Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 06:49

Bonjour les amis,

Hier soir je vous parlais du match de la Suisse contre la Serbie au cours duquel la principale qualité des helvétiques aura été d' y croire jusqu' au bout, grâce entre autres à Shaqiri, leur attaquant particulièrement rebelle.

Mais hier , il y a eu aussi le Brésil qui y a cru jusqu'au bout et qui a dû attendre les dernières minutes dans les temps d' arrêts de jeu pour venir à bout d' un Costa-Rica qui n' avait pas beaucoup d' arguments à opposer, mais qui était protégé par Keylor Navas, le gardien génial du REAL qui arrête tout ( ou presque).

Au moment où on redoutait que le Costa-Rica ne réussisse à maintenir un résultat contre le cours du jeu, la logique s' est finalement imposée...mais durant les temps d' arrêts.

Premier but de Coutinho à 90+1'...A ce moment-là votre serviteur explose, exulte, embrasse chaudement son fils, et balance tout ce qu' il a à portée de la main dans son salon. Gooooooaaaaal !!! Yesssssss !!!

Dans la lancée il y a eu un 2 ème but à suivre de Neymar à 90+7'

L' une des images les plus frappantes de ce mondial sera l' attitude de Neymar qui a été l' artilleur numéro un de son équipe, mais qui s' effondre en pleurs dès le coup de sifflet final de l' arbitre. Ses nerfs le lâchent...

Neymar au bord de la crise de nerfs, qui s' est dépensé sans compter, qui s' est énervé contre l' arbitre au cours du match. Neymar qui a très mal vécu l' annulation par la VAR de son pénalty ( la VAR avait raison et il n' y avait pas péneau). Neymar qui est allé s' accrocher avec les joueurs costa-ricains qui perdaient volontairement du temps sur la fin de match.

Tous ceux qui ont vu le match et qui ont souffert avec le capitaine de la Seleçao comprennent ces larmes. Les brésiliens avaient multiplié les attaques, surclassé l' équipe adverse, mais le score restait désespérément bloqué à 0-0.

Quand le Brésil a réussi à marquer la différence dans les dernières minutes ça a été un énorme ouf de soulagement, une explosion de joie. Ce n' était que justice !

Et ces larmes de Neymar, on les partageait tous...Moi, j' avais envie de pleurer de joie avec lui.

On dira et on pensera ce qu' on veut du capitaine de cette équipe, mais il en a et il en veut...Dans son tweet, il résumait tout en quelques mots.

«Personne ne sait par quoi je suis passé pour arriver ici. Les pleurs sont de joie, de dépassement. Dans ma vie, les choses n'ont jamais été faciles. Ça ne va pas être le cas maintenant, n'est-ce pas ? Le rêve continue. Le rêve, non. L'objectif ! (A ses partenaires) Félicitations pour le match, les gars !» 

 
 

 

Ces quelques mots de Neymar expliquent la magie de cette compétition qui nous offre des vrais moments de vérité humaine qui vont bien au delà d' une simple histoire de millionnaires qui courent derrière une baballe.

Hier c' était épique, c' était une histoire d' assaut à l' abordage, une histoire d'hommes. Il fallait à tout prix ramener trois points, et le faire dans les règles de l' art. Le talent, la volonté collective et la détermination ont permis d' atteindre l'objectif, en créant du beau, ... en créant du football de rêve.

Partager cet article
Repost0