Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2019 4 26 /12 /décembre /2019 08:52

Bonjour les amis,

J'ai enfin pu voir hier JOKER de Todd Phillips et, autant le dire tout de suite, ce film est un chef d'oeuvre d'autant plus dérangeant que je n'y étais pas vraiment préparé.

Voici le synopsis.

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société

Voici la critique d'un internaute:

Avec « Joker » de Todd Phillips, le véritable Joker est NÉ ! Fabuleux, magnifique, extraordinaire, les mots nous manquent pour porter au firmament l’acteur Joaquin Phoenix dont le jeu est littéralement dérangeant, remarquable, époustouflant ! On ressort décontenancé et pantelant, d’avoir vu son corps se déployer petit à petit, de l’être voûté et miséreux du début, à ce Joker dansant et virevoltant, rayonnant et parfaitement diabolique ! Jamais un personnage n’aura permis de rentrer autant dans la folie pure, dans ce mental si effrayant, au point de nous faire rire jaune dans les moments justement les plus fous de ce récit ! Un fonctionnement intérieur des plus machiavélique, dont chaque étape est décrite avec soin, de l’élément déclencheur à l’acte irrémédiable et terrible que l’on voit arriver, de loin ou de près avec toute la mise en place, toute la réflexion sous-jacente qui bouillonne dans cette tête hors norme ! Et ainsi c’est bien toute la vie de ce Arthur Fleck, qui défile au son d’un rire vertigineux et indescriptible, saccadé et sans fin ! Un être simplement fragile psychologiquement, victime d’une société capitaliste et laissé pour compte, dont les garde-fous vont sauter un à un et là, on pourra dire que cette expression n’aura jamais eu autant de sens... De son activité de clown et son projet de devenir humoriste, à sa vieille mère et son secret enfoui, c’est tout son cadre de vie qui éclate, qui part en miettes pour rendre ce malade psychiatrique encore plus insaisissable et incontrôlable ! Joaquin Phoenix donne ainsi au personnage mythique et légendaire que représente le « Joker », toute sa dimension psychologique et sa raison d’être, d’exister et maintenant, chaque apparition de ce dernier renverra à coup sûr à cette histoire, ce destin terrible et inimaginable ! Et que dire de cette mise en scène incroyable et théâtrale qui sied à l’acteur, tel un écrin qui le magnifie encore plus dans l’horreur ! On est époustouflé de la montée en puissance qui s’opère à nos yeux, de la transformation de cet être replié, maigre et noueux,en un clown carnassier et démoniaque, devenu un véritable psychopathe dans l’âme ! Chaque plan, chaque image crée la surprise, la peur et même l’angoisse et un simple escalier pénible à monter dans les premières images, va devenir soudain une véritable piste de danse, où on le verrait presque s’envoler... Joker est né ! Joker a sa propre histoire ! Joker a tout son sens ! Et toute l’intelligence de ce film de DC tient aussi à ce qu’il représente comme antithèse au film lisse et propre de super-héros, tant au niveau de la violence personnelle exprimée que celle qui y est à l’origine, c'est à dire celle véhiculée et synonyme d’un malaise social, véritable message politique d’une société en rébellion telle qu’on la connaît encore actuellement, dont Joker en aura été ici bien malgré lui l’instigateur ! Bravo pour cet incroyable film inspiré et inventif de Todd Phillips, véritable ode à Joachin Phoenix dont le regard sombre n’a pas fini de nous hanter !

Je souscris complètement à cette critique. On sort de la projection vidé, rincé...Rien ne m'avait préparé à recevoir une telle claque.

JOKER est une plongée vertigineuse au coeur de la naissance du MAL, un MAL multiforme, complexe. Je ne voudrais pas résumer de manière simpliste ce film : les racines du MAL y sont nombreuses, provoquées bien sûr  par notre société manipulatrice et par les réactions de rejet violentes qu'elle génère. Mais ces racines se nourrissent également de notre aveuglement, de notre léthargie, de notre incapacité à reconnaître la souffrance de notre prochain, ou de notre simple indifférence qui d'un seul coup apparaît comme monstrueuse...

JOKER...un chef d'oeuvre dérangeant !
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bonjour,<br /> Quel enthousiasme!<br /> Je ne manquerai pas de voir ce film dès que je peux!<br /> J'aime bien Joaquin Phoenix.<br /> Bonne soirée à toi,<br /> Mo
Répondre
A
Si tu aimes bien Joaquin Phoenix, tu vas être scotchée de la première jusqu'à la dernière minute du film. Son jeu est époustouflant. Je crois qu'on ne peut pas interpréter un tel rôle et en sortir complètement indemne. Je vis dans un univers très très éloigné de celui de Gotham City et pourtant il y a eu des moments du film qui m'ont fait repenser à des choses vécues : le rire névrotique et angoissant de JOKER...les traumatismes d'enfance de personnes proches. <br /> Ce film c'est comme un conte de Noël à l'envers, la naissance d'une incarnation du MAL, d'un monstre malade qui, avant de déraper complètement, a été lui-même une victime. C' est un film qui nous incite aussi à nous réveiller, à sortir de notre léthargie, à ne pas nous comporter comme un troupeau de moutons...Il y a un moment où le film m'a fait penser aux gilets jaunes (ou plus exactement aux excès de violences de certains gilets jaunes). On voit aussi comment certaines personnes finissent par adopter une morale avec des valeurs inversées et tordues.<br /> Bonne fin de soirée Mo
R
ça a l'air terrifiant ! Je ne sais pas si je pourrai apprécier un tel film... de quoi faire des cauchemars certains disent que c'est une façon de justifier la violence... ? Mais je n'ai pas vu le film. Difficile de juger...<br /> <br /> Belle journée, AJE
Répondre
A
A part ça...oui Rosemar, malgré tout le bien que j'en dis, effectivement, ce film peut provoquer des cauchemars...C' est un film qui nous projette devant nos propres démons...
A
Non, contrairement à ce que j'ai lu ici ou là, je ne considère pas que ce film soit une justification de la violence, ou que ce soit un film nihiliste...pas plus que ne l'était ORANGE MECANIQUE. C'est plus fin que ça. Ce film atteint une vraie dimension philosophique, une réflexion sur l'être...( conversation critique de JOKER avec sa psy). Alors il y a quand même une scène, une seule où il faut avoir le coeur bien accroché, je le reconnais...A cause de cette seule scène le film devrait être déconseillé aux moins de 16 ans (et moi je l'aurais suggéré cette scène sans la filmer de manière aussi crue...mais notons qu'il y a dans cette scène un humour noir terrifiant qui fait qu'elle se justifie quand même). Le contraste entre les clowneries de JOKER et ce qui se passe dans son esprit altéré est vraiment SAISISSANT. Je ne suis pas prêt d'oublier son rire névrotique et décalé. Le metteur en scène revisite de manière géniale le mythe du JOKER... Complètement oublié le modèle que j'adorais (et que j'aime encore) incarné par Jack Nicholson. Là, c'est une relecture psychanalytique très riche et originale...Ce film est extrêmement bien construit. Une vraie leçon de cinéma qui fera date.<br /> Bonne journée l'amie
A
A noter pour les cinéphiles que Robert de Niro se fait un clin d'oeil à lui-même et au rôle qu'il tenait dans la VALSE DES PANTINS...Mais cette fois-ci c'est JOKER qui rêve d'être un grand comique....<br /> https://www.youtube.com/watch?v=OP7OY8Q0oAY
Répondre
L
C'est la naissance d'un meneur qui peut conduire les laissés pour compte à une violence extrême... On l'a vu récemment au Chili, j'ignore s'il y avait un meneur, puis comme par magie le caos chilien s'est reproduit dans une moindre mesure dans de nombreux pays autour du monde.
Répondre
A
Je suis d'accord avec toi toi mais je m' empresse d'ajouter que ça c'est une des nombreuses lectures du film. On pourrait en dire de même avec le trumpisme...Mais il y a aussi la souffrance de l'autre qu'on ne voit pas. Moi j'ai pensé par exemple à certains de mes ex-élèves qui ont vécu des situations familiales terribles dont on ne percevait pas toujours la gravité...