Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 08:58

Bonjour les amis,

Un petit scandale dans le monde sportif et politique allemand vient de connaître son épilogue cette semaine avec la démission de Mesut Özil de la sélection allemande de football, la Manschaft.

Tout a commencé en Mai dernier quand les internationaux allemands d'origine turque Mesut Ozil et Ilkay Gündogan ont posé dans un hôtel londonien avec le président Turc Recep Erdogan, alors que celui-ci était en pleine campagne électorale.

 

Quand la photo d' Özil posant avec Erdogan finit par provoquer la démission de l' international allemand...

Cette photo n' a pas manqué de soulever un tollé en Allemagne d' autant plus que Özil avait signé un maillot pour le président turc avec ces mots:

«Pour mon très cher président, avec tout mon respect».

En pleine campagne électorale, les deux joueurs de l' équipe d' Allemagne ont apporté leur soutien implicite à un président conservateur passéiste, rétrograde, qui foule à ses pieds certains droits de l' homme comme la liberté d' expression, qui emprisonne ses opposants, qui a organisé des purges de milliers de fonctionnaires et qui est partisan d' un retour à un islam intégriste. Ils ont soutenu un président autoritaire qui tourne le dos aux principes laïcs de la république turque fondée par Atatürk et qui proclame haut et fort que la femme n' est pas l' égale de l' homme.

Je comprends la colère et l' indignation que la photo des joueurs a provoquées en Allemagne.

Özil se défend bien mal en disant qu' il voulait juste saluer le président de son pays d' origine. Il l' a fait au pire moment, et pas du tout de manière neutre !

 

Ózil a décidé de quitter l' équipe nationale plutôt que de reconnaître qu' il avait commis une erreur en soutenant un dirigeant politique très controversé en pleine campagne électorale.

Errare humanum est, perseverare diabolicum ...

L' erreur est humaine mais l' entêtement ( dans l' erreur) est diabolique.

Özil, qui est un joueur que j' admire, se plante complètement quand il accuse ses détracteurs de racisme. C' est lui, Özil, qui n' a pas su rester prudent et maintenir une certaine distance avec un dirigeant coupable de graves atteintes aux droits de l'homme qui sont incompatibles avec les valeurs du pays qui l' a accueilli et dont il défendait les couleurs.

C' est lui qui s' est mis tout seul dans une position intenable et qui doit maintenant en accepter les conséquences. 

Il y avait 50 000 façons de marquer son respect pour le pays de ses ancêtres, et Özil a choisi la moins cohérente et la plus coupable...Dommage !

La Manschaft se reconstruira sans lui. Il n' y a plus sa place.

Et puisqu' on parle d' incohérence , la triste mésaventure d' Özil me permet de mettre le doigt sur le paradoxe qui existe au sein de la communauté turque allemande. Erdogan enregistre un vif succès électoral au sein de cette communauté, alors que nombres de leurs membres seraient aujourd' hui incapables de vivre dans leur pays d' origine, sous la dure férule de l' actuel président, bien trop habitués qu' ils sont aux libertés dont ils jouissent en Allemagne.

Voila un comportement qui frise la schizophrénie.

Ces partisans d'Erdogan vivant à l' étranger votent massivement en faveur d' un président dont ils n' auront pas à subir les excès. Drôle de façon de soutenir leurs compatriotes qui sont restés au bled...

Partager cet article
Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 05:48

Bonjour les amis,

Hier ça a été une très grosse journée de foot avec 3 matchs dont deux qui furent spectaculaires.

Commençons par le Italie-Suède où aucune des 2 équipes n' a réussi à prendre un ascendant net sur son rival, où aucune équipe n' a réussi à pratiquer un beau jeu même si le 11 italien reste plus convaincant.Il y avait beaucoup de fautes techniques,de déchets, de gestes ratés..Beaucoup d' intentions mais peu de réalisations.

Malgré tout, c' est l' expérience italienne qui a primé avec une touche de Chiellini en fin de match qui a permis à Eder de déborder toute la défense suèdoise et d' aller marquer un but tout seul comme un grand.Cinq minutes avant le but il y avait eu un centre de Florenzi repris de la tête par Parolo avec le ballon qui s' était écrasé sur la barre transversale...L' Italie n' a pas sorti le grand jeu mais elle assure son passage en 8 ème...Finalement, ce sont surtout les suédois qui devaient aller chercher des points pour se qualifier en 8 ème de finale qui passent à côté du match.

A 18 heures, République tchèque-Croatie, et l' occasion de voir jouer la Croatie dont j' avais raté le premier match et dont notre ami Fatizo avait dit le plus grand bien.Dès le début de la partie, on assiste à une grande rencontre où on est frappé par la qualité du jeu croate avec des joueurs très rapides qui se trouvent très bien sur le terrain, magnifiquement servis par un Mrodic qui assume avec brio son rôle de grand patron.Les croates mèneront 2 à 0, et on se dit que le match est terminé lorsque survient une égalisation des tchèques qui commencent à nous montrer un peu de jeu eux-aussi.

Là, le scénario devient complètement improbable.Interruption de la partie à cause de pétards lancés sur la pelouse par certains supporters croates...Quand le jeu reprend les croates concèdent un pénalty un peu idiot , et c' est l' égalisation alors qu' on s' attendait plutôt à un alourdissement du score initial...Les perturbations provoquées par ces " terroristes du sport " pour reprendre l' expression du sélectionneur croate sont probablement à l' origine de l' échec de la Croatie.

Mrodic sortira sur blessure ( distension musculaire) et on sait déjà qu' il sera absent au moins un match et donc qu' il ne jouera pas contre l' Espagne.Dommage que ce soit une Croatie amoindrie par la blessure de son joueur vedette qui doive se présenter face à l' Espagne...

Troisième match en soirée avec l' Espagne contre la Turquie qui n' a absolument rien pu faire face à une Roja qui est presque revenue à son meileur niveau depuis sa contreprestation lors du dernier Mondial.

Les espagnols nous ont offert un petit récital, en présentant un jeu varié qui peut surprendre l' adversaire dans tous les compartiments du jeu.Un jeu de qualité fait de rapidité, de passes précises, de tiki taka, de débordements sur les ailes,avec un Iniesta au sommet de son art qui fait des passes lumineuses à ses coéquipiers.

Il y a 2 jours j' ai entendu sur M6 Jean-Claude Darmon dire qu' il ne croyait pas aux possibilités des espagnols dans cet Euro car il trouvait que l' équipe est, je cite: " en fin de cycle...".

S' il a regardé le match contre la Turquie hier soir il a dû manger son chapeau, le Darmon !!!

Des équipes en fin de cycle comme ça, on en redemande...Et par ailleurs, je ne voudrais pas paraître méchant, mais si les espagnols sont en fin de cycle certaines équipes du tournoi sont pour l' instant en début de "rien du tout", et ont tout à construire...

Les espagnols ont retrouvé le chemin des buts.Ils gagnent avec la manière en nous proposant des actions étincelantes et du football de rêve.Les turcs ont vécu le match presque en spectateurs...

Les autres équipes qui ont vu cette partie sont prévenues...Les espagnols sont là, et bien là, et pour les battre il faudra essayer de se hisser à leur niveau, ce qui fait que les prétendants peuvent déjà se compter sur les doigts d' une main.

Euro 2016: deux matchs explosifs et une leçon de réalisme...

Je reviens sur une observation de Fatizo qui pense qu' il y a trop d' équipes dans cet Euro et que certaines d' entre elles ne devraient pas y particper.

Notre ami a peut-être raison, mais il n' y a pas eu pour l' instant de score fleuve même si la qualité du jeu de certains équipes laisse à désirer.On peut même parler parfois d' absence de jeu ou d' équipes qui n' ont rien à proposer ni à montrer sur le terrain.Je suppose que cette organisation à 24 va dans le sens du business, et de l' argent facile, mais pas forcément dans celui d' un minimum de niveau éxigé pour participer à cette compétition....

Moi je n' ai pas vu tous les matchs, ni les prestations faiblardes ( si ce n' est les tchèques contre les espagnols), mais une chose s' impose quand on voit les scores: les petites équipes sont physiquement bien préparées et opposent une vraie résistance aux grosses cylindrées même si elles ont peu d' arguments offensifs à faire valoir.

Le meilleur exemple restera le Portugal-Islande où un petit pays de 350 000 habitants avec moins d' une centaine de licenciés a obtenu un match nul , et a bien failli prendre l' avantage sur les petits copains de Ronaldo ( qui n' a rien fait...).

PS : il y a une équipe idéale de l' UEFA calculée à partir des statistiques.Et bien figurez-vous que Ronaldo ( qui n' a rien br...) est dans ce 11 idéal et qu' Iniesta n' y est pas...Quelle rigolade !!!...si j' étais entraîneur et qu' on me donnait à choisir entre les 2 joueurs je n' hésiterais pas une demi-seconde, ni même une milliseconde...

Partager cet article
Repost0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 15:22

Bonjour les amis,

La situation humanitaire des réfugiés a pris une tournure étonnante le jour où Angela Merkel a sorti de sa manche un accord avec la Turquie qui permettait aux européens de ne pas respecter les droits d' asile des réfugiés et leurs statuts au sein de notre espace .

On sait par ailleurs que l' Allemagne oeuvre pour permettre d' accélérer l' entrée de la Turquie au sein de l' Union Européenne, même si ce pays ne respecte pas des droits aussi élémentaires que celui de la liberté d' expression, et notamment la liberté de la presse.

Aujoiurd' hui la chancelière se retrouve en situation d' arroseuse arrosée.

En effet, une simple chanson satirique passée sur la télévision publique allemande vient de créer un incident diplomatique entre la Turquie et l' Allemagne.

Ecoutez cette chanson.Les images parlent d' elles-mêmes et on comprend le contenu même sans connaître un seul mot de la langue de Goethe.

Voici un lien qui explique un peu mieux

Avouez que c' est le comble.....Que Erdogan exige d un pays de l' UE qu' il retire une chanson satirique d' un programme de la télévision publique !

Que vous faut-il de plus, amis européens, pour sentir le danger qui nous menace et qui frappe à nos portes?

Peut-on être plus clair ?

Avant-hier c' était Salman Rushdie

Hier c' était Charlie

Aujourd' hui ce sont les programmes d' humour satirique

Et demain ce sera quoi ?

Partager cet article
Repost0