Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 18:18

Bonjour les amis,

Je vous avais fait part la semaine dernière de mon indignation face au comportement hautement irresponsable du nº 1 mondial de tennis Novak Djokovic, que certains surnomment déjà NoVAX JoeCOVID.

Alors, j'ai appris depuis cet article que Djokovic avait accordé une entrevue à un journaliste français (par ailleurs âgé) du journal l'EQUIPE au lieu d' être à l'isolement comme c'était son devoir pour ne pas mettre en danger la vie d'autrui.

Par ailleurs il est allé en Espagne fin décembre, à Marbella, alors qu'il n'en n'avait pas le droit s'il se savait positif.

Une enquête est ouverte en Espagne sur demande du gouvernement espagnol.

Il aurait également enfreint les normes de la Serbie durant cette période.

 

La justice australienne s'est définitivement prononcée aujourd'hui  en obligeant le joueur à quitter son terrritoire, ce qui est une sentence frappée au coin du bon sens. Nul n'est au dessus des lois, encore moins quand il s'agit de lois sensées protéger la santé publique, encore moins quand on parle de grands champions sportifs très suivis qui devraient donner le bon exemple au reste de la citoyenneté.

Je rappelle que l'objectif affiché de l'Austalie qui a plus d'expérience que les européens en matière de lutte contre les virus est d'éradiquer le covid. Un objectif qui exige d'appliquer les normes de protection avec une grande rigueur.

Finalement Djokovic, malgré le soutien très criticable, populiste et ridicule du président serbe (en effet le joueur risque des sanctions également en Serbie à cause de ses infractions), sort par la petite porte après avoir reconnu des "erreurs" dans les pièces qu'il a fournies aux autorités australiennes lors de son arrivée.

" Erreurs" étant dans le cas qui nous concerne un doux euphémisme pour ne pas reconnaître qu'il y a eu une volonté délibérée  de mentir de manière éhontée.

C'est d'ailleurs ce qu'a dit un journaliste télé australien qui a qualifié hors-antenne le joueur de "lyer" et de "asshole"...c'est à dire "menteur" et "trou du cul"...

Les antivax pensaient tenir un héros...finalement ce serait plutôt un zéro !

Djoko est un champion de tennis incontesté, mais comme citoyen, ce qu'il a fait est assez impardonnable.

Les règles étaient claires. Il avait le droit d'entrer en Autralie à condition d'être vacciné. L'Australie est un pays souverain et si ses règles ne lui convenaient pas Djoko n'avait qu'à rester chez lui et nous éviter ce long feuilleton pénible, ce bras de fer judiciaire pathétique, dans lequel il est tout, sauf une victime.

Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 09:02

Bonjour les amis,

Il y a des romans assez inclassables, qui ne correspondent à aucun genre défini, et PIÈGE NUPTIAL de Douglas Kennedy fait partie de ceux-là.

Voici le thème:

Fasciné par une carte d'Australie, Nick, un journaliste américain, décide de tout plaquer pour atterrir à Darwin.
Une nuit fatale, un accident avec un kangourou et sa rencontre avec la jeune et robuste Angie vont le mener au coeur du bush, au milieu de nulle part, au sein d'un clan d'allumés coupés du monde.
Pris au piège, Nick va devoir user de tous les moyens possibles pour échapper à ceux qui l'ont adopté à son corps très défendant. En jeu : sa survie, tant physique que mentale...

le roman est paru en France sous 2 titres PIEGE NUPTIAL et CUL-DE-SAC
le roman est paru en France sous 2 titres PIEGE NUPTIAL et CUL-DE-SAC

le roman est paru en France sous 2 titres PIEGE NUPTIAL et CUL-DE-SAC

Je préfère en dire un minimum sur l'histoire et laisser que le lecteur la découvre. Celui-ci est mis dans la peau du personnage principal qui comprend peu à peu la nature du piège dans lequel il est tombé.

Le récit s'apparente à un conte grinçant à la fois humoristique et terrifiant. On navigue entre la farce énorme, le rire cruel et parfois l'horreur...

Les dialogues sont très bien écrits. Il y a sans cesse un décalage entre le personnage principal et les membres de la communauté qui vivent en dehors de l'espace et du temps avec d'autres normes qu'il se sont créés.

Ces membres survivent dans un environnement hostile avec peu de ressources, ce qui explique leur caractère rustre, basique, primaire, parfois à la limite du primitif.

Le personnage d'Angie à lui tout seul vaut son pesant de cacahuètes. C'est presque un nouvel archétype féminin que nous propose Douglas Kennedy : celui de la femme très virile, parfois violente,d'un culot monstre,d'une incroyable mauvaise foi, avide de sexe et qui aime prendre des initiatives. Elle possède une forme de romantisme assez particulier...Elle correspond presque à un fantasme masculin.

Le père d'Angie, en leader rustre et un peu fascistoïde de la communauté, incarne la partie la plus inquiétante du roman.

Il y a eu plusieurs adaptations de ce roman. D'abord une BD de Christian de Metter...

Et puis aussi un film datant de 1997 intitulé " Welcome to Woop Woop" réalisé par Stephen Elliot, celui qui avait fait " Priscilla, folle du désert"

J' ai vu ce film, et je le considère un peu décevant par rapport au livre. Elliot a un peu modifié l'histoire pour rester dans le ton d'une comédie. Le film commence bien mais le rythme finit par se diluer peu à peu. Contrairement au bouquin le spectateur sature un peu...

Malgré tout on retrouve bien dans cette adaptation certains dialogues savoureux et l'interprétation des personnages sauve le film. Susie Porter est épatante dans le rôle d'Angie.

Piège nuptial...une plongée délirante et décalée dans l'outback australien...

Le film comme le bouquin est un conte cruel mais pas désespérant, une farce énorme, une métaphore : c'est comme ça qu'il faut le prendre...

La formule habituelle consacrée lors d'un mariage est que les deux époux se promettent l'un à l'autre "pour le meilleur et pour le pire". Et bien disons que dans PIÈGE NUPTIAL le pire va assez loin...

Piège nuptial...une plongée délirante et décalée dans l'outback australien...

Nota : le film est disponible dans son intégralité en version originale sur youtube. La qualité d'image n'est pas terrible et par ailleurs si vous ne captez pas bien l'argot australien vous risquez de perdre beaucoup....En ce qui me concerne j'ai pu accéder à une copie sous-titrée en espagnol.

Partager cet article
Repost0