Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 09:58

Bonjour les amis,

Il y a quelques jours je vous disais tout le bien que je pensais du film DON'T LOOK UP d' Adam McKay.

Certains dissertent sur le fait de savoir si ce film va changer des comportements. Difficile de répondre à cette question mais je pense sincèrement que si ça fait parler les gens, et c'est le cas de ce film qui se prolonge avec des discussions interminables entre amis, c'est déjà en soi un énorme objectif qui est atteint. Un réalisateur peut difficilement rêver plus ou mieux.

Je vous avais dit dans le billet consacré à ce film que dans DON'T LOOK UP la frontière entre la caricature et la réalité est de plus en plus ténue parfois, ce qui génère un réel et profond malaise.

Par exemple, l'un des personnages du film qui occupe une charge politique très importante a des ennuis pour avoir échangé sur son portable des photos à caractère érotique avec son amant...Or, vous savez parfaitement que l'un des ministres de Macron a dû démissionner réellement pour des motifs aussi grotesques.

Dans le film les deux protagonistes principaux sont exaspérés parce que les émissions télévisuelles ne prennent pas au sérieux leur cri d'alarme. Deux présentateurs interprétés par Cate Blanchett et Tyler Perry sont d'une insupportable frivolité. Pour eux, on peut faire peur au grand public mais pas trop car ce n'est pas dans le ton ni dans la ligne éditoriale de l'émission.

On peut être un peu  apocalyptique mais pas trop !

Ces deux présentateurs prennent tout avec dérision et ne sont réellement interessés que par leur chiffre d'audience.

 

DON'T LOOK UP ou les limites du rire...

Ça c'est le film mais, cette fois-ci, je partage avec vous une scène, bien réelle celle-là...

Voilà...Tout est dit....Une journaliste explique que c'est très grave...mais derrière ça rigole bien. Ne perdons surtout pas notre bonne humeur matinale.

Pourtant ne vous méprenez pas les amis.

Je fais partie des personnes qui aiment l'humour sans limites. Desproges disait, à juste titre, qu'on peut rire  pratiquement de tout. 

Le rire est profondément humain et il est sans doute salutaire. C'est une des meilleures manières d'échapper à la morosité, à un monde réel qui est parfois glauque,angoissant et déprimant. Le rire c'est aussi un mécanisme d'autodéfense.

Donc, où est le problème?

Et bien le problème c'est une question de dose. Vous connaissez tous dans votre entourage des personnes qui, à vouloir systématiquement être drôles, deviennent parfaitement insupportables.

Le problème c'est quand on n'est plus capable de traiter une situation grave que sous l'angle de l'humour.

Le problème c'est quand on a collectivement démissionné d'un grand défi dont il est de notre devoir de le relever et qu'on le transforme en une tarte à la crème qui va systématiquement provoquer des rigolades.

Je crois que c'est dans le film LA HAINE que l'un des personnages raconte l'histoire suivante.

DON'T LOOK UP ou les limites du rire...

PS: Le sujet que j'ai traité aujourd'hui n'est que l'un des nombreux thèmes du film qui est, par ailleurs, très dense, très riche...et bien évidemment, je vous le recommande vivement !

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 09:08

Bonjour les amis,

J'aimerais partager avec vous une entrevue donnée par Jean-Marc Jancovici, ingénieur-expert, membre du haut conseil pour le climat, qui s'est spécialisé depuis de très nombreuses années dans les problèmes de transition énergétique et de réchauffement climatique.

Alors, il faut reconnaître que le virus a au moins le mérite pédagogique de nous faire expérimenter contre notre gré l'étendue de l'effort que nous devrions fournir.

Attention, Jancovici ne dit pas qu' il faut maintenir les réductions provoquées par covid-19, il dit qu'il faut réduire de 4% DE PLUS chaque année. Nuance de taille !

J'ai fait mes petits calculs, ça équivaudrait à réduire nos émissions de gaz à effets de serre de 70% en 30 ans...

Par ailleurs l'intervention de cet expert permet aussi de démonter un faux mythe qui circule déjà.

J'entends déjà dire autour de moi que le climat s'est amélioré. C'est une aberration. Ce qui s'est amélioré c'est le niveau de contamination qui a baissé notablement.

Quand on parle de réchauffement climatique, il faut compter avec l'énorme inertie thermique de notre planète. En gros les mesures que nous prenons aujourd'hui se feront sentir dans une trentaine d'années, si tout va bien.

Enfin "si tout va bien" n' est pas le terme exact, ce serait plutôt "si tout ne va pas trop mal".

L'objectif des 2 degrés maximum c'est pour éviter une catastrophe planétaire qui mette en danger plus d'une moitié de l'humanité.

Alors, il faut reconnaître à Covid-19 une immense vertu pédagogique. 

Il nous montre un chemin que nous ne sommes pas prêts à prendre par nous-mêmes.

Quand on écoute les recommandations de Jancovici on se dit que cette bataille n'est vraiment pas gagnée...et pourtant, nous sommes plus que prévenus...

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2019 3 04 /09 /septembre /2019 08:24

Bonjour les amis,

Il y a des exposés que nous devrions tous voir et écouter OBLIGATOIREMENT, et celui que je vous propose aujourd'hui en fait partie. Il dure 2 heures et 34 minutes ce qui correspond à la durée du dernier film de Tarantino (que j'ai aimé) sauf que cette fois-ci l'enjeu est majeur, vital. Il s'agit de comprendre la nature du problème qui va préoccuper l'humanité toute entière pour les décennies à venir.

Voici une leçon inaugurale donnée il y a juste quelques jours par Jean-Marc Jancovici à Sciences Po.

Les données qu'il cite sont donc réactualisées.

On a beau connaître Jancovici et le lire, on en apprend toujours beaucoup en l'écoutant, et c'est à nouveau le cas dans cette leçon. Ce qu'il dit est fondamental pour interpréter ces milliers d'infos dont on est bombardé tous les jours, des infos souvent fausses, biaisées, trompeuses,qui sont émises par des personnes qui pour la plupart n'ont aucune connaissance des problèmes dont ils parlent.

Des infos qui nous font miroiter de fausses solutions comme par exemple les énergies alternatives qui peuvent nous aider, certes, mais qui ne ne sont absolument pas de nature à résoudre les problèmes auxquels nous serons confrontés. 

 

 

Écoutez attentivement Jancovici. Prenez votre temps. N'essayez pas de vous passer la vidéo en diagonale.

Sa leçon mérite mieux que ça...Notre avenir mérite mieux que ça.

Ecoutez aussi les apartés et les parenthèses de Jancovici qui parfois en disent long et qui pourraient faire l'objet de très longs développements. Son exposé dure 1 h 30 minutes mais les réponses qu'il donne aux questions posées par les élèves de Sciences Po sont aussi pleines d'enseignement.

Avant de vous laisser avec ce document très pédagogique qui va ouvrir les yeux de plus d'un, je vais juste citer une métaphore de Jancovici.

Quand on lui parle du poids des énergies alternatives pour faire face à nos besoins, celui-ci répond:

" C'est comme si je buvais 1 litre de Whisky par semaine et que mon médecin me recommandait de réduire la quantité, et qu'en réponse je décidais de boire 1,2 litres de whisky plus un jus d' orange..."

La démonstration est dans cette leçon inaugurale que je vous invite à regarder dans son intégralité.

La réalité est même pire. L'auteur démontre qu'aujourd'hui on a encore besoin de beaucoup de whisky (énergie fossile + ressources en matières premières non renouvelables) pour presser le jus d'orange (énergie prétendument verte)...

Voici aussi quelques lectures recommandables de livres écrits par  Jean-Marc Jancovici pour ceux qui veulent approfondir:

https://www.babelio.com/livres/Jancovici-Dormez-tranquilles-jusquen-2100/790411 

https://www.babelio.com/livres/Jancovici-Decarbonons-lEurope-/955619

Son Blog: https://jancovici.com/ ​​​​​​​

Sa page facebook que je consulte tous les jours et dans laquelle il met en lien plein d'articles intéressants écrits par d'autres auteurs et qu'il commente:https://www.facebook.com/jeanmarc.jancovici/ 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2019 5 21 /06 /juin /2019 19:34

Bonjour les amis,

Il y a quelques semaines j'ai lu le dernier livre de Fred Vargas, intitulé:

L'HUMANITÉ EN PÉRIL. Virons de bord, toutes !

Ce livre est né d'un énorme coup de colère que Fred Vargas explique dans cette interview au FIGARO.

Alors, effectivement, on ne peut être que catastrophé par la passivité et l'irresponsabilité de nos gouvernants qui lors de la COP 24 ont révisé à la baisse les objectifs sur le réchauffement climatique et qui ont accepté une augmentation de 2º C d'ici aux années 30 (au lieu du 1,5º C proposé lors des accords de Paris) ce qui correspondra à une mise en péril non pas de la moitié mais des trois quarts de l'humanité...

Fred Vargas a donc momentanément laissé tomber ses polars pour lancer avec son livre un grand cri de désespoir et d'indignation, et pour essayer de nous pousser à réagir avant qu'il ne soit définitivement trop tard.

CLIMAT : que faire face à l'insupportable frivolité de nos responsables politiques ?

Dans cet ouvrage Fred Vargas nous explique qu'on est surinformé sur le réchauffement, bombardé de news sur ce sujet, mais que finalement on est très mal éclairé sur ce thème car on n'a aucune vision globale du problème. Elle-même qui est scientifique a eu beaucoup de difficultés à trouver les informations vraiment importantes dont elle avait besoin pour écrire son livre. Elle a épluché pour nous des milliers de pages de rapports d'experts du GIEC pour essayer de mettre de l'ordre dans nos idées.

Son livre qui n'est pas très long est très didactique. Il donne des ordres de grandeurs qui nous permettent de nous situer et offre une parfaite synthèse de tous les nombreux paramètres qui provoquent le réchauffement climatique ainsi que leurs impacts respectifs.

A chaque problème posé par les industries qui provoquent du réchauffement les nouvelles technologies tentent d'apporter des solutions que Vargas analyse. Elle va jusqu'au bout et démontre que dans la grande majorité des cas ces solutions ne font que déplacer le problème.

Par ailleurs nous ne devons pas perdre de vue que les carences en matières premières comme les métaux sont inévitables et qu'il faut s' y préparer dès aujourd'hui, or on va exactement dans la direction contraire. Vargas démontre que nous gaspillons par exemple de manière insensée pour l'agriculture le phosphore nécessaire à la vie, A NOTRE VIE, alors que nous ne pouvons pas le fabriquer. Nous creusons notre tombe allègrement, de manière frivole !

Son livre pointe du doigt également les grands coupables dont on parle peu. Pendant qu'on se focalise sur les bagnoles (électriques ou pas), on ignore que 70% de la déforestation est provoquée par l'industrie agro-alimentaire.

Vargas préconise de revenir à une consommation de 200 grammes de viande par semaine (et non pas par jour) pour sauver les forêts (et nous-mêmes par la même occasion).

En fait j'ai lu si rapidement son bouquin (que je recommande chaudement) que je vais devoir le relire, mais cette fois-ci en prenant des notes (chose que je ne fais que très rarement).

J'aimerais aussi ajouter des commentaires un peu plus personnels.

D'abord il y a dans le constat de Vargas des éléments terribles qui devraient nous préoccuper. L'humanité, organisée en Etats qui veillent à leurs propres intérêts n'est pas vraiment dotée d'instances internationales décisionnelles capables de résoudre l'énorme problème auquel nous sommes confrontés.

C'est bien simple : si on attend que la solution vienne de nos dirigeants, on est mort...

Seul un sursaut citoyen sera à même d'inverser la tendance. A nous d'arrêter de consommer comme des fous, de voyager en avion inutilement, de changer de vêtements chaque saison, etc...

Ou nous le ferons, ou nous ne serons plus.

Le capitalisme qui pendant trois siècles a fait progresser l'humanité risque aussi de provoquer notre fin en tant que civilisation. Une néo-barbarie est déjà en train de naître (Trump, Bolsonaro n'en sont que les prémices...). C'est tout le sens de notre histoire qui est en train de se dissoudre aussi sûrement que la banquise.

Nos philosophes et historiens bien peuvent continuer de disserter sur plein de thèmes intéressants comme la démocratie, la liberté, etc...Tout ce qu'ils peuvent pondre sur ces sujets sera frivole et décalé face à l'énorme danger qui est à nos portes et qui risque de nous engloutir.

D'ailleurs il y a plein d'ouvrages que j'avais prévu de lire et que maintenant j'écarte...je les trouve frivoles...ou alors dépassés, plus à l'ordre du jour, pas de nature à donner des pistes de salvation pour l'humanité.

Pleins d'ouvrages actuels me paraissent aujourd'hui aussi incongrus que l'orchestre du TITANIC qui jouait de la musique avant le choc fatidique avec l'iceberg.

 

 

 

 

CLIMAT : que faire face à l'insupportable frivolité de nos responsables politiques ?

Extrait du livre de Vargas:

" On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.
Franchement on s'est marrés. Franchement on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes. ..."

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 18:37

Bonjour les amis,

Aujourd'hui je veux partager avec vous une nouvelle qui nous vient de Suède.

Greta Thunberg, collégienne de 15 ans, a décidé de faire grève depuis le 26 août dernier et de ne pas reprendre les cours jusqu'aux élections législatives du 9 Septembre afin de manifester contre le réchauffement climatique et de sensibiliser le public à la défense de l'environnement.

Alors moi j' ai horreur de voir les enfants faire irruption dans le domaine de la vie publique et politique. Je trouve cela très incongru. Il faut respecter le temps de l' enfance et je n' aime pas voir des ados essayer de devenir adultes trop tôt.

Il y a un âge pour tout et chaque chose doit se faire en son temps. D' abord il faut former son esprit à l' école et en famille, acquérir des connaissances et un esprit critique, mûrir, et puis, plus tard, à l' âge de la majorité, se mettre au service de la collectivité et des citoyens.

Donc ce titre d'article que j' ai vu ce matin parlant de la grève d'une collégienne de 15 ans  m' a agacé un peu, mais, finalement, après avoir écouté attentivement les propos de Greta, j' avoue qu' elle m' a bousculé un peu dans mes à priori.

Si j' étais son père m'  opposerais-je à sa grève qui est illégale puisqu'elle n' a que 15 ans ?

Et bien, après avoir lu ses déclarations, je n' en suis pas si sûr.

En effet, il n' est sans doute pas normal que ce soit des enfants qui interpellent les politiques sur leurs obligations morales, mais il n' est pas normal non plus que ceux-ci n' orientent pas tous leurs efforts pour protéger les générations à venir de l'énorme danger climatique.

J' appartiens à une génération qui a pu vivre pleinement le temps de l' enfance, sans angoisses, en mordant la vie à pleines dents, en me consacrant à mes études, pendant que les adultes s'occupaient de mon bien-être physique et moral.

Or, les enfants de 15 ans d' aujourd'hui qui sont un peu conscients des graves dangers que court notre planète ne peuvent plus bénéficier de cette insouciance protectrice et bienfaitrice.

Donc, si ces jeunes ne se sentent plus protégés et si l' avenir qui se profile leur paraît cauchemardesque, ne nous étonnons pas qu' ils manifestent leurs préoccupations devant un parlement qui est l' institution la plus symbolique de la vie démocratique d' un pays.

En définitive, on a ce qu' on mérite : nos enfants nous rappellent à nos devoirs moraux, ce qui indique, qu' on le veuille ou pas, qu' on est tombé bien bas.

Finalement, je suis passé de l' agacement à la sympathie pour cette petite Greta qui pourrait devenir un symbole pour toute une jeunesse.

Elle se plante devant son parlement pour  dire aux députés que le vrai défi pour notre survie est là, et qu' il passe par la défense du climat, pour leur dire de ne pas perdre le Nord et d' orienter tous leurs efforts pour limiter le plus possible le réchauffement global.

Greta est active sur les réseaux, et son cas singulier  se transforme déjà en symbole de lutte qui dépasse largement le cadre de ses frontières.

Finalement, tout ce qui peut amener de la sensibilisation pour la défense de l' environnement est bon à prendre, même si ça vient, et c' est bien triste, de la part d' adolescents.

Bravo à Greta donc pour sa pugnacité. Je lui souhaite une bonne reprise au collège le 9 Septembre prochain et un bon courage pour cette lutte qui ne fait que commencer ...

Que ça nous plaise ou pas, il faudra bien écouter la petite Greta...
Partager cet article
Repost0
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 07:40

Bonjour les amis,

je continue ma petite série d' articles sur les aveuglements.

Face aux crises écologiques majeures d' une extraordinaire gravité auxquelles va se devoir se confronter l' humanité, j' observe deux formes d' aveuglement chez mes concitoyens:

1. Ceux qui croient encore au père Noël, qui pensent que l' humanité va toujours trouver des solutions pour s' en sortir, même quand tout indique le contraire.C' est une réaction complètement irrationnelle qui ne se base pas sur l' analyse objective des faits mais sur des mythes humains d' autant plus dangereux qu' ils ne peuvent que nous mener vers une extinction pure et simple de notre civilisation et provoquer de grands drames humanitaires.C' est exactement ce genre de mythes qui ont nourri les habitants de l' île de Pâques, avant qu' ils ne disparaissent complètement jusqu' au dernier...Rappelons pour les néophytes que les colons de l' île de Pâques scièrent la branche sur laquelle ils étaient assis,qu' ils détruisirent la végétation de leur environnement composée entre autres de millions de palmiers et qu' ils se croyaient protégés par leurs Dieux...la suite on connaît....

2. Ceux qui, à l' opposé des premiers,croient que le chaos est inévitable et qu' il n' y a pas de réelle solution à chercher.Donc,ce n'est  pas la peine de s' empoisonner notre existence d' aujourd' hui à résoudre un problème sans solutions: mieux vaut essayer de vivre pleinement ce qui nous reste de bon temps à prendre.C' est une position hédoniste complètement irresponsable et irréfléchie qui ne tient aucun compte des générations qui nous suivent et de l' héritage qu' on va leur laisser.

Pour faire bonne mesure, je vous avouerais que moi-même il m' arrive d' osciller avec des pensées intérieures qui passent alternativement de l' option 1 à l' option 2.

Face à ces deux pôles opposés,extrêmes mais tout aussi dangereux, je voudrais partager avec vous la lecture d' une interview de Pablo Servigne qui consacre sa vie à essayer de prévoir comment nous devrions réagir face à un effondrement global qui sera, selon lui, inévitable.

Evidemment, ça a l' air pessimiste son constat mais il nous propose le seul vrai challenge qui mérite qu' on se remue les méninges tout de suite.Préparons la transition et ne perdons pas de temps.Essayons d' anticiper l' inéluctable et d' en minorer les effets.

Prévoir et préparer notre avenir est une tâche d' une énorme complexité et c' est l' action intelligente la plus difficile à accomplir pour l' humanité.

Les propos de Servigne et ses objectifs pourraient paraître prétentieux, voire risibles ( ce mec qui réfléchit tout seul, en chercheur indépendant, sur la manière de s' y prendre pour essayer de sauver l' humanité), et pourtant il s' intéresse à la seule chose qui devrait vraiment nous préoccuper tous...

Voici ce qu' on apprend de lui sur sa fiche wikipedia:

" Il a été invité par l' ancien euro député Yves Cochet à rédiger un rapport pour le groupe VERT/ALE au parlement européen sur l' avenir de l' agriculture en Europe.Ce rapport qui évoque la possibilité d' un effondrement imminent des systèmes alimentaires industriels en Europe a été présenté publiquement au parlement de Bruxelles le 17 Octobre 2013."

Plus loin on apprend que Pablo Servigne a travaillé avec d' autres collaborateurs sur la notion de résilience pour la transition écologique et l' effondrement.

Il propose 4 déclinaisons:la résilience commune, la résilience globale, la résilience locale et la résilience intérieure.Cette dernière se renforce lorsqu’on a pris acte des catastrophes qui ont lieu, et lorsque l’on fait le deuil du monde tel qu’on le connait( dans son fonctionnement, ses objectifs, etc...) . Cela implique de passer au-delà de l’effarement, de la colère et de la tristesse, et de réaliser les possibilités nouvelles de renouer avec soi-même, au plus profond ; et avec ses proches (amis, famille et/ou voisins), et envisager ainsi un vivre-ensemble qui part de l’intime, vers le local, le régional, puis le planétaire, voire le cosmique.

C' est très difficile de juger de la pertinence de ses idées, et seul l' avenir nous dira en quoi il avait peut-être raison.Malgré tout je crois qu' il met bien le doigt sur la manière dont nous allons affronter ces effondrements.Nous essaierons d' y répondre de manière collective, nationale et internationale.Mais dès que se feront sentir les premiers échecs les expériences collectives plus locales risquent de faire la différence.

Il est évident que certains pays seront mieux préparés que d' autres.La crise sera dure ( voire très dure) pour tout le monde, mais pour ceux qui ne seront pas à même de produire eux-mêmes de façon autonome ce dont ils ont besoin, cette crise sera probablement insurmontable...On peut donc imaginer que de petites communautés se seront mieux préparées pour résister et s' adapter.

Et puis d' un seul coup, en lisant Servigne j' ai eu un petit flash: je me suis dit que les amish américains qui vivent aujourd' hui comme au XVI ème siècle étaient peut-être finalement "en avance" sur nous...ou, en tout cas, qu' ils étaient mieux préparés que nous pour affronter cette grande transition.Ne vous méprenez pas: je ne dis pas qu' on va revenir au XVI ème siècle mais simplement que certains collectivités humaines qui vivent déjà en quasi autarcie ( sans besoins de machines industrielles, ni même d' électricité) sont mieux armées que d' autres pour affronter un avenir qui va être très dur.

 

 

L' effondrement qui nous attend...
L' effondrement qui nous attend...
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 18:02

Ségolène Royal, ministre de l'Écologie a dit: "L'égalité homme-femme est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique".
Ouh la la...Elle est en pleine surchauffe Ségolène....Après sa fameuse "bravitude" elle nous sort une grande pensée socialo-féministe destinée à rester dans les annales avec 2 n...

Je suis d' accord avec elle. D' ailleurs tous les problèmes de l' humanité se résoudront mieux à partir de l' égalité des sexes :la fonte des glaces de la banquise,la disparition des espèces, la lutte contre le terrorisme international, la fin du pétrole, l' épuisement des ressources et des matières premières, etc...Merci Ségolène de nous orienter dans la bonne direction pour trouver des bonnes solutions...

Vraiment, je crois qu' on ne mesure pas bien la chance qu' on a d' avoir de tels dirigeants...Au fond, je ne sais pas si on les mérite.

Alors pour Ségolène,notre nouvelle Marianne et notre grande timonnière dans un monde qui se cherche, le fervent admirateur que je suis lui dédie cette chanson qui commence ainsi:

" Que serais-je sans toi ?....."

PS: Reconnaissons, pour être tout à fait honnête, que l' actualité nous abreuve tous les jours de dizaines de phrases consensuelles comme celle-ci qui n' apportent rien mais n' enlèvent rien non plus...C' est comme une machine à faire du bruit médiatique ...C' est comme la télé parfois.Il suffit d' éteindre son poste et d' aller écouter les oiseaux ou tout simplement d' aller faire autre chose ...

PS nº 2 : Ségolène c' est quand même la classe !...pas du genre à faire des bourdes comme Reagan quand il a dit que les arbres favorisaient la pollution....

Vous vous souvenez de celle - là ?

PS nº 3: Je me souviens dans les années 70.J' étais au PC et , face à n' importe quel problème, on disait que grâce à une meilleure participation des travailleurs on pouvait mieux résoudre ledit problème...Argument imparable et impossible à démonter.C' était notre passe-partout, notre Graal...Même maintenant il me sert encore !

Revenons à Segolène.Je veux pour preuve en l' ocurrence que son argument hyper-bateau est imparable sous peine de passer pour un vieux réac,la réaction de la secrétaire d' état aux droits de la Femme Pascale Boistard:

"Retenir des propos de @RoyalSegolene sur liens #égalitéfh#cop21 est navrant de méconnaissance", a-t-elle tweeté. "La participation des femmes et l'égalité entre les femmes et les hommes dans des secteurs comme l'énergie, l'agriculture, les transports, la construction, les forêts permettent de multiplier fortement les résultats des actions engagées pour réduire l'impact des dérèglements climatiques", fait valoir Pascale Boistard dans une tribune sur le journal en ligne Huffington Post .

Tout est dit ! CQFD !!!

PS nº 4: La petite phrase de Ségolène nous fait oublier l' essentiel et nous induit à penser que nous allons réussir à juguler le dérèglement climatique,alors que rien n' est moins sûr.

D' un point de vue mathématique,limiter l' étendue d' une catastrophe n' est pas la résoudre ...malheureusement.

Partager cet article
Repost0