Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2018 7 28 /01 /janvier /2018 07:58

Bonjour les amis,

Aujourd' hui une amie facebook a partagé une vidéo que je partage à mon tour sur le lien ci-dessous.

Pour compléter ce bref document, voici une interview d' Anthony Fardet

Et moi qui ne suis pas médecin,mais professeur, je me suis rendu compte avec les années que des nouvelles pathologies apparaissaient chez certains élèves comme le diabète, l' hyperactivité et aussi des pathologies aussi graves que le cancer...

Nombre de mes élèves se nourrissent à la pause de 10 h 45 avec des aliments tels que ceux qui apparaissent sur la photo ci-dessous.De véritables cochonneries pour la santé.

Plaidoyer pour que l' Etat prenne en charge l' éducation nutritionnelle des parents... et des enfants.

Il y a un principe de base en toxicologie.Aucun aliment pris séparément n' est directement dangereux pour la santé ( même la nutella).C' est la quantité, l' accumulation qui est réellement préjudiciable...

TOUT PEUT DEVENIR POISON... CE N' EST QU' UNE QUESTION DE DOSE.

Alors, en écoutant le docteur Fardet je me suis dit que moi-aussi, en tant que père j' ai succombé à la mode des céréales et des produits hyper transformés.Moi aussi, j' ai modifié le petit déjeuner traditionnel de mes enfants et accepté de les nourrir avec les produits de la grande industrie agro-alimentaire.

Mais j' ai des excuses: je ne suis pas médecin nutritionniste...Mes enfants étaient bombardés de pubs à la télé les invitant à consommer ces produits qui ont un aspect alléchant.A l' époque je me disais que des céréales, par exemple, ça ne pouvait pas faire de mal...Effectivement les céréales ne font pas de mal, mais des céréales bourrés de sucres c' est plus pareil !

Aujourd' hui, et après avoir écouté les propos de ce médecin, et face à la méga-puissance des groupes alimentaires qui savent défendre leurs intérêts, je crois qu' il est temps que les pouvoirs publics, et que le gouvernement en particulier, prennent leur responsabilité et ne laissent pas une information aussi importante et aussi vitale pour la population entre les seules mains des médias.

Il est temps que l' Etat propose de vrais cours de conseils nutritionnels aux parents d' élèves, notamment de très jeunes élèves...

Il est temps que l' Etat prenne ses responsabilités et demande à un groupe d' experts de définir un ensemble de règles et de normes alimentaires qu' il serait souhaitable de respecter, et que ces règles soient clairement expliquées sur des documents simples et didactiques distribués aux familles.Ces brochures informatives, avec des tableaux classant les aliments, permettraient facilement aux parents de vérifier s' ils dosent bien l' alimentation de leurs enfants, car, comme je l' ai dit au début de l' article: tout est une question de dosage...aucun aliment en soi n' est dangereux...c' est l' accumulation qui peut devenir dramatique.

Le ministère de l' éducation nationale devrait organiser des campagnes d' informations de la même manière que le ministère de la santé organise des campagnes de vaccinations.

Par ailleurs, je me dis qu' au delà du gouvernement, c' est aussi le devoir des responsables européens de prendre leurs responsabilités, de mettre la lutte contre la malbouffe dans leurs priorités en matière d' Education.

PS:le problème que je soulève et les initiatives que j' aimerais que les gouvernants prennent sont infiniment plus compliquées qu' il n' y paraît car, même les aliments dits traditionnels comme le pain ou le lait sont pas mal trafiqués aussi.Qui plus est, les aliments vraiment sains et traditionnels sont plus chers et hors de portée de certaines bourses.Il n' empêche qu' on pourrait définir un certain nombre de règles simples à suivre pour limiter les méfaits des additifs et adjuvants ajoutés à nos produits alimentaires.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Bonjour, comme disait Coluche : "Quand je pense qu'il suffirait de ne plus acheter leurs produits pour qu'ils ne se vendent pas !" La voix la plus directe est sans doute de changer nos choix et d'influencer avec bienveillance nos proches. Les lobbies ne peuvent rien faire contre nos choix.
Répondre
A
Oui c' est vrai...mais les lobbies savent aussi s' y prendre pour attirer nos enfants en leur proposant des céréales hyper croustillants et bourrés de sucres.Quand mes enfants étaient en bas-âge j' avais cédé( mais je n' étais pas au courant de toutes les révélations du Dr Fardet).Aujourd' hui si c' était à refaire, j' imposerais un veto sur ces aliments...Une fois de temps en temps, ok...mais pas tous les jours...
L
Je suis de ceux qui consomment au petit déj des céréales avec du lait écrémé... autrement le système digestif reste, comment dire... bloqué ! C'est vrai que mes céréales sont délicieux car croustillants, et qui dit croustillant veut dire avec ajout de sucres et miel... Oui, car les céréales que je n'arrête pas de chercher sans les trouver, sont ceux qui sont signalés "sans sucres ajoutés"... Non seulement ils sont introuvables mais pour deux fois le prix lorsqu'on les trouve ! On en trouve des sans huile de palme, sans ceci, sans cela, mais sans sucres ajoutés c'est rare !
Répondre
A
Maintenant te voila averti.Le Docteur Fardet te conseille de ne pas consommer plus de 10 à 15% de tes calories quotidiennes en aliments ultra-transformés...Ne reste plus qu' à sortir ta calculette et faire tes comptes...-)
P
"Qui plus est, les aliments vraiment sains et traditionnels sont plus chers et hors de portée de certaines bourses.". Dans votre texte, cette phrase incluse dans votre post-scriptum a retenu mon attention : c'est l'argument-type qu'on entend pour s'excuser ou excuser d'autres de ne pas avoir choisi d'acheter une certaine nourriture pour sa santé & qu'on sait ou juge plus cher. <br /> <br /> J'ai connu ce dilemme autrefois mais tout est affaire de choix d'abord et seulement d'argent ensuite. En effet, les produits bio de base (céréales, légumes, fruits) sont onéreux selon la période & selon l'endroit où on les achète (moi j'ai une coop près de chez moi, ça aide à avoir des prix + bas). A certains moments de l'année, fruits et légumes bio peuvent être moins chers que ceux conventionnels. Véridique ! En outre, même si globalement, ils restent + chers, tout est question de choix : que veut-on privilégier ? Sa santé, celle de ses enfants ou veut-on mettre de l'argent dans le numérique, les fringues, les voyages absolument ? <br /> <br /> Et si l'idée astucieuse était de mieux partager & de mieux délimiter les priorités au lieu de ne suivre que ses désirs hédonistes souvent dictés par la pub qui nous pousse à nous éloigner de ce qui est bon & sain pour nous la plupart du temps. Personnellement, je pars moins en vacances, j'achète moins d'objets ou de vêtements divers mais j'achète mieux (+ cher sur le coup mais durable). Et pourtant, je suis au niveau du seuil de pauvreté français voire en-dessous. Mais j'ai choisi... la qualité, la santé, le bien-être qui ont effectivement un coût. Or, on le sait : la qualité se paie en tout domaine avec du temps, des efforts &/ou de l'argent. C'est la vie ! <br /> <br /> Par conséquent, l'élément de la responsabilité personnelle est certainement celui le + fondamental dans sa propre rééducation alimentaire & l'utilisation de notre argent lui est complètement soumise avant d'être soumise aux influences extérieures.
Répondre
A
Complètement d' accord sur toute une partie de votre argumentation.Tout est une question de choix, de priorités...Déjà Ferrat chantait dans les années 60 dans sa chanson LA MONTAGNE " il faut savoir ce que l' on aime et retourner dans son HLM manger du poulet aux hormones...".<br /> Mais j' ai écrit ce billet parce que, en tant que prof en Espagne, nous organisons tout au long de l' année des campagnes de sensibilisation pour les élèves et pour leurs parents sur des sujets aussi variés que le dangers des drogues, de la mauvaise utilisation des technologies de l' informations,la violence machiste, etc...Pourtant, il n' y a pas de vraie campagne sur les dangers liés à la consommation des produit hyper-transformés.Or, nombre de mes élèves sont grands consommateurs.Les parents savent que leurs enfants bouffent de la m.... mais croient pouvoir compenser avec les repas qu' ils préparent eux-mêmes.Il y a donc déficit d' information: les parents n' évaluent pas bien le risque lié à l' accumulation de produits toxiques...Et je pense que l' école a un devoir de formation.Même si les médias alertent, la vraie, la bonne information n' arrive pas à tout le monde.<br /> Par ailleurs, les nutritionnistes eux-mêmes se plaignent du manque d' études scientifiques sérieuses sur la dangerosité de certains aliments.Il y a donc deux voies à développer: la recherche et la communication...<br /> Bonne journée et merci d' apporter votre commentaire sur cette page
P
Je voulais ajouter que je connais personnellement le Pr Anthony Fardet que j'ai perdu de vue durant des années avant de renouer avec lui depuis deux ans via Facebook. Cette notion de responsabilité personnelle a toujours guidé son travail même si bien sûr il ne sous-estime pas l'influence des industriels pour nous faire succomber à leurs produits grâce au sucre notamment, le pire ingrédient rajouté.
F
De nos jours les consommateurs sont bien informés sur l'effet néfaste de ces pseudos aliments.<br /> Bien sur, lorsqu'on est jeune et en plaine forme on ne se rend pas compte de la dangerosité de ses produits.<br /> D'ou viennent les mauvaises habitudes de ces jeunes?<br /> Une mauvaise alimentation à la maison ou l'effet de groupe?<br /> Bon dimanche l'ami.
Répondre
A
On est informé mais jusqu' à un certain point.On n' a pas d' éléments pour juger des effets d' accumulations de certains produits, ni sur leurs combinaisons avec d' autres.On n' a que des statistiques affolantes qui démontrent que certaines maladies atteignent des niveaux très très nettement supérieurs à ce qu' ils étaient par le passé.<br /> Les propres nutritionnistes se plaignent qu' il n' y ait pas d' étude scientifique pour mesurer la dangerosité de certains nouveaux aliments de l' industrie.Les chips, cheetos et compagnie par exemple: je n' ai jamais lu de recommandations de consommation hebdomadaire à ne pas dépasser...C' est un thème que j' ai déjà abordé l' année dernière.J' avais demandé dans mon lycée s' il y avait des médecins nutritionnistes dans ma région prêts à venir donner des conférences sur ce sujet et ce n' est malheureusement pas le cas.<br /> Quant aux mauvaises habitudes,certaines sont directement liées à la consommation familiale, et c' est la faute des parents...Mais parfois ces mauvaises habitudes proviennent de la manière dont les jeunes utilisent leur argent de poche: ces mauvaises habitudes là sont plus difficiles à déceler et à rectifier...<br /> Bonne journée l' ami
R
Il ne faut pas oublier les lobbies de l'industrie agro-alimentaire : tu imagines tous les intérêts financiers qui sont en jeu ! c'est énorme !<br /> Les paquets de chips se vendent à la pelle, les aliments hyper transformés sont de plus en plus nombreux dans les supermarchés.<br /> Il va falloir faire du ménage... et ce ne sera pas facile.<br /> <br /> Belle journée, AJE
Répondre
A
Je complète ma réponse.<br /> Beaucoup de parents savent parfaitement que leurs enfants mangent des cochonneries mais ils pensent qu' avec de bons repas normaux entre deux, cela va compenser un peu et qu' il y aura un équilibre...Ils minorent l' effet dû à l' accumulation de substances nocives.Une bonne information sur ce sujet leur permettrait de rectifier de très mauvaises habitudes alimentaires de leurs enfants.
A
Je ne les oublie pas...Oh que non ! Ils disposent de moyens de pressions énormes pour défendre leurs intérêts.C' est une bataille très difficile( peut-être utopique) mais d' un autre côté je ne demande pas qu' il y ait prohibition, ni mise à l' index de certains produits, mais simplement que l' Etat organise de solides campagnes d' informations pour qu' au moins les parents d' élèves ne puissent dire " je ne savais pas..."<br /> Et puis aussi, on exiger davantage d' informations sur l' étiquetage des aliments...sur les risque liés à une consommation importante et régulière.<br /> Bonne journée l' amie