Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 19:14

Bonjour les amis,

Je viens de voir LA MULE le dernier film de Clint Eastwood, qui pourrait bien être son dernier film tout court étant donné qu'il a déjà atteint l'âge de 88 ans.

Evidemment un film du grand Clint, on y va les yeux fermés. Je n'ai même pas essayé de savoir de quoi ça parlait vraiment.

Voici le synopsis du film dont le point de départ est inspiré d'un fait divers réel :

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.
Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser à lui : l'agent de la DEA Colin Bates est plus qu'intrigué par cette nouvelle "mule".

Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...

 

Alors même si ce film est d'une facture classique et n'est pas le plus novateur du grand cinéaste, il s'en dégage une impression puissante, qui nous touche et qui nous émeut.

C'est une oeuvre intime, d'introspection, dans laquelle Clint nous livre peut-être son testament.

Clint nous dépeint une Amérique parfois cruelle dans laquelle les papys vétérans  de guerre vivent dans la précarité et sont prêts à accepter n'importe quel "petit boulot" pour joindre les deux bouts.

Le personnage de Earl qui possédait une petite entreprise d'horticulture n'a pas su s'adapter au commerce moderne, à internet...La réalité du marché toujours en pleine évolution lui est passé par dessus et l'a laissé sur le carreau.

A noter que le mépris de Earl pour les nouvelles technologies donne lieu à des scènes assez drôles parfois.

Earl privilégie l'humain, et souvent il peut se permettre de donner des leçons aux petits jeunes incapables de se débrouiller tout seuls sans l'aide d'un portable.

Avec les narcos mexicains hyper-violents et menaçants, Earl, tout en étant conscient du danger qu'il court, ne se laisse pas impressionner. Il a fait la guerre alors, des excités de la gâchette, il en a vu d'autres.

Mais il sait qu'il joue un jeu dangereux et mortel, et il en accepte le prix pour se racheter vis-à-vis de sa famille. Le film mêle très habilement ces deux aspects.

Earl profite aussi de l'argent facile procuré par le trafic de drogues pour jouer les bons samaritains avec son entourage social de vétérans de la guerre mais il reste lucide et ne se raconte pas d'histoires à lui-même. Ses bonnes actions désintéressées restent teintées de triste ironie et de dérision. Ce ne sont pas elles qui lui permettront de racheter ses fautes et il le sait.

Quant au personnage de Bradley Cooper qui incarne le bon flic qui connaît son boulot, on se doute bien qu'il va y avoir une confrontation finale avec Earl...Encore une fois celle-ci sera pleine d'humanité et très touchante. 

Clint n'en fait pas des tonnes et sait parler à notre coeur.

LA MULE...ou quand Clint Eastwood est en quête de rédemption...

PS: A noter que dans ce road-movie j'ai adoré les nombreux passages dans lesquels Clint écoute la radio dans son pick-up et chantonne des chansons country en traversant les splendides paysages américains magnifiquement photographiés. L'Amérique comme si vous y étiez...

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Cockpit pense que c'est un chef d'œuvre... Voici son comm sur AlloCiné... (Moi j'ai adoré) :<br /> Emmanuel Cockpit a publié une critique sur La Mule<br /> 5* - Chef d'oeuvre<br /> Autour du repentir et de la rédemption, ce road-movie sonne comme un ultime message que Clint Eastwood souhaite délivrer, en nous expliquant que les choses ne sont pas toujours comme on les voit. Au-delà de ses 88 ans et au-delà du fait qu’il est devant et derrière la caméra, le cow-boy a bien évolué et continue néanmoins à nous captiver par sa vision têtue et aussi ses fêlures, en mélangeant émotion et certitudes
Répondre
A
Je ne sais pas si LA MULE est un chef d'oeuvre mais on est tous d' accord Fatizo, Cockpit, toi et moi pour dire que c'est un grand film.<br /> Tout comme Cockpit je lui trouve une valeur testamentaire. Loin des petites polémiques Clint eastwood revient à l' essentiel, à ce qui fait la valeur d' un homme, à ce qui donne du sens à la vie, à sa vie...<br /> La force du film tient aussi au fait que tout a du sens. Même les épisodes les plus anodins ou superficiels sont traités d'une manière qui donne une forte cohérence et une vraie densité au récit. Avec Clint Easwood, si la caméra s'arrêtait pour nous montrer comment pousse un cactus, on y prendrait de l'intérêt.<br />
F
J'avais très moyennement apprécié ses films à la gloire de héros américains, American Sniper ou Sully. Dans le même genre je n'ai pas vu "Le 15 h 17 pour Paris", un film qui n'a pas été très bien reçu par les critiques.<br /> J'ai trouvé "La Mule" au dessus de ses dernières productions . Pas un chef-d'oeuvre mais on passe un bon moment. <br /> P.S<br /> En ce moment je voudrais bien faire un billet sur l'église catholique et ce pape de plus en plus débectant. Mais faute de temps.<br /> https://www.lematin.ch/monde/pedophilie-eglise-pape-envoie-victimes-diable/story/23170664<br /> <br /> https://www.courrierinternational.com/dessin/eglise-le-cardinal-barbarin-consacre-par-le-pape-francois<br /> <br /> Bonne soirée l'ami.
Répondre
A
Moi non plus je n'avais pas été tenté par "Le 15h17 pour Paris".<br /> C' est vrai que LA MULE sans être un chef d' oeuvre permet de passer un moment très agréable, et puis c'est un film qui a du sens dans la carrière de Clint Eastwood, un film qui lui permet de remettre les pendules à l' heure. Clint garde sa confiance en la jeunesse ( et donc en l'homme). Finalement c' est un drame presque optimiste. Je l'ai ressenti comme ça.<br /> C'est vrai que le pape a encore commis un impair avec sa réflexion sur Satan. Quant au refus de la démission de Barbarin, c'est inexcusable étant donné qu'il y a eu une décision de justice le condamant pour avoir couvert des crimes.<br /> On a un pape qui n' est malheureusement pas à la hauteur et qui ne va pas jusqu'au bout de ses initiatives.<br /> Merci pour les liens.<br /> Bonne fin de soirée l'ami<br />
R
Une belle longévité pour cet acteur réalisateur : il tient encore la route, il est émouvant dans sa façon de jouer et il dresse ici un portrait sans complaisance de l'Amérique d'aujourd'hui... un film à voir, sans doute.<br /> <br /> <br /> Belle soirée, AJE
Répondre
A
Ce film testamentaire lui permet de critiquer l'Amérique mais aussi de se réconcilier avec elle, de clamer haut et fort ce en quoi il croit...Dans GRAN TORINO Clint ne se reconnaissait plus dans ses petits-enfants, mais dans LA MULE le personnage de Earl se soucie de renouer les liens avec sa famille, et notamment avec sa petite fille. Il met en garde les jeunes mais porte sur eux un regard bienveillant, et aussi plein d'espoir.<br /> Clint croit en la valeur individuelle des hommes, en leur liberté et aussi dans le fait que chacun doit être responsable de son destin.<br /> Clint continue de croire en son Amérique.<br /> Bonne fin de soirée l'amie