spectateur est maintenu en haleine, et ne sait pas sur quel pied danser jusqu' à la dernière seconde du film.

Tous les personnages sont très bien interprétés, sobrement et de manière très réaliste et convaincante.

Emily Blunt est parfaite dans son rôle d' agent intègre qui ne tergiverse pas avec ses principes...Très forte et fragile à la fois.

SICARIO de Denis Villeneuve...une mise en scène époustouflante.

Benicio del Toro , avec sa gueule à couper au couteau,est très inquiétant et nous maintient dans la plus grande des ambiguïtés...

En espagnol, on dit qu' il a une " cara de pocos amigos"...une " tête à avoir peu d' amis"...

SICARIO de Denis Villeneuve...une mise en scène époustouflante.

Cette fois-ci on peut dire que Villeneuve maîtrise complètement son sujet.Sa mise en scène ne souffre d' aucune baisse de rythme...Le film alterne très bien les scènes d' actions filmées avec maestria , avec celles où on s' interroge avec notre héroïne avec qui on s' identifie complètement.

La fin ne se veut pas moralisatrice.Villeneuve laisse le spectateur juge de ce qu' il a vu.

Bravo ! SICARIO est une grande réussite et Villeneuve un grand metteur en scène... mais ça, on le savait...

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 13:28

Bonjour les amis,

Philip Brailsford,policier de son état, vient d' être acquitté par un tribunal américain alors qu' il a tué avec son arme automatique Daniel Shaver, un simple citoyen qui était, au moment des faits, non armé et non menaçant...

Mais pour me suivre lisez d' abord cet article.

En fait, pour bien comprendre ce qui s' est réellement produit il faut voir la scène telle qu' elle s' est passée.Je n' aime pas montrer des vidéos morbides ou voyeuristes mais ces images très dures sont vraiment nécessaires pour se faire une vraie idée du drame.

La scène se passe durant les trois premières minutes de la vidéo que j' ai mis en lien ci-dessous 

Alors c' est assez fou cette scène car la victime n' est jamais menaçante.Elle n' a pas d' arme et elle supplie le policier de lui laisser la vie sauve.Le policier qui apparemment a du mal à contrôler ses nerfs demande à Shaver de se mettre à genoux et d' avancer doucement.

Shaver obéit mais un seul mouvement de sa main vers son pantalon va provoquer instantanément une salve de tirs mortels de la part du policier.

Il est probable que le suspect voulait simplement remonter son pantalon...Un geste qui lui coûtera la vie.

Le tribunal acceptera les justifications du policier qui expliquera qu' il a fait feu car il pensait que Shaver allait sortir une arme.

Quand on regarde les images, on se dit vraiment que le policier exagère et qu' il n' est absolument pas en danger ou alors qu' il avait largement le temps de réagir si Shaver avait vraiment sorti une arme.On se dit que si Brailsford n' est pas capable de contrôler ses nerfs, il devrait faire un autre métier...

Quand on regarde une 2 ème fois les images on voit bien que Shaver supplie, qu' il a peur et qu' il obéit sans broncher aux injonctions du policier.

Il ne pouvait pas se montrer plus coopérant.Il était probablement en état d' ébriété mais malgré tout il n' était jamais menaçant.

Un seul mouvement vers son pantalon et son destin a été scellé....

Moi, ça me fout le vertige une scène pareille.Le mec suppliant le policier qui se fait mitrailler pour un geste anodin...Ça me dépasse ! Même les tueurs des films de Quentin Tarantino semblent avoir plus de compassion que Brailsford.

Etre policier est un travail difficile et dangereux qui demande du sang froid, de la maîtrise de soi...toute une série de qualités que ne semble pas avoir Brailsford.

Alors on se pose la question de la formation des policiers aux Etats-Unis.

Par ailleurs, je n' arrive pas à comprendre le tribunal qui acquitte purement et simplement le policier.J' y vois un très mauvais signal envoyé à la citoyenneté.

Brailsford n' a même pas eu ne serait-ce qu' une condamnation symbolique.Il n' a même pas été obligé de rendre sa plaque...On apprendra que Brailsford a été licencié 2 mois après la mort de Shaver à cause de violations constantes aux règles internes de son service et aussi à cause de son mauvais rendement.

Alors, il est mort de quoi Shaver ?...La faute à pas de chance ?

Pas de chance d' être tombé sur un policier hystérique et névrosé ?...Oui mais un policier hystérique et névrosé, équipé d' un puissant fusil d' assaut AK-15, et qui apparemment n' a eu aucun problème pour être recruté et reçu aux examens de sa Police Academy ...

 

 

 

Ne me tirez pas dessus svp !

Encore une fois ce sinistre fait divers n' aurait pas mérité que j' en fasse un article si le cas de Shaver n' était pas symptomatique d' une dérive inquiétante aux Etats-Unis.Ce sont plus de mille citoyens par an qui sont tués par la police américaine, et malheureusement, on sait que des exécutions sommaires comme celle que je viens de relater sont loin d' être exceptionnelles.

Etre suspect aux Etats-Unis , est une situation vraiment angoissante ...Si les policiers vous abattent il leur suffira juste de dire au juge qu' ils  avaient eu peur de vous, ou alors que vous avez eu un petit geste ambigu...

En tout cas, la rafale d' AK-15 que Brailsford a envoyé à Shaver n' était pas ambiguë, elle...

 

Fusil d' assaut AK-15

Fusil d' assaut AK-15

Philip Brailsford

Philip Brailsford

Daniel Shaver , père de 2 jeunes enfants, n' avait pas d' antécédents judiciaires...

Daniel Shaver , père de 2 jeunes enfants, n' avait pas d' antécédents judiciaires...

Partager cet article
Repost0
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 18:18

Bonjour les amis,

Je viens de terminer un roman assez volumineux de plus de 700 pages de Luca di Fulvio intitulé LE GANG DES RÊVES.

En voici un résumé:

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt...
L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. 
Roman de l'enfance volée, Le Gang des rêves brûle d'une ardeur rédemptrice : chacun s'y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l'illusion de la pureté.

"Le gang des rêves" de Luca Di Fulvio

Alors c' est un roman assez torrentiel qui commence en Italie au début du siècle dernier.Cetta, jeune paysanne italienne fuit son pays et arrive à New-york avec son bébé née d' un viol.

Pour survivre elle devra vendre son corps et elle luttera avec une seule obsession: devenir américaine, et que son fils, rebaptisé Christmas  soit un citoyen américain à part entière.

Le récit est dense avec des allers et venues dans différentes époques.Nous suivons l' itinéraire de Cetta, la jeune immigrée qui ne connait pas un mot d' anglais et qui découvre New-York, et en parallèle celui de son fils Chris qui  devra apprendre à survivre à l' école de la rue, une rue qui est livrée aux rivalités entre gangs: les irlandais, les juifs, les italiens...

Le personnage de Chris est celui qui porte le récit.Il est très débrouillard,a du culot,et possède une intelligence hors du commun qui lui permet de se frayer un chemin, et de tenter de vivre son rêve américain.

On est happé par l' histoire qui nous fait croiser plein de personnages hauts en couleurs issus des bas-fonds new-yorkais.Certains sont truculents, d' autres pathétiques:il y a des pauvres prolos hyper exploités, des braves types et des méchants teigneux, des durs, des petits truands sans ambition,des maquereaux et des vrais caïds.

Ce roman est aussi une grande histoire d' amour. Chris va porter secours à Ruth qui est une jeune juive issue d' une famille très aisée et qui a été victime d' une agression horrible.Chris tombera sous le charme de Ruth qui est extrêmement traumatisée par son agression.

Cette histoire d' amour semble à priori impossible puisque Chris et Ruth appartiennent aux deux extrêmes de l' échelle sociale.Les relations entre Ruth et Chris seront le fil rouge de tout le récit et tout ce que va entreprendre Chris sera fait par amour pour Ruth.

Par ailleurs, Di Fulvio nous fait suivre aussi en parallèle la trajectoire violente et sanguinaire de Bill, l' agresseur de Ruth.C' est lui qui incarne le Mal absolu dans le roman...

Le livre nous fera revivre l' Amérique des années 20 , de l' avant- prohibition, du cinéma muet et parlant, de la radio, de la comédie musicale et de Broadway...On y voit aussi l' Amérique de l' immigration,des ghettos, du racisme, des syndicats, des premières usines automobiles FORD et de la taylorisation.

Le récit nous promène de la côte Est à la côte Ouest où Hollywood attire tous ceux qui rêvent de fortune et de faire du cinéma.On y découvre une industrie cinématographique naissante, quasi mafieuse, très cynique où les jeunes filles trop innocentes sont exploitées sans vergogne.

Le début du roman fait penser à IL ETAIT UNE FOIS L' AMÉRIQUE de Sergio Leone mais cependant avec une différence importante:Chris, même s' il est en contact avec la pègre va chercher rapidement une solution personnelle pour sortir de la délinquance.Impossible de séduire Ruth en restant dans l' illégalité.

Chris possède une imagination hors du commun et un charisme qui lui permettent de subjuguer ceux qui l' écoutent.L' Amérique toujours à la recherche de jeunes talents lui donnera sa chance...Quant à son histoire avec Ruth, il faudra attendre la dernière page pour savoir comment elle se conclut.

Il faut ajouter qu' il y a dans ce roman de très bons dialogues et une bonne dose d' humour. C'est finalement une écriture très cinématographique....à tel point qu' on se demande s' il n' y aura pas un metteur en scène en mal d' inspiration qui va tenter d' en faire une adaptation.

Moi si je devais produire ce film je chercherais déjà le nouveau Di Caprio pour tenir le rôle Chris...et la nouvelle Monica Bellucci pour tenir le rôle de Cetta.

Pour le personnage de Ruth je l' imagine comme ça...

 

 

"Le gang des rêves" de Luca Di Fulvio

Pour en savoir plus sur ce roman, vous pouvez aller sur ce lien.

Je dédie ce petit billet à ma copine d' origine romaine Sonia qui est en plein milieu du roman et qui ne l' a pas encore fini...et qui a été la première à proposer Bellucci dans le rôle de Cetta.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 20:34

Bonjour les amis,

Donald Trump attaque sa présidence en voulant donner l' impression forte qu' il va tenir ses promesses.Alors, on est plus que dubitatif sur l' efficacité de certaines mesures et sur la faisabilité de leur application.Par contre, il y a quelque chose dont on ne peut douter, c' est qu' il va bien s' attaquer aux plus faibles.

Deux points importants de son programme sont déjà mis en orbite:

1- l' annulation pour ne pas dire désintégration pure et simple de l' Obamacare qui tentait d' offrir une protection médicale minimale aux classes les plus défavorisées.

2- la chasse aux clandestins qui est d' ores et déjà lancée.Ce sont des millions de personnes qui , du jour au lendemain, vont avoir peur d' ouvrir leur porte à des inconnus, en craignant que ce soit la police anti-immigration ( qui va être dotée de nouveaux moyens importants ) qui frappe à la porte.

Alors, il faut rappeler quelques données économiques de base très simples.

Les Etats-Unis ont un taux de chômage de l' ordre de 5% , très enviable pour nous les européens.Un taux qu' on peut considérer comme une situation de quasi plein emploi.C' est sans doute la meilleure partie du bilan d' Obama qui, sur le plan intérieur, a été plutôt un bon président.

Il y a aux Etats-Unis à peu près 11 millions de personnes non-régularisées qui pour la plupart vivent dans ce pays depuis plus de 10 ans, ce qui veut dire qu' elles sont intégrées, qu' elles travaillent le plus souvent dans des secteurs que les américains ne veulent pas occuper, et qu' elles ne coûtent pratiquement rien du tout en termes de cotisations sociales.

Les Etats-unis bénéficient donc d' une manne prolétaire à bas prix dont ils ne peuvent se passer.Si Trump avait le pouvoir de les expulser tous, l' économie américaine s' en ressentirait de manière très négative dans certains secteurs, comme l' agriculture, où elle manquerait de main d' oeuvre. D' ailleurs 3 Etats américains ont fait savoir qu' ils n' appliqueraient pas le décret anti-immigration...Le moins qu' on puisse dire, c' est que tout cela fait assez désordre.

Mais une chose est sûre: Trump a réussi sur un seul coup de plume à plonger des millions de résidents sans papiers dans la crainte et dans l' angoisse.

Voici l' arrestation cette semaine d' un mexicain sans papiers, sous les yeux de sa fille, après qu' il ait laissée  à l' école...

 

Evidemment, l' émotion est vive dans la communauté américaine latino et il y a eu une manifestation de soutien à ce père de famille  à LOS ANGELES

Encore une fois, je ne vais pas vous faire sortir vos mouchoirs.Tel n' est pas mon but.

On voit déjà de quelle manière la politique populiste de Trump s' attaque aux plus faibles.

Par ailleurs,et en parallèle,je voudrais rappeler d' autres promesses de Donald Trump.Il a promis, par exemple, de taxer les produits chinois, et là les amis, ça me fait sourire amèrement car avec les asiatiques ça va être une autre paire de manches.Ils ne sont pas faibles eux.Les chinois ont acheté 30 % de la dette américaine et peuvent, sur un claquement de doigts de leur président, créer une crise sans précédents aux Etats-Unis, rien qu' en mettant cette dette massivement en vente sur le marché.

Sûr qu' avec les chinois, ce sera du donnant donnant.

Par contre pour le gouvernement mexicain, les choses vont être plus compliquées et la nouvelle administration américaine va leur mener une guerre économique sans merci.

On le voit bien. Trump va  tenir une partie de ses promesses, et ce sont les plus pauvres et les plus démunis qui vont en faire les frais.Les autres peuvent dormir tranquille...

Partager cet article
Repost0