Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 12:01

Bonjour les amis,

Certains faits divers sont choquants et celui dont je vais vous parler aujourd'hui l'est particulièrement.

Ça se passe à Paris, dans une rue très fréquentée. Un hombe tombe ou s'allonge pris d'un malaise, on ne sait...il va rester 9 heures dans le froid avant qu'un sans-abri ne donne l'alerte. L'homme, René Robert, un artiste photographe connu de 84 ans, ne survivra pas...

Comment est-ce possible ?

Un octogénaire est allongé dans le froid pendant 9 heures et des centaines de passants vont continuer imperturbablement leur chemin sans s'en inquiéter ?

A quel degré d'inhumanité sommes-nous arrivé ?

N'y a t'il plus que les vidéos reçues sur nos portables à travers les réseaux sociaux qui nous fassent réagir? On en est là ?

Le réel ne nous interpelle t'il que lorsqu'il est relayé à travers un média ?

Un frère humain se meurt sous nos yeux et personne n'a l'idée de s'arrêter pour savoir ce qui se passe ?

Nous reste t'il encore une once de conscience ?

Sommes-nous déjà de parfaits abrutis ? des êtres froids ? des robots ?...ou pire ?

Les questions se bousculent dans ma tête, et la seule chose que je peux affirmer, c'est que c'est arrivé et que ce fait divers est une honte pour la ville de Paris et pour le genre humain en général.

Je vis dans une bourgade de province de dix mille habitants dans laquelle ce genre de drame serait tout simplement impensable, mais je me suis posé la question de savoir si, moi aussi, j'aurais pu faire partie de ceux qui ne s'arrêtent pas si je vivais dans une grande ville...Vraiment cette affaire nous interpelle tous.

Cette disparition tragique de René Robert a reçu un écho international. Voici un article qui lui a été consacré dans le journal espagnol EL PAIS dans lequel vous pourrez voir certains de ses clichés sur le monde artistique du flamenco.

René Robert s'intéressait beaucoup à la culture flamenca et au monde gitan, un monde dans lequel la solidarité fait partie intégrante de la vie. Cette solidarité est dans l' ADN des membres de cette communauté. Jamais un gitan ne mourra seul dans le froid...c'est tout simplement impossible...grotesque, même.

Notre culture occidentale nous a déshumanisé, affaibli, nous a fait perdre nos valeurs, nos instincts de survie aussi...Cela fait longtemps que je pense que si l'humanité doit traverser des crises majeures très graves, certaines minorités ethniques plus pauvres vivant dans la précarité s'en tireraient mieux que nous. Elles sont mieux armées que nous car cet instinct de survie et de solidarité sociale, elles ne l'ont jamais perdu...

En cas de cataclysme l'homme occidental est mort car bien trop égoïste, bien trop insolidaire.

Ou alors, faudra t'il que nous traversions une très grave crise pour que nous nous resaisissions ?

Partager cet article
Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 13:53

Bonjour les amis,

Méfiez vous des Reines, et pas seulement au jeu d' échecs...

J' en veux pour preuve cette mésaventure qui est arrivée à une galloise qui avait piégé sans le vouloir la reine d' une ruche dans sa voiture.La suite est sur le lien ci-dessous...

Méfiez-vous des Reines...
photo de l' intervention de l' apiculteur...

photo de l' intervention de l' apiculteur...

Bon, avouez que ce n' est pas banal quand même.La mémé qui embarque sans le faire exprès la reine de la ruche et tout l' essaim qui suit la bagnole...

Cette mésaventure drôlatique m' en a rappelée une autre, moins spectaculaire celle-là, qui s' était produite lorsque j' étais jeune.

J' étais allé avec deux de mes cousins dans le bois de Wallers-Arenberg, et nous avions laissé notre trois bicyclettes attachées et cadenassées à un gros arbre.

Quand nous sommes revenus quelques heures plus tard pour les récupérer, nos bicyclettes étaient recouvertes de nombreux frelons assez grands qui volaient tout autour de l'arbre...impossible de s' approcher sans risquer de se faire piquer.

Après plusieurs tentatives infructueuses d' éloigner les insectes, ce sont finalement mes deux cousins qui se sont dévoués et qui ont réussi à récupérer les vélos sans se faire piquer...

Bon, je ne suis pas devenu parano pour autant.Je ne perds pas mon calme quand une abeille s' approche dangereusement mais, malgré tout, je préfère les savoir à une certaine distance.

je me souviens d' une scène lors d' un voyage en Pologne avec les amis italiens du village avec lequel nous sommes jumelés.Un vieux paysan d' Alviano était en train de peler une poire bien mûre et une guêpe était venue se poser sur sa main.

Le vieil italien avait continué de peler le fruit sans prêter attention à l' insecte qui se baladait tranquillement sur sa main et celui-ci ne l' avait pas piqué...

Alors aujourd' hui, quand je vois certaines réactions hystériques et disproportionnées lorsque une abeille fait brutalement irruption dans une voiture par exemple, je repense toujours à l' attitude tranquille du vieux et sage paysan.

Reconnaissons quand même que ceux qui font des réactions allergiques aux piqûres d' insectes ont malgré tout de quoi s' alerter et perdre leur calme et leur sang-froid quand une abeille ou une guêpe pointe son nez dans les parages...

Allez.Je terminerai ce petit papier sur nos amies butineuses si utiles à la préservation des espèces avec une petite chanson que j' aime bien de Bourvil...bzzz...bzzz...bzzz

Et puisqu' on parle de reines, permettez-moi de vous laisser avec DANCING QUEEN et deux reines du disco que j' affectionne...

Au fait, saviez-vous que la traduction littérale du nom du groupe les Bee Gees serait:

"Les G de l' abeille"...étonnant, et énigmatique,non ?

je vous donne l' explication:

Pour Bee Gees, il s’agit tout simplement de l’écriture phonétique des lettres anglaises B et G (prononcez: bi gi). Why? Because les frères Gibb (Brothers Gibb) étaient les fils de Barbara Gibb (BG), et que le disc-jockey qui les aida à leurs débuts s’appelait Bill Goode (BG). Ne cherchez pas plus loin: c’est ainsi que B-Gibb est devenu Bee Gees (d’accord, «les BéGés» c’est moins glamour en français).

La meilleure ligne mélodique de guitare basse de tout le disco....On n' a jamais fait mieux !

Partager cet article
Repost0