Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 07:31

Bonjour les amis,

Je viens de terminer la dernière page du roman de François Roux" Le bonheur national brut", un long roman de 660 pages qui m' aura accompagné tendrement sous la chaleur écrasante de ce mois de juillet.

Voici un résumé rédigé par Alma, l' un des intervenants sur le site Critiques libres.

Ils sont quatre, Philippe, Tanguy, Benoît et Paul : quatre copains de classe de terminale d’un lycée breton quand s’ouvre le roman, le 10 mai 1981, jour de l’élection de François Mitterrand. Ils ont 18 ans, une vie nouvelle s’offre à eux. François Roux les suit d’abord de 1981 à 1984 dans leur vie d’étudiant à Rennes ou à Paris pour 3 d’entre eux, dans la vie professionnelle pour celui qui a échoué au bac. On les retrouve ensuite 25 ans plus tard, adultes bien installés dans la vie, jusqu’au 12 mai 2012, jour de l’élection de François Hollande.

Un roman à la construction rigoureuse où se croisent des chapitres, toujours datés, qui relatent tour à tour un moment ou une rencontre-clé d’un des 4 protagonistes.

D’abord roman d’apprentissage, dans lequel chaque personnage cherche sa voie, fait des rencontres déterminantes, il devient dans sa 2e partie roman social, reflet des mécanismes de la vie politique, économique, artistique et culturelle de notre époque . En effet Rodolphe devient député de gauche, Tanguy responsable commercial d’un grand groupe international, Benoît, photographe de renommée mondiale, et Paul – le narrateur - comédien.

Si le roman y gagne en densité, il y perd, à mon sens, en humanité. Nos mousquetaires deviennent des stéréotypes chargés de représenter la puissance mais aussi les failles, les erreurs et les abus du milieu où ils évoluent. En endossant les préjugés, les codes sociaux et les codes langagiers de leur classe sociale, il arrive qu’ils en deviennent caricaturaux. S’ils sont attachants dans leur jeunesse, par la vérité de leurs élans, de leur fougue et de leur désir de réaliser leurs rêves, ils apparaissent, ensuite, au temps de leur maturité, comme des acteurs chargés d’incarner un rôle, celui de l’être pris au piège de son milieu. « Bientôt, Rodolphe serait empêtré dans les rouages du monde politique, Tanguy dans ceux de l’entreprise, Benoit et moi dans ceux de l’art et de la culture. »

Le roman n’en reste pas moins le portrait d’une gén
ération, de ceux qui ont eu 18 ans en 1981 « les fossoyeurs des Trente Glorieuses, les enfants de la crise, du chômage, de la surconsommation, de la mondialisation, de la croissance molle, de l'argent roi soudain devenu argent fou,…..mais avant, tout les enfants du doute et de l'incertitude. » Le portrait d’une génération pour laquelle le bonheur matériel était l’indice de la réussite d’une vie et qui découvre, désabusée à 50 ans qu’elle s’est trompée « Et si le bonheur était la plus grosse arnaque de ce siècle et de tous ceux qui l'ont précédé ? Et si le souci d'atteindre le bonheur était précisément la chose qui nous faisait le plus souffrir ? »

Miroir parfois cruel de notre société, cette chronique douce–amère du parcours professionnel et sentimental d’un quartet d’amis que la vie sépare mais qui se retrouvent toujours pour fêter un succès ou pour se réconforter dans le malheur est d’une lecture agréable et facile.

Le bonheur national brut:30 ans de notre vie...

Dans un premer temps ce livre m' a fait replonger avec bonheur dans l' ambiance de la France du 10 mai 1981.Je vivais à Paris à cette époque là, et François Roux sait merveilleusement nous faire revivre ces moments pleins d' espoir, de naïveté et d' enthousiasme.

L' auteur nous offre un portrait sociologique très large de la France de ces années-là grâce à ses 4 personnages dont nous suivons les itinéraires en parallèle.

Il nous fait pénetrer dans des cadres sociaux bien précis et bien différenciés: le monde du travail.,la France rurale,la petite bourgeoisie de Province, la gauche caviar,la grande bourgeoisie parisienne ( avec dans le livre, à un moment donné, un brillant exposé assez drôle de ce qui différencie la grande de la petite bourgeoisie).Tout cela est décrit avec beaucoup de réalisme, de précision et d' humour aussi...Le monde de l' Art, de la pub, du marketing n' échappent pas à son scalpel corrosif...

J' ai beaucoup aimé dans ce roman dense les personnages secondaires qui gravitent autour de nos 4 héros.Des caractères bien travaillés, fruits d' un sens aigu de l' observation de l' auteur, qui donnent du corps et de la consistance au récit.

Contrairement à ce que pense Alma je trouve la seconde partie du roman dans laquelle on retrouve nos héros 30 ans plus tard sans doute la plus intéressante, la plus jubilatoire.

Même si la critique sociale et la dénonciation des pertes de valeurs de notre société y sont bien traitées, l' auteur garde toujours une certaine tendresse pour ses personnages dont la moralité ne se pervertit pas , et dont on sent qu' ils sont pris eux-aussi dans des rouages qui les dépassent.

On pense à une certaine phrase qui est restée célèbre: " Responsable mais pas coupable...".

Notons qu' il y a aussi des petits romans dans le roman.En effet François Roux va jusqu' au bout de ses personnages.Rodolphe est député socialiste, et l' auteur imagine une entrevue complètement écrite pour un grand Journal.

Tanguy doit lancer un grand parfum et on assiste au déploiement détaillé de toute la stratégie publicitaire extrêmement coûteuse.

Paul est dramaturge et l' auteur imagine le contenu d' une de ses oeuvres et nous livre une scène complète, etc...J' ai aimé cette façon de nous faire vivre pleinement ses personnages en entrant dans le détail, et en ne se contentant pas seulement de les survoler...

Il y a l' évolution des 4 protagonistes qui est intéressante mais aussi celle des personnages secondaires comme la mêre de Paul qui changera radicalement de vie dès le décès de son mari et qui va se désinhiber de manière drôle et touchante....

Le personnage qui m' a le plus séduit dans ce roman n' est pas l' un des 4 amis mais Alice, fille d' un homme d' affaire véreux qui épousera Rodolphe le député socialiste ( qui ressemble par bien des traits à notre actuel premier ministre Manuel Valls).

Alice est une enfant chérie du système, qui se doute bien que la richesse de son papa n' est pas tout à fait nette, mais qui sait provoquer autour d' elle des évènements et des rencontres.Elle est extrèmement positive, va vers le coeur des gens et se désintéresse de leur bord politique.Elle a énormément d' empathie pour ses congénères.Elle déniche de grands artistes, les fait connaitre en organisant des expos.C' est un personnage positif, généreux, subtil, drôle et fascinant...Alice n' est pas belle, au sens habituel du terme, mais elle a énormément de fraîcheur et de charme. Elle est bourrée d' intelligence émotionnelle.Sa gentillesse sincère et son tact spontanée désarment ses possibles adversaires.

Voici comment j' imagine le sourire bienveillant d' Alice

Le bonheur national brut:30 ans de notre vie...

Il y a aussi dans ce livre un peu de Claude Sautet, du " Vincent, François, Paul et les autres" mais version 2015.D' ailleurs je m' étonne qu' aucun cinéaste ne se soit emparé de ce beau roman pour en extraire un scénario...Il pourrait même en faire 2 films.

1 .Les années 80

2. Les années 2010

Ou alors une série télévisée en 12 chapitres, ça ne serait pas mal aussi..

Je terminerai en vous disant que le livre n' est jamais ennuyeux.On est parfois agacé par le nombrilisme. l' égoïsme ou le manichéisme de certains personnages secondaires,mais on reste happé par le récit, toujours désireux de savoir ce qu' il va advenir de nos héros.

La fin a un petit goût amer mais ne tombe pas dans une noirceur excessive.Les temps ont définitivement changé.Chacun fait ce qu' il peut, avec plus ou moins de bonheur...

François Roux

François Roux

Le bonheur national brut:30 ans de notre vie...
Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Tiens, voici un billet pour lequel je n'avais pas reçu d'alerte.<br /> Pour L. Hatem, la belle Alice n'est autre que Louise Bourgoin, l'ancienne Miss météo de canal+ devenue actrice depuis.<br /> https://www.youtube.com/watch?v=7YJJf3A_kZE<br /> Le 10 mai 1981, j'avais 17 ans et demi, par conséquent je n'ai pas pu participé électoralement à cette élection, mais je me souviens très bien de cette soirée avec les coups de fil, les voisins débarquant avec le Champagne.<br /> Je me souviens aussi d'un pote de l'époque qui avait orné sa vielle 2 chevaux de roses.<br /> Quelques belles semaines de rêves avant la grande déception. <br /> Tu écrits "Si le roman y gagne en densité, il y perd, à mon sens, en humanité".<br /> Normal, c'est à l'image des années 80, beaucoup moins "humaines" que les deux décennies précédentes".<br /> Ta réponse à Rosemar sur l'ambition personnelle me convient bien. Je n'aime pas beaucoup justement le monde actuel basé sur la réussite à tout prix, l'ambition démesurée.<br /> Bon WE l'ami.
Répondre
A
Ah oui...j' oubliais, la sexualité aussi est au coeur de ce roman et donne lieu à plusieurs scènes dont certaines sont très touchantes, et d' autres humoristiques et assez cocasses...Encore une fois l' auteur est un fin observateur de l' évolution de nos moeurs.
A
Louise Bourgoin était très pétillante sur le plateau de Canal.Je l' ai aimée dans ses rôles ultérieurs de comédie, et je suis sûr qu' elle serait excellente dans un rôle requérant beaucoup de sensibilté comme celui du personnage d' Alice.<br /> Cette soirée du 10 Mai est restée dans nos mémoires:nous étions réunis avec des amis et ma mère qui lance un grand cri de surprise et d' émotion quand le visage digitalisé de Mitterrand est apparu peu à peu sur l' écran TV...la joie, l' incrédulité aussi.Les petites gens qui pensaient tenir une revanche sur le destin.Cette immense vague qui portait Mitterrand...c' était pas rien quand même.<br /> François Roux aurait pu écrire un traité de sociologie sur ces 30 ans qui ont changé la France et qui ont succédé aux 30 glorieuses.<br /> Il le fait à travers un roman merveilleusement bien construit, merveilleusement humain.<br /> On vit l' évolution de nos moeurs à travers les relations de nos héros avec leur entourage.Par l'exemple l' émancipation des gays, puis les années sida.L' auteur donne quelques coups de pinceaux sans insister car il sait que nous connaissons tous l' histoire en détail...Par exemple, le déclin du parti communiste donne lieu à une scène touchante entre Rodolphe et son père avec lequel il s' était toujours senti fortement opposé.Le père et le fils se réexpliquent...<br /> Et puis, ces histoires d' amitiés connaissent des hauts et des bas comme dans la vraie vie.Nos amis se perdent de vue pendant de longues années parfois mais finissent toujours par se retrouver, comme dans la vraie vie...<br /> Toi qui est cinéphile, on pense aussi aux 4 amis d' un éléphant ça trompe énormément( 4 amis si différents mais amis quand même...on pense aussi à cette phrase de Rochefort qui dit à un moment où le groupe prend ses distances: " nous ne nous aimions plus...")...<br /> On pense aussi au cinéma de Claude Lelouch qui aime raconter 3 ou 4 histoires en parallèle...Je le vois bien mettre en scène cette histoire, Lelouch !<br /> Mias ce livre, l' air de rien nous parle aussi de ce qui nous tient le plus à coeur: la recherche du bonheur...et comment il faut parfois composer avec le destin si par hasard on a fait fausse route.<br /> Bonne fin d' après-midi l' ami
N
Pour le sourire d'Alice, qui n'est pas vraiment belle, tu as choisi l'une des plus belles actrices...<br /> Combien de temps tu as mis pour lire plus de 600 pages ? Moi j'aurais mis un an !
Répondre
A
Effectivement l' ami si je devais faire le casting je prendrais quelques libertés avc le roman et je choisirais une actrice avec un sourire éclatant qui va droit au coeur.Un sourire à la Andie mac Dowell<br /> <br /> http://www3.pictures.zimbio.com/img/5519/Alicia/2355l.jpg<br /> <br /> Dans le temps j' aurais lu ce livre en 4 jours mais maintenant il m' en faut une petite quinzaine.Par ailleurs il faut savoir apprécier certains passages très réussis,des descriptions de l' auteur et certaines réflexions sur les états d' âme de ses personnages qui sont très bien écrits et qui méritent d' être lus attentivement.D' oú un rythme de lecture en accordéon de ma part...accélération dans les parties purement narratives, et ralentissement dans les parties psychologiques pour bien les savourer.<br /> Bonne fin de journée l' ami
R
Un roman qui paraît passionnant : un bonheur espéré, puis la désillusion face au réel, des personnages attachants auxquels on peut s'identifier, sans doute. Au fond, chaque époque apporte son lot de déceptions... mais grâce aux progrès, on avait espéré beaucoup mieux, la désillusion est d'autant plus grande.<br /> <br /> Faut-il voir dans ce livre un message politique ?<br /> <br /> Belle journée, AJE
Répondre
A
Oui Rosemar il y a beaucoup d' identifications dans ce livre, soit par rapport à soi-même et aussi par rapport aux personnages qui ressemblent à d' autres que nous avons pu croiser dans la vie réelle (pour ma part ils étaient nombreux).<br /> Le livre est une critique sociale et politique mais je lui trouve surtout une dimension philosophique sans qu' il ne traite jamais directement de philosophie.La recherche du bonheur.<br /> Nos 4 jeunes ont un appétit féroce.Ils ont tous décidé de faire queqlue chose de leur vie.La recherche du bonheur est leur moteur mais chacun d' entre eux va devoir assumer à un moment ou un autre une terrible frustration.Chacun d' entre eux, 30 ans plus tard, devra remettre en perspective ce qui a guidé toute sa vie.Certains des personnages comprendront que la clé du bonheur est peut-être dans l' acceptation de certaines frustrations.Finalement il y est question de sagesse, d' humanité et de modestie aussi..<br /> Voici une citation de Simone Weil qui est reprise par l' un des personnages:<br /> « On n’est heureux que lorsqu’on cesse de vouloir quelque chose. Le bonheur c’est le renoncement, non ? Ne plus vouloir… »<br /> J' aimerais ajouter que j' ai lu ce livre un peu en accordéon: en accélérant certains passages purement narratifs mais en me freinant dès que l' auteur proposait certaines réflexions ou faisait certaines descriptions particulièrement réussies sur le comportement de ses contemporains.<br /> Le livre, malgré certains petits défauts comme le manichéisme de certains personnages secondaires reste passionnant.<br /> Et puis, il y a quelque chose que tu peux bien imaginer.<br /> Il y' a une galaxie qui sépare l' élection de Mitterrand en 81 avec la joie sans débordements de celle de François Hollande.<br /> En 2012 on sait que ce n' est pas le politique qui va nous apporter notre bonheur sur un plateau...Le bonheur, c' est à nous de nous le construire.C' est le message du livre...<br /> Le seul personnage du roman qui ne commet pratiquement aucune erreur c' est Alice, car son attention sincère et humaniste est tournée vers les autres.C' est la seule qui n' affiche pas d' ambitions personnelles.Elle est dans le don de soi.Elle est parfois déçue par les autres mais jamais par elle-même...<br /> Bonne fin de journée l' amie