Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2022 4 07 /04 /avril /2022 17:06

Bonjour les amis,

La guerre en Ukraine serait probablement déjà finie ou en voie de résolution  si le peuple russe avait accés aux informations internationales. Une censure de plomb, accompagnée de lourdes peines de prison, permet à Poutine de mener une guerre sanguinaire sans rencontrer de réelle opposition dans un pays de 140 millions d'âmes.

Notre tendance naturelle est donc de ne pas associer directement le peuple russe aux atrocités qui se commettent actuellement en Ukraine.

Jonathan Littell nuance cette vision très simpliste et a écrit une lettre ouverte à ses amis russes "intellos" dans laquelle il les interpelle un peu vertement, en les mettant, eux-aussi, face à leurs responsabilités.

Cette longue lettre n'est malheureusement disponible intégralement que pour les abonnés, et c'est bien dommage. Elle repasse les dernières 30 années de la Russie et je ne reprendrai que certains éléments de cette lettre très instructive.

Jonathan Littell explique bien de quelle manière ses amis russes n'ont pas su défendre leur démocratie tant qu'ils avaient encore le droit de prendre la parole.

Il les accuse d'avoir été bien silencieux, apathiques, quand des journalistes ou des opposants au régime mouraient empoisonnés ou assassinés.

Plus tard, quand la démocratie a été séquestrée par le duo Medvedev-Poutine avec une facilité déconcertante qui permet aujourd'hui à Poutine de rester au pouvoir jusqu'en 2036, Littell interpelle ses amis: " Comment avez-vous pu être si passifs?". Et oui, c'est à se le demander...

Dans cette lettre Littell raconte que lorsqu'il témoignait à Moscou des atrocités commises en Tchétchénie par les troupes russes, ses amis lui répondaient: " Laisse -nous un peu avec ta Tchétchénie". Ce à quoi Littell répondait: " Mais c'est Votre Tchétchénie. ce sont VOS massacres...moi, je ne suis qu'un observateur étranger".

Littell raconte aussi comment il a perdu des amis en Russie parmi ceux qui ont fini par devenir, tout en s'en défendant, de plus en plus complices de ce régime.

A la fin de sa lettre Jonathan Littell appelle ceux qui font encore partie de ses amis à s'insurger, à prendre exemple sur les manifestations de Maïdan qui ont réussi à réinstaurer la démocratie en Ukraine et à faire fuir le président fantoche installé par les russes..

Il dit à ses amis. " C'est l'heure de votre Maïdan. Soyez perspicaces, stratégiques. Trouvez un moyen d'y arriver. Les ukrainiens y sont parvenus".

Effectivement la police de Moscou peut contrôler une manifestation de 10 000 personnes voire de 100 000 mais à 300 000 elle serait débordée.

Mais Littell ne se fait pas d'illusions sur ses amis intellos qui ne seront finalement pas les vrais acteurs de cette histoire. Il leur dit qu'ils ne servent à rien (ou pratiquement à rien), que si la révolte gronde un jour , elle viendra non pas des villes mais des campagnes quand le peuple souffrira des conséquences économiques de cette guerre.
 

 

Cette longue lettre m'a interpellé à plusieurs niveaux.

Quand les premiers signes d'autoritarisme criminel sont apparus la réaction sociale n'a pas été suffisante.Tout cela ressemble à la chronique d'une mort annoncée. Si on ne réagit pas dès les premiers signes de durcissement, tout devient ensuite bien plus compliqué une fois que le pouvoir a mis en place des mesures "légales" de répression.

Cette lettre nous ouvre aussi les yeux sur les responsabilités de tout un chacun. On ne peut pas dédouaner toute la population russe de cette tragédie. Trop simple. Trop facile.

Il y a ceux qui savent et qui voulaient ça (les vrais salauds et fachos sur lesquels je ne m'étendrai pas), il y a les nostalgiques soviético-ringards, ignorants, manipulés, à côté de la plaque, qui croient que la grandeur de leur pays se mesure au nombre de kilomètres carrés, il y a le peuple d'en bas maintenu dans l'ignorance et donc pas coupable mais qui pourrait bien finir par mettre en danger le pouvoir absolu, et puis il y a les intellos qui ont raté leur rendez-vous avec l'histoire et qui n'ont pas été capables d'organiser une rébellion démocratique, d'indiquer une 3 ème voie. Entre le saccage du pays organisé par les oligarques de Yeltsine et le retour à un autoritarisme mafieux proposé par Poutine, il fallait tenter la voie démocratique...Bin, c'est raté...

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Rien à voir avec le sujet, mais un peu de légèreté ne peut pas faire de mal.<br /> Surtout quant cette légèreté est marquée du bon sens et de l'intelligence.<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=orthdDsEgfw<br /> <br /> Qui après avoir vu ca peut encore souhaiter être un capitaliste?
Répondre
A
Excellent !...MDR....le capitalisme démonté en 1 minute 30 secondes...-)))))<br /> Bon dimanche l'ami. <br />
F
Bonne nuit l'ami.
M
La peur est sans doute le sentiment le plus répandu partout.<br /> Il faut peut-être être désespéré pour se révolter au péril de sa vie? Combien de héros parmi une foule donnée?
Répondre
A
Aujourd'hui avec les nouvelles lois décrétées par le pouvoir la peur est légitime et on ne peut blâmer ceux qui en sont victimes. Je ne m'y hasarderais certainement pas...mais cette longue lettre de Littell raconte que tout ça ne s'est pas fait en un jour. Il a fallu en gros 20 ans pour y arriver après une parenthèse démocratique d'à peine 10 ans. Certains des amis de Littel sont passés par les cases Indignation puis apathie puis soumission puis accomodements coupables avec le régime....Par ailleurs Littell n'incite pas les citoyens russes à se sacrifier en masse pour se libérer de l'absolutisme poutinien. Il leur dit: " Soyez malins..." Face au MAL il faut faire preuve de ruse, d'imagination pour détourner la censure. Ce combat reste possible. Et franchement seul ce combat-là pourrait mettre un terme rapide à un conflit sanglant et terriblement meurtrier. Il y a là un idéal qui devrait pousser tous les intellos du pays à se creuser les méninges...L'enjeu est devenu vital , non seulement pour l'Ukraine, mais aussi pour le peuple russe qui va souffrir terriblement des sanctions infligées par l'occident. Je pense que la résistance peut aussi s'organiser à partir de l'étranger, mais quand on entend parler des russes à l'étranger on n'entend parler que des oligarques. Dommage. Reconnaissons quand même que les russes dissidents à l'étranger ne seraient pas en sécurité non plus car les services secrets russes liquident leurs opposants où qu'ils soient...Poutine reste fondamentalement un criminel kagébiste, c'est dans son ADN.<br /> Malgré tous mes doutes et tout mon scepticisme , face à la barbarie, à l'obscurantisme, il faut en appeller au réveil des consciences comme le fait Littell, c'est le seul chemin qui peut dégager un vrai horizon.
L
Je t'ai envoyé l'article...
Répondre
A
Merci. C'est très sympa car j'ai écrit mon billet sans avoir accés à l'article original. Et puis tu l'as envoyé à Rosemar egalement. C'est parfait.<br /> Jonathan Littell ose faire dans cet article ce que personne d'autre que lui n'a osé faire: s'en prendre à ses amis intellos et leur dire qu'ils ont manqué de volonté, de foi, d'imagination. C'est osé quand on connaît les brutales répressions actuelles dont sont victimes tous ceux qui osent remettre en cause la politique du Kremlin...Mais il peut se permettre de le faire, en toute amitié, car il les a cotoyés durant plus de 20 ans, donc il a assisté à la dérive qu'il dénonce. Ses amis se sont souvent contentés de condamanations morales, et maintenant ils n'ont même plus le droit d'ouvrir le bec.<br /> En même temps il leur montre la voie pour ne pas passer définitivement à côté de l'histoire: si vous arrivez à être plus de 300 000 dans les rues la police est débordée et ne peut plus rien faire...Puisse t'il être entendu !
R
Un bel appel au réveil des Russes... mais tu écris :<br /> <br /> "Il les accuse d'avoir été bien silencieux, apathiques, quand des journalistes ou des opposants au régime mouraient empoisonnés ou assassinés."<br /> <br /> C'est aussi tout le problème : face à la répression, beaucoup se taisent sans doute, redoutent la prison, et même la mort. Il y a eu par exemple cette journaliste russe assassinée :<br /> <br /> https://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_Politkovska%C3%AFa<br /> <br /> <br /> Poutine, c'est le régime de la terreur.<br /> <br /> <br /> <br /> Belle soirée, AJE
Répondre
A
Je ne sais pas si tu as pu accéder à une traduction de l'article en catalan que je t'avais envoyé mais, justement Littell parle à ses amis de leurs réactions après l'assassinat d'Anna Politkovska. Il leur dit " Vous avez exprimé horreur et émotion, et la chose en est restée là"...C'est bien leur apathie qu'il leur reproche. Il la décrit au fil de 20 années. Apathie d'abord et ensuite complicité quand ses amis préféraient regarder ailleurs. Or il a fallu 20 années d'apathie pour créer une situation complètement bloquée comme l'actuelle, avec une censure qui ne laisse plus le moindre espace de liberté. Littell leur lance un appel. Il leur dit que les ukrainiens ont su mettre à bas le regime fantoche. Il leur appartient de s'en inspirer, de trouver des failles, pour en faire de même. <br /> Et on ne peut pas s'empêcher de se dire qu'un pays de 140 millions d'habitants( qui a connu 10 ans de liberté) doit quand même trouver un moyen d'exprimer son opposition. Malgré tout Littel semble pessimiste, s'il faut attendre que la rébellion vienne de la campagne profonde, ça voudra dire que le conflit va être long...<br /> Bonne fin de soirée l'amie<br />