Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 19:01

Bonjour les amis,

La semaine dernière notre directrice de chant nous a remis entre les mains une partition que je ne connaissais pas du tout, et en jetant un premier coup d'oeil sur les paroles je suis tombé sur cette phrase:

" Canta y no llores" qui veut dire " Chante et ne pleure pas", et j'ai tout de suite pensé à une chanson bien connue des mariachis intitulée "Cielito lindo" et que voici.

NB: Vous y entendrez le "ay ay ay ay canta y no llores"  à 55 secondes.

 

Mais en regardant de plus près la partition que nous avait tendue notre directrice, il était évident que le thème musical n'avait rien à voir avec la célèbre chanson des mariachis.

Non, il s'agissait d'une Habanera tirée d'une Zarzuela de Manuel Penella intitulée " Don Gil de Alacalá".

A noter que Penella était un compositeur né en 1880 dans ma région de Valencia dans le sud-est de l'Espagne.

Don Gil de Alacalá est un opéra comique en 3 actes qui a été interprété pour la première fois en 1932 au théâtre des nouveautés de Barcelone.

Voici le lien youtube de cette habanera avec les paroles originales qui accompagnent ci-dessous. Le choeur intervient à partir de 2 minutes.

TODAS LAS MAÑANITAS ( paroles de M. Penella)
Todas las mañanitas
vuelve la aurora
y se lleva la noche
triste y traidora.
 
Otra vez vuelve al alma
del sol la alegría
y es su luz la esperanza
de un nuevo día.
 
Canta y no llores,
corazón, no llores, ¡ay!,
que la esperanza
será la aurora
de tus amores, ¡Ay!,
 
Canta y no llores,
corazón, no llores, ¡ay!,
volverá la aurora
y tu noche triste
se llevará.
 
CHOEUR
Canta y no llores,
corazón, no llores, ¡ay!,
que la esperanza
será la aurora
de tus amores, ¡ay!
 
Canta y no llores,
corazón, no llores, ¡ay!,
volverá la aurora
y tu noche triste
se llevará.

On reconnaît tout se suite, dès les premières mesures, le balancement caractéristique des habaneras qui sont un style musical né au XIX ème siècle, originaire à la fois de Cuba mais aussi de Catalogne.

Alors, nous, on n'aura bien évidemment pas les moyens d'engager un orchestre symphonique et nous serons accompagnés par une pianiste, mais pas n'importe quelle pianiste ! Ce sera Leillani, notre accompagnatrice cubaine !

Et, comme vous pouvez l'imaginer, la habanera fait partie de son ADN.

Donc notre version ressemblera plutôt à ceci.

En fait, nous on chantera cette habanera probablement sans solistes, donc notre interprétation ressemblera plutôt à ça...

Enfin, et en hommage à l'immense Monserrat Caballé disparue l'année dernière, je vous laisse avec son interprétation de cette habanera. Très émouvant de la revoir interpréter cette pièce juste deux ans avant sa mort...avec la modestie qui la caractérisait.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
à écouter donc
Répondre
R
Très douce, très apaisante, cette habanera : les paroles invitent à la douceur, évoquant l'aurore, l'espoir d'un renouveau... belle mélodie ! <br /> <br /> <br /> Belle journée, AJE
Répondre
A
Effectivement c'est une douce mélodie très apaisante.<br /> L'intérêt d'une chorale c'est aussi de me permettre de connaître des pièces intéressantes dont j' ignorais l'existence même. Et une fois qu'on découvre une pièce il y a le plaisir d'essayer de l'interpréter le mieux possible, en se replongeant dans l'état d' esprit de l'époque. Les zarzuelas étaient très populaires au XX ème siècle en Espagne , tout comme l'était l'opérette en France, et ces oeuvres méritent d' être maintenues dans la mémoire collective de manière vivante.<br /> Bonne journée l'amie
L
Chaque version es sublime... La version mariachi est entraînante...<br /> Bon courage a a tou ta chorale pour ce nouveau challenge !
Répondre
A
Les mariachis savent mettre de l'ambiance !<br /> Quant à notre chorale, tout le boulot sur cette pièce de Manuel Penella sera pour les sopranos et les contraltes qui forment un beau duo mélodique avec leurs voix décalées. Pour nous les basses et les ténors c' est cool...-)