Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 15:27

Bonjour les amis,

Si vous avez vu l' excellent film oscarisé BIRDMAN vous vous souvenez tous de la scène finale où l' acteur est sur le point de se suicider sur scène...Le public croit que c' est du théâtre mais Riggan se tire réellement sur lui-même...même si on apprendra plus tard qu' en fait il a dirigé l' arme sur son nez juste au dernier moment et qu' il ne succombera pas à ses blessures.Suite à cette "interprétation",Riggan sera acclamé par la critique new-yorkaise et on le considèrera comme le père d' un nouveau théâtre "hyperréaliste".

Et bien ce matin j'ai été assez stupéfait en lisant cette nouvelle provenant d' Italie :

Le parquet de la ville de Pise (centre) a ouvert vendredi une information judiciaire après la mort sur scène d’un acteur qui jouait le rôle d’un personnage devant être pendu. Raphael Schumacher, 27 ans, a été déclaré mort jeudi. Il était dans le coma depuis samedi dernier.

Il était censé simuler une pendaison sur scène. Un spectateur horrifié s’est alors rendu compte de ce qui se passait réellement. L’acteur n’a pas pu être sauvé. Deux directeurs et deux techniciens du théâtre se sont vu notifier qu’ils faisaient l’objet d’une enquête

Difficile de ne pas faire une analogie avec le film BIRDMAN même si l' enquête dira s' il s' agit d' un stupide accident ou alors si l' acteur est allé jusqu' au bout de son interprétation...

Quoi qu' il en soit, que ce soit volontaire ou pas,il est diffficile de ne pas penser que l' interprète ait voulu interpréter son rôle de la manière la plus réaliste possible, un peu comme ces représentations du Moyen-âge où certains acteurs jouant la PASSION DU CHRIST par exemple se faisaient réellement crucifier.L' acteur italien s' inscrit donc dans une certaine tradition ( même s' il ne l' a pas fait nécessairement de manière consciente).

Il existe une certaine tradition de recherche d' authenticité et de vérité chez certains interprètes.

Nombreux sont les acteurs de cinéma qui ont voulu vivre vraiment ce qu' ont vécu leur personnage, comme par exemple Robert De Niro qui pour interpréter le boxeur Jake la Motta dans RAGING BULL prendra puis perdra plus de 27 kg...(Bon , moi je suis capable de les prendre mais plus de les perdre...).

D' autres acteurs , comme Depardieu, font exactement le contraire, rigolent bien fort et pètent un grand coup juste avant d' interpréter une scène dramatique d' une grande intensité...et, finalement, ils sont excellents aussi et très crédibles ( enfin pour Depardieu je devrais dire qu' il était excellent ).

Moralité: il n' y a pas de règle générale pour l' interprétation, mais à choisir entre De Niro et Depardieu je m' inscrirais plutôt à l' école de ce second, celle des bons vivants qui ne se prennent pas trop la tête et qui ne se torturent pas l' esprit.On ne se refait pas: mon école préférée reste celle de l' hédonisme.

PS: si vous n' avez pas vu BIRDMAN ne lisez pas cet article car il contient des éléments qui révèlent une partie de la fin du film...Lol...Malgré tout, soyez tranquille, je n' ai pas tout dit...

PS nº2: J' essaie de me souvenir du nom d' un acteur français très connu ( Brialy peut-être ? ) qui racontait aux dossiers de l' écran qu' une fois il avait dû interpréter au théâtre le rôle d' un amant éconduit à un moment de sa vie où il vivait réellement un grand chagrin d' amour.Son rôle se superposait à ce qu' il vivait dans la réalité et finalement il avouait qu' il ne jouait pas bien... il en faisant trop, il était trop sincère...Il surjouait.

PS nº 3: Jean Pierre Léaud racontait comment Truffaut le dirigeait lors du tournage de " Baisers volés".Dans une scène Léaud devait traverser une rue, et il demande à Truffaut "comment" il doit la traverser, et le réalisateur qui n' aimait pas les interprétations trop intériorisées et trop psychologiques de lui répondre.

" Essaie de ne pas te faire écraser..."

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Le monde semble être devenu fou, ces derniers temps, et ces histoires d'acteurs qui vont jusqu'au bout de leur rôle sont effrayantes.<br /> On préfère la remarque de Truffaut !<br /> <br /> Belle journée, AJE
Répondre
A
Une rectification s' impose.Je voulais écrire "côtelettes" bien sûr...pas question de se soumettre à la réforme...-)
A
Bonjour Rosemar,<br /> En ce qui concerne l' acteur italien le doute est encore permis et le stupide accident n' est pas exclu.Dans ce cas il serait à mettre dans la catégorie "accident professionnel".<br /> Malgré tout, il existe bien au moins 2 écoles de théâtre.Il y a les acteurs qui vont très loin dans l' intériorisation de leur personnage ( Brando, de Niro, etc..) et ceux qui abordent leur rôle comme une profession et qui séparent bien leur vie personnelle du travail d' interprétation.Les acteurs venus du music hall par exemple sont davantage dans cette seconde famille que les acteurs qui viennent du théâtre classique.Hier soir j' en discutais avec un professeur de lettres et il me donnait des exemples du même type chez les acteurs espagnols.Cette dichotomie semble être universelle.<br /> La réponse de Truffaut à J P Leaud est effectivement savoureuse ! C' est ce qui s' appelle savoir diriger un acteur<br /> Bon dimanche l' amie...ici c' est tempête et j' avais prévu un barbecue familial.J' espère ne pas retrouver mes cotelettes d' agneau chez le voisin.
F
Encore un qui a voulu faire son Molière, quoi qu'il n'est pas vraiment mort sur scène.<br /> Mourir sur scène n'est-il pas le vœu de tout artiste, quoi que là le garçon est très jeune.<br /> Ou alors il va y avoir une suite à la pièce, genre Agatha Cristie, pour savoir s'il n'y a pas eu meurtre et d'enquêter parmi la troupe afin d'élucider un meurtre éventuel.<br /> https://www.youtube.com/watch?v=qxIQVeppGQY<br /> Bonne soirée l'ami
Répondre
A
Steve Jobs avait un caractère éxécrable et une vie complètement déséquilibrée, et la question est de savoir si c' est le genre de caractère qu' il faut pour réussir ce qu' il a fait.Ce qui me sidère de la part de quelqu' un comme lui qui avait un esprit cartésien, c' est qu' il se soit laissé embobiner par les fausses médecines alternatives naturopathes( du vrai CHARLATANISME moderne...).Concrètement Jobs avait un pourcentage faible de chance de guérison au moment du diagnostic de son cancer du pancréas mais il avait une vraie carte à jouer.En refusant la première intervention proposée et en se mettant entre les mains de charlatans, ses chances qui étaient motyennes mais bien REELLES sont devenues tout simplement NULLES...Quand il est revenu vers la médecine traditionnelle, c' était trop tard car la situation n' était plus la même.Il a eu le temps de se rendre compte qu' il avait fait une énorme connerie au sujet de ce qui était le plus important pour lui: sa propre santé...
F
Aujourd'hui j'ai vu "Steve Jobs", les critiques sont dans l'ensemble très bonnes. <br /> Je suis un peu plus réservé. Mais c'est un bon film tout de même.<br /> Pas vraiment sympa ce type, c'est le moins qu'on puisse dire.
A
C' est dingue cette histoire.T' imagines Fatizo ? Il y a forcément eu un moment ( plus ou moins long) dans le public où tout le monde a pensé que le mec jouait bien le mort...très bien...trop bien...jusqu' au moment où il y en a qui a commencé à comprendre qu' il s' était réellement pendu.C' est fou quand même.<br /> J' ai immediatement pensé à BIRDMAN que tu as vu toi aussi.<br /> Tiens, c' est bizarre, je ne connaissais pas cette chanson de Dalida,.Elle a très longtemps caressé l' idée du suicide, et forcément, tôt ou tard....<br /> Bonne fin de soirée l'ami