Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 17:50

Il paraît que dans les médias russes le mot GUERRE est interdit pour qualifier l'opération militaire de grande envergure qui a été lancée le 24 Février contre l'Ukraine.

On le comprend bien. C'est le b-a-ba de la propagande.

Quand commence une guerre la permière victime mortelle, c'est la vérité. Or, il se trouve que Vladimir Poutine essaie de tuer la vérité depuis des décennies. Pour ce faire il est allé très loin, jusqu'à nier la propre existence de l'Ukraine en tant qu'entité nationale spécifique avec sa propre histoire, sa propre langue, et sa propre religion dominante.

Oui, le tyran du Kremlin considère que l'Ukraine, en tant que république a été une concession frivole de Lénine et tente de faire croire que ce territoire très important fait partie intégrante de ce qui était l'empire tsariste. Rien n'est plus faux. Un simple coup d'oeil sur la fiche wikipedia de ce pays vous confirmera que cette zone appartenait aux territoires lituano-polonais au XIV ème siècle, et ensuite qu'elle sera partagée entre les empires russes et austro-hongrois et qu'elle deviendra indépendante dans les années 20.

Nier l'entité spécifique ukrainienne c'est comme nier les lois de la gravité. Historiquement c'est un non-sens. Le négationnisme poutinien qui consiste à utiliser les relations fortes et "envahissantes" de la Russie avec ce pays ne peut convaincre que les nostalgiques impénitents de ce qui fût en son temps l'URSS.

Oui, aucun historien sérieux ne peut soutenir les thèses de Poutine...Aucun !

Poutine ment par omission. Il raconte des choses vraies, qu'il y a une partie russophone importante. C'est une évidence car invasion oblige mais il se garde bien de prendre en compte le fait que plus de 70% de la population se sent avant toute chose ukrainienne. Depuis l'invasion du 24 Février ce pourcentage a augmenté significativement. De nombreux ukrainiens bilingues ne veulent plus rien savoir de la Russie.

 

Les mots de la guerre...

Ce qui me frappe dans les récents événements c'est le manque d'intelligence, le manque de lecture des européens. Je ne doute pas que le président Macron soit allé négocier avec Poutine en voulant réellement donner une chance à la paix mais aujourd'hui tout le monde a compris que cette guerre avait été programmée et décidée de longue date. Cette négociation était une pantalonnade, un moyen pour le dictateur de gagner du temps et de nous rouler dans la farine.

Donc la question qui se pose est de savoir si depuis les accords de Minsk de 2015 les occidentaux n'ont pas fait preuve de légèreté en ne veillant pas à ce qu'ils soient respectés par le président Zelensky..

Si c'est le cas, ça ne justifie pas l'agression barbare et inacceptable du président russe, mais ça montrerait que l'Europe n'est pas gouvernée par des dirigeants responsables et intelligents (...j'insiste sur le vocable INTELLIGENT, avec le sens qu'on donne à ce mot dans les services d'intelligence). Nous ne serions pas gouvernés par des responsables capables de comprendre la logique des autres dirigeants et de préserver de la meilleure manière possible la paix dans le monde et sur notre continent. Un jour, il faudra établir toutes les responsabilités.

En attendant le mal est fait, la guerre est déclenchée et l'UE se doit de fournir aux ukrainiens les moyens matériels et financiers pour résister aux envahisseurs.

Poutine est complètement isolé sur le plan diplomatique international, mis à part l'appui de Nicolas Maduro, un autre dictateur ! Seule la Chine va trahir les occidentaux et probablement fournir de manière occulte aux russes les matériels stratégiques sensibles dont ils ont impérativement besoin.

La vraie force du maître du Kremlin c'est que son mensonge est bien passé dans une partie importante de sa population mais, pas de chance pour lui, de très nombreux ukrainiens vivent en Russie tout en ayant de la famille au pays. Le narratif de Poutine va se heurter à la réalité qui malgré la censure va s'infiltrer dans sa propre population. La guerre de l'info, la guerre des mots a déjà commencé.

La réalité, c'est aussi cette scène que j'ai vu ce matin. Une vieille dame ukrainienne qui s'approche d'un soldat pour lui dire: "Facho...rentrez chez vous...  fichez-nous la paix...vous devriez avoir honte ".

Les soldats vont vite savoir qu'ils ne sont pas les bienvenus contrairement à la propagande russe.

Je profite de ce billet pour saluer les russes qui ne se laissent pas intimider par la terreur poutinienne et qui se manifestent contre cette guerre.

C' est le cas d' Elena Kovalskaya, directrice du théâtre et centre culturel Vsevolod Meyerhold de Moscou, qui a démissionné pour protester contre l'invasion russe en Ukraine. Dans un message partagé sur Facebook, elle a écrit "Amis, pour protester contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie, je quitte mon poste de directrice du Théâtre d'État et du Centre culturel Vsevolod Meyerhold de Moscou. Il est impossible de travailler pour un meurtrier et de percevoir un salaire de lui." 

Elena Kovalskaya

Elena Kovalskaya

Ce matin, j'ai rencontré Elena  l'entraîneuse sportive russe de ping pong qui prépare mon fils. Elle était bouleversée, me disait qu'elle a sa mère de 90 ans et sa soeur invalide qui vivent en Sibérie et qu'elle ne peut plus voyager. Elle était indignée par l'attaque qui a été lancée.

Au supermarché, j'ai rencontré Yulia, une ex-élève ukrainienne âgée maintenant d'une trentaine d'années, qui me disait qu'elle ne comprenait pas pourquoi l'otan n'envoyait pas des soldats en appui. Je lui ai répondu que l'Ukraine ne fait pas partie de l'Otan, ni même de l' UE, mais que l'Europe va aider son pays à résister.

Sur ce, Yulia m'a expliqué qu'il y a eu une manifestation contre la guerre à Denia...qu'il y avait de nombreux ukrainiens bien sûr...mais aussi des russes venus se solidariser.

C'est ça aussi la réalité. Pendant qu'un psychopathe décide de lancer une guerre absurde qui va plonger des millions de familles dans le drame et l'angoisse...de l'autre côté, à 4 heures de vol, ces mêmes populations fraternisent et se soutiennent ! 

 

 

Concentration contre la guerre à Denia mêlant ukrainiens et russes

Concentration contre la guerre à Denia mêlant ukrainiens et russes

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Si les institutions de l'UE étaient intelligentes ou, tout au moins, se souciaient des peuples, cela se saurait! Je ne me sens pas du tout protégée par l'UE. <br /> Et l'OTAN? Si la France était attaquée par la Russie, pas sûr qu'il intervienne ou alors en nous présentant une facture pharamineuse ensuite.<br /> Tout ça pour dire que le le fou furieux de l'Est m'inquiète énormément.
Répondre
A
Je n'ai jamais été tendre avec l'UE. Ses responsables ont probablement commis de grosses erreurs d' appréciation mais depuis l' agression de Poutine l'UE présente enfin un front uni, sans divisions. Cet exploit est à mettre au crédit de Poutine qui nous a sous-estimé et qui comptait sur nos divisions internes.<br /> Par rapport à l' Otan et à l'escalade qui nous a mené à cette situation je partage avec toi cet article très très instructif du monde diplomatique.<br /> https://www.monde-diplomatique.fr/2022/02/TEURTRIE/64373
L
L'OTAN n'arrête pas de se rapprocher de la Russie... Ça ne se fait pas...<br /> <br /> D'une part il y a le droit inaliénable de chaque pays de vouloir entrer dans l'union européenne et/ou dans l'OTAN, et de l'autre part le droit de la Russie de ne pas être cernée de toutes parts par l'OTAN... Comment concilier ces deux droits ?<br /> <br /> Et puis l'OTAN et la Russie devraient s'associer pour combattre le grand péril de notre temps, l'islamisme radical
Répondre
A
La Russie n' a rien à craindre de l'otan tant qu'elle n'agresse pas un pays membre. D'ailleurs si l'otan attaquait la Russie ce serait une folie car celle-ci pourrait riposter et causer des dommages incommensurables. Enfin les autres ex-républiques soviétiques comme les pays baltes sont déjà dans l' otan sans que cela n'ait déclenché une invasion russe.<br /> La Russie ne peut prétendre installer un glacis autour d'elle sous le pretexte de se protéger. Les peuples sont souverains ou pas....Il y a là une équation sans solution...
R
Les mots de la guerre, oui, et c'est aussi la guerre des mots, la guerre des images, des fausses infos : je pense que personne n'avait vraiment envisagé que Poutine lance une invasion de l'Ukraine... il a agi par surprise, même si les Américains avaient perçu que ses troupes se massaient aux frontières.<br /> <br /> Comme tu dis, cette guerre risque de nous faire perdre de vue les enjeux écologiques, ce qui est très grave.<br /> <br /> <br /> Belle soirée, AJE
Répondre
A
Je veux revenir sur nos services d'intelligence et sur notre personnel diplomatique. Ces gens-là sont payés pour comprendre le point de vue des dirigeants d'en face, et donc d'anticiper des possibles réactions très bellicistes. Le fait de ne pas avoir arbitré de manière sérieuse et équidistante le conflit du Donbass (tel que le raconte sur le lien que tu m'as envoyé Romain Bresonnet) est un grave pêché. Le fait de ne pas avoir perçu que Poutine avait pris sa décision depuis longtemps est un grave échec pour eux.<br /> On n' a pas le choix: ou ils sont incompétents, ou ils sont coupables...dans les deux cas ce n'est absolument pas rassurant !<br /> Ce matin la longue conversation que j'ai eue avec Elena m'a montré que, elle aussi, alors qu'elle était en Russie il y a quelques semaines n'a absolument rien perçu. Elle imaginait des sanctions de la Russie contre l' Ukraine mais pas une invasion. Ce matin elle était en larmes.<br /> Je vis dans une région où il y a beaucoup de russes et d'ukrainiens. Pour eux c'est terrible. Ce sont des peuples frères, comme des cousins... La guerre les laissent en état de choc, sans voix.<br /> Enfin je crois bien que Poutine ne pourra pas compter sur les ressortissants russes à l'étranger pour être ses ambassadeurs. Ils doivent le maudire ! ils sont bien dans une sacrée m.... à cause de lui.<br /> Bonne fin de soirée l'amie