Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 08:40

Bonjour les amis,

CALL ME BY YOUR NAME était le dernier film nommé pour les Oscars 2018 qu' il me restait à voir et c' est maintenant chose faite.

Voici le Synopsis:

Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais.

CALL ME BY YOUR NAME est un film qui est à la fois très sensible, sensuel, et qui possède aussi ( comme le montre la bande-annonce) un style très naturaliste avec de splendides images de la campagne italienne,des balades en bicyclettes,des parties de cartes au bistrot,des baignades dans la nature,des cueillettes d' abricots, des petits déjeuners familiaux en terrasse sous des soleils ardents.

Oliver, le jeune américain superbement interprété par Armie Hammer, est non seulement très séduisant,mais il est aussi très charismatique et ne laisse personne indifférent dans cette villa familiale ( ...et le spectateur aussi cède rapidement à son charme et à sa grande classe naturelle et spontanée) .Elio, au début du film, semble gêné par cette aura d' Oliver qui lui fait de l' ombre.

Elio qui est très intelligent et sensible vit un peu en dehors du monde réel, plongé dans ses lectures, ses études musicales,...Il est très égocentrique, très ado, souvent mal luné,timide aussi,parfois à la limite du comique.Les deux caractères ne peuvent être plus éloignés entre Oliver ( plus âgé) qui semble  toujours tout maîtriser et jouer de son charme, et Elio qui vit ses émotions de manière bien plus introvertie, gauche, et mal assurée...Timothée Chalamée interprète de manière extrêmement sensible le personnage troublé et tourmenté du jeune Elio.

Entre Elio et Oliver s' installe un jeu subtil et complexe, fait de lutte pour le pouvoir de la part d' Elio, mais aussi d' une attirance de plus en plus forte qui le submerge...

Le film dure 2 h 11 minutes et Luca Guadagnino prend le temps de nous installer dans ce jeu d' attirances mutuelles.C' est le moment de l' été, des longues introspections, du temps qui s' étire...

Je n' en dirai pas plus sur le scénario mais le film traite du désir,de la sensualité, du sentiment amoureux, des craintes et des doutes que provoquent la passion, de la tendresse, et de la douleur aussi...Ce n' est pas un film qui parle d' un amour de vacances, ni d' une simple histoire d' un été.C' est un film qui parle de grand amour, de passion qui marque pour toute une vie.

Le metteur en scène prépare très soigneusement l' épilogue de son histoire qui nous réserve une longue scène finale qui nous submerge d'émotions avec, entre autres,un échange très tendre entre Elio et son père qui a tout compris de la grande passion que celui-ci éprouve pour Oliver.

Cette fois-ci nous sommes en 1983, et ce n' est pas la société qui est ennemie de nos deux amants, mais ils vivent des temps différents,  et appartiennent à deux générations distinctes.En ce sens, la thématique du film de Guadagnino se veut universelle, et pas limitée à une histoire d' amours gays.

Enfin, et pour être sincère, le thème du film ne m' intéressait pas particulièrement à la base.J' ai vu CALL ME BY YOUR NAME car il était en lice pour les Oscars.

Donc, pour quelqu' un comme moi qui à priori n' était pas tenté par le thème, et s' agissant d' un film qui dure 2 h et 11 minutes ( c' est à dire interminable...), disons que j' ai bien tenu le choc, que le réalisateur a su maintenir mon attention et que la scène finale méritait que je patiente...Il y a dans les dialogues finaux des éléments qui m' ont frappé et des mots dont la portée universelle et intemporelle ont résonné quelques jours dans mon esprit.Le metteur en scène a atteint son objectif: il y a quelque chose dans l' histoire d' Elio et d' Oliver qui nous bouleverse.

 

 

 

CALL ME BY YOUR NAME...toute la force du premier grand amour.
CALL ME BY YOUR NAME...toute la force du premier grand amour.
CALL ME BY YOUR NAME...toute la force du premier grand amour.
CALL ME BY YOUR NAME...toute la force du premier grand amour.

Sachez enfin que le film est une adaptation d' un roman d' André Aciman édité en français sous le titre PLUS TARD OU JAMAIS.

Je ne tarderai pas à le lire et je vous dirai si l' adaptation de Guadagnino est fidèle au roman, et si, par ailleurs, celui-ci m' a plu...

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 09:52

Bonjour les amis,

Cette année c' est le 25 ème anniversaire des jeux olympiques de Barcelone de 1992, des jeux qui ont permis à l' Espagne de revenir de manière décomplexée dans le groupe des grandes nations.

Parmi les histoires liées à ces jeux , il en est une dont j' ai pris connaissance cette semaine et qui m' a mis de bonne humeur.

Elle concerne la judoka espagnole Miriam Blasco qui avait gagné la médaille d' or dans sa catégorie.

Alors on dit toujours que tout sportif se doit de respecter son rival, mais dans le cas de Miriam c' est allé un peu plus loin puisqu' elle est tombée amoureuse de son adversaire anglaise,Nicola Fairbrother,qu' elle a vaincu en finale... et qu' elle a épousée il y a un an et demi.

Voici un bref résumé de leur histoire sur le clip vidéo ci-dessous

 

L' amour, là où on ne l' attend pas...

Alors, évidemment, une telle histoire est très touchante,surtout si on considère que les noces ont eu lieu 23 ans après ce combat.Il s' agit d' une vraie et belle histoire d' amour, vécue loin des médias.

Du coup, on ne peut s' empêcher de penser que de telles idylles entre adversaires pourraient se reproduire à l' avenir.

On peut même imaginer que cette belle histoire puisse inspirer des scénaristes .

Par exemple, vous vous souvenez tous du PULP FICTION de Quentin Tarantino dans lequel le mafioso Marsellus Wallace veut truquer un match de boxe et demande à Butch (un boxeur interprété par  Bruce Willis) de se coucher devant son adversaire dans le 5 ème round.

Au lieu de perdre comme convenu  le match de boxe, Willis envoie un coup de poing mortel à son adversaire et s' enfuit avec l' argent qu' il a misé sur son propre combat.

Imaginons maintenant un remake de PULP FICTION réalisé par Ang Lee en 2025.

Dans le nouveau scénario alternatif, Butch,qui est sur le point d' envoyer son adversaire au tapis, s' interrompt dans le 5 ème round et lui fait une demande publique en mariage que celui-ci  accepte sous les applaudissements et les larmes d' émotion d' un public très romantique.Les deux boxeurs s' enfuient du stade pour convoler en voyages de noces à Las Vegas, poursuivis par la mafia...commence alors une course poursuite sanglante à travers les Etats-Unis.

Bon, soyons juste.Les réalisateurs n' ont pas attendu le mariage de Blasco pour intégrer des aventures d' amour homosexuelles dans leurs histoires.

Il y aurait plein de films à citer.

Oui, mais cette fois-ci l' histoire est plus originale puisqu' il s' agit d' une championne qui tombe amoureuse de sa principale rivale.

Il y a une nouvelle dimension psychologique intéressante.En effet, jusque maintenant les adversaires sportifs de nos champions pouvaient leur inspirer respect, haine,crainte, admiration mais rarement un sentiment amoureux.Grâce à Miriam Blasco et Nicola Fairbrother cette lacune est désormais comblée...

L' amour surgit partout, y compris, là où on ne l' attend pas.C' est quand même assez réjouissant...non ?

 

 

 

 

 

 

Enfin, et pour célébrer moi-aussi ce 25 ème anniversaire je vous propose un duo improbable  entre deux monstres sacrés: une diva internationale du bel canto et une méga star planétaire du rock. Montserrat Caballé et Freddy Mercury...BARCELONA , remember, c' était en 1992 !

PS: Je ne sais pas pourquoi, mais cette histoire de Blasco m' inspire des scénarios loufoques alternatifs à des évènements sportifs qui se sont produits.

Par exemple, le coup de boule de Zidane à Materazzi. Imaginons que notre Zizou national, au lieu de se retourner tout fâché pour filer un coup de boule à Materazzi, se retourne et aille lui rouler une pelle, en lui disant: " Toi, je t' aime trop...." en italien ça donnerait " Te, ti  voglio troppo ! "

L' arbitre aurait pu difficilement sortir un carton rouge pour un cas non prévu par le règlement...Provocation géniale de notre champion devant un public médusé.Ça aurait eu de la gueule, non ?

PS nº 2: Redevenons sérieux quelques instants.

Ce billet me donne l' occasion de rappeler que si l' homosexualité n' est plus un thème tabou dans le milieu du sport, il est des disciplines où il est très difficile pour certains joueurs de faire leur coming-out sans que ça ne provoque de graves préjudices dans leur carrière professionnelle.Le foot, par exemple...

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/footballeurs-gays-preparez-vous-des-revelations

Partager cet article
Repost0