Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 04:34

Bonjour les amis,

C' est un séisme politique qui s' est produit cette semaine en Espagne après l' annonce d' une sentence du tribunal de l' Audience Suprême jugeant les affaires de pots de vin et qui conclut à l' existence d' une caisse noire pour le parti au pouvoir.

Cette caisse noire qui a toujours été niée par Mariano Rajoy met son gouvernement contre les cordes, en pleine législature, alors que le budget venait juste d' être voté au parlement.

 

 

Alors, bien évidemment, je me réjouis que la justice ait pu prouver qu' il y avait bien un système de financement occulte au sein du PP et que les nombreux scandales n' étaient pas que de simples faits isolés.

Mais le dépôt d' une motion de censure de la part du leader socialiste Pedro Sánchez va irrémédiablement nous projeter dans une période de turbulences, d' instabilité et d' incertitudes.

Du côté de Ciudadanos ( formation centriste équivalente du LRM français), le parti exige à Mariano Rajoy des élections anticipées après les récentes condamnations. Si Mariano Rajoy ne donne pas des gages dans ce sens, le parti centriste est disposé à appuyer la motion de censure de Pedro Sánchez.

La question que tout le monde se pose est de savoir si le secrétaire du Parti socialiste dispose d' une vraie alternative de gouvernement alors que l' échiquier politique est partagé (ou plutôt  éclaté ) en 4, sans même compter les fortes tensions nationalistes au pays basque, et surtout en Catalogne.

Finalement, je me demande si ce dépôt de motion de censure, est une bonne ou une mauvaise nouvelle. L' Espagne est tellement en crise que je me sens incapable de répondre à cette simple question.

Les éventuels alliés du PS sont incompatibles entre eux. Entre Podemos ( de gauche) et Ciudadanos ( de droite),  il y a une galaxie qui les sépare et il faut l' appui des deux pour gouverner...

Sánchez se déclare prêt à gouverner tout seul et en minorité mais sa formation est plus faible que jamais avec seulement 87 députés sur 350. Cette affaire le prend au dépourvu alors que son parti n' a pas de vrai programme d' alliance crédible et alors que le défi indépendantiste lui a infligé un mauvais résultat électoral en Catalogne en Décembre dernier. En effet son parti y est en perte de vitesse au profit de Ciudadanos.

Sánchez va être obligé d' improviser ses alliances et les nationalistes en profiteront pour faire monter les enchères, et ça , je ne suis pas sûr que ce soit très bénéfique pour l' Espagne.

Vous le voyez les amis. Théoriquement j' aurais dû me réjouir de ce dépôt de motion de censure, mais finalement, je ne sais même pas si c' est une bonne nouvelle...

J' en viens même à me demander si le remède n' est pas pire que le mal qu' on prétend combattre. Je me demande si le parti socialiste n' aurait pas intérêt à se présenter aux prochaines élections prévues par le calendrier électoral avec un programme mûri, crédible...Arriver au pouvoir de manière non-préparée sur un dépôt de motion de censure peut se transformer en cadeau empoisonné et pourrait avoir des conséquences néfastes et désastreuses pour le pays.

Les marchés financiers, eux, sont sans appel, et la prime de risque s' envole déjà depuis le dépôt de cette motion...La seule chose dont on peut être sûr c' est que notre dette nous coûtera plus cher, et ça, il n' y a pas lieu de s' en réjouir...

PS: Je n' ai pas eu le temps durant ces dernières semaines de vous tenir informé de la situation en Catalogne, mais celle-ci est volontairement bloquée par les indépendantistes qui viennent de nommer président Quim Torra qui est un séparatiste d' extrême-droite, un activiste xénophobe qui a passé toute sa vie à écrire des articles insultant les espagnols, y compris les catalans qui se sentent espagnols. Torra est une espèce de Milosevic à la sauce catalane ...

Les indépendantistes ne veulent pas vraiment gouverner leur région et jouent la carte du bras de fer et de la confrontation civile...C' est la guéguerre constante avec l' Etat espagnol. Quim Torra a nommé des conseillers de gouvernement régional qui sont actuellement en prison ou qui se sont exilés pour fuir la justice de leur pays. Le tribunal suprême refuse une telle liste et le gouvernement central maintient la mise sous tutelle de cette région à travers l' application de l' article 155.

C' est une situation lamentable, profondément déprimante et préoccupante...Et Pedro Sánchez est loin de détenir les clés qui permettraient de sortir de cet imbroglio.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Entre ces scandales et la situation en Catalogne, la vision de l'Espagne est de plus en plus alarmante.<br /> Qu'il est loin le pseudo miracle économique, basé sur une bulle immobilière, d'il y a quelques années.<br /> Quand je repense à cette époque, je me dis que les journalistes et experts en tout poil sont bien médiocres , eux qui ne cherchent à aucun moment à comprendre le pourquoi du comment.<br /> Bon dimanche l'ami.
Répondre
A
Je t' envoie sur le lien ci-dessous une photo qui résume tout. Regarde bien les visages entourés en rouge....<br /> <br /> https://www.elplural.com/politica/2017/04/24/el-legado-de-aznar-12-de-sus-14-ministros-ya-estan-imputados-o-cobraron<br /> <br /> 12 des 14 ministres d' Aznar sont impliqués dans des affaires de corruption.Ils n' ont pas été tous condamnés mais tous ont dû témoigner à la barre lors de procés.<br /> Le dernier en date est un gros poisson qui est tombé la semaine dernière. Eduardo Zaplana, ex-président de ma région de Valencia, ex-ministre et ex-porte-parole du gouvernement d' Aznar...En prison depuis la semaine dernière pour blanchiment d' argent provenant de la corruption.Il est tombé car il a essayé de rapatrier des fonds détournés il y a plus de 10 ans...Il a baissé la garde et s' est fait prendre stupidement.<br /> La bonne nouvelle de la mauvaise nouvelle, c' est qu' on a une justice et des brigades financières qui travaillent et qui sont capables de faire tomber les plus puissants...Il n' y a plus en Espagne ce sentiment d' impunité qui régnait au sein de la classe politique il y a 15 ans encore.<br /> La sentence du tribunal suprême sur l' affaire du financement occulte contredit la version de Mariano Rajoy qui avait dû témoigner à la barre. Donc, même si celui-ci n' est pas directement inculpé, sa crédibilité est plus que mise à mal...<br /> Bonne journée l' ami
R
Tout cela est très préoccupant : l'Espagne se retrouve face à des problèmes complexes : instabilité politique, incertitudes, crise de la Catalogne.... décidément l'Europe va mal : du côté de l'Italie, beaucoup d'inquiétudes aussi, des populistes au pouvoir et des alliances improbables pour le nouveau gouvernement.<br /> <br /> Belle journée, AJE
Répondre
A
La crise des partis institutionnels, des partis responsables est extrêmement préoccupante. Le cas de l' Italie est une première.Pour la première fois il y a aura un gouvernement formé par 2 partis anti-système pour diriger la 3 ème puissance européenne.<br /> Quant à l' Espagne, ce qui se passe en Catalogne me préoccupe plus encore que la mauvaise gestion de Rajoy. Les indépendantistes ont choisi la course suicide, la fuite en avant. Le bon sens ne reprend pas le dessus. Les séparatistes disent vouloir dialoguer mais avec des conditions tellement surréalistes qu' elles empêchent toute négociation. En fait il n' y a rien à négocier avec un Quim Torra ( ou plutôt KIM Torra comme il est déjà surnommé ici...). Quim Torra a pris possession de son poste sans jurer fidélité à la constitution. D' entrée de jeu, il défend l' objectif séparatiste et ne se présente pas comme représentant de tous les catalans. C' est de la folie... On a un nouveau Milosevic en Europe ! Il faudra beaucoup d' habileté et de doigté politique pour désactiver la mécanique de cette spirale infernale.<br /> Bonne journée l' amie