Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 08:46

Bonjour les amis,

Ça fait depuis quelques années que j' essaie de réfléchir sur la question du MAL , sa nature, sa généalogie.

J' ai vite essayé d' échapper, durant le cours de ma vie, à la vision simpliste de notre enfance selon laquelle il y aurait des bons et des méchants, des anges et des démons.Peu à peu,en grandissant, je me suis dit que le bien et le mal font partie intrinsèque de chacun d' entre nous...que chez certaines personnes c' est le bien qui prédomine, et que chez d' autres c' est le mal, mais que , finalement nous possédons tous au fond de nous-mêmes une étrange alchimie unique et un mystérieux mélange des deux.

Il m' est arrivé même des moments où j' ai douté de l'existence du Mal, non pas dans ses effets bien réels, destructeurs et mesurables, mais dans sa réalité philosophique.

En effet, certains monstres de l' humanité peuvent souvent être considérés, non pas comme des manifestations du Mal absolu ou du Diable en personne, mais plutôt comme des malades mentaux, des tarés,et donc, en poussant le raisonnement jusqu' au bout comme des "victimes".

Bien évidemment, certains monstres sont très intelligents, lucides et conscients du MAL qu' ils font et peuvent donc être considérés comme parfaitement responsables de leurs actes.

J' ai vu la semaine dernière une interview du président Rodrigo Duterte qui racontait ( avant qu' il ne soit élu président mais il était déjà maire ) à une jeune journaliste qu' il aimait tuer lui-même et que quelques semaines auparavant, il était parti tout seul en moto et qu' il avait éxécuté 3 personnes dans la rue...Je n' ai pas retrouvé sur le net cette déclaration surréaliste mais en voici une autre qui est du même tonneau.

 

Dans son cas, quand il se compare à Hitler, il ne faut pas le prendre à la rigolade mais plutôt au pied de la lettre...

Avant-hier, nous avions donc une conversation sur ce thème du MAL en salle des profs , et puis, de fil en aiguille nous avons embrayé sur l' actualité avec l' attentat de Berlin et puis  l' un de mes collègues d' histoire-géo m' a parlé d' un reportage où on voit un père présenter ses 2 enfants de 4 et 9 ans avant qu' ils n' aillent commettre un attentat-suicide...

Alors, moi, je regarde très peu la télé. Je n' aime pas non plus les reportages un peu trop voyeuristes mais là, ça m' a interpellé, et j' ai quand même fait des recherches pour retrouver ce document dont m' a parlé le collègue.

Ce reportage, le voici sur ce lien.

Alors quand même, on a beau être blasé, revenu de tout, on a beau dire que plus rien ne nous étonne, ni ne sous surprend, il y a quand même une espèce de vertige qui nous saisit en voyant ça.

On se dit que malheureusement la fameuse phrase d' Einstein selon laquelle les deux seules choses infinies seraient la taille de l' univers, et la stupidité humaine, tout en rappelant qu' au sujet de la première il n' en avait pas acquis la certitude, se confirme chaque jour que Dieu fait ( ou défait).

On peut résumer l' aphorisme d' Einstein de manière plus vulgaire et prosaïque en disant que si l' intelligence a des limites, la connerie n' en a pas...

On se dit que la raison et l' intelligence sont sans doute les seuls vaccins efficaces contre autant de monstruosité destructrice mais il n' empêche que le MAL arrive toujours à réapparaître et à franchir une étape supplémentaire dans l' horreur et la barbarie.

On se dit que même les pires nazis, les pires anges exterminateurs de l' humanité n' ont pas utilisé leurs propres enfants comme des bombes humaines pour semer la mort et le chaos.

Face à autant d' horreur et d' ignominie,face à tant de surenchère,face à une violence qui se réínvente et qui ne semble pas connaître de limite infranchissable,  on se demande:

Ce sera quoi la prochaine étape ?

Saturne dévorant un de ses fils.GOYA

Saturne dévorant un de ses fils.GOYA

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 12:40

Bonjour les amis,

Les récents attentats qui ont frappé la France et l' Allemagne ont de quoi plonger la citoyenneté européenne dans la plus profonde des perplexités.

Jusque maintenant l' Etat de Droit et les garanties qui y sont associées ont toujours pu préserver à la fois la liberté citoyenne et aussi la sécurité à laquelle chaque citoyen a droit.

Nous déléguons à nos gouvernants la charge de surveiller notre territoire, et de détecter et de mettre à l' écart les éléments qui sont susceptibles de porter atteinte à notre intégrité physique et à notre sécurité.

La nouvelle forme de terrorisme intérieur à laquelle nous sommes confrontés est en train de montrer les limites des outils habituels dont dispose l' éxécutif pour nous protéger.

En effet, le tueur de Nice s' était radicalisé très peu de temps avant l' attentat, rendant quasiment impossible la moindre détection ou alerte préventive de passage à l' acte.

Dans le cas du tueur qui a égorgé le prêtre en Normandie, nous avons affaire à un individu detecté, arrêté,emprisonné, puis fiché et mis sous surveillance grâce à un bracelet électronique.

Difficile de dire que l' Etat a failli à sa mission, et pourtant la précaution du bracelet électronique s' est révélée parfaitement inefficace.

On ressent dans la citoyenneté beaucoup d' animosité vis-à-vis de nos dirigeants, mais en même temps, personne ne sait ce qu' il pourrait vraiment faire de mieux que ceux qui nous gouvernent s' il était à leur place.Même la droite qui sera peut-être au pouvoir dans quelques mois n' est pas très prudente dans ses critiques vis-à-vis du gouvernement et oublie qu' elle sera elle-même mise à l' épreuve dans quelques temps.

Que demande t' on VRAIMENT à notre police et à nos services secrets ?

On leur demande de prévoir des actions terroristes quand il n' y a encore aucun signe matériel qui permette de juger de leur imminence.

Pour mener la mission de protection des citoyens à bien il faudrait finalement être capable de lire dans les pensées des criminels.

Ce thème est abordé dans Minority Report le roman de science-fiction de Philip K.Dick qui a été ensuite porté à l' écran par Spielberg dans le film du même nom.

Souvenez-vous du sujet du film:en 2054, la ville de Washington a réussi à éradiquer la criminalité. Grâce aux visions du futur fournies par trois individus exceptionnels doués de précognition (appelés précogs), les agents de Précrime peuvent arrêter les criminels juste avant qu’ils ne commettent leurs méfaits.

Se dirige t' on peu à peu vers une police de la pensée ?

Et bien, chers amis, sans nous en rendre compte , nous exigeons de ceux qui nous gouvernent qu' ils aient la même capacité d' anticipation que les precogs de Minority Report.

Alors redescendons un peu sur Terre: les précogs n' existent pas, mais par contre il y a des outils informatiques de plus en plus performants capables de " profiler" certaines personnes dangereuses, de les détecter grâce à de puissants algoritmes brassant des dizaines de millions de données.

Ce court artcile écrit en 2014 sur le lien ci-dessous en donne une petite idée.

On voit que certains champs de la médecine comme les neurosciences pourraient être mis à contribution également.

Finalement on peut imaginer, à long terme, des nouveaux outils qui soient plus efficaces mais tous possèdent un énorme défaut: celui de réduire notre champ de liberté et de nous soumettre à une forme de surveillance permanente pire que celles imaginées dans les sociétés les plus totalitaires.

A l' opposé du schéma de la police scientifique et technique à l' anglo-saxonne, on pourrait imaginer une police basée sur l' humain, sur l' inondation et l' infiltration dans le corps social de milliers d' agents d' observation civils, de sentinelles, chargées de détecter des anomalies et de donner l' alerte.Encore une fois nous nous rapprocherions dangereusement d' une police de type stalinienne ( comme la STASI en ex-RDA) qui mettrait en péril notre espace de liberté.

Il existe une 3 ème option basée sur une forme d' acceptation sociale.Par exemple, aux Etats-Unis, chaque année les armes à feu sont à l' origine de milliers d' homicides qui auraient pu être évités simplement par une limitation de l' accès légal aux armes à feu.Mais on voit bien que la citoyenneté américaine préfère payer un lourd tribu avec chaque année une longue cohorte de victimes innocentes, un lourd tribu consenti et accepté au nom de la liberté de chaque individu de porter une arme.

Alors, chers amis, qui nous dit que nous n' entrons pas dans une nouvelle ère, où le terrorisme aveugle fera partie du paysage et sera accepté comme un tribut à payer pour la folie de certains hommes et dont il est impossible de venir complètement à bout ?

Quel futur nous attend ? Une dérive policière à outrance ou une forme de résignation et d' acceptation ?

Existe t' il une voie "sécurité-liberté" qui nous permette d' échapper à ces deux écueils ?

Partager cet article
Repost0