Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2022 6 21 /05 /mai /2022 10:21

Bonjour les amis,

Vous savez que je fais partie des personnes très agacées (euphémisme) par la cancel culture et par le wokisme. J'y ai déjà consacré 2 articles.

Or, je viens de lire un brillant essai sur ce sujet écrit par Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint.

 

Délivrez-nous du bien !...

Commençons par le titre que je trouve génial: DELIVREZ-NOUS DU BIEN !

Une phrase qui prend le contrepied de la fameuse prière, le Notre Père des catholiques, qui termine de cette manière:

"Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Amen."

Ce titre du livre, ce DELIVREZ- NOUS DU BIEN, résume parfaitement le propos des deux auteurs. C'est bien de cela qu'il s'agit car le livre traite de l'avènement de ces nouveaux inquisiteurs venus d'Outre-Atlantique qui exercent, de manière particulièrement perverse, le MAL au nom du BIEN, tels des intégristes d'un nouvel âge.

Voici la présentation du livre qu'en fait l'éditeur suivie de la table des matières:

L’atmosphère est lourde. Les phrases, les situations qui semblaient autrefois anodines deviennent des crimes. Nous sommes tous coupables, et les inquisiteurs nous guettent.
Coupables d’avoir bu un verre, d’avoir blagué sur les femmes, de manger de la viande, d’avoir offensé une minorité quelconque. Coupables d’avoir été du côté des « dominants ». Chaque jour, un citoyen qui se croyait, non pas un héros, mais un type à peu près bien, se retrouve cloué au pilori, sommé d’expier ses crimes et de faire repentance. 
Derrière cette traque aux dérapages et ces entreprises de rééducation, un mécanisme : la tyrannie de minorités qui instrumentalisent des combats essentiels, pour les transformer en croisade contre une supposée majorité, contre les « dominants ». Au nom du Bien, on modifie le vocabulaire, on nie le plaisir, on criminalise le désir, on réécrit l’histoire. Ces nouveaux bigots, qui détestent l’Homme tel qu’il est et le rêvent selon leurs diktats, sont les idiots utiles d’un néolibéralisme qui atomise les sociétés et fragilise les structures traditionnelles pour mieux imposer sa vision manichéenne du monde.

Délivrez-nous du bien !...

Alors j'ai adoré ce livre qui, sans vouloir dénigrer les préoccupations à priori légitimes des wokistes, dénonce leurs procédés qui vulnèrent bien souvent des principes fondamentaux d'égalité et de justice. Les auteurs donnent des exemples très précis qui illustrent parfaitement leurs propos.

Le premier chapitre est vraiment saignant. On voit comment on est passé rapidement du #me too# au #too much#, notamment avec la campagne française puante " Balance ton porc".

Alors , si par malheur vous êtres blanc, mâle, hétérosexuel, ayant plus de 50 ans, ne vous avisez pas de draguer qui que ce soit de manière un peu  maladroite car il pourrait vous en coûter très cher. Vous vous retrouveriez vite catalogué dans la catégorie des "porcs". Je vous conseille de faire signer à la belle de votre choix une attestation en 3 pages confirmant qu'elle est consentante avant d'avoir le moindre rapport un peu étroit avec elle.

Vous trouvez sans doute que je force le trait, et que j'en rajoute...Et bien, lisez les exemples cités dans ce livre, et on en reparlera.

En ce qui concerne les graves dérives racialistes et minoritaristes, j'ai pris connaissance grâce à ce livre d'un épisode tout à fait édifiant et dont je ne savais rien. L'affaire Rotherham qui s'est produite en Grande-Bretagne et dont je vous livre un extrait.

"Première affaire : celle de Rotherham, dans le Yorkshire. En 2015, éclate un scandale de pédophilie. Mille cinq cents enfants, des petites filles blanches de 11 à 16 ans, ont été victimes de viols à répétition entre 1997 et 2013. Ces adolescentes, issues de milieux défavorisés, avaient été en quelque sorte esclavagisées par un gang qui les prostituait. Avec, à l’appui, drogues et menaces de mort sur elles et leurs familles. Les plaintes et dénonciations de certaines d’entre elles avaient été classées sans suite par la police et les services sociaux. Pourquoi ? Parce que les autorités ne croyaient pas aux récits de ces white trash, ces filles de classes défavorisées. Mais aussi et surtout parce que le gang et les « consommateurs » étaient d’origine pakistanaise. Il ne fallait pas ostraciser cette minorité. Un des journalistes qui enquêtait sur cette affaire a même été contraint de suivre un stage de « sensibilisation à la diversité »"

Alors là, on atteint le summum de l'ignominie. Au nom d'un antiracisme mal compris et mal assimilé on tolère des abus sexuels criminels simplement parce que les victimes étaient blanches.

Car c'est bien de cela qu'il s'agit avec les wokistes. Les culpabilités sont préétablies et le blanc est dépossédé de son statut d'éventuelle victime.

Par ailleurs le bouquin passe en revue toutes les formes de wokisme (le meetoo, le minoritarisme racial, les minoritarismes sexuels et de genres, le véganisme, la lutte contre la prostitution, toutes les formes de handicaps physiques et mentaux, la diabolisation du vin et de la voiture, etc...).

Il ne me reste plus qu'à remercier les auteurs pour le panorama très complet qu'ils dressent, et aussi pour les éléments de réflexion qu'ils apportent car ils ne se contentent pas de dénoncer mais proposent aussi d'autres voies qui permettent de prendre en compte les exigeances des minorités, mais dans le respect de la justice et de l'ordre républicain.

Enfin j'aime beaucoup ce livre car en Espagne (où je vis) la gauche est très silencieuse sur les excés du wokisme. Elle a tellement peur des procès d'intention qu'elle reste muette et laisse les militants de PODEMOS (équivalent des insoumis français) occuper le terrain. Du coup, en Espagne, c'est la droite et l'extrême-droite qui osent attaquer les tenants du wokisme. Or c'est une grande erreur, une énorme erreur, car c'est en vertu des grands principes républicains de justice et de liberté qu'il faut pourfendre ces nouvelles inquisitions venues d' Outre-Atlantique. C'est aussi en les prenant de face qu'on ne laissera pas l'extrême-droite occuper le terrain. Aux Etats-Unis il n'y avait que Trump pour les attaquer, donc il ne faut pas s'étonner ensuite du succés électoral qu'il a obtenu. La France, de ce point de vue-là, me rassure davantage: elle n'abdique pas sous les injonctions bien-pensantes des nouvelles ligues de vertu.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 04:30

Bonjour les amis,

Un colloque a eu lieu en France les 7 et 8 Janvier sur le wokisme, ce mouvement né sur les campus américains mais qui prend racine chez des philosophes français comme Foucault ou Derrida, des philosophes qui n'auraient sans doute jamais imaginé que leur pensée puisse être interprétée de cette façon-là.

Pour mieux comprendre ce qu'est le mouvement Woke, son origine, ses objectifs, je vous invite à suivre cet exposé très didactique et très bien structuré de Pierre Valentin.

25 minutes très instructives qui se terminent par des exemples concrets qui illustrent très bien la profonde perversité négative et destructive de ce mouvement.

Alors, avant de connaître moi-même ce terme de WOKE, j'avais déjà lu auparavant des auteurs qui en avaient critiqué la perversité avant que le mot existe:

- Philip Roth dans son roman LA TACHE dans lequel un professeur d'université est mis à l'index pour avoir fait une blague détournée de son sens réel par des étudiants noirs.

- DISGRÂCE le roman du Nobel de Litterature JM Coetze dans lequel l'homme blanc ne peut plus être victime de rien puisqu'il est blanc...Le wokisme étant  une forme de racisme inversé.

Le wokisme finit par provoquer le contraire de ce qu'il prétend défendre puisqu'il instaure et installe les gens dans des rôles d'éternelles victimes et d'éternels oppresseurs. Le wokisme finit même par justifier la violence, tout en niant à ses victimes le statut de victime. Cette idéologie est une horreur dont l'application des principes si elle n'était pas freinée aboutirait à l'anéantissement de nos valeurs civilisationnelles et universalistes lentement construites à partir de l'esprit des Lumières.

Car le wokisme s'attaque à l'universel et considère pertinent de maintenir des catégories et de nous coller des étiquettes.

Le wokisme est aussi le triomphe de la médiocrité. Fini le culte de l'excellence. Celui qui gagne est devenu un oppresseur. Celui qui échoue à un concours par exemple est une victime.

Impossible de parler de wokisme, sans parler de l'université où ce mouvement est né, une université qui  crée des élites qui vont nous trahir. Le wokisme s'adresse aux enfants gâtés de la République qui ont vécu dans un cocon, des enfants qui seront parfaitement incapables de défendre courageusement le patrimoine moral, philosophique et culturel qu'ils ont hérité. Le wokisme est une forme de haine de soi, et aussi de lâcheté. C'est un truc parfait pour les chialeurs et pour les couilles molles. 

En France le wokisme a trouvé ses plus ardents adeptes chez les indigénistes dont le mouvement a profondément divisé et affaibli la gauche française. Le résultat est palpable. Aujourd'hui cette gauche a perdu depuis le quinquennat de Hollande plus de 12 points. La France s'est droitisée, et la pensée woke et  l'indigénisme ne sont  pas étrangers à ce déséquilibre.

En France aussi, il est impossible de ne pas voir dans le phénomène Zemmour (et indépendamment de ce qu'on pense de ses propositions) une contre-réaction historique, aussi prévisible que deux et deux font quatre, face aux dangers civilisationnels que représente la pensée woke.

Pierre Valentin montre bien que certains leaders politiques comme Sandrine Rousseau sont complètement en porte-à faux, se prennent les pieds dans le tapis, entre leurs discours publics prétendument républicains  et leur base militante qui les pousse dans le sens contraire. Le wokisme les pousse à la faute, et donc à  la perte.

Ecoutez cette vidéo édifiante dans laquelle la candidate (contraire à l'interdiction du voile dans les écoles) plonge à pieds joints dans l'incohérence la plus profonde. A aucun moment la candidate verte ne se préoccupe de la recrudescence inquiétante du voile en France. A aucun moment elle ne s'interroge sur la liberté réelle des femmes qui portent le voile. Elle ne semble pas se rendre compte qu'à vouloir déconstruire notre société occidentale "oppressante" elle renforce l'Islam radical et politique.

Mais ne lui dites surtout pas que c'est une islamo-gauchiste car elle risque de s'offenser !

D'après Pierre Valentin, Sandrine Rousseau est la première candidate en France à cocher toutes les croix du wokisme.

Alors, en France, on sent bien à gauche que la pensée woke a déconstruit une bonne partie de sa force, de son crédit moral. Cette pensée est encore très présente chez les insoumis dont certains leaders sont des indigénistes à peine "reconvertis", promoteurs, entre autres, de cette horreur qu'est le langage inclusif. Quant à Mélenchon il n'est pas précisément un wokiste pur et dur mais il doit jouer un exercice difficile d'équilibriste entre ses convictions républicaines personnelles et ce que lui demande une partie de sa base.

Par contre, on note un changement chez les communistes. Leur candidat Fabien Roussel sent bien le danger et prend ses distances avec le mouvement woke, porteur de déclin moral et de destruction.

 

La pensée woke s'adresse à toutes les minorités qu'elle prétend défendre (le mouvement MeToo, les féministes, la ligue LGTB, toutes les minorités ethniques sans exception, etc...).

Ceux qui font partie de ces minorités mais qui n'acceptent pas les thèses wokistes sont insultés, considérés comme des traîtres. Les noirs non-wokistes deviennent des nègres-blancs, des bounty, des oreo... j'en passe et des pires.

Les wokistes ont inventé cette horreur qu'est l'écriture inclusive, une écriture qui est une atteinte à l'esthétique et à la beauté de la langue, une écriture qui ne peut pas se lire oralement (donc qui porte atteinte à la la fonction communicante du langage...c'est le comble !), une écriture qui complique les règles d'accords grammaticaux, une écriture qui met en échec les élèves dyslexiques et donc une écriture qui devient excluante.

Voila résumé toutes les tares du wokisme...on prétend inclure mais on exclut ! De toutes les attaques qu'ont subies les langues l'écriture inclusive est la plus dangereuse, la plus insidieuse....la plus excluante aussi car elle disqualifiera ceux qui ne la pratiquent pas.

Je suis ravi qu'un colloque ait eu lieu en France sur le thème du wokisme. Je suis par nature optimiste et j'ai toujours l'espérance que le bien triomphera du mal, mais force est de constater que les dégâts sont déjà importants.

Le wokisme a déjà pénétré l'esprit de bon nombre de nos élites. La CANCEL CULTURE, cette culture de la censure est déjà omniprésente. Hollywood ne produit plus le moindre film qui pourrait choquer les tenants du wokisme. Le politiquement correct s'impose...La médiocrité s'installe...certaines transgressions artistiques deviennent impensables...Des auteurs sont mis à l'index.

J.K Rowling qui a rapporté des milliards à Hollywood avec ses Harry Potter est blacklistée pour avoir fait une déclaration jugée transphobe, une déclaration bien peu coupable qui ironisait sur la perte de notre bon sens qui nous pousse à avoir peur d'utiliser des mots comme "homme" ou "femme".

En France il nous reste Houellebecq qui arrive encore à écrire avec une certaine liberté. Si on n'y prend pas garde, bientôt on parlera de l'exception Houellebecq !

PS nº 2: Je suis très distrait et je viens de me rendre compte que j'ai terminé mon billet en oubliant de vous préciser que je n'aime pas la culture Woke...🤣🤣🤣.

Voila, maintenant c'est dit...😂

Partager cet article
Repost0