Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2019 3 04 /09 /septembre /2019 08:24

Bonjour les amis,

Il y a des exposés que nous devrions tous voir et écouter OBLIGATOIREMENT, et celui que je vous propose aujourd'hui en fait partie. Il dure 2 heures et 34 minutes ce qui correspond à la durée du dernier film de Tarantino (que j'ai aimé) sauf que cette fois-ci l'enjeu est majeur, vital. Il s'agit de comprendre la nature du problème qui va préoccuper l'humanité toute entière pour les décennies à venir.

Voici une leçon inaugurale donnée il y a juste quelques jours par Jean-Marc Jancovici à Sciences Po.

Les données qu'il cite sont donc réactualisées.

On a beau connaître Jancovici et le lire, on en apprend toujours beaucoup en l'écoutant, et c'est à nouveau le cas dans cette leçon. Ce qu'il dit est fondamental pour interpréter ces milliers d'infos dont on est bombardé tous les jours, des infos souvent fausses, biaisées, trompeuses,qui sont émises par des personnes qui pour la plupart n'ont aucune connaissance des problèmes dont ils parlent.

Des infos qui nous font miroiter de fausses solutions comme par exemple les énergies alternatives qui peuvent nous aider, certes, mais qui ne ne sont absolument pas de nature à résoudre les problèmes auxquels nous serons confrontés. 

 

 

Écoutez attentivement Jancovici. Prenez votre temps. N'essayez pas de vous passer la vidéo en diagonale.

Sa leçon mérite mieux que ça...Notre avenir mérite mieux que ça.

Ecoutez aussi les apartés et les parenthèses de Jancovici qui parfois en disent long et qui pourraient faire l'objet de très longs développements. Son exposé dure 1 h 30 minutes mais les réponses qu'il donne aux questions posées par les élèves de Sciences Po sont aussi pleines d'enseignement.

Avant de vous laisser avec ce document très pédagogique qui va ouvrir les yeux de plus d'un, je vais juste citer une métaphore de Jancovici.

Quand on lui parle du poids des énergies alternatives pour faire face à nos besoins, celui-ci répond:

" C'est comme si je buvais 1 litre de Whisky par semaine et que mon médecin me recommandait de réduire la quantité, et qu'en réponse je décidais de boire 1,2 litres de whisky plus un jus d' orange..."

La démonstration est dans cette leçon inaugurale que je vous invite à regarder dans son intégralité.

La réalité est même pire. L'auteur démontre qu'aujourd'hui on a encore besoin de beaucoup de whisky (énergie fossile + ressources en matières premières non renouvelables) pour presser le jus d'orange (énergie prétendument verte)...

Voici aussi quelques lectures recommandables de livres écrits par  Jean-Marc Jancovici pour ceux qui veulent approfondir:

https://www.babelio.com/livres/Jancovici-Dormez-tranquilles-jusquen-2100/790411 

https://www.babelio.com/livres/Jancovici-Decarbonons-lEurope-/955619

Son Blog: https://jancovici.com/ ​​​​​​​

Sa page facebook que je consulte tous les jours et dans laquelle il met en lien plein d'articles intéressants écrits par d'autres auteurs et qu'il commente:https://www.facebook.com/jeanmarc.jancovici/ 

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 07:40

Bonjour les amis,

je continue ma petite série d' articles sur les aveuglements.

Face aux crises écologiques majeures d' une extraordinaire gravité auxquelles va se devoir se confronter l' humanité, j' observe deux formes d' aveuglement chez mes concitoyens:

1. Ceux qui croient encore au père Noël, qui pensent que l' humanité va toujours trouver des solutions pour s' en sortir, même quand tout indique le contraire.C' est une réaction complètement irrationnelle qui ne se base pas sur l' analyse objective des faits mais sur des mythes humains d' autant plus dangereux qu' ils ne peuvent que nous mener vers une extinction pure et simple de notre civilisation et provoquer de grands drames humanitaires.C' est exactement ce genre de mythes qui ont nourri les habitants de l' île de Pâques, avant qu' ils ne disparaissent complètement jusqu' au dernier...Rappelons pour les néophytes que les colons de l' île de Pâques scièrent la branche sur laquelle ils étaient assis,qu' ils détruisirent la végétation de leur environnement composée entre autres de millions de palmiers et qu' ils se croyaient protégés par leurs Dieux...la suite on connaît....

2. Ceux qui, à l' opposé des premiers,croient que le chaos est inévitable et qu' il n' y a pas de réelle solution à chercher.Donc,ce n'est  pas la peine de s' empoisonner notre existence d' aujourd' hui à résoudre un problème sans solutions: mieux vaut essayer de vivre pleinement ce qui nous reste de bon temps à prendre.C' est une position hédoniste complètement irresponsable et irréfléchie qui ne tient aucun compte des générations qui nous suivent et de l' héritage qu' on va leur laisser.

Pour faire bonne mesure, je vous avouerais que moi-même il m' arrive d' osciller avec des pensées intérieures qui passent alternativement de l' option 1 à l' option 2.

Face à ces deux pôles opposés,extrêmes mais tout aussi dangereux, je voudrais partager avec vous la lecture d' une interview de Pablo Servigne qui consacre sa vie à essayer de prévoir comment nous devrions réagir face à un effondrement global qui sera, selon lui, inévitable.

Evidemment, ça a l' air pessimiste son constat mais il nous propose le seul vrai challenge qui mérite qu' on se remue les méninges tout de suite.Préparons la transition et ne perdons pas de temps.Essayons d' anticiper l' inéluctable et d' en minorer les effets.

Prévoir et préparer notre avenir est une tâche d' une énorme complexité et c' est l' action intelligente la plus difficile à accomplir pour l' humanité.

Les propos de Servigne et ses objectifs pourraient paraître prétentieux, voire risibles ( ce mec qui réfléchit tout seul, en chercheur indépendant, sur la manière de s' y prendre pour essayer de sauver l' humanité), et pourtant il s' intéresse à la seule chose qui devrait vraiment nous préoccuper tous...

Voici ce qu' on apprend de lui sur sa fiche wikipedia:

" Il a été invité par l' ancien euro député Yves Cochet à rédiger un rapport pour le groupe VERT/ALE au parlement européen sur l' avenir de l' agriculture en Europe.Ce rapport qui évoque la possibilité d' un effondrement imminent des systèmes alimentaires industriels en Europe a été présenté publiquement au parlement de Bruxelles le 17 Octobre 2013."

Plus loin on apprend que Pablo Servigne a travaillé avec d' autres collaborateurs sur la notion de résilience pour la transition écologique et l' effondrement.

Il propose 4 déclinaisons:la résilience commune, la résilience globale, la résilience locale et la résilience intérieure.Cette dernière se renforce lorsqu’on a pris acte des catastrophes qui ont lieu, et lorsque l’on fait le deuil du monde tel qu’on le connait( dans son fonctionnement, ses objectifs, etc...) . Cela implique de passer au-delà de l’effarement, de la colère et de la tristesse, et de réaliser les possibilités nouvelles de renouer avec soi-même, au plus profond ; et avec ses proches (amis, famille et/ou voisins), et envisager ainsi un vivre-ensemble qui part de l’intime, vers le local, le régional, puis le planétaire, voire le cosmique.

C' est très difficile de juger de la pertinence de ses idées, et seul l' avenir nous dira en quoi il avait peut-être raison.Malgré tout je crois qu' il met bien le doigt sur la manière dont nous allons affronter ces effondrements.Nous essaierons d' y répondre de manière collective, nationale et internationale.Mais dès que se feront sentir les premiers échecs les expériences collectives plus locales risquent de faire la différence.

Il est évident que certains pays seront mieux préparés que d' autres.La crise sera dure ( voire très dure) pour tout le monde, mais pour ceux qui ne seront pas à même de produire eux-mêmes de façon autonome ce dont ils ont besoin, cette crise sera probablement insurmontable...On peut donc imaginer que de petites communautés se seront mieux préparées pour résister et s' adapter.

Et puis d' un seul coup, en lisant Servigne j' ai eu un petit flash: je me suis dit que les amish américains qui vivent aujourd' hui comme au XVI ème siècle étaient peut-être finalement "en avance" sur nous...ou, en tout cas, qu' ils étaient mieux préparés que nous pour affronter cette grande transition.Ne vous méprenez pas: je ne dis pas qu' on va revenir au XVI ème siècle mais simplement que certains collectivités humaines qui vivent déjà en quasi autarcie ( sans besoins de machines industrielles, ni même d' électricité) sont mieux armées que d' autres pour affronter un avenir qui va être très dur.

 

 

L' effondrement qui nous attend...
L' effondrement qui nous attend...
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 21:18

Bonjour les amis,

J' ai pris la peine d' écouter la conférence donnée par Jean-Marc Jancovici aux Arts et Métiers en janvier 2016 devant un parterre de futurs jeunes ingénieurs.

La vidéo dure 1 h 55 minutes et mérite vraiment la peine d' être vue jusqu' au bout

C' est bien plus passionnant que n' importe quel film à l' affiche car là, c' est de notre futur à tous qu' il s' agit..

L' auteur y parle de notre avenir et des problèmes graves que devra affronter l' humanité.

Jancovici brisera pendant cet exposé nombre d' idées reçues sur ce futur qui nous attend comme, par exemple,les effets réels du réchauffement climatique ( avec une sérieuse mise en garde à 1 h 17 min au vu de ce qui s' est déjà produit par le passé).

Il casse certains mythes et axiomes économiques, comme par exemple, la loi de l'offre et de la demande complètement prise en défaut avec le prix du barril de pétrole.Le prix dudit barril va conditionner les coûts de n' importe quelle entreprise, et comme celui-ci est hautement chaotique et imprévisible, les managers ne peuvent pratiquement rien anticiper et en sont réduits à imaginer différents scénarios avec différents prix, comme un skipper de voilier qui ne sait s' il aura le vent en poupe ou non.

Il montre que les outils d' étude de la macroéconomie sont complètement inadaptés pour aborder les mutations nécessaires dont nous avons besoin.

Il démontre, par exemple, que notre richesse se base quasi exclusivement sur l' accès "gratuit" aux sources d' énergie, et que dès que le volume de celui-ci baisse le PIB baisse également aussi sûrement que 2 et 2  font 4.Les nouvelles technologies ne sont à même de contrecarrer la baisse de richesse provoquée par les carences énergétiques.Notre vraie richesse c' est le travail des machines qui convertissent les énergies fossiles et qui mettent à notre disposition l' équivalent de 200 à 300 esclaves pour chacun d' entre nous.

L' auteur y affirme haut et fort que sur les dernières 15 années c' est l' utilisation croissante du charbon ( qui n' est pas du tout en 2016, contrairement à une idée reçue, une énergie du passé) qui nous a permis de maintenir notre niveau actuel de richesse en compensant les premiers signes de carence pétrolière depuis 2005,  alors que les nouvelles énergies alternatives ont un poids complètement anecdotique quand on fait un bilan planétaire global.

Les énergies alternatives nouvelles, même dans les scénarios les plus optimistes, ne sont pas en mesure de compenser le dixième du futur défaut énergétique des énergies fossiles, ni aujourd' hui, ni demain, même si on couvrait toute notre surface planétaire de capteurs solaires et d' éoliennes ! Les graphiques et différents " camemberts" montrés au public permettent de situer de manière réaliste les énormes différences d' ordres de grandeurs entre la part apportée par les énergies fossiles par rapport au reste des autres énergies.

Prenez la peine d' écouter Jancovici car à partir de 50 minutes ça devient passionnant.

A 1 h 45 minutes sa petite démo sur l' identité de Yoichi Kaya vaut vraiment le déplacement.On se rend compte que les leviers sur lesquels peuvent jouer réellement les gouvernants pour réduire de deux tiers les émissions de CO2 d' ici 2050 sont finalement bien peu nombreux ( surtout si on prétend en même temps accroître notre PIB) et qu' ils auront donc un effet bien plus limité que ce dont l' humanité aurait vraiment besoin pour échapper à une grave crise majeure.

La récession paraît absolument inévitable si on suit de simples règles de bon sens arithmétique.

L' auteur s' amuse à utiliser la simple règle de trois qu' on apprend en primaire, et le premier principe de la thermodynamique qu' on apprend dans tous les écoles préparatoires pour nous démontrer que les promesses électorales de croissance des partis politiques tous confondus sont aussi illusoires que la croyance au père Noel.Il compare ces promesses au système pyramidal  frauduleux de Ponzi utilisé par Madoff ( à 1 h 09 min).

C' est un document exceptionnel.L' auteur utilise de nombreux graphiques pour étayer son argumentation ,et même ceux qui n' ont pas reçu de formation mathématique approfondie pourront la suivre...

Son exposé se termine à 1 h 54 minutes sur une pensée de Confucius que je vous laisse découvrir, et qui semble très prémonitoire...

PS: Ne brûlez pas les étapes.Prenez la peine d' écouter patiemment sa longue introduction qui vous permettra ensuite de mieux comprendre ses éléments de démonstration, notamment l' évaluation de notre richesse en équivalents " esclaves-machines" qui convertissent une énergie fossile gratuite mais non-renouvelable.

Quand le principe de réalité prend en défaut tous les modèles de croissance promis par les leaders politiques...

Pour mieux connaître l' auteur

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici

Voici ci-dessous son site internet MANICORE

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 07:00

Bonjour les amis,

Cette fois-ci c' est Fabrice Luchini qui vient en remettre un couche sur l' image stéréotypée et détériorée de ma région natale à grands coups de déclarations polémiques.

Stéréotypes sur le Nord Pas-de-Calais ...ou quand Fabrice Luchini en remet une couche

Voici ce qu' il vient d' affirmer lors de la présentation du film "L' Hermine"

"C'est une région où la République a disparu. C'est un coin de misère sociale où les gens boivent beaucoup et votent Front national.C'est un pays abandonné par la France, un îlot de désespérance."

Bon là, il ne fait pas dans la dentelle le camarade Fabrice.Notons qu' avant lui Catherine Deneuve avait déclenché une autre polémique au sujet du dunkerquois.

Elle avait, dans une interview au magazine Elle, associé la ville du Nord à la tristesse, aux cigarettes et à l'alcool.

Cette affaire d' image c est une longue histoire qu' il faut reprendre à la base.Tout ça a commencé avec GERMINAL le chef d' oeuvre de ZOLA qu' on ne présente plus mais qui laissera une image profonde et misérabiliste du Nord gravée dans toute la mémoire collective du pays.

NB: pour la petite histoire sachez que je suis né dans le village qui a servi au tournage.La maison du Maheu qu' on voit à la 30 ème minute est collée à la maison d' une de mes tantes.

L' un des figurants du film ( celui qui prend à partie Renaud à 1 h 59 min 43 sec) est un ancien camarade de classe.

La majorité des films ultérieurs situés dans le Nord n' échapperont pas à ces clichés et continueront de véhiculer une image peu reluisante de ma région natale.J' en prends deux au hasard: le film de Maurice Pialat, PASSE TON BAC D' ABORD.

Ou alors, ÇA COMMENCE AUJOURD' HUI de Bertrand Tavernier.Tous mes collègues espagnols m' ont parlé de ce film tourné à Hernaing près de chez moi aussi.

Eux l' ont vu... mais pas moi.

Puis, d' un seul coup il y a eu le film de Dany Boon BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS qui, sur le ton de la comédie drôle remettait un peu les pendules à l' heure créant parfois une espèce d' engouement excessif pour ma région...J' avais forcément l' impression qu' on tombait d' un excès à l' autre mais bon, ça faisait du bien aussi...

Alors que penser de cette dernière déclaration de Luchini ?

Et bien je ne peux pas dire que son constat soit faux.Son ressenti est correct dans de nombreuses localités de la région.Bien évidemment la crise est passée par là depuis une trentaine d' années et a laissé toute une partie de cette population industrieuse dans le désoeuvrement et le désenchantement.J' ai travaillé un an à Hénin Beaumont et je n' ai pas été surpris par le score du front national: certaines causes produisent toujours les mêmes effets ( fort pourcentage immigré+ taux de chômage très élevé = xénophobie galopante).

Dans ma région du valenciennois pourtant assez dynamique, il y a des cités où la précarité et la misère se font sentir de manière bien " palpable".On peut parler aussi de misère morale de personnes sans vrai espoir qui ne survivent que grâce aux subsides de l' Etat.

Malgré tout, ce tableau est bien évidemment très réducteur.La région qui a subi de plein fouet la crise du charbon, du textile et de l' acier ( rien que ça !!!...) a su aussi se tourner vers l' avenir et se reconvertir en pariant sur les nouvelles technologies.La sidérurgie continue encore mais cette fois-ci avec des aciers très performants.TOYOTA a choisi Valenciennes pour produire les véhicules vendus dans toute l' Europe ( ils sont installés dans le village de ma maman, juste à Saint-Saulve qui est tout, sauf une ville triste).

Il y a aussi l' environnement qui n' est pas fait que de tristes agglomérations urbaines.

Je suis né près de la forêt de Wallers-Arenberg qui abrite un petit lac classé réserve ornithologique et je peux vous assurer que certains départements français entiers ne possèdent pas une seule forêt, je dis bien une seule forêt, qui lui soit comparable.

Forêt de Raismes

Forêt de Raismes

Forêt de Raismes

Forêt de Raismes

Il y a aussi un Nord rural avec des villes comme Le Quesnoy où il fait bon vivre, des villes qui peuvent parfaitement symboliser la douce France de Trenet.

Alors, pourquoi cette mauvaise image qui colle à la peau ?

Il y a le climat bien sûr, mais qui n' est pas pire que celui de l' Angleterre ou du Nord de l' Allemagne.En fait il ne fait pas vraiment froid et c' est plutôt un climat humide.J' adore l' automne dans le Nord avec ses paysages et ses horizons drapés dans des voiles de brumes grises et diaphanes.

Il y a aussi le fait que les nordistes sont peut-être les premiers à la véhiculer cette mauvaise image, trop habitués qu' ils sont à idéaliser un peu les autres régions.Il y a encore une fois un problème de haine de soi.Je le ressens parfois parmi mes potes du Nord qui aiment bien se moquer d' eux-mêmes, de leur patois,ou du simple fait d' être restés au pays et de ne pas avoir mis les bouts.

Je terminerai en disant que je suis allé dans le valenciennois il y a quelques semaines et que j' y ai passé un excellent séjour.J' ai pas trouvé les gens déprimés, au contraire, j' ai vu beaucoup de visages souriants.

Et puis vous dire aussi que le Nord me manque parfois et que je ressens le besoin régulier d' aller m' y ressourcer...Je suis un peu comme les saumons qui gardent gravés dans leur ADN leur lieu de naissance et sentent le besoin irrépressible d' y retourner.

Alors, que puis-je ajouter de plus aux propos excessifs de Luchini ?

Et bien j' ai l' impression qu' entre son tableau caricatural et celui faussement merveilleux d' Enrico Macias, il y a un juste milieu qu' on n' arrive pas à trouver,mais que les nordistes ne devraient pas se prêter à la polémique...Ces déclarations ne méritent pas de réponse.Tant qu' on se justifie et qu' on demande des rectifications ou des excuses, c' est qu' on fait une espèce de complexe d' infériorité...Il faut avoir confiance en la simple vérité qui n' est ni blanche ni noire mais quelque part entre gris clair et gris foncé.Venez dans le Nord et faites-vous vous même votre propre opinion sur la question.

Moi je n' ai ni honte, ni fierté d' être ch'ti...mais je suis CH' TI jusqu' à la moelle.

Bruce Sprinsgsteen chantait dans les années 80 " Born in the USA" et bien moi je pourrais scander avec le poing rageur levé bien haut " BORN IN BASSIN HOUILLER !!!! " Oh yeaaaaah !

PS: Je vous laisse sur un souvenir de la fin du repas de mariage de ma nièce célébré dans le Nord le 25 Juillet dernier.A 6 heures du mat' et après avoir dansé toute la nuit sur des musiques modernes, on a fait un grand cercle en se tenant la main bien haut, et en chantant, en nous balançant de droite à gauche:

" Au Nord, c' était les corons..."

Un beau moment de communion avec tous ces jeunes qui sont aujourd' hui éparpillés en France et dans le monde,cadres,ouvriers,fonctionnaires,professeurs,médecins, ingénieurs, techniciens mais qui n' ont pas oublié l' histoire de leurs parents.

Je resterai avec cette belle image, celle d' une jeunesse Nordiste qui se projette vers l' avenir de manière forte et confiante et qui n' oublie pas l' histoire et les sacrifices du passé.

Partager cet article
Repost0