Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 20:44

Bonjour les amis,

Neil Young vient de fêter ce 12 Novembre ses 75 printemps.

Bon anniversaire Monsieur Young !

C'est peu de dire que j'aime cet artiste. En fait, comme pour beaucoup de personnes de ma génération, il fait partie de moi maintenant. Il m'accompagne depuis les années 70, la fameuse époque baba cool.... Je l'avais découvert en achetant HARVEST qui est sans doute l'un des meilleurs albums de tous les temps.

 

HARVEST c'est le genre d'album qui peut vous tuer un artiste car, dans ce style, c'est impossible de faire mieux ensuite. Mais Neil Young avait encore d'autres trucs à nous raconter.

ZUMA, par exemple, est un autre album qui m'a marqué également et que j'écouterai durant des années.

Young a donc  continué son chemin, sa guitare s'est faite plus rageuse dans les années 80...Normal ! Elle était bien finie l'époque fleur bleue des années 70 et l'Amérique profonde connaissait de grandes dépressions.

 

Bon anniversaire Monsieur Young !

Michel Houellebecq vient de lui rendre hommage dans son dernier livre intitulé  INTERVENTIONS 2020 .

Il écrit ceci :

"Quand j’écoute ces immenses dérives déstructurées, improbables qui jalonnent son œuvre (Last Trip to Tulsa, Twilight, Inca Queen, Cortez the Killer…), c’est toujours la même image qui me vient à l’esprit : un homme avance, sur un chemin difficile et rocailleux. Souvent il tombe, il a les genoux en sang ; il se relève et continue à avancer..."

Et oui, il ne s'est pas arrêté l'ami Young. La preuve, le voici l'année dernière lors d'un concert de soutien aux fermiers américains.

Et ça fait plaisir de le voir reprendre son HEART OF GOLD.

Le temps a marqué son visage mais sa voix reste bien là, persistante, fragile et intacte...qui parle au coeur.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 08:16

Bonjour les amis

Bien évidemment je me réjouis de l'éviction de Trump.

Malgré tout, on nage en plein paradoxe. De très nombreux experts s'accordent à dire que sans sa gestion calamiteuse de la pandémie Trump serait encore au pouvoir.

Donc, ce résultat électoral sans appel serait aussi un effet collatéral du virus...Il aura donc fallu ni plus ni moins qu'une catastrophe sanitaire majeure qui a fait des centaines de millers de victimes pour nous défaire d'un président négationniste qui n'a eu de cesse durant tout son mandat de minimiser les graves dangers écologiques qui menacent la planète et l'humanité.

Ne boudons pas notre plaisir...

Alors, ne boudons pas notre plaisir. Quels que soient les motifs profonds qui expliquent la défaite électorale de Trump, son échec est aussi une opportunité historique qu'il ne faut pas gâcher.

La planète va très mal, et Trump nous a déjà fait perdre 4 précieuses années.

Je n'attends pas de miracles de la part de Joe Biden mais, par contre, son prédeccesseur nous précipitait droit dans le mur.

J'espère donc que la citoyenneté américaine saisira l'opportunité politique qui se présente pour remettre la première puissance mondiale au coeur de la lutte contre le réchauffement climatique et pour la préservation de notre biodiversité.

Ainsi soit-il !

PS: je ne succombe pas à une crise d' angélisme et je n'oublie pas que, dans le meilleur des cas, la tâche du nouveau président  sera très ardue...

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 07:25

Bonjour les amis,

C'est peu de dire que je suis révolté par l'ignoble attentat dont a été victime un professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine. 

Mais certaines réactions politiques m'agacent au plus haut point, et notamment celle de Jean-Luc Mélenchon que voici:

Logique barbare et  meurtrière...

Je n'aime pas cette déclaration !

Mélenchon traite cette affaire comme s'il s'agissait d'un crime de droit commun éxécuté par un illuminé. Il s'attarde sur la main qui frappe mais surtout pas sur les forces puissantes qui la guident. Aucun commentaire de sa part sur la portée symbolique de ce crime odieux qui ne doit rien au hasard : ce professeur avait été pointé du doigt par "certains" parents d'élèves. Les maîtres et professeurs, forgerons de l'esprit républicain et défenseurs des libertés, doivent se taire ou mourir...Ils sont devenus la nouvelle cible.

Mélenchon nous pond une déclaration qui n'est tout simplement pas à la hauteur des circonstances, et feint d'ignorer la puissance du coup qui vient d'être porté à la République. Après les journalistes de CHARLIE ce sont maintenant les professeurs qui sont attaqués.

Tout cela est d'une terrible logique qu'il faut dénoncer sans la moindre concession.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 06:48

Bonjour les amis,

Ennio Morricone s'en est allé à l'âge de 91 ans, après une carrière artistique bien remplie, après nous avoir laissé plein de thèmes musicaux inoubliables comme ceux, entre autres,  des films de Sergio Leone ou d'Henri Verneuil..

 

Un géant s'est envolé dans le ciel...

Plein de souvenirs me reviennent en mémoire et je me rappelle très bien, par exemple,  à l'aube de mon adolescence dans les années 70, découvrant dans mon cinéma de quartier le thème musical  lancinant de l'homme à l'harmonica...

Morricone m'a accompagné durant de longues années, et plus de 40 ans plus tard, je me retrouverai un jour dans une chorale interprétant un de ses thèmes, extrait du film LA MISSION.

Je ne vais pas me lancer dans une rétrospective d'une carrière aussi longue et aussi riche, et j'ai choisi simplement de lui rendre hommage en vous parlant de l'un de mes thèmes préférés, celui du film LE CLAN DES SICILIENS.

Vous connaissez tous ce thème, mais réécoutez-le avec attention. Il y a 3 lignes musicales qui, peu à peu, s'entrecroisent et se mélangent harmonieusement. C'est du grand Art.

On commence avec un premier thème interprété par des instruments à vent  et ponctué par un piano qui sonne comme le tic-tac des aiguilles d'une horloge, et à 43 secondes une série d'arpèges à la guitare en progression harmonique vient se greffer en contrepoint. Et, à une minute 36 secondes, les violons amènent la 3 ème ligne mélodique...

Pour composer de cette manière il faut bien évidemment avoir énormément de talent, mais il faut aussi avoir reçu une solide formation musicale classique. Il est peut probable qu'un autodidacte puisse composer des pièces d'une telle facture. Morricone connaissait l'oeuvre de Bach sur le bout des doigts, et quand on entend la musique du clan des siciliens, ça se sent...

Voici un arrangement pour flûte, violon et piano qui permet de mieux comprendre la structure harmonique de ce morceau.

Voici une autre version artisanale avec 2 guitares plus une piste d'accompagnement séparée, donc en fait, c'est une version avec 3 guitares...

Je terminerai ce court billet en vous disant que lorsque j'ai appris le décés de Morricone j'ai aussitôt pensé au générique de fin des émissions d' Antenne 2, avec ces personnages de Folon qui s'envolent...Disons, qu'avec Morricone c'est un géant discret de la musique qui s'est envolé...

PS : la musique de ce fantastique générique de fin est de Michel Colombier, mais on peut considérer aussi que sa facture musicale est complètement dans l'esprit des créations de Morricone.

Un géant s'est envolé dans le ciel...
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 19:41

Bonjour les amis,

J'ai vu cette semaine TODOS LO SABEN  d'Asghar Farhadi qui avait été présenté à Cannes en 2018 sous le titre anglais" Everybody knows". 

Voici le Synopsis:

A l’occasion du mariage de sa soeur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au coeur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Fellini disait qu'il se sentait incapable de faire un film en dehors de son Italie natale car il ne pouvait parler que de ce qu'il connaissait de manière intime. Alors quand un cinéaste comme Farhadi  (en l'occurrence iranien) décide de réaliser un drame familial en Espagne, on a une petite appréhension car on se demande si ses personnages vont être authentiques dans leur manière d'être et de faire. Et je vous rassure tout de suite : j'ai bien ressenti dès les premières images une atmosphère très ibérique. Je me sentais comme à la maison...

Sans crier au chef d'oeuvre j'ai aimé ce film dont l'histoire, bien écrite, nous embarque sur de fausses pistes pour nous amener naturellement, et sans entourloupes, au dénouement final.

Je m'attarderai un peu sur le début du film. Ça commence avec un mariage. Le mariage au cinéma, c'est un peu comme un exercice de style qui peut servir d'exposition de tous les personnages. On a tous en mémoire le mariage de la fille du PARRAIN (le plus réussi de tous les mariages cinématographiques). Arcady en avait fait une pâle copie dans LE GRAND PARDON (en transformant le mariage en baptême).Il y a aussi une longue scène de mariage dans VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER dans laquelle sont pressenties de manière annonciatrice des drames postérieurs.

Donc dans ce film-ci, Farhadi a choisi lui aussi de filmer un mariage pour nous présenter tous ses protagonistes...Ce mariage est aussi prétexte a filmer le bonheur, le plaisir des retrouvailles familiales, l'insouciance de la jeunesse, ces moments bénis de convivialité durant lesquels tout le monde (ou presque) se laisse un peu aller. 

Et puis, il y a aussi le regard du voisinage sur cette cérémonie, un regard pas toujours bienveillant dans une localité où le passé pèse et où se sont tissées de vieilles rancunes.

J'ai beaucoup aimé la manière précise et soignée de Farhadi de mettre en place tous les rôles secondaires qui sont tous intéressants et qui donnent de la densité à la trame.

Le casting est vraiment parfait avec des acteurs tels que Javier Bardem, Pénélope Cruz, Ricardo Darín, Eduard Fernández,etc...Les personnages sont nombreux et tous très bien interprétés. 

Le drame qui s'est noué va provoquer une série de confrontations dures et âpres entre les personnages, et c'est là que réside tout l'intérêt du film (plus que la recherche du ou des coupables que le metteur en scène semble même oublier parfois).

Javier Bardem qui ne fait pas partie de la famille se retrouve malgré lui plongé en plein coeur de cette tragédie, en plein dilemme, obligé de prendre des risques personnels, sans savoir s'il est manipulé.

Le film termine de manière subtile sur une conversation entre deux personnages secondaires que le spectateur voit mais n'entend pas, mais dont il peut imaginer parfaitement le contenu...L'image devient blanche. Le spectateur peut finir l'histoire qui a été très éprouvante pour les nerfs...

 

 

 

TODOS LO SABEN
Partager cet article
Repost0
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 07:28

Bonjour les amis,

Je fais partie des personnes qui aiment danser dans les fêtes entre amis ou dans les discothèques mais quand le DJ envoie de la musique flamenca je quitte immédiatement la piste. En effet, je me sens si ridicule et si balourd quand je danse sur ce type de musique que je préfère m'écarter pour laisser la place à ceux qui savent. Je préfère m'arrêter moi-même et admirer les autres. 

Quand j'étais arrivé en Espagne il y a quelques décennies, j'avais entendu certaines personnes de mon entourage m'expliquer que pour faire les mouvements de bras adéquats il faut imaginer qu'on prend une pomme, qu'on la mange et qu'on la jette.

Voici un lien youtube dans lequel le professeur de danse flamenca Sergio González s'inscrit en faux contre cette analogie et explique que ce mouvement virtuel n'existe pas.

Il nous donne la vraie explication.

Ecoutez-le quand il indique que tout consiste en l'exécution d'alternances successives de rotations de mains  : "hacia fuera" mains orientées vers l'extérieur...et "hacia dentro" mains orientées vers l'intérieur...

Regardez cette vidéo didactique et admirez les beaux enchaînements à partir de 4 minutes 30 secondes.

Tout a l'air si simple, hein ?...Le problème c'est que lorsque l'on essaie de mettre soi-même en pratique ces indications tout se complique singulièrement.

Ces trucs-là, ça s'improvise pas vraiment...et ceux qui essaient de le faire sont souvent assez ridicules.

Finalement, si l'on veut apprendre à danser le flamenco il n'y a souvent pas d'autre vrai moyen que de s'inscrire à un cours comme celui de l'académie Duarte.

Même Madonna, qui a quand même été une danseuse professionnelle, n'est pas convaincante quand elle tente quelques pas de danse flamenca dans le clip de LA ISLA BONITA. La mise en scène et les mouvements de caméra essaient d'occulter son manque absolu de technique...Elle bluffe, et ça ne marche pas vraiment. L'intention est bonne mais finalement elle apparaît telle qu'elle est : une américaine qui tente de singer les andalouses. Heureusement la chanson, elle, est très jolie. Vous pourrez vérifier mes dires sur ce lien:

https://www.youtube.com/watch?v=zpzdgmqIHOQ

Sur ce , je vous laisse sur une autre vidéo de Sergio Gónzalez dans laquelle le groupe danse une rumba et met en application avec brio certains des gestes techniques expliqués ci-dessus.

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 05:36

Bonjour les amis,

Pau Donés, chanteur et guitariste du groupe JARABE DE PALO; vient de s' éteindre à 53 ans, victime d'une longue maladie.

Pau Donés, c'était l'une des voix les plus familières de la chanson populaire latino.

Pour ceux qui ne connaissent pas, voici deux titres.

Commençons par LA FLACA

Et puis DEPENDE...

Il y a quelques jours seulement le chanteur, qui sans doute pressentait sa fin très proche, avait précipité la sortie du dernier morceau intitulé  ESO QUE TU ME DAS (ce que tu me donnes) en hommage à sa fille, pour tout l'amour qu'elle lui a donné, pour tout son soutien.

Le clip, dans lequel danse sa fille, a été filmé sur une terrasse barcelonaise et est sorti en plein contexte de confinement à cause de la pandémie, ce qui confère à son message une portée encore plus universelle. 

Pau Donés tire sa révérence en nous souriant et en célébrant l'amour et la vie.

Ça c'est une vraie sortie d'artiste !

Pau Donés est parti trop tôt mais n'a pas raté sa dernière marche.

Repose en paix, ami de l'âme. Merci pour tout ce que tu nous a apporté. Aujourd'hui tu nous fais pleurer mais les artistes ne meurent pas et leurs voix ne s'éteignent jamais...la tienne nous accompagnera longtemps encore...

Partager cet article
Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 15:32

Bonjour les amis,

Encore une fois, et grâce aux réseaux sociaux, j'ai pu faire la connaissance d'un groupe musical dont j'ignorais absolument tout. Cette formation de musiciens et de chanteurs hollandais s'appelle DUCHAMPS et c'est mon gros coup de coeur de la semaine.

C'est Lowik van de Velden, le guitariste, qui a formé ce projet musical tout simplement enthousiasmant !

Ecoutez-les sur ce clip. C'est la grande classe !

Alors là, y'a vraiment rien à redire. Ils sont tous très bons. Les musicos bien sûr, avec un très beau son jazz funky, et le bon petit solo de guitare balancé à 2 minutes 58 secondes avec de très belles envolées FrankZappiennes !

Le chanteur est parfait lui aussi. Quant à Dewi Pechler,  la chanteuse à droite de l'écran, non seulement elle chante bien, mais elle possède aussi un charisme et un charme fou.

Notez la collaboration sur ce clip d'une grosse pointure américaine avec Steve Gadd à la batterie qui a bossé avec d'immenses artistes comme Chick Corea, Al jarreau, Paul Simon, Clapton, George Benson ,etc...Quelle carte de visite !

On le sent complètement ravi d' avoir été mis à contribution, pour notre plus grand plaisir.

DUCHAMPS...trop bon ce groupe hollandais !
DUCHAMPS...trop bon ce groupe hollandais !
DUCHAMPS...trop bon ce groupe hollandais !

J' espère que ce clip vous aura plu autant qu'à moi-même.

Je vous laisse avec la liste des intervenants et l'adresse facebook du groupe :

Vocals: Dewi Luzi Louise Pechler, Bu Tet, Ivar Vermeulen, Andrew Muller, Guitar: Lowik Van de Velden, Bass: Ilse de Vries, Percussion Martin Verdonk, Fender Rhodes: André Orsel, Hammond/synth Koen van Baal

Partager cet article
Repost0
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 21:38

Bonjour les amis,

Permettez-moi de partager avec vous ma petite découverte et mon coup de coeur de la semaine.

Il s' agit Katie James,une artiste colombienne d'origine irlandaise.

Ecoutez cette vidéo pleine de fraîcheur dans laquelle les paroles de sa chanson apparaissent en incrustation.

Dans cette chanson Katie James interpelle, de manière critique et un peu ironique, une personne de la ville qui prend un petit déjeuner et qui semble méconnaître toutes les richesses des produits de la campagne.Elle se moque d'une personne qui méconnaît sa propre culture, son histoire et celle de ses ancêtres.

Je dois vous avouer qu'elle énonce une longue liste d'aliments autochtones qui me sont parfaitement inconnus mais qui semblent pleins de bons arômes.

 

Voici ce qu' elle a écrit pour présenter sa composition:

"Cette chanson est née de mon côté campagnarde. Pour ceux qui me voient comme une étrangère, je tiens à préciser que j'ai grandi comme enfant dans une ferme de Tolima. Des années plus tard j'ai vécu et étudié à Bogotá, et j' ai pu me rendre compte de la distance qui existait entre la ville et la campagne ( et je ne parle pas de distance physique). Cela a inspiré ce "bambuco" avec lequel j'espère avoir éveillé la curiosité de certains adolescents urbains sur ce qu'est la guatila, par exemple. Merci à Vladimir Meneses d' avoir filmé cette vidéo simple et naturelle dans la ferme de ma famille à Huila."

Guatilas

Guatilas

Partager cet article
Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 10:48

Bonjour les amis,

Ce matin un de mes amis, prof d'économie (et bon trompettiste de jazz), m'a envoyé un lien youtube que je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous.

Il s' agit d'une famille franco-coréenne qui interprète une chanson cubaine de 1935. Ecoutez-les...

J'aime beaucoup cette version épurée, avec la voix très fraîche de la fillette, et aussi la touche délicate apportée par la trompette en sourdine.

La fillette possède un léger accent et il se trouve que la compositrice de cette chanson Maria Teresa Vera avait aussi une façon assez marquée de prononcer les R. Du coup, sans le savoir ou sans le vouloir, la fillette est assez fidèle à l'original.

Il y a beaucoup d'autres versions que j'aime beaucoup et notamment celle d'Omara Portuondo, accompagnée par le groupe cubain Buena vista social club, qu'on entend sur ces très belles images du film THE LOST CITY.

Bon samedi les amis.Je vous laisse avec la fiche wikipedia de Maria Teresa Vera qui a eu une trajectoire très particulière : à part le fait d être une grande artiste, elle était aussi grande adepte d'une religion afro-cubaine, au point de devenir elle-même une "Santera" et de se retirer du monde de la musique jusqu'en 1936...

 

Partager cet article
Repost0