Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 08:49

Bonjour les amis,

Dans son article du 13/04/2022 sur facebook André Markowicz affirme qu'à la télé russe un général a évoqué sans aucun complexe la future utilisation d'armes chimiques...Voici un extrait de son article.
" Et là, alors que Marioupol est en train de tomber, — mais tient encore, — on a vu une interview sur la première chaîne de la télé russe, donc celle qui a la plus grande écoute. C'était un militaire (de pacotille, mais quand même), Edouard Bassourine, des troupes pro-russes du Donbass qui expliquait que, bientôt, ils pourraient passer la main aux « troupes chimiques pour enfumer les nazillons ». Et oui, visiblement, ces « troupes chimiques » (dont ce n’est pas clair de savoir qui elles sont précisément) sont passées à l’action.Le fait que ce soit dit comme ça, ouvertement, est en soi un signe qu’il faut prendre comme tel. Pour le monde occidental, les attaques chimiques ont toujours été une ligne rouge. Poutine se fiche des lignes rouges, parce qu’il se sait, finalement, impuni."
Rien que le fait de revendiquer à la télé l'intention d'avoir prochainement recours à de telles horreurs est absolument affolant, terrifiant...On imagine ce que de telles déclarations susciteraient de tollés et d'indignations dans n'importe quelle démocratie occidentale. En Russie, ça passe à la télé...no problem...L'opposition est muselée...Les gens sont préparés pour trouver ça normal, justifié...
Si ce général est autorisé à parler sur la première chaîne russe dans de tels termes, ça veut dire que les résistants ukrainiens deviennent pour Poutine l'équivalent de ce qu'étaient les juifs pour Hitler...des rats qu'on peut gazer...ils n'ont plus droit au statut d'être humain.
C'est du nazisme pur et dur !...Qui plus est, c'est du nazisme de la part de quelqu'un qui prétendait "dénazifier".
Edouard Bassourine

Edouard Bassourine

Par ailleurs, les troupes ukrainiennes qui résistent dans Marioupol affirment que des drones russes ont déjà déversé des armes chimiques sur la ville. Ces fortes suspicions n'ont pas été confirmées pour l'instant mais une enquête est ouverte.

 

Grosses suspicions prises très au sérieux, mais non confirmées pour l'instant...L'affaire est à suivre donc.

Mais j'aimerais revenir sur le thème très spécifique de mon court billet.

Rien que le fait qu'un énorme pays de 140 millions d'habitants soit préparé pour accepter l'emploi d'armes barbares et inhumaines, qu'il soit conditionné pour accepter que, très prochainement, des combattants seront gazés comme des rats, nous plonge dans le pire des cauchemars que l'humanité ait jamais vécu.

..." Gazés"...La même horreur que les nazis ont imposé à leurs victimes.

Je ne suis pas naïf et pas surpris que d'horribles crimes soient commis au XXIème siècle. Par contre, je n'aurais jamais imaginé qu'à l'époque d'internet et de l'interconnexion un président puisse être capable un jour de conditionner un pays grand comme un continent afin de lui faire accepter l'idée d'un recours à des armes génocidaires. Mon imagination n'est jamais allée aussi loin dans l'horreur.

Et qu'on ne m'accuse pas de procés d'intentions dans mon article. Ce n'est pas moi qui ait inventé les terribles propos du général qui se bat en ce moment dans le Donbass. 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2022 7 10 /04 /avril /2022 07:23

Bonjour les amis,

Tout indique que dans les prochains jours on va assister à un tournant dans la guerre contre l'Ukraine. 

Il y a des signes très inquiétants.

D'abord la date butoir du 9 Mai, jour de la fête militaire la plus importante de Russie, pour laquelle Poutine doit absolument présenter une victoire à son peuple.

Par ailleurs le Kremlin admet désormais que son armée a subi des pertes et que celles-ci sont considérables. «Nous avons subi des pertes militaires importantes», a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, lors d’une interview jeudi soir à la chaîne britannique Sky News. «C’est une immense tragédie pour nous», a ajouté M. Peskov, qui n’a pas donné des chiffres. 

Le fait que le porte-parole russe soit sorti  du langage de la propagande triomphante habituelle et qu'il reconnaisse des pertes importantes a sans doute pour objectif de justifier une riposte guerrière dont on peut craindre l'extrême brutalité. Cette demi-confession de ce responsable est sans doute le prélude à une nouvelle tragédie froidement préméditée.

Enfin, le Kremlin vient de désigner un nouveau commandant en chef, Aleksander Dvornikov, un homme dont le rôle-clé joué en Syrie n'augure rien de bon.

Voila ! Nous sommes prévenus. Poutine est tragiquement prévisible.

Il nous envoie son Terminator.

On connaît le nom du nouveau TERMINATOR chargé de liquider le Donbass...

A l'heure où se discutent à Bruxelles de nouveaux paquets de sanctions économiques contre la Russie, on voit bien que la priorité est ailleurs. Les sanctions tardent beaucoup de temps à produire leurs effets....Le temps qu'elles le fassent le Donbass sera largement liquidé.

C'est donc l'envoi d'armes offensives qui urge terriblement et on comprend l'éxaspération de Zelensky. Son armée doit être en mesure de rendre les coups, y compris de prendre des initiatives car, si tel n'était pas le cas, vous pouvez faire confiance à Dvornikov pour réduire le Donbass à un tas de cendres.

L'Union européenne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis vont apporter des armes bien plus puissantes et sophistiquées (missiles Patriot, missiles S-300, drones kamikazes,missiles anti-aérien Stinger,etc...) pour aider l'armée ukrainienne.

Il est évident que l'usage de ces armes nécessitera l'envoi d'instructeurs pour les rendre opérationnelles.

Et c'est là qu'on peut se douter de la future réaction de Poutine. Il va accuser l'Otan de participer à ce conflit, ce qui lui donnera l'excuse pour justifier des réactions brutales et prévisibles comme, par exemple:

-  attaquer un pays de l'Otan.

- employer en Ukraine des armes non-conventionnelles bactériologiques ou chimiques comme en Syrie

Je fais confiance aux services d'intelligence occidentaux pour lire correctement les intentions du tyran russe.

Une course contre la montre est engagée.

Le conflit ukrainien pourrait durer des années selon certains experts mais on peut aussi se dire que les jours et semaines prochaines vont être déterminantes.  

PS: les sondages officiels indiquent que 80% du peuple russe est derrière Poutine mais, bien évidemment, ces chiffres, au royaume de la propagande et de la censure, n'ont aucune valeur.

Je vois à la télévision espagnole que la situation en Russie n'est pas désespérée. Sur leurs réseaux sociaux de nombreux internautes mettent en doute les explications officielles au sujet des tueries de ces dernières semaines.

On y apprend aussi que de très nombreux militaires se refusent à partir en Ukraine et préfèrent " être démissionnés"....La vérité est en train de filtrer. C'est un grand signe d'espoir. Le temps ne joue pas en faveur du Tyran...tic-tac...tic-tac...

Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 16:34

Bonjour les amis,

Je lis avec beaucoup d'intérêt tout ce qui peut me permettre de comprendre les intentions de l'agité du bocal qui a agressé de manière barbare l'Ukraine.

Depuis le début de la guerre contre l'Ukraine André Markowicz (écrivain et traducteur) écrit des chroniques quotidiennes d'un grand intérêt sur sa page facebook.

Donc je tiens avant toutes choses à vous communiquer le lien vers sa page et vous invite chaudement à la suivre :

https://www.facebook.com/search/top?q=andr%C3%A9%20markowicz

Les articles d'André Markowicz apportent souvent un contrepoint informatif qui complète les points de vue que je peux lire sur les médias plus habituels.

Voici un exemple, avec un extrait de sa chronique du jour.

" Sur le terrain, l'armée russe recule mais se renforce, et se concentre, comme annoncé, sur toute la partie est de l’Ukraine, et, là, les combats sont d’une intensité encore jamais atteinte. Il s'agit visiblement pour les troupes de Poutine de conquérir militairement non plus tout le pays, mais cette province du Donbass et d'élargir ainsi les enclaves sécessionnistes. Je ne sais pas, et je ne vais pas, commenter les combats. Disons juste ça : oui, ce sont des combats décisifs, absolument terribles, et les Russes mettent toute la puissance qu’ils ont dans la balance. Ils le font avec une énergie d'autant plus terrible qu’ils sont lancés dans une course contre la montre : d’ici un mois, deux mois, l'économie russe ne peut pas manquer de s’effondrer, et, là, Poutine ne pourra plus du tout apparaître comme vainqueur de quoi que ce soit. Il faut donc que ces terres soient conquises avant. Conquises, — et pas seulement conquises : vidées de la plupart de leurs habitants, parce que, dans l'idée de Poutine, il va s'agir de faire comme ce qui se passe pour l'Ossétie du Sud en ce moment, — par la voie d’un référendum « d'initiative populaire » d'intégrer ces territoires à la Russie. Or, la population, je le répète, russophone, de ces territoires, s’est dressée contre ses soi-disant libérateurs, et c’est sa résistance qui a permis de mettre en échec « l'opération spéciale » lancée par l’état-major russe. Et donc, d’une façon ou d’une autre, il faut que ces russophones-là disparaissent et les Russes les font disparaître, ils les jettent sur les routes, à défaut de pouvoir les tuer tous. Et oui, je le répète encore, nous assistons à un nettoyage ethnique d’une ampleur absolument inédite sur le territoire de l'Europe depuis la Deuxième guerre mondiale. J’ai l'impression que Poutine a un exemple en tête : Kœnigsberg, rasée en 1945, les habitants massacrés et chassés, et remplacés par des Russes. Et la ville devient Kaliningrad. Une ville totalement russe..."

Le Donbass est bien victime d'un nettoyage ethnique...

C'est quand même incroyable que ce diagnostic émis par un observateur non-professionnel de la politique internationale, je ne l'ai lu dans aucun article, aucun grand média.

En tout cas, je ne l'ai jamais lu exposé d'une manière aussi tragiquement lucide et clairvoyante.

Pour que Poutine puisse sauver son lot de consolation, en ramenant le Donbass en Russie, il lui faut préalablement procéder à un nettoyage ethnique. Ce n'est pas une guerre militaire, elle se dirige d'abord et avant tout contre les civils. C'est un énorme crime de guerre..Pour le tyran du Kremlin c'est une nécessité arithmétique. C'est ça l'horrible vérité...

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 17:50

Il paraît que dans les médias russes le mot GUERRE est interdit pour qualifier l'opération militaire de grande envergure qui a été lancée le 24 Février contre l'Ukraine.

On le comprend bien. C'est le b-a-ba de la propagande.

Quand commence une guerre la permière victime mortelle, c'est la vérité. Or, il se trouve que Vladimir Poutine essaie de tuer la vérité depuis des décennies. Pour ce faire il est allé très loin, jusqu'à nier la propre existence de l'Ukraine en tant qu'entité nationale spécifique avec sa propre histoire, sa propre langue, et sa propre religion dominante.

Oui, le tyran du Kremlin considère que l'Ukraine, en tant que république a été une concession frivole de Lénine et tente de faire croire que ce territoire très important fait partie intégrante de ce qui était l'empire tsariste. Rien n'est plus faux. Un simple coup d'oeil sur la fiche wikipedia de ce pays vous confirmera que cette zone appartenait aux territoires lituano-polonais au XIV ème siècle, et ensuite qu'elle sera partagée entre les empires russes et austro-hongrois et qu'elle deviendra indépendante dans les années 20.

Nier l'entité spécifique ukrainienne c'est comme nier les lois de la gravité. Historiquement c'est un non-sens. Le négationnisme poutinien qui consiste à utiliser les relations fortes et "envahissantes" de la Russie avec ce pays ne peut convaincre que les nostalgiques impénitents de ce qui fût en son temps l'URSS.

Oui, aucun historien sérieux ne peut soutenir les thèses de Poutine...Aucun !

Poutine ment par omission. Il raconte des choses vraies, qu'il y a une partie russophone importante. C'est une évidence car invasion oblige mais il se garde bien de prendre en compte le fait que plus de 70% de la population se sent avant toute chose ukrainienne. Depuis l'invasion du 24 Février ce pourcentage a augmenté significativement. De nombreux ukrainiens bilingues ne veulent plus rien savoir de la Russie.

 

Les mots de la guerre...

Ce qui me frappe dans les récents événements c'est le manque d'intelligence, le manque de lecture des européens. Je ne doute pas que le président Macron soit allé négocier avec Poutine en voulant réellement donner une chance à la paix mais aujourd'hui tout le monde a compris que cette guerre avait été programmée et décidée de longue date. Cette négociation était une pantalonnade, un moyen pour le dictateur de gagner du temps et de nous rouler dans la farine.

Donc la question qui se pose est de savoir si depuis les accords de Minsk de 2015 les occidentaux n'ont pas fait preuve de légèreté en ne veillant pas à ce qu'ils soient respectés par le président Zelensky..

Si c'est le cas, ça ne justifie pas l'agression barbare et inacceptable du président russe, mais ça montrerait que l'Europe n'est pas gouvernée par des dirigeants responsables et intelligents (...j'insiste sur le vocable INTELLIGENT, avec le sens qu'on donne à ce mot dans les services d'intelligence). Nous ne serions pas gouvernés par des responsables capables de comprendre la logique des autres dirigeants et de préserver de la meilleure manière possible la paix dans le monde et sur notre continent. Un jour, il faudra établir toutes les responsabilités.

En attendant le mal est fait, la guerre est déclenchée et l'UE se doit de fournir aux ukrainiens les moyens matériels et financiers pour résister aux envahisseurs.

Poutine est complètement isolé sur le plan diplomatique international, mis à part l'appui de Nicolas Maduro, un autre dictateur ! Seule la Chine va trahir les occidentaux et probablement fournir de manière occulte aux russes les matériels stratégiques sensibles dont ils ont impérativement besoin.

La vraie force du maître du Kremlin c'est que son mensonge est bien passé dans une partie importante de sa population mais, pas de chance pour lui, de très nombreux ukrainiens vivent en Russie tout en ayant de la famille au pays. Le narratif de Poutine va se heurter à la réalité qui malgré la censure va s'infiltrer dans sa propre population. La guerre de l'info, la guerre des mots a déjà commencé.

La réalité, c'est aussi cette scène que j'ai vu ce matin. Une vieille dame ukrainienne qui s'approche d'un soldat pour lui dire: "Facho...rentrez chez vous...  fichez-nous la paix...vous devriez avoir honte ".

Les soldats vont vite savoir qu'ils ne sont pas les bienvenus contrairement à la propagande russe.

Je profite de ce billet pour saluer les russes qui ne se laissent pas intimider par la terreur poutinienne et qui se manifestent contre cette guerre.

C' est le cas d' Elena Kovalskaya, directrice du théâtre et centre culturel Vsevolod Meyerhold de Moscou, qui a démissionné pour protester contre l'invasion russe en Ukraine. Dans un message partagé sur Facebook, elle a écrit "Amis, pour protester contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie, je quitte mon poste de directrice du Théâtre d'État et du Centre culturel Vsevolod Meyerhold de Moscou. Il est impossible de travailler pour un meurtrier et de percevoir un salaire de lui." 

Elena Kovalskaya

Elena Kovalskaya

Ce matin, j'ai rencontré Elena  l'entraîneuse sportive russe de ping pong qui prépare mon fils. Elle était bouleversée, me disait qu'elle a sa mère de 90 ans et sa soeur invalide qui vivent en Sibérie et qu'elle ne peut plus voyager. Elle était indignée par l'attaque qui a été lancée.

Au supermarché, j'ai rencontré Yulia, une ex-élève ukrainienne âgée maintenant d'une trentaine d'années, qui me disait qu'elle ne comprenait pas pourquoi l'otan n'envoyait pas des soldats en appui. Je lui ai répondu que l'Ukraine ne fait pas partie de l'Otan, ni même de l' UE, mais que l'Europe va aider son pays à résister.

Sur ce, Yulia m'a expliqué qu'il y a eu une manifestation contre la guerre à Denia...qu'il y avait de nombreux ukrainiens bien sûr...mais aussi des russes venus se solidariser.

C'est ça aussi la réalité. Pendant qu'un psychopathe décide de lancer une guerre absurde qui va plonger des millions de familles dans le drame et l'angoisse...de l'autre côté, à 4 heures de vol, ces mêmes populations fraternisent et se soutiennent ! 

 

 

Concentration contre la guerre à Denia mêlant ukrainiens et russes

Concentration contre la guerre à Denia mêlant ukrainiens et russes

Partager cet article
Repost0