Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2019 4 10 /01 /janvier /2019 19:23

Bonjour les amis,

Cette semaine notre directrice de chant nous a soumis la partition d'un motet que je ne connaissais pas et qui est attribué à Mozart.

Et comme toujours avec Mozart, on est rarement déçu.

Ecoutez donc.

 

Je vous mets les paroles originales de Giovanni Colombo, archevêque de Milan, accompagnées d' une traduction française

Qui presso a Te, Signore,                 je reste près de toi Seigneur
restar vogl'io!                                    c' est ce que je veux 
E il grido del mio cuore                    Tu écoutes le cri de mon coeur                       
l'ascolta, o Dio!                                 Ô toi mon Dieu

La sera scende oscura                    la nuit obscure qui tombe sur mon coeur
sul cuor che s'impaura:                   s'empar de moi et me fait peur
mi tenga ognor la fe'                       Je m' attelle à honorer la foi
qui presso a Te.                               Je reste près de toi

Qui presso a Te, Signore,                Je reste près de toi Seigneur
restar vogl'io!                                   c' est ce que je veux  
Niun vede il mio dolor                      Personne d'autre que toi
tu 'l vedi, o Dio!                                ne voit ma douleur

O vivo Pan verace,                          Je vis de pain et de vérité  
sol Tu puoi darmi pace,                   Et pour me rassurer
e pace v'ha per me,                        Toi seul me donne la paix
qui presso a Te.                               ici près de toi  

O vivo Pan verace,                          je vis de pain et de vérité
sol Tu puoi darmi pace                   et pour me rassurer
e pace v'ha per me,                       Toi seul me donne la paix
qui presso a Te                               ici près de toi
qui presso a Te.                              ici près de toi

Le morceau n' est pas sans rappeler le AVE VERUM auquel j'avais déjà consacré un article, et aussi le " Porgi amor" qu'on entend dans les Noces de Figaro.

Voici maintenant une version complète accompagnée à l'orgue.

Voici une autre version à capella, et avec peu d' interprètes, qui démontre que souvent les oeuvres chorales de Mozart ne nécessitent pas forcément 300 interprètes pour que cela rende bien. Il suffit de bien chanter,sans durcir le timbre, avec des voix qui sont bien posées. Il suffit d'avoir de la technique, de ne pas chanter à partir de sa gorge mais en utilisant bien son diaphragme (cela s'apprend...).

Je reviendrai rapidement sur ma première réaction quand j' ai eu la partition entre les mains. J'ai d' abord lu ma voix de basse en me disant que c' était bien, mais sans plus.

Puis quand nous avons groupé nos 4 voix le miracle s'est produit. L'harmonisation fait tout de suite penser à Mozart. Son esprit est là...exquis, divin. Comme toujours il est capable de prendre n'importe quel thème et de lui apporter ce " je ne sais quoi" qui fait qu'on se dit que c' est lui. Il impose en deux mesures son style inimitable, reconnaissable à mille lieues.

Comme dit Silvia ma directrice de chant:

" Mozart es mucho Mozart...! "

Mozart est très Mozart !!!.... ❤️❤️❤️ ... 😁 😁

Partager cet article
Repost0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 16:46

Bonjour les amis,

Cette semaine nous avons travaillé avec notre nouvelle formation vocale CADENZA une oeuvre chorale bien connue de Mozart, l' Ave Verum...

Ave verum corpus est une prière catholique dédiée à Jésus-Christ. Son titre latin signifie Salut, vrai corps reconnaissant sa Présence réelle dans le pain et vin consacrés au cours de la messe. On rencontre parfois la forme plus courte Ave verum.

Cette oeuvre de Mozart est apparemment simple mais réserve d' étonnantes trouvailles harmoniques, notamment certaines tensions entre les 4 voix qu' il faut parfaitement soigner avec PRECISION.Avec Mozart, même quand il fait simple, il y a toujours des surprises et des subtilités.

Je vous explique très brièvement cette histoire de " tension harmonique"

Si il y a 3 voix qui font DO-MI- SOL en même temps on obtient un accord majeur qui sonne très bien avec de grands intervalles ( de 2 ou 1,5 tons) entre chaque note.Par contre s' il n' y a qu' un demi-ton de différence entre 2 voix c' est d' une part plus difficile à réaliser à cause de la proximité, et on obtient des accords plus subtils qui sont à la limite de la dissonance...Il faut bien intérioriser sa note pour ne pas se laisser entraîner par l' autre voix qui est très proche.

Par ailleurs , voici ce qu' on peut apprendre de cette oeuvre dans l' encyclopedie wikipédia

Ce travail est composé pour choeur, cordes et orgue. Dans le manuscrit de Mozart il y a seulement une petite note au début indiquant sotto voce .
Ce travail a été composé alors que Mozart venait de finir son opéra La Flûte enchantée et que Constance attendait son sixième enfant et résidait dans la ville thermale de Baden. Cette pièce fût composée 6 mois avant la mort du grand compositeur.
Comme curiosité il convient de mentionner qu'il existe une modulation inhabituelle à partir de la tonalité temporaire en LA majeur à FA majeur quand le texte
"cuius latus perforatum fluxit aqua et sanguine" est chanté.

Ecoutez d' abord l' oeuvre complète sur le lien ci-dessous.

Vous pouvez suivre à la fois toutes les parties de chaque voix et de chaque instrument .

Notez que les 4 voix du choeur chantent le même texte ( mais avec 4 lignes mélodiques différentes sopranes-contrealtes-ténor-basse) dans la première partie, puis que la deuxième partie est en canon ( 1 minute 50 secondes), c' est à dire qu' il y a décalage entre sopranos-contraltes et tenors-basse.Tout ça se visualise très bien sur le lien ci-dessous si vous le mettez en plein écran...

Et bien, maintenant que vous avez entendu l' oeuvre dans sa globalité et que vous l' avez bien en tête , écoutez ce que chantent les basses.Ce n' est pas la mélodie, non, ce n' est pas l' air du morceau, non plus...Et pourtant ça va apporter un contrepoint parfait sans lequel l' oeuvre serait bien plus pauvre....

Cette partie qui est la mienne va devenir MA MÉLODIE, celle que je travaillerai , que je mémoriserai et que je chanterai pendant que les ténors ou que les sopranos chanteront l' air du morceau...

Par ailleurs chez les femmes, les contre-altos se trouvent dans la même situation que les basses chez les hommes.Elles chantent elles-aussi une ligne qui n' est pas la mélodie mais qui va enrichir l' ensemble harmonique.

Ecoutez maintenant les 4 voix ensemble sans l' accompagnement musical ( je me répète mais aucun des 4 ne chante la même mélodie que son voisin).Ecoutez attentivement et vous entendrez mieux ces " tensions" harmoniques...

Voici la même chose sur scène en y ajoutant juste un piano.C' est très bien ce qu' ils font ces quatres-là et c' est dommage que la prise de son soit médiocre.

Voici enfin une interprétation avec grand choeur et orchestre.Cet AVE VERUM gagne à être interprété lentement.

Simplement ça demande du coffre pour bien tenir les phrases jusqu' au bout sans reprendre sans souffle.Plus on chante lentement et plus il faut de la technique !

Le miracle se produit...L' oeuvre, tout en étant simple, possède une incroyable profondeur qui transporte immédiatement l' auditeur dans une dimension mystique....Le temps s' arrête, et Dieu n' est plus très loin...

Partager cet article
Repost0