Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 12:40

Bonjour les amis,

Les récents attentats qui ont frappé la France et l' Allemagne ont de quoi plonger la citoyenneté européenne dans la plus profonde des perplexités.

Jusque maintenant l' Etat de Droit et les garanties qui y sont associées ont toujours pu préserver à la fois la liberté citoyenne et aussi la sécurité à laquelle chaque citoyen a droit.

Nous déléguons à nos gouvernants la charge de surveiller notre territoire, et de détecter et de mettre à l' écart les éléments qui sont susceptibles de porter atteinte à notre intégrité physique et à notre sécurité.

La nouvelle forme de terrorisme intérieur à laquelle nous sommes confrontés est en train de montrer les limites des outils habituels dont dispose l' éxécutif pour nous protéger.

En effet, le tueur de Nice s' était radicalisé très peu de temps avant l' attentat, rendant quasiment impossible la moindre détection ou alerte préventive de passage à l' acte.

Dans le cas du tueur qui a égorgé le prêtre en Normandie, nous avons affaire à un individu detecté, arrêté,emprisonné, puis fiché et mis sous surveillance grâce à un bracelet électronique.

Difficile de dire que l' Etat a failli à sa mission, et pourtant la précaution du bracelet électronique s' est révélée parfaitement inefficace.

On ressent dans la citoyenneté beaucoup d' animosité vis-à-vis de nos dirigeants, mais en même temps, personne ne sait ce qu' il pourrait vraiment faire de mieux que ceux qui nous gouvernent s' il était à leur place.Même la droite qui sera peut-être au pouvoir dans quelques mois n' est pas très prudente dans ses critiques vis-à-vis du gouvernement et oublie qu' elle sera elle-même mise à l' épreuve dans quelques temps.

Que demande t' on VRAIMENT à notre police et à nos services secrets ?

On leur demande de prévoir des actions terroristes quand il n' y a encore aucun signe matériel qui permette de juger de leur imminence.

Pour mener la mission de protection des citoyens à bien il faudrait finalement être capable de lire dans les pensées des criminels.

Ce thème est abordé dans Minority Report le roman de science-fiction de Philip K.Dick qui a été ensuite porté à l' écran par Spielberg dans le film du même nom.

Souvenez-vous du sujet du film:en 2054, la ville de Washington a réussi à éradiquer la criminalité. Grâce aux visions du futur fournies par trois individus exceptionnels doués de précognition (appelés précogs), les agents de Précrime peuvent arrêter les criminels juste avant qu’ils ne commettent leurs méfaits.

Se dirige t' on peu à peu vers une police de la pensée ?

Et bien, chers amis, sans nous en rendre compte , nous exigeons de ceux qui nous gouvernent qu' ils aient la même capacité d' anticipation que les precogs de Minority Report.

Alors redescendons un peu sur Terre: les précogs n' existent pas, mais par contre il y a des outils informatiques de plus en plus performants capables de " profiler" certaines personnes dangereuses, de les détecter grâce à de puissants algoritmes brassant des dizaines de millions de données.

Ce court artcile écrit en 2014 sur le lien ci-dessous en donne une petite idée.

On voit que certains champs de la médecine comme les neurosciences pourraient être mis à contribution également.

Finalement on peut imaginer, à long terme, des nouveaux outils qui soient plus efficaces mais tous possèdent un énorme défaut: celui de réduire notre champ de liberté et de nous soumettre à une forme de surveillance permanente pire que celles imaginées dans les sociétés les plus totalitaires.

A l' opposé du schéma de la police scientifique et technique à l' anglo-saxonne, on pourrait imaginer une police basée sur l' humain, sur l' inondation et l' infiltration dans le corps social de milliers d' agents d' observation civils, de sentinelles, chargées de détecter des anomalies et de donner l' alerte.Encore une fois nous nous rapprocherions dangereusement d' une police de type stalinienne ( comme la STASI en ex-RDA) qui mettrait en péril notre espace de liberté.

Il existe une 3 ème option basée sur une forme d' acceptation sociale.Par exemple, aux Etats-Unis, chaque année les armes à feu sont à l' origine de milliers d' homicides qui auraient pu être évités simplement par une limitation de l' accès légal aux armes à feu.Mais on voit bien que la citoyenneté américaine préfère payer un lourd tribu avec chaque année une longue cohorte de victimes innocentes, un lourd tribu consenti et accepté au nom de la liberté de chaque individu de porter une arme.

Alors, chers amis, qui nous dit que nous n' entrons pas dans une nouvelle ère, où le terrorisme aveugle fera partie du paysage et sera accepté comme un tribut à payer pour la folie de certains hommes et dont il est impossible de venir complètement à bout ?

Quel futur nous attend ? Une dérive policière à outrance ou une forme de résignation et d' acceptation ?

Existe t' il une voie "sécurité-liberté" qui nous permette d' échapper à ces deux écueils ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Concernant la menace que le FLNC de Corse a adressée aux jihadistes, je me demande si ses représailles seront envers la communauté musulmane de l'île...
Répondre
A
Le communiqué du FNLC est une sinistre pantalonnade bien dans l' esprit de l' organisation mafio-ndépendantiste.Ils profitent des évènements dramatiques pour se faire un peu de marketing.Ils n' ont aucune crédibilité mais ils sont capables de convertir l' île en premier foyer de tensions xénophobes...
N
Je l'ai déjà dit maintes fois dans les comms, il est impossible de sécuriser des grandes nations, alors que la plus petite et la mieux armée, celle de l'État Hébreux, ny arrive pas !
Répondre
A
On peut aussi imaginer que ce soit les citoyens qui soient les premiers lanceurs d' alerte.Certains appelleront ça de la délation, d' autres de la responsabilité et de la solidarité citoyenne...Quand, par exemple, au sein d' une famille les membres voient l' un d' entre eux commencer à tenir des propos préoccupants.
A
Indépendamment de la politique d' Israel vis-à-vis des palestiniens que je ne soutiens pas, il faut leur reconnaître qu' ils ont les meilleurs services secrets du Monde avec le Mossadf.Ils ont forcément des stratégies d' infiltration qui pourraient nous être utiles.Ils ont eu à affronter ces pb bien avant nous, et bien évidemment ils ont plus d' expérience.Il faut ajouter qu' en Israel la participation citoyenne à l' effort de sécurité est exemplaire...Ils n' ont jamais cédé à la terreur, ils n' ont jamais négocié avec les terroristes.Ils les ont toujours pourchassé même 20 ans après...
N
Oui, on va vers des pertes de liberté au nom de la sécurité !
R
Difficile de prévoir ce qui va se produire : en fait l'actualité nous prouve qu'on n'imagine jamais la suite des événements, ce qui m'inquiète, c'est le fait que la pensée, justement, le fait de réfléchir, semble perdre du terrain. On est sans doute coupable, aussi, d'une forme d'angélisme face à un ennemi rusé et terrible.<br /> <br /> Belle soirée, AJE
Répondre
A
Effectivement Rosemar la réalité n' est jamais vraiment ce que nous avions prévu.On a imaginé que les disciples de Ben Laden feraient tous types d' attentats, chimiques,empoisonnement de l' eau, nucléaire sale, etc...et on n' a jamais imaginé qu' on aurait un ennemi intérieur eduqué dans nos écoles dont la moyenne d' âge est entre 20 et 30 ans et qui aurait une haine de nous au point de se faire sauter...On a toujours pensé en terme d' impacts d' attentats spectaculaires et jamais en terme de multiplication d' attentats " artisanaux" sans aucune préparation sérieuse.<br /> Avouons qu' on a toujours et systématiquement un métro de retard, et que cette fois-ci la prévention va être extrêmement compliquée...tellement compliquée qu' on en arrive presque à penser au thème du film de science-fiction de Spielberg....<br /> Bonne fin de soirée l' amie
A
A fatizo<br /> Le temps politique risque d' aller plus vite que le temps des succès dans la lutte contre le terrorisme.Vous avez des élections l' année prochaine, et j' en connais une qui en ce moment n' a même pas besoin d' ouvrir la bouche pour engranger des voix.Ce thème risque de se transformer en enjeu électoral majeur avec toutes les dérives qu' on peut craindre...adieu l' union sacrée contre la terreur.
Répondre
F
C'est bien pour cela que je reproche à nos politiques de ne pas en faire assez.<br /> A cause d'eux nous aurons bientôt la dictature ou la guerre civile.<br /> Par contre certains médias se comportent enfin avec plus de dignité.<br /> Cela n'évitera pas les attentas mais cela évitera au mois qu'on voit partout leurs tronches.<br /> http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2016/07/27/des-medias-decident-de-ne-plus-publier-les-portraits-des-auteurs-d-attentats_4975341_3236.html
M
J'ai pour l'instant beaucoup de mal à imaginer quelle pourrait être l'issue .....et je réalise y compris dans mon entourage les sentiments contradictoires ...la peur , le besoin de se protéger qui fait que certains envisagent de s'armer , le mal-être de ceux qui font les frais de l'amalgame , l'inquiétude pour les enfants dont , autour de moi , plusieurs sont des enfants de sangs mêlés à qui on n'a appris que le bonheur de ce mélange des cultures , la barbarie étalée partout et ses "héros" dont on nous raconte la vie , dont on nous montre le sourire sans prendre conscience d'éveiller ainsi des vocations ...enfin , tout se mélange un peu dans ma tête et je finis par zapper le temps des infos tant je suis lassée des ces expertises souvent foireuses et de ces politiques qui ne pensent qu'aux voix à rassembler !!! Les "Yaka" "Fokon" ....les qui s'y sont essayé et qui veulent nous persuader que depuis , ils ont appris à faire des miracles ....Heureusement , dans une semaine je serai partie au vert , loin du tumulte !
Répondre
A
Merci pour ce témoignage MC<br /> J' imagine bien, même en vivant au loin, à quel point l' enchaînement dramatique d' attentats est perturbant.Il y a une réalité qui s' impose.Ce conflit est devenu un conflit civil puisqu' il oppose une partie minoritaire de français au reste de la communauté.Il faut changer de paradigme, penser autrement.<br /> On ne peut attribuer toute la faute à l' éxécutif.Il n' y a plus de solutions simples à l' horizon.<br /> Bonnes vacances loin de ce tumulte...au fait il faut aller vraiment loin pour être sûr de ne pas être exposé.En Espagne il ne s' est encore passé mais ce ne sont pas le menaces qui manquent...et certaines plages sont surveillées aussi.<br /> Bonne fin de journée l' amie
F
Ce que je constate surtout c'est qu'il y a toujours un grand écart entre les prises de position verbales des politiques et leurs actes. <br /> Que ce soit du temps de Sarkozy avec la racaille (alors que pendant le même temps il supprimait des postes de policiers) ou Valls qui nous parle d'un état en guerre (mais qui ne fait rien contre les terroristes susceptibles) on est continuellement dans les grandes déclarations mais dans les actes on ne fait rien.<br /> Alors parler de restrictions des libertés, on n'est loin du compte pour le moment.<br /> J'ai plutôt le sentiment qu'ils laissent faire un maximum pour bien nous les réduire d'un seul coup. Ca c'est fort possible.<br /> Mais prendre des mesures pour interner certains fichiers S qui seraient en rapport avec le terrorisme, faire de même avec ceux qui sont souvent sur les sites islamistes, prendre des mesures fortes contre les Imams islamistes..... Il y a tout de même beaucoup de domaines ou l'on pourrait sévir sans priver nos droits et ou on ne fait rien ou si peu. Je me demande pourquoi?<br /> Bien sur, notre Président va nous dire que nous sommes dans "un état de droits".<br /> Et le droit d'être en vie et en sécurité . En guerre, puisque nous sommes en guerre d'après eux, on change tout de même quelques règles non?<br /> En guerre il faut bien exterminer l'ennemi il me semble. En guerre on ne prend pas de gants. <br /> Ce n'est pas tu me tues et je chante la marseillaise pour te répondre, ou alors je te dis "vous n'aurez pas ma haine" comme certains gugusses.<br /> On peut aussi agiter des petites fleurs devant leurs kalachnikovs. <br /> Ah, ils doivent bien rire Daesh en voyant notre non -réaction. On se fait tuer et on en fait rien, ou si peu, pour se défendre.<br /> Bonne soirée l'ami.
Répondre
A
Je suis bien évidemment en faveur des mesures sur le plan intérieur que tu préconises mais comment ne pas ressentir en même temps leurs limites, face à un ennemi immergé sur tout l' ensemble du territoire national comme un virus dormant , et avec à chaque fois moins de signes annonciateurs de ses attaques.Ils ont appris à être presque transparents( comme le tueur de Nice).<br /> Le drame de l' éxécutif est justement de ne pouvoir accompagner la parole de gestes forts...Les seuls gestes vraiment significatifs sont les bombardements à l' étranger mais ceux-ci ne sont plus de nature à rassurer la population civile.<br /> Enfin j' ai encore pu constater sur les réseaux sociaux à quel point certains citoyens ont déjà accepté ces attentats comme une forme de tribut expiatoire pour nos nombreux pêchés antérieurs commis au nom de notre impérialisme.Ceux qui disent " vous n' aurez pas ma haine..." <br /> Ceux qui disent que si nous voulons respecter la mémoire du prêtre il faut bannir la haine et la colère de nos coeurs.<br /> Voilà, c' est avec de tels messages angéliques que nous allons devoir affronter la bête immonde.<br /> Je bannis la haine de mon coeur d' accord mais pas la colère.Par ailleurs la colère ne rend pas forcément aveugle, une colère peut être positive,saine, intelligente et froide.<br /> Nous avons surtout besoin d' être intelligents, unis et déterminés ...c' est le déficit d' intelligence de notre ennemi qui va nous tuer.<br /> Bonne fin de soirée l' ami
F
Il est évident que le risque zéro n’existera jamais . Même sous les plus grandes dictatures qui ont essayé de tout contrôler il y avait toujours des actes violents contre le pouvoir.<br /> Mais entre ne rien faire et passer à un état sécuritaire il y a une marge.<br /> D'ailleurs si l'on ne fait rien on viendra vite à la dictature, je peux te l'assurer. <br /> Soit on prend des mesures pour réduire les risques, soit on continue ainsi et demain nous aurons la guerre civile ou alors un état dictatorial.<br /> C'est une évidence.<br /> Il sera bien beau alors de parler de droits de l'homme et compagnie alors que nous serons sous une dictature. <br /> On peut essayer de continuer de faire comme s'il n'y avait pas eu plus de 230 victimes du terrorisme en France en 18 mois, mais est-ce vraiment digne de notre part pour elles et pour leurs familles.<br /> Et pire, pour celles qui vont venir.