Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 08:19

Bonjour les amis,

Ce billet est la suite de celui que j'avais consacré à l'attentat qui a coûté la vie à la fille d'Alexandre Douguine.

Les services secrets russes ont très rapidement conclu l'enquête en livrant le nom d'un ex-combattante du bataillon Azov qui se serait introduite sur le territoire russe pour commettre l'attentat et fuir ensuite par l'Estonie. Vous trouverez l'essentiel de ces explications sur le lien ci-dessous.

On peut être surpris par la célérité des services russes qui donnent de nombreux détails et bien évidemment leurs conclusions sont très crédibles, c'est le moins qu'on puisse dire.

En face, et comme on pouvait s'y attendre, les services ukrainiens nient en bloc et accusent les russes d'être derrière ce complot afin de justifier des représailles ultérieures.

C'est donc une parfaite guerre d'intox à laquelle on assiste.

Notez au passage que plus personne ne parle pour l'instant de cette armée russe de libération anti-Poutine qui avait revendiqué l'attentat.

Dans cette guerre entre services secrets russes et ukrainiens il y a comme une triste ironie. En effet de nombreux membres de l'espionnage ukrainien ont été formés par les russes et ce sont un peu leurs élèves. Ils ont été formés dans le même moule (celui du FSB ex-KGB) et il se pourrait bien que l'élève ukrainien ait dépassé le maître russe au petit jeu des coups tordus.

L'élève ukrainien connaît par coeur les provocations dont sont capables les espions russes et sont capables de les payer de retour avec le même type de monnaie.

Cette guerre  est une bataille sanglante entre frères slaves, mais aussi entre frères espions.

J'ai écouté les mots prononcés par Alexandre Douguine lors des funérailles de sa fille, et je suis frappé mais pas surpris par son enfermement mental dans un appel impitoyable à une guerre qu'il faudrait à tout prix gagner.

Cette homme qui doit être dévasté par la mort de son être le plus cher, persiste et signe, et appelle à ce que la perte de sa fille se transforme en victoire, comme on peut apprécier sur cette vidéo ci-dessous.

Bien sûr il y a une logique dans la réaction d'Alexandre Douguine mais on peut dire aussi que Daria était totalement acquise à la cause de son père (une cause et une vision d'une Russie impériale et orthodoxe proche parfois du délire mystique) ...et c'est Daria qui paie de sa vie...de quoi plonger Douguine père dans les pires affres, dans la pire des tortures mentales. En ratant leur attentat les auteurs ont infligé le pire châtiment que puisse subir un père.

On atteint dans ce drame une dimension shakespearienne, quelquechose qui me touche et m'interpelle beaucoup et qui ressemble à la fin du PARRAIN nº3 de Coppola quand Pacino hurle de douleur en perdant sa fille alors que c'est lui qui était visé par le tueur. 

Sur cette même vidéo des funérailles  de Daria il y a ensuite une déclaration belliqueuse du député russe Serguei Mironov, qui frise l'hystérie.

Quand on entend les propos haineux et vengeurs de Mironov on se dit que cet assassinat de Daria pourrait parfaitement être un coup des russes. Peu probable mais pas impossible.

Eh oui, même dans les romans de John Le Carré on n'aboutit pas à des situations aussi troubles et ambigües.

 

Je terminerai en donnant la parole aux deux victimes, dont une qui ne pourra plus jamais défendre son point de vue (que je ne partage pas mais qui ne mérite certainement pas la peine de mort).

Commençons par Daria donc, très touchante, dans cette interview réalisée avant le déchainement de violence du 24 Février. Elle y est très touchante et très sincère.

Je la considère, pour ma part, 2 fois victime...d'abord victime de l'attentat qui a mis fin à sa vie, mais aussi victime de son engouement pour les théories très discutables de son papa qui justifie les violences faites au peuple ukrainien et qui nie l'existence même de l'Ukraine en tant que peuple souverain.

Passons maintenant à cette interview d'Alexandre Douguine datant de 2019 également. Sa philosophie est difficile à capter et à comprendre pour un occidental mais il exprime dans cette entrevue ce qui est  pour lui le MAL ABSOLU, à savoir le libéralisme. Douguine est un antimatérialiste (donc un anti soviétique) mais aussi un antilibéral profond. Il voit dans le libéralisme la pire des décadences, la fin de l'humanité ou de la civilisation.

C'est une vidéo instructive pour ceux qui veulent comprendre un certain nationalisme russe.

C'est Caius qui m'avait envoyé hier ces deux liens. Qu'il en soit remercié.

Partager cet article
Repost0