Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 20:06

Bonjour les amis,

Vous savez tous que je suis un grand fan de Neil Young.En 1975 celui-ci sortait ZUMA un album studio que j' allais réécouter de très très nombreuses fois, sans jamais me lasser .

Voici un extrait de ce qu' en dit Mlle Wiki:

" Le titre phare de cet album est l' épique CORTEZ THE KILLER dénonçant la violence de la colonisation du continent américain.Il dure plus de sept minutes avec une remarquable intro à la guitare, c' est un des plus beaux solos de Neil Young, considéré par les critiques de rock comme étant l' un des essentiels de l' histoire du Rock."

Ecoutez d' abord la version originale de CORTEZ THE KILLER avec la voix lancinante du grand Neil s' élançant dans une longue mélopée plaintive et douloureuse...Je vous ai mis aussi les paroles traduites pour que vous n' en perdiez pas une miette.

He came dancing across the water
Il arriva traversant l'océan(1) en dansant
With his galleons and guns
Avec ses galions et ses canons
Looking for the new world
Cherchant le nouveau monde
In that palace in the sun.
Dans ce palais au soleil.

On the shore lay Montezuma
Sur le rivage était étendu Montezuma(2)
With his coca leaves and pearls
Avec ses feuilles de coca et ses perles
In his halls he often wondered
Dans ses halls il avait souvent réfléchi
With the secrets of the worlds.
Aux secrets des mondes.

And his subjects gathered 'round him
Et ses sujets se rassemblèrent autour de lui
Like the leaves around a tree
Comme les feuilles autour d'un arbre
In their clothes of many colors
Habillés de leurs vêtements multicolores
For the angry gods to see.
Pour que les dieux en colère les voient

And the women all were beautiful
Et les femmes étaient toutes belles
The men stood straight and strong
Les hommes se dressèrent et déployèrent leur force
They offered life in sacrifice
Ils offrirent leur vie en sacrifice
So others could go on.
Pour que les autres puissent continuer.

Hate was just a legend
La haine n'était qu'une légende
And war was never known
Et la guerre était inconnue
The people worked together
Les gens travaillaient ensemble
And they lifted many stones.
Et ils soulevèrent de nombreux rochers.

They carried them to the flatlands
Ils les portèrent jusqu'aux plaines
And they died along the way
Et ils mourûrent en chemin
But they built up with their bare hands
Mais ils édifièrent de leurs mains nues
What we still can't do today.
Ce que nous sommes encore incapables d'édifier à ce jour.

 

And I know she's living there
Et je sais qu'elle habite là
And she loves me to this day
Et qu'elle m'aime jusqu'à ce jour
I still can't remember when
Je n'arrive toujours pas à me souvenir quand
Or how I lost my way.
Ou comment je me suis perdu en chemin.

He came dancing across the water
Il arriva traversant l'océan(1) en dansant
Cortez, Cortez
Cortez, Cortez
What a killer.
Quel assassin.

(1) littéralement : l'eau

(2) dernier chef Aztèque du Mexique

 

Or figurez-vous les amis qu' en navigant sur le net je suis tombé sur une reprise de ce morceau par des artistes des années 90 et 2000. Joe Satriani et Grace Potter.

Ecoutez-les reprendre ce thème de Neil Young ,c' est tout simplement somptueux (...Et dites-vous que c' est du direct pas rebidouillé en studio...)

C' est un vrai trio d' enfer.La trompette de Willy Waldman très inspirée, enfiévrée, qui apporte la touche hispanique et qui dialogue avec la guitare de Joe Satriani qui brode des solos diaboliques...La voix de Potter qui s' élance très haut,qui attaque le thème un peu à la manière de Clare Torry dans The great gig in the sky de Pink Floyd....

Un trio survolté qui réinterprète complètement le thème original avec beaucoup d' énergie ...La scène devient incandescente....

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Ce morceau est déjà l'un de mes titres préférés de Neil Young, mais alors là, les 3 c'est un sommet.<br /> Merci l'ami. Rien à ajouter.
Répondre
A
Content de partager avec toi ce grand moment.J' adore la version originale de Neil Young.Je la croyais définitive, et là, c' est une très belle surprise que nous offre ce trio...
R
La nouvelle version a beaucoup plus de force : la trompette, oui, vient souligner le thème musical ainsi que les guitares électriques... L'interprétation est plus musclée... La version originale est plus terne.<br /> <br /> Belle soirée, AJE
Répondre
A
La version originale ( que j' adore) est très sobre mais aussi très travaillée, notamment la longue intro à la guitare de Neil Young qui installe l' auditeur dans un climat de grande désolation qui l' envahit peu à peu.Par contraste la deuxième version avec des musiciens comme Joe Satriani ( considéré comme l' un des meilleurs guitaristes de sa génération) est plus dense.Neil Young est un immense auteur inspiré ( chaque note est pensée) mais n' est pas un immense instrumentiste ( un peu comme Bob Dylan).Là où Neil Young met une seule note, Satriani en colle 100...A partir de la 4 ème minute sur la vidéo Satriani décolle et nous emmène dans la 5 ème dimension...Willy Waldman est lui aussi un brillant instrumentiste virtuose et sa trompette vient effectivement enrichir le thème.La trompette aussi apporte du sens à ce morceau car on peut l' assimiler à l' arrivée des européens sur le continent américain,au choc dramatique de cultures,à la culture indigène qui n' est pas préparée, qui ne comprend pas vraiment le cataclysme qui va lui tomber dessus.<br /> Tout l' ensemble avec les autres musiciens ( bassiste, batteur, etc..) aussi est vraiment percutant.Si j' avais assisté moi-même à une telle prestation sur scène et en direct j' en aurais été tout secoué.<br /> Bon dimanche l' amie