Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2022 6 20 /08 /août /2022 08:01

Bonjour les amis,

Ce matin je me suis levé avec l'envie d'écouter HOMECOMINGS un morceau que j'affectionne particulièrement du guitariste belge Philip Catherine. HOMECOMINGS est extrait de l'album GUITARS qui fût publié en 1975 et qui est probablement son meilleur album.

Le morceau est construit sur une progression d'arpèges un peu étranges et envoûtants. Philip Catherine laisse courir la batterie comme le son d'un métronome qui maintient et martèle de manière implacable la régularité du tempo pendant que sa guitare électrique nous emporte très loin et très haut. Une guitare très inspirée qui, tel un cerf-volant, se livre à des digressions asymétriques, parfois improbables, souvent aussi vertigineuses qu'une chute libre, mais qui finit toujours par retrouver son équilibre et la sérénité du tempo original. 

Notez au passage que cette pièce composée en 1975 a très bien veilli et qu'elle n'est pas trop marquée par le son de son époque. C'est un beau thème intemporel qui n'a pas pris la moindre ride.

Donc en faisant ce matin une recherche rapide sur youtube pour remettre la main sur le morceau de Catherine je suis tombé tout à fait par hasard sur une version acoustique du musicien turc Erkan Ogur.

Cette fois-ci le tempo est plus lent. On peut apprécier et savourer pleinement toutes les harmonies de HOMECOMINGS.

Je crois, mais je n'en suis pas très sûr, qu'il doit y avoir au moins trois guitares différentes qui se superposent, qui s'interpellent et qui se répondent

HOMECOMINGS méritait bien sûr une version purement acoustique. Celle d' Erkan Ogur est de toute beauté.

La voici.

PS: Pour ceux qui s'intéressent à l'écriture du morceau voici une vidéo très sympa de Catherine qui explique de manière un peu improvisée d'abord sa progression d'arpèges, puis comment le thème vient se greffer dessus.

Partager cet article
Repost0
5 août 2022 5 05 /08 /août /2022 17:37

Bonjour les amis,

On ne présente plus la Pavane de Gabriel Fauré, une oeuvre pour petit orchestre qui fut présentée pour la première fois au public le 25 Novembre 1888.

Cette oeuvre inspire plein de belles adaptations à un, deux, trois ou quatre instruments.

En voici une première, toute simple, à la guitare, de Robert Lunn.

Ce qui est intéressant ici c'est la manière avec laquelle Robert Lunn imite l'oeuvre orchestrale originale, fait sonner certaines notes (celles de la mélodie) et étouffe d'autres avec sa main droite (celles de l'accompagnement). Ce n'est pas si aisée car tout se fait en même temps, les notes qui durent et celles qui sont étouffées. Mais écoutez plutôt sur les trois premières minutes de cette vidéo...J'aime beaucoup le contraste entre la mélodie qui sonne et l'accompagnement harmonique "étouffé".

Je vous propose maintenant une adaptation un peu plus jazzy  écrite pour deux guitares.

J'aime beaucoup l'introduction de Steve Erquiaga qui précède l'arrivée du thème hyperconnu.

En fait, j'adore cette intro...c'est même pour elle que j'ai écrit ce court billet.

En fait, cette intro, elle me prend la tête !

Steve Erquiaga

Steve Erquiaga

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2022 7 31 /07 /juillet /2022 12:05

Bonjour les amis,

Nous sommes au coeur de l'été, de la saison des festivals de Jazz, et le grand guitariste américain Al di Meola est en tournée en Europe en ce moment.

J'ai découvert grâce à sa page facebook AVA'S DANCE IN THE MOONLIGHT, un morceau  que je ne connaissais pas.

Ce qui est intéressant c'est, entre autres, la genèse de cette pièce. Al di Meola raconte que sa fille de 4 ans était descendue  dans son studio un soir alors qu'elle ne pouvait pas trouver le sommeil.

Al di Meola tenta de lui jouer quelques notes d'une berceuse à la guitare, et puis la petite fille se mit à à faire tournoyer ses mains et à initier quelques mouvements de ballerine, ce qui donna l'idée à Al di Meola d'improviser un arpège pour accompagner ces premiers mouvements de la fillette. On entend cet arpège à 18 secondes sur la vidéo que je mets en lien ci-dessous.

J'aime beaucoup cette idée d'un père observant les premiers balbutiements artistiques encore très aléatoires mais pleins de grâce de sa petite fille de 4 ans et qui s'en inspire pour l'accompagner d'un arpège étrange, magnétique et un peu envoûtant sur lequel il a ensuite composé une pièce assez poétique, d'inspiration hispanique, au thème lancinant.

La musique se crée souvent comme ça....sur un hasard, sur un imprévu...sur une inspiration soudaine...sur une simple idée de départ qui jaillit....et puis, ensuite, plus tard, le talent et l'inspiration font le reste...

Voici une répetition de cette pièce, en duo cette fois-ci, avec deux guitares acoustiques, près du lac de Garde qu'on peut admirer en arrière-fond.

C'est un thème que peut s'interpréter de mille façons. Voici maintenant Al di Meola qui le reprend de manière très convaincante à la guitare électrique. Plus percussif et bourré d'énergie !

 

Voilà, trois versions différentes d'une même pièce:

- sur la première vidéo une version complètement orchestrée

- sur la deuxième une répétition à deux guitares d'une version plus intimiste

- sur la troisième  une interprétation  complètement rock, ou si vous préférez jazz-rock.

Personnellement j' ai un faible pour les propositions 2 et 3.

Quand les mains d'Ava se mirent à tournoyer et à dessiner des formes dans l'espace...
Partager cet article
Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 06:16

Bonjour les amis,

Cette semaine dans le cadre de la semaine des droits de la femme la municipalité de mon village espagnol ( et valencien) a programmé hier soir un concert de jazz interprété par un quatuor qui s'appelle LES FEMMES.

Le groupe est formé par 4 artistes qui ont déjà une expérience musicale nationale et internationale :  Anna Moreno, flûte traversière, Elvira Ramon, piano, Joana Sales, contrebasse, et Ángela Pozuelo, batterie. 

Il faut noter que la talentueuse flûtiste Anna Moreno est originaire de mon village.

Soirée enchantée avec LES FEMMES...

Il y avait au programme de ce concert une suite de 7 pièces signée par Claude Bolling.

Mais laissez moi d'abord vous présenter LES FEMMES grâce à la vidéo mise en lien ci-dessous dans laquelle elles interprètent la suite nº 1 pour flûte et piano de Claude Bolling.

Je n' ai pas de videos du concert d'hier soir donc je vous mets des liens youtube de certains des morceaux qui ont été interprétés. 

L'un des moments les plus brillants de la soirée fut l'éxécution de cette pièce-ci, intitulée à juste titre FUGACE.

Ce fut une soirée magique, enchantée, hors du temps.

J' étais allé voir ce concert sans en connaître la programmation et je tombe sur ce répertoire tout simplement exquis.

En général l'auditeur a des frissons quand il va écouter des pièces qu'il connaît et que son esprit anticipe le moment où va se produire la modulation harmonique qui va le faire frémir d'émotion.

Et bien hier, j' ai ressenti certains frissons alors que je découvrais ces morceaux pour la première fois.

Je suis sorti de la salle dans un état d'euphorie.

Je terminerai donc en félicitant chaudement et en remerciant ces 4 interprètes de talent qui m'ont offert hier soir une soirée enchantée.

Pour paraphraser le regretté dessinateur Reiser, je m' exclamerai moi-aussi :

Vive LES FEMMES !

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 21:18

Bonjour les amis,

Aujoud' hui c' était la fête de fin d' année dans mon lycée.

Pas de classes durant cette dernière journée festive tout au long de laquelle de nombreuses activités à caractère culturel ont été programmées.

Tout d' abord nous avons assisté à des spectacles de gymnastique rythmique éxécutés par différents groupes d' élèves préparés par leurs professeurs d' éducation physique durant ces dernières semaines.Cette année le thème commun à tous les numéros présentés était le saut à corde.Les musiques très rythmées sur lesquelles étaient réalisées les différentes choréographies et figures acrobatiques avaient été selectionnées par les élèves eux-mêmes. ( l' un des groupes de lycéens avait choisi de faire leur prestation sur le EYE OF THE TIGER qu' on entend dans le film Rocky).

Ensuite nous avons assisté à un spectacle de danses et de musiques préparé par les élèves ( sous la direction artistique de leurs profs).

A noter cette année, une belle prestation de modern' jazz réalisée par deux de nos ballerines particulièrement douées et qui ont une pêche incroyable.Elles nous ont carrément bluffé.Je dois ajouter que l' une entre elles que j' ai eu comme élève cette année m' a vraiment surpris car elle est très discrète en classe ( attentive mais très discrète) alors que sur scène, elle se transforme en un véritable ouragan.Bien évidemment, je suis allé la féliciter chaudement à la fin de sa prestation, en lui disant qu' elle m' avait sincèrement épaté.

Nous avons pu apprécier également une danse orientale assez envoûtante éxécutée par l' une de nos élèves d' origine marocaine.Certaines de nos élèves possèdent déjà une très bonne technique, et aussi un sens inné de la scène...

Beaucoup d' énergie et de charisme donc ! Certains élèves se comportent déjà comme des pros avec une apparente facilité sur scène et une maîtrise technique derrière lesquelles se cachent en réalité de très nombreuses heures de travail et de répétitions.

Le spectacle qui a duré près de deux heures s' est terminé avec plusieurs morceaux interprétés par le Big Band du lycée formé par les élèves-musiciens et aussi 6 ou 7 professeurs.Un Big Band complet avec une section entière de cuivres ( saxo, trombone,cor,tuba) flûte traversière, clarinettes altos et basse, flûtes à bec, batterie, claviers, guitare électrique, guitare basse, etc...

Durant l' un des morceaux éxécutés par le Big Band , on a pu écouter une de nos élèves de seconde qui a une belle voix interpréter une chanson qui me rappelait de manière lointaine un thème déjà entendu, mais que finalement que je n' arrivais pas à reconnaître.

J' étais complètement ravi, et après m' être renseigné auprès de l' un des musiciens j' ai appris que le morceau en question s' intitulait FEELING GOOD et que l' interprète de la version originale était ni plus ni moins que la grande Nina Simone.

Ecoutez-là sur ce lien.Elle est tout simplement sublime...Le final est éblouissant !

 

Alors pour la petite histoire, sachez que cette pièce avait été composée par Anthony Newley et Leslie Bricusse pour la comédie musicale" The roar of the greasepaint".

Voici ci-dessous  cette première version pour que vous puissiez apprécier le grand travail de Nina Simone, son apport et sa touche très personnelle.

Alors revenons à la magnifique version de Nina Simone.

Ce titre, I m feeling good, correspondait parfaitement à notre état d' esprit à tous en cette journée ensoleillée de fin de cours 2016 /17.On était euphorique ! 

J' étais content aussi de voir que le jeune public était assez enthousiaste et très réceptif à une pièce composée en 1965 dans un style très éloigné de ce qui se fait actuellement et de ce qu' ils ont l' habitude d' entendre.

Il n' y a eu de leur part aucune réaction de rejet ou de dédain pour une musique qui aurait pu leur paraître ringarde.Au contraire le FELING GOOD a été acclamé et finalement rejoué une deuxième fois lors du rappel final.

Comme quoi, l' école a un véritable rôle à jouer pour permettre aux élèves d' acquérir une vraie culture musicale, une formation du goût et un véritable sens esthétique critique.

A l' école il faut tout entendre pour pouvoir tout comprendre.Que ce soit la musique classique à travers les siècles, les musiques populaires et traditionnelles, le jazz,la variété, le rock,la musique contemporaine ou les musiques du monde...

 

Feeling good...
Feeling good...
Feeling good...
Partager cet article
Repost0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 10:07

Bonjour les amis,

Deuxième coup de coeur cette semaine pour Ala.ni, une artiste de jazz anglaise originaire de Grenade dans les Caraïbes, qui possède un potentiel artistique énorme.

Voici ce qu' en dit le quotidien espagnol EL PAIS ( comme d' habitude je vous ai fait une petite traduction approximative en français)

Si vous passez cette vidéo-ci dessous et que vous fermez les yeux vous pourrez croire à un enregistrement de l'âge d'or d'Hollywood, une Judy Garland avec robe de satin devant un énorme micro permanent. Cependant, lorsque vous les ouvrirez, vous trouverez une petite jeune femme avec des dreadlocks et des bottes militaires, provenant des Caraïbes, mais qui possède la même élégance intemporelle que les grandes stars du passé. Cette femme qui peut remplir une scène nue avec sa voix et quelques accords de guitare simples est Ala.ni.

Elle a commencé à s' intéresser à la danse, mais rapidement est allée vers la musique et a accompagné Mary J. Blige, Andrea Bocelli et Blur comme choriste. Elle a également flirté avec la mode pendant un certain temps jusqu'au point de se présenter dans une collection à la Fashion Week à Londres. Mais la musique a continué à gagner du terrain.C'est Damon Albarn, qui l'a encouragé à se lancer dans une carrière solo. En 2015, il a lancé ses premières chansons en quatre maxis, chacun dédié à une saison, et l'année dernière a produit un album, Toi et moi
Cherry Blossom, la chanson qu' on entend dans ce live, fait partie de leur hommage au printemps et l'amour est une demande de la rivière. Un plaisir intime révélant une voix prodigieuse et des nuances surprenantes. Parfait pour être apprécié en noir et blanc.

La voici dans une chapelle parisienne interprétant CRY ME A RIVER, simplement accompagnée par quelques accords de guitare, avec une prise de son pourrie, et pourtant le résultat est excellent.L' émotion passe...

La voici maintenant sur OLD FASHIONED KISS...une intro brillante, et dans la suite du morceau elle fait montre de toute sa palette expressive.Elle est éblouissante et je suis complètement bluffé par tant de maîtrise et de maturité vocale à un âge aussi jeune.

Oui, je crois et j' espère qu' elle trouvera rapidement une belle place méritée au firmament des grandes interprètes de Jazz.

Partager cet article
Repost0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 07:42

Bonjour les amis,

Après la pluie de récompenses qui vient de tomber sur LA LA LAND de Damien Chazelle ( sans compter les 14 nominations aux Oscars ), il était difficile de résister davantage sans aller voir ce film.

Donc j' y suis allé, et force est de constater que la magie du grand cinéma américain opère toujours.

Ce film ne tient pas la comparaison avec certaines des grandes comédies musicales des années 50 si on s' en tient aux grandes choréographies millimétrées, à la perfection technique, et aux grands numéros époustouflants des acteurs-danseurs de l' époque mais le propos du réalisateur n' est pas de rivaliser avec ces grandes productions du passé.

Son film est plutôt un hommage  à ce cinéma qui nous a fait rêver et Damien Chazelle nous invite à chanter et à danser d' une manière naturelle et sensible en recréant un univers magique.

LA LA LAND...ou quand la magie d' Hollywood opère toujours !

Pour le reste, et par rapport à ce qu' on peut attendre d' une comédie musicale,tout y est.

- L' histoire entre ces deux personnages romantiques qui veulent réaliser chacun leurs rêves. Mia qui désire être actrice et Sébastien, talentueux  pianiste qui veut ouvrir une boîte de jazz qui remette à l' honneur ce genre musical.

- La musique du film , fondamentale dans une comédie musicale,qui emprunte beaucoup au Jazz.Elle est parfois très rythmée mais offre aussi des passages  très romantiques et nostalgiques.

- Le rythme.C' est le plus important dans une comédie musicale.Ne pas perdre le rythme, et c' est le cas dans ce film.On se laisse porter , au rythme des saisons, par les déboires, aléas et péripéties que traverse ce couple.

- Le charisme du couple formé par Emma Stone et Ryan Gosling. Ils sont tous les deux top classe.

- Le Cadre.La ville de Los Angeles est magnifiquement photographiée, avec ses ciels magiques et irréels,aux couleurs saturées.Son ambiance urbaine restylisée de manière romantique.On en redemande !

- La photo.Encore une fois c' est du grand art.Les couleurs dominantes et les lumières très travaillées.On pourrait extraire une grande photo de chaque scène.C' est un régal des sens.

LA LA LAND...ou quand la magie d' Hollywood opère toujours !

Bref, je suis bon public et je me suis laissé emporter avec délice par cette histoire très romantique, totalement séduit par le glamour des deux protagonistes.

Jusque là, tout allait très bien donc, mais je ne m' attendais pas à une surprise finale avec un élément narratif non conventionnel ( dont je ne peux parler).

Il y a à la fin du film une scène vraiment magique, magique, magique....une scène inoubliable, tout comme la scène des baisers de Cinéma Paradiso.

Une scène filmée avec virtuosité qui, à elle seule, mérite qu' on aille voir ce film.Une scène qui va vous parler à vous tous, et qui vous rejettera forcément à un moment ou à un autre de votre vie.

Je n' en dis pas plus !!!!

Cette scène, elle est GEANTE et elle restera dans l' histoire du cinéma !

Je suis sorti de la salle de cinéma avec les pieds qui ne touchaient plus vraiment le sol...Le charme d' Hollywood avait frappé encore une fois !

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 21:20

Bonjour les amis,

Suite à l' article de Fatizo sur les années 80 ICI, j' ai eu envie de lui répondre, mais en consultant l' ensemble des productions de ces années -là qui ont été quand même assez fécondes, même si elles n' ont pas atteint le niveau des années 60-70, je me suis dit que ça ne pouvait pas tenir dans un billet.Du coup, je vais me limiter à des choses plus personnelles, qui m' ont touché, et certaines productions que vous ne connaissez peut-être pas et qui méritent de ne pas tomber dans l' oubli.Je passerai du coq à l' âne entre musiques populaires et compositions plus sophistiquées.Suivez le guide.

Pour moi les années 80 c' est D' ABORD ET SURTOUT ET AVANT TOUT le retour de King Crimson qui s' est reformé après une longue absence, et qui nous revient avec des nouveaux sons et des nouveaux rythmes.

Le premier album qui annonce le retour s' appelle BEAT, tout un symbole.

Ecoutez ce morceau FRAME BY FRAME où les 2 guitares sont synchro puis se désynchronisent peu à peu, puis sont en opposition.C' est de la haute voltige...Tony Levin avec son stick dessine également des lignes de basse étonnantes. Je n' ai pas pu vous mettre les versions studio qui sont protégées où on peut se rendre compte du travail phénoménal réalisé par Robert Fripp et ses copains.

A peu près au même moment les TALKING HEADS nous sortent REMAIN IN LIGHT,un superbe album.Du grand art...

Jeff Beck signera un album de toute beauté de bout en bout avec son THERE AND BACK.

Ecoutez simplement les premières minutes...c' est l' enfer ! Tous ceux qui ont une guitare électrique chez eux bavent d' envie.

Côté tubes on a droit à Foreigner et son Urgent lancinant...trop bon

Cindy et son time after time

Même Miles Davis en personne lui rendra hommage

Et la fantaisie funky de Kid Creole et ses coconuts...so good !

Et le cruel été des banarama..j' adore la guitare funky !

Annie Lennox et sa voix profonde et riche faite pour chanter le rythm 'n blues

En 1980 sort l' album flesh+blood des Roxy Music...je l' écouterai en boucle pendant un an...J' aime tout , y compris les 2 amazones de la pochette.

En 1980, il y a eu un film qui nous a bien éclaté...

Les 3 barbus étaient particulierement inspirés avec leur son boogie si reconnaissable...

Dans les années 80, le son soul de Mickael Jackson et la guitare heavy métal d' Eddie VAN HALEN vont s' unir pour donner un chef d' oeuvre.

En 1984 ALPHAVILLE nous sortira un tube d' enfer, que je me chantonne encore aujourd' hui...

L' un de mes clips préférés de ces années-là est celui-ci...

Changeons de style.Connaissez -vous Abdullah Ibrahim dit " Dollar Brand" ?...Ecoutez ça les amis, c' est magnétique...il faut se laisser porter, et les portes de l' Afrique s' entrouvront...

Partager cet article
Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 10:43

Bonjour les amis,

De même qu' il y a des films-cultes peu connus du grand public mais vénérés par un noyau de fervents admirateurs à travers le monde, il y a aussi des albums ROCK-culte, qui ont eu au début un succès plus confidentiel, mais dont les fans ont formé , peu à peu, une étrange secte d' initiés qui se reconnaissent à travers tous les pays de la planète: ROCK BOTTOM est un de ces albums-là...Il a été édité en 1974 et on pourrait lui coller une étiquette de rock progressif ou de jazz-rock sans que ce soit mensonger , sauf que c' est une oeuvre si singulière qu' elle déborde largement du cadre artistique dans lequel elle est née...ROCK BOTTOM est une espèce d' OVNI un peu inclassable qui a laissé une profonde empreinte chez ceux qui, comme moi, ont fait avec lui une rencontre du 3 ème type .

Avant de parler de l' album, il faut revenir à la genèse de l' oeuvre et aux conditions de sa création.Le compositeur Robert Wyatt, musicien et batteur du groupe Soft Machine, avait eu un accident stupide après une soirée un peu trop arrosée.Il était tombé d' une fenêtre, ce qui aura comme conséquence dramatique de le laisser paraplégique sur un fauteuil roulant après un long séjour à l' hôpital, une situation qui l' obligera à abandonner son groupe.

ROCK BOTTOM...ce cri qui vient de l' intérieur

Le concept de cet album était né en 72 avant cet accident qui aura donc une influence sur le résultat final mais qui n' explique pas tout car certains morceaux avaient déjà été travaillés avant le drame, même si une partie du disque a été pensée alors que Wyatt était cloué sur un lit d' hôpital et essayait d' échapper à une terrible dépression.Ne voir en ROCK BOTTOM qu' une longue plainte neurasthénique faite de mélopées lancinantes serait une terrible erreur de lecture.

ROCK BOTTOM...ce cri qui vient de l' intérieur

Alors, allons-y avec le lien youtube ci-dessous où figure l' album complet et faisons un plongeon dans cette oeuvre de 39 minutes qui ne se laisse pas aborder en zappant de manière superficielle.Non, chaque morceau est uni au suivant.Chaque thème se raconte et se développe en utilisant la formule du leit-motiv parfois volontairement martelé, mais sans se répéter vraiment .Les morceaux regorgent souvent de trouvailles, de surprises et d' inventivité...Parfois , à la manière de King Crimson, le thème se répète faussement avec de subtiles variations harmoniques à chaque reprise.

Commençons donc avec SEA SONG..."la chanson de la mer", le premier morceau dont le thème se développe de manière lancinante, avec une voix qui s' envole à partir de 3 min 42 s...

Voici le texte de SEA SONG:

Wyatt a une écriture sensorielle et n' essaie pas de donner à ses paroles un sens immédiat et direct.Lui-même dira: "Je pense qu'une bonne chanson, qu'une bonne musique doit pouvoir être appréciée de quelqu'un qui ne parle pas un mot d'anglais"

You look different every time
Tu sembles differente à chaque fois

You come from the foam crested brine
Tu viens de l'écume mousseuse de la mer
Your skin shining softly in the
Ta peau brille doucement au
Moonlight.
Clair de lune.
Partly fish, partly porpoise, partly
Une partie de poisson, une partie de marsouin, une partie
Baby sperm whale.
De sperme de bébé baleine.
Am I yours, are you mine
Suis-je à toi, es-tu mienne
To play with ?
Pour jouer ensemble ?

Joking apart,
Blague à part,
When you're drunk y
ou're terrific,
Quand tu es ivre tu es formidable
When you're drunk I like you mostly
Quand tu es ivre je t'aime la plupart du temps
Late at night, you're quite alright.
Tard dans la nuit, tu es parfaitement bien.
But I can't understand
Mais je ne peux pas comprendre
The different you in the morning
Les differents toi
le matin
When it's time to play at being
Quand il est temps de jouer a être
Human for a while.
Humain pour quelques temps.
Please smile.
Souris s'il te plaît.

You'll be different in the spring, I know
Tu seras differrente au printemps, je sais
You're a seas
onnal beast,
Que tu es une bête de saison,
Like a starfish that drift in with the tide.
Comme une étoile de mer qui dérive avec la marée.
So until your blood runs to meet
Ainsi jusqu'a ce que ton sang coule à
The next full moon,
La prochaine pleine lune,
Your madness fits in nicely
Ta colère s'accomodera agréablement
With my own.
Avec la mienne.
Your lunacy fit
s neatly with my own,
Ta folie s'accordera habilement avec la mienne,
My very own.
Avec la mienne.
We're not alone.
Nous ne sommes plus seuls.

Continuons avec LAST STRAW ( 6 min 27 s) de facture très jazz...Wyatt continue de déclamer des mélopées intérieures et fait de drôles de vocalises pendant que l' accompagnement dérive vers d' étranges digressions harmoniques...

A 12 min 33 sec surgit un petit joyau, une perle !..A LITTLE RED RIDING HOOD HIT THE ROAD

Après une longue intro musicale pleine de rythme et de vitatilité avec des cuivres, apparait la voix de Wyatt (à 14 min 46 sec) qui nous emporte vers l' extase et vers le beau...à cet instant il défie momentanément les lois de la gravité et se transforme en oiseau.Wyatt s' envole...

ALIFIB ( 19 min 58 s) est un morceau qui commence encore une fois avec une longue introduction musicale...La thème de cette chanson d' amour apparaît à 23 min 33 s.

Et puis ALIFIE enchaîne avec une écriture complètement free-jazz qui se permet toutes les désarticulations possibles.

On finit en apothéose avec le dernier thème A LITTLE RED RIDING HOOD HIT THE ROAD à 33 min 27 sec.

Quand, à 33 min 55 sec la guitare reprend le thème à la manière de Robert Fripp ( qui était au sommet de son art à l' époque et qui avait déjà marqué bon nombre d' instrumentistes) alors là les amis, c' est le NIRVANA:...2 ou 3 guitares ( je ne sais plus ) vont se conjuguer autour du thème jusqu' à la 35 ème minute....Là,je suis au bord des larmes...même encore maintenant.

Ce qui est beau est immortel et défie le temps

Voici le lien wiki avec la liste de tous les intervenants: rien que du beau linge et des pointures chez les musicos, avec entre autres ce bon vieux Mike Oldfield, ainsi que la production confiée à Nick Mason de Pink Floyd...

Le critique de Rock Alain Dister écrira à propos de Rock Bottom dont le succès ne s' est plus jamais démenti et qu' on retrouvera toujours dans les classements internationaux de meilleurs albums:

« Rock Bottom l'un des chefs-d'œuvres les plus originaux de l'histoire du rock »

Quant à moi les amis, je terminerai ce bref hommage avec un vers extrait de la chanson " Noir et Blanc" de Bernard Lavilliers :

" De n' importe quel pays, de n' importe quelle couleur

La musique est un cri qui vient de l' intérieur..."

Partager cet article
Repost0