Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2023 7 15 /01 /janvier /2023 16:31

Bonjour les amis.

La semaine dernière je vous avais parlé du manque de connaissance de l'orthographe et de la grammaire chez les jeunes. Cette semaine deux informations qui ont un rapport avec le monde éducatif ont retenu mon attention.

Voici la première info qui fait écho aux Etats-Unis à notre affaire Samuel Paty.

Résumons-nous. Ce n'était pas une caricature du prophète. Il s'agissait d'un cours d'histoire de l'art. La prof montre un tableau du XIV ème siècle représentant l'ange Gabriel et le prophète et explique bien aux élèves qu'ils peuvent ne pas regarder ou sortir de la classe si ça les dérange. C'est ce qu'on appelle aux Etats-Unis un "trigger warning". Finalement tout le monde décide de rester. La projection dure 2 minutes....Plainte d'une étudiante qui s'est sentie offensée...la prof est virée... Bienvenue au XXI ème siècle...😡.

Ne vous méprenez pas. Je respecte le fait qu'un élève ne veuille pas contrevenir à certains préceptes religieux et ne désire pas regarder une représentation, artistique ou pas, du prophète. Simplement il faut rappeler que dans le cas présent les élèves ont eu le choix et que, malgré cela, la prof a été virée.

Cette fois-ci l'institution universitaire donne raison à la plaignante et ne soutient pas la prof, ce qui me paraît à la fois inquiétant et scandaleux. Vous me direz que cette affaire se passe aux Etats-Unis et qu'elle ne nous concerne pas, ce à quoi je vous répondrai: "Oui mais pour combien de temps encore ? ".

Aux Etats-Unis c'est par l'université que la pensée wokiste pénètre profondément la société. Or ce sont dans les universités que se forment les futures élites d'un pays, ce qui en dit long sur la qualité des futurs dirigeants américains. Tous des futurs Justin Trudeau en puissance !

Passons maintenant à une étude publiée dans le magazine LE POINT qui indique que la crédulité atteint des sommets chez les jeunes.

On voit bien que le monde des réseaux sociaux est devenu une sorte de vitrine planétaire dans laquelle s'expriment les croyances les plus folles, les plus arriérées, face à des jeunes qui n'ont plus les moyens intellectuels de faire la différence entre une théorie complètement farfelue (voire abracadabrante) et une autre qui est démontrée de manière scientifique. La science n'est plus le pare-feu qui permettait à la raison de triompher et de séparer le vrai du faux.

Les influenceurs et youtubers les plus ignares et les plus débiles jouissent sur internet de la même crédibilité qu'un chef de service du CNRS qui a dédié toute sa vie à la recherche scientifique et dont la validité des travaux a été vérifiée par des comités internationaux d'experts. Notre jeunesse n'est plus capable de faire la différence.

On se retrouve avec des jeunes qui logent l'astronomie et l'astrologie à la même enseigne alors que l'une est une science et l'autre pas...l'astrologie est à ranger du côté des superstitions. Elle peut avoir un intérêt historique puisque de nombreuses civilisations y croyaient, les rois et certains présidents aussi. Elle peut avoir un intérêt culturel aussi mais en aucun cas un intérêt scientifique.

La théorie de l'évolution a été énoncée par Darwin en 1859 et toutes les recherches ultérieures n'ont fait que la confirmer et la compléter. 

Seulement voila, à l'âge d'internet et face à l'ignorance des élèves, toutes les théories se valent...Un fait scientifique avéré et démontré se transforme en "opinion".

Le fait que la Terre soit ronde n'est pas une opinion ni une théorie, c'est un fait avéré et facilement démontrable que tout être doté de raison ne peut réfuter.

Face à certains enseignements scientifiques certains élèves disent à leurs professeurs:

"Vous avez votre opinion, moi  j'en ai une autre..." sous-entendu " J'ai une autre opinion qui est toute aussi valable que la vôtre".

D'autres vont plus loin: " Votre opinion m'offense...elle m'opprime..."

Une réalité scientifiquement établie perd pour certains son statut de vérité si elle contredit une croyance, surtout si celle-ci est religieuse.

Si nous n'y prenons pas garde certaines ignorances se convertiront en un droit de l'élève. Ce sera le comble!

Or l'école publique, inspirée par l'esprit des Lumières, a pour mission d'instruire les élèves et de lutter contre l'ignorance, contre l'obscurantisme, contre les superstitions, contre les croyances irrationnelles.

Ce que nous apprend l'école c'est justement que toutes les idées ne se valent pas...

Ce qui a fait progresser l'humanité c'est justement qu'elle a été capable de bannir certaines théories infondées.

Or, en ce début de XXI ème siècle ce que nous observons, au nom d'une notion de respect et de tolérance mal comprise, c'est un retour en force des idées les plus obscurantistes.

2023 ou quand l'obscurantisme et l'irrationalité triomphent chez les jeunes...
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2023 6 14 /01 /janvier /2023 13:41

Bonjour les amis,

J'ai vu cette semaine AS BESTAS, le dernier film du réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen.

Voici le synopsis:

Antoine et Olga, un couple de Français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils ont une ferme et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique mais un grave conflit avec leurs voisins fait monter la tension jusqu’à l’irréparable…

Je vais essayer de vous  parler d'AS BESTAS tout en dévoilant le moins possible l'intrigue.

AS BESTAS est un film rude, une histoire d'hommes vue à travers les yeux d'une femme. Le couple de français est parfaitement intégré à la vie du village, sait parler leur langue, mais ils vont faire des choix qui vont créer de vives tensions avec leurs proches voisins, notamment les 2 frères Xan et Lorenzo.

Xan est particulièrement inquiétant en paysan têtu qui n'est jamais sorti de la ferme mais qui a un caractère fort, forgé aux durs travaux agricoles. Xan apparaît comme un rustre mais il est doté également d'une intelligence fine sur la nature humaine. Il sait percer les coeurs ! Il est porteur de valeurs ancestrales liées à la terre et d'un droit non-écrit qui régit les rapports entre paysans.

Face à lui Antoine représente un autre caractère très fort. Le film ne tombe pas dans la caricature et Antoine n'est pas un écolo qui vit en dehors des réalités. Sa compagne Olga et lui savent eux-aussi travailler dur et se plier aux exigences de la vie à la campagne.

Les dialogues entre Xan et Antoine, notamment au bar du village, sont particulièrement bien écrits: oppressants, à couper le souffle. On sent à chaque instant l'imminence d'un possible drame.

L'histoire s'étale dans le temps. On voit passer les saisons ce qui nous donne droit à de magnifiques images de la campagne galicienne. C'est un film fait de longs silences également: la nature, le rythme des saisons et les bruits du vent y parlent, à leur manière...

On est très loin d'une image bucolique du retour à la nature. N'y survivent que les gens forts, les gens taillés pour. Pas de glamour ici. En cela le film m'a un peu rappelé DELIVRANCE où, là aussi, le retour à la vie campagnarde n'était pas un chemin bordé de roses. Le "paradis espéré" que suppose le retour à la vie rurale existe mais il faut en payer le tribut. La nature impose ses vérités aux hommes et aux femmes.

Les personnages du film parlent en 3 langues: le castillan (ou l'espagnol pour faire simple), le galicien (très proche du portugais) et le français...Je comprenais parfaitement les passages en espagnol et en français mais un peu moins bien les dialogues en galicien et les sous-titres m'ont aidé à saisir des nuances importantes. Les 3 langues donnent beaucoup d'authenticité au film.

L'oeuvre oscille entre deux registres: le western rural âpre et le thriller car certaines scènes sont terriblement inquiétantes.

Quant au drame (dont je ne parlerai pas), sachez qu'il donnera l'occasion à Sorogoyen de faire une des plus époustouflantes métaphores cinématographiques que j'ai jamais vues. On est estomaqués !

Le film est long car à mi-chemin, quand on croit que l'épilogue va être proche, le réalisateur confie à Marina Foïs un rôle important qui relance l'histoire. Il y a avant le drame et après le drame et les deux parties du film sont aussi intéressantes, aussi riches.

Encore une fois les dialogues percutent. La confrontation entre Marina Foïs et sa fille venue de France lui rendre visite interpellent le spectateur. Des thèmes comme la liberté, la responsabilité des parents dans l'éducation de leurs enfants et les relations mère-fille y sont abordés avec pertinence. Il y a à la fois de la violence mais aussi de l'amour.

AS BESTAS est aussi un film qui, tout en traitant d'un problème précis dans une région culturellement bien définie, atteint une dimension complètement universelle. On pense à Giono, à Pagnol aussi, à la dureté sans concessions du monde paysan.

Du grand cinéma, assurément.

Sorogoyen s'est inspiré d'un fait divers réel pour imaginer cette histoire, et disons que dans la vraie vie Olga s'est comportée comme dans le film.

Denis Fenochet (Antoine), Marina Foïs (Olga) et Luis Zahera (Xan) sont remarquables. Peut-être que Sorogoyen leur a offert dans ce film les rôles de leur vie, tant leurs caractères sont marquants...

Xan et Antoine

Xan et Antoine

Antoine et sa compagne Olga

Antoine et sa compagne Olga

AS BESTAS...un western rural angoissant et oppressant, au coeur de la Galice...
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2023 3 11 /01 /janvier /2023 13:33

AVERTISSEMENT au lecteur: l'auteur de ce petit billet tient à préciser qu'il ne se sent pas transphobe et qu'il est favorable aux lois protégeant les transgenres de discriminations sociales, à la condition que lesdites lois ne portent pas atteinte aux droits d'autres collectifs, comme celui des femmes par exemple.

Bonjour les amis,

J'ai été dans ma jeunesse un grand fan des Monty Pyton et, notamment, du film assez irrévérencieux qui date des années 80, LA VIE DE BRIAN.

Or il se trouve que notre actualité me ramène à la scène hilarante du film que voici:

Regardez maintenant une autre scène qui n'est pas tirée d'une comédie cette fois-ci.

 

La scène est terriblement comique car l'invité(e) va plus loin que dans la LA VIE DE BRIAN:  il dit de manière agacée à Daniel Schneiderman:

" Je ne vois pas ce qui vous permet d'affirmer que je suis un homme !"

Bin, nous non plus d'ailleurs !...On ne voit pas bien ce qui amène Daniel Schneiderman à commettre une erreur si grossière !...🤣

Donc le terrien barbu qui est à gauche du plateau s'indigne du fait qu'on le catégorise à la fois comme homme et aussi comme blanc.

J'espère que le qualificatif de terrien ne vexera pas cette personne même si je regrette que le mot terrien soit du genre masculin, et donc susceptible de l'offenser, voire de l'opprimer.

Cette personne ne veut pas entrer dans la catégorie homme ou femme, et c'est son droit mais, tout comme dans le sketche des Monty Pyton, ce droit est un peu symbolique aussi. Cette personne, qu'elle le veuille ou pas, n'entrera jamais dans la catégorie de celles qui peuvent accoucher d'un enfant par exemple. Je ne sais pas si cette affirmation l'opprime mais ça, ce n'est pas moi qui le dit mais la nature.

Cette semaine j'ai pris connaissance d'une autre nouvelle qui m'a interpellé comme on dit.

Je vous la résume.

Une actrice norvégienne lesbienne, militante et défenseure des droits de sa communauté homosexuelle, affirme "qu'un homme ne peut pas être lesbienne, que c'est un non-sens". Elle encourt selon la loi de son pays 3 ans de prison pour incitation à la haine.

Vous en saurez plus en lisant l'article ci-dessous.

Alors là, les amis, c'est le pompon puisqu'il s'agit d'un conflit entre membres du collectif LGBT.

J'aurais pu intituler mon article: DU RIFIFI CHEZ LES LGBT !

Un membre trans accuse une membre lesbienne en faisant valoir des droits acquis par leur communauté. C'est le poisson qui se mord la queue (sans mauvais jeu de mots de ma part).

A-t-on encore le droit d'avoir une opinion? N'atteint-on pas là la simple liberté d'expression?

J'aimerais ajouter un élément supplémentaire. La communauté LGBT a déconstruit une définition qui était à la base très simple.

Biologiquement nous savions tous ce qu'était un homme et ce qu'était une femme.

Un homme était doté de chromosomes XY et une femme de chromosomes XX.

Si on accepte cette définition "obsolète", sera lesbienne toute personne dotée de chromosomes XX attirée sexuellement par une autre personne dotée également de chromosomes XX.

Si on prend cette définition la phrase de l'actrice norvégienne est correcte.

Si on prend comme définition, "sera homme ou femme toute personne qui désire l'être", la phrase de l'actrice devient discutable, sujette à débat, mais en aucun cas je n'y vois d'incitation à la haine.

L'auteur de ce billet est un homme barbu hétéro. Si demain il décide, comme le lui permet la nouvelle loi récemment votée dans son pays, d'être une femme et de ne changer absolument rien ni à sa tenue vestimentaire, ni à son apparence barbue et encore moins à ses attributs anatomiques, est-ce que cela fait de lui une lesbienne ?...Le doute est permis...

Je terminerai en rappelant une évidence. Toute loi voulant instaurer de nouveaux droits doit veiller à que celle-ci n'enfreigne pas d'autres lois préexistantes.

Un simple exemple.Le changement de sexe représente un vrai casse-tête dans certaines disciplines sportives comme la natation. Le droit des Trans ne peut s'exercer comme une concurrence déloyale vis-à-vis des "femmes biologiques", les XX.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2023 5 06 /01 /janvier /2023 09:04

Bonjour les amis,

en septembre 1990 deux sociologues (dont je tairai le nom par indulgence) avaient affirmé dans un essai intitulé LE NIVEAU MONTE que tous les lanceurs d'alerte qui s'inquiétaient de la baisse du niveau de connaissances des élèves français n'étaient que des passéistes rétrogrades qui ne vivaient pas avec leur temps. Ces deux auteurs affirmaient de manière très péremptoire et assez provocatrice que le niveau montait.

Voici sur le lien ci-dessous les résultats d'une récente étude émanant de l'Education Nationale qui démontre qu'ils se sont trompés sur toute la ligne. 

32 ans après la parution de cet essai le thème ne fait plus débat. Le niveau dégringole de manière constante.

Ce thème n'est même plus objet de polémique. Plus aucune personne sérieuse n'ose aujourd'hui nier l'échec patent de l'école française.

La seule chose qui a "monté" durant les trois dernières décennies c'est le nombre de fautes qui a doublé en 30 ans.

Reste à savoir pourquoi.

L'article ci-dessous éclairera votre lanterne.

Un certain nombre de raisons donc qui ressortent de cette interview, des raisons qui vont du déficit d'attention d'une nouvelle génération d'élèves au nombre d'heures dédié à la connaissance de la langue qui a chuté au profit d'autres matières dont certaines pourraient être étudiées ultérieurement de manière plus efficace, une fois que l'élève sait lire et compter.

Et oui, il faut avoir le sens des priorités et retrouver la sagesse populaire qui invite à ne pas mettre la charrue avant les boeufs !

Sans bonne connaissance de la langue c'est l'accès aux autres matières qui devient singulièrement limité. La langue et les mathématiques sont les deux matières sans lesquelles on peut difficilement accéder à toutes les autres.

L'actuel ministre de l'éducation n'essaie pas de minorer le problème et c'est déjà un premier pas dans la recherche de possibles solutions. 

Il y a au moins un point de cette étude que je relève et qui contredit ceux qui pensent que la baisse de niveau affecte essentiellement les milieux défavorisés.

L'étude indique que dans les milieux aisés le nombre moyen de fautes est de 15,5 et que dans les milieux qui le sont moins il est de 21,9.

Il y a donc indéniablement une corrélation entre aisance financière et résultats scolaires, sauf que cette baisse de niveau est GÉNÉRALISÉE et affecte tout le monde, y compris nos chers fils à papa!

Si rien n'est entrepris pour redresser la tendance voilà une situation qui nous promet l'avènement d'une future élite sociale particulièrement ignare et médiocre (certains me rétorqueront que c'est déjà le cas... sauf que ce sera encore pire...).

Je terminerai mon billet du jour avec une dernière pique lancée contre l'écriture inclusive dont j'ai déjà eu l'occasion de dire tout le mal que j'en pensais dans des billets antérieurs.

L'écriture inclusive enlaidit la langue, l'alourdit, ne passe pas le cap de l'oral (puisqu'elle peut être lue mais pas prononcée) mais, à cela, il faut ajouter que cette écriture rend la langue plus inintelligible et qu'elle complique encore plus les règles d'accord qui n'étaient déjà pas si simples.

Moralité: les adeptes de l'écriture inclusive, qu'ils soient Sandrine-Rousseauistes ou Danièle-Obonoistes, veulent compliquer encore plus une langue qu'ils ne sont même pas capables de transmettre à leurs enfants...Le comble, quoi !

Et je ne vous parle même pas des dyslexiques pour qui le bidouillage infâme que représente l'écriture inclusive sème la langue française d'obstacles artificiels et purement idéologiques qui la rendent incompréhensible. On en arrive donc au paradoxe qui consiste à devoir supporter une écriture qui se prétend inclusive mais qui, dans les faits, devient excluante! 

Histoire de rigoler un peu je vous laisse apprécier la phrase que Sandrine Rousseau (qui, soit dit en passant, est enseignante) a envoyé en direction de ses supporteurs (et de ses supportrices...🤣).

Une phrase qui risque de plonger n'importe quel élève de CM2 dans la plus profonde des perplexités !🤦‍♀️🤦‍♀️🤦‍♀️

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2023 2 03 /01 /janvier /2023 08:53

Bonjour les amis,

VIVA LA MUERTE c'était le cri de guerre des forces franquistes durant la guerre d'Espagne. Or, il semble que ce soit aussi le message implicite de Poutine envers ses concitoyens.

Voici un extrait de ce qu'écrit André Markowicz sur sa page facebook.

« La vie, c’est très surévalué... »
C’est par cette sentence que le principal propagandiste poutinien, Vladimir Soloviov, a commencé l’année 2023. « La vie, c’est très surévalué, de toute façon », a-t-il dit au cours d’une conversation en direct pendant son show vespéralement quotidien sur ce qu’il voulait faire croire, à savoir, en l’occurrence, la motivation sans faille de l’armée russe (parce qu’il revient, supposément, du front, — on l’a vu, juste avant le nouvel an, en uniforme, jouant les correspondants de guerre). Et il a continué : « À quoi bon avoir peur de ce qui est inévitable ? D’autant plus que, nous, on se retrouvera au paradis. La mort, c’est le début d’un chemin, et le début d’un autre. » Et puis, un peu plus tard, il a continué en citant « un classique » : « La vie ne vaut la peine d’être vécu que si l’on vit pour ce pour quoi ça vaut la peine de mourir. »

Je vous invite à lire le post complet d'André Markowicz sur le lien ci-dessous, un post dans lequel il commente les voeux prononcés à la télévision par Poutine. Des voeux qui ne sont que l'expression de la fuite en avant vers l'erreur, et aussi vers l'horreur...

Poutine présentant ses voeux avec des militaires derrière lui...le ton est donné.

Poutine présentant ses voeux avec des militaires derrière lui...le ton est donné.

L'image ci-dessus de ces voeux présidentiels est parlante. Nous avons bien affaire à un despote qui a réussi grâce à un énorme effort de propagande à embarquer toute une armée de zombies derrière lui...Z comme zombies...

Une armée qui s'est principalement distinguée en 2022 par un nombre incalculable de crimes contre l'humanité, de massacres de civils, de destructions massives d'infrastructures, de saccages, de vols, de viols, d'enlèvements d'enfants pour les "russifier"...C'est la barbarie la plus sauvage qui s'est exprimée en 2022 et Poutine nous promet une année 2023 sans répit.

Au nom de quoi ?

Au nom d'une idéologie eurasiste très extrême-droitiste, une idéologie parfaitement fascisante qui conférerait à la Russie une hégémonie autoproclamée sur ses territoires voisins. Pour en arriver là il a fallu réinterpréter l'histoire pendant des décennies et nier à l'Ukraine sa souveraineté.

L'année dernière fut le théâtre d'un tableau de la guerre digne de l'enfer de Jérôme Bosch. Nous avons été témoins de la plus incroyable, la plus improbable et la plus grossière mystification de l'histoire avec un président russe qui accuse l'Ukraine et le monde occidental de ce qu'il est lui-même.

 2022 n'a pas été une bonne année pour le dictateur qui s'est planté sur toute la ligne. Il redouble d'efforts dans sa guerre car il est déjà dos au mur.

Pour ma part je commencerai 2023 en lui envoyant du fond du coeur mes propres voeux et en employant une formule utilisée en d'autres temps par Monseigneur Tutu:

PRESIDENT PUTIN...YOU CAN GO TO HELL !

Je ne dirigerai pas ces voeux uniquement au plus grand criminel des moments que nous vivons mais aussi à ses nombreux sbires et complices, à commencer par son bouledogue de Lavrov, et à tous ceux, lâches et criminels, qui font partie de son système corrompu patiemment mis en place en deux décennies. Ce n'est pas seulement Poutine qui doit être condamné mais tout son système, ce qui représente pas mal de monde.

Je terminerai avec une chanson de Brassens dont j'espérais qu'elle ne soit plus d'actualité mais que les voeux du président criminel me remettent de manière obsédante en mémoire, une chanson que je dédie à ces soldats russes (dont nombre d'entre eux sont victimes des visions hallucinées et meurtrières de leur chef), des soldats élevés au statut de héros par le maître sanguinaire du Kremlin, mais que l'histoire un jour  renverra au rôle de simples zombies lobotomisés au service d'un des projets criminels les plus fous de l'humanité. Que 2023 soit l'année du début du réveil pour eux...car réveil douloureux il y aura, tôt ou tard.

Ceux d'entre eux qui reviendront de cette guerre infâme et honteuse auront peut-être l'occasion de méditer amèrement sur les vers de Brassens qui leur vont comme un gant. 

" Allons vers l'autre monde en flânant en chemin Car, à forcer l'allure Il arrive qu'on meure Pour des idées n'ayant plus cours le lendemain

Or, s'il est une chose Amère, désolante En rendant l'âme à Dieu, c'est bien de constater Qu'on a fait fausse route, qu'on s'est trompé d'idée Mourons pour des idées, d'accord, mais de mort lente D'accord, mais de mort lente..."

PS: André Markowicz affirme dans le post que j'ai mis en ligne qu'il y a déjà de nombreux cas d'exécutions publiques de soldats russes pour l'exemple dans les régiments de Prigojine...Des dizaines de cas..Fusillés pour l'exemple en 2022, pour ceux d'entre eux qui ne veulent pas monter à l'assaut...Qui doute encore que le régime de Poutine est celui de la TERREUR ?

PS nº 2: Petite suggestion de lecture...en attendant le réveil de zombies...

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2022 6 31 /12 /décembre /2022 15:46

Bonjour les amis,

J'ai vu hier SANS FILTRE le dernier film de Ruben Östlund qui a gagné la Palme d'Or du festival de Cannes cette année.

Voici le synopsis:

Après la Fashion Week, Carl et Yaya, couple de mannequins et influenceurs, sont invités sur un yacht pour une croisière de luxe. Tandis que l’équipage est aux petits soins avec les vacanciers, le capitaine refuse de sortir de sa cabine alors que le fameux dîner de gala approche. Les événements prennent une tournure inattendue et les rapports de force s'inversent lorsqu'une tempête se lève et met en danger le confort des passagers.

Avant de vous livrer certains commentaires personnels je vous invite à lire cette critique très complète et assez pertinente qui se rapproche de mon propre point de vue.

Ce qui m'a un peu gêné dans cette oeuvre ce sont d'abord les longueurs. Par exemple, au début du film,  Carl fait toute une scène à Yaya qui, bien que gagnant bien plus d'argent que lui, le laisse de manière assez hypocrite payer l'addition d'un restaurant. La scène est pertinente car elle est nécessaire pour comprendre le propos de l'auteur sur le néoféminisme actuel mais elle dure bien trop longtemps. Östlund en fait des tonnes et on se demande bien pourquoi. Le spectateur pouvait capter son propos en quelques minutes. Le film dure 2 heures 29 minutes et moi j'aurais pu couper une bonne demi-heure afin de donner plus de rythme au récit.

Nous voici donc plongés dans un huis-clos d'influenceurs hypernarcissiques et de bourgeois très aisés qui ont bâti des fortunes rapidement, des bourgeois souvent assez dépourvus de morale (comme l'un des couples à bord qui est propriétaire d'un quasi monopole sur la fabrication de grenades de guerre).

La croisière commence plutôt bien et l'organisation de la vie à bord du grand yacht de luxe est une parfaite métaphore de notre société, de sa fausse morale, de son cynisme et de ses discriminations sociales. Tout cela est traité avec dérision et drôlerie. Östlund manie particulièrement bien l'humour absurde.

Le périple des vacanciers, suite à une série d'événements que je ne révélerai pas, va aller de mal en pis, pour finalement virer carrément au cauchemar avec un groupe de survivants échoués sur une île déserte. C'est là que la fable du metteur en scène prend tout son sens: il se produira dans ce groupe un certain nombre d'inversions des rôles sociaux et des responsabilités assez jubilatoires.

Beaucoup d'ironie de la part d'Östlund. Un regard cruel posé sur l'hypocrisie du monde bourgeois, sur sa superficialité, son égocentrisme, sa mesquinerie mais aussi un regard très moqueur sur nos nouvelles morales wokistes et sur la cancel culture...Parfois ce qui se produit est tellement énorme qu'on hurle de rire (un humour digne du feu magazine HARA KIRI...un humour assez scatologique aussi).

Difficile de ne pas penser à Marco Ferreri et à sa GRANDE BOUFFE.

SANS FILTRE est un film choral mais je n'ai trouvé aucun personnage vraiment attachant, aucun personnage auquel le spectateur s'identifie et souffre avec lui.

Carl et Yaya sont tellement narcissiques et égocentriques qu'ils ne nous séduisent ni l'un ni l'autre.

Il y a Abigail, un personnage du film situé en bas de l'échelle sociale, qui va prendre une grande importance au cours du récit. On croit tenir avec elle notre vraie héroïne porteuse d'une solide morale mais, non, car elle aussi se laisse aller à certaines monstruosités. Le film est moins prévisible qu'il n'y paraît.

Finalement SANS FILTRE est un jeu de massacre auquel il ne manque qu'un héros mais c'est sans doute voulu par Östlund...Ceci étant dit, il y a plein de personnages qui apportent, chacun à leur manière, la touche d'humanité (et aussi d'humour) dont le spectateur a besoin.

Je terminerai en disant que le film, pour aussi énorme qu'il paraisse, impacte le spectateur et invite à la réflexion. 24 heures après l'avoir vu, les personnages restent terriblement présents dans mon esprit, ainsi que les valeurs qu'ils véhiculent  qui sont un miroir très cruel de notre société...

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2022 6 24 /12 /décembre /2022 08:46

Bonjour les amis,

La Coupe du Monde au Qatar est terminée et mon esprit ne veut retenir que ce qu'elle m'a apporté d'émotions et aussi de belles sensations esthétiques. 

Parmi tous les beaux gestes que j'ai vus, et Dieu sait s'il y en a eu, le deuxième but de M'Bappé en finale avec sa splendide volée qui remet les pendules à l'heure contre l'Argentine entrera dans l'histoire tout comme celle de Jean Michel Larqué en finale de la Coupe de France en 1975.

M'Bappé, meilleur buteur de cette Coupe du Monde,  a su se hisser à un niveau stratosphérique.

Regardez cette photo. Le geste est parfait, d'une grande pureté esthétique...Le football c'est aussi un Art et une Culture. Je suis sûr que Michel-Ange ou Leonardo da Vinci ou Maurice Béjart   seraient restés bouche bée s'ils avaient vu une telle action...

M'Bappé ou la beauté du geste...

Merci à M'Bappé qui aura été mon cadeau de Noël et qui m'aura permis, avec d'autres immenses joueurs français et étrangers, de vivre cette Coupe du Monde avec les yeux d'un enfant de 10 ans.

J'a vibré aussi avec les marocains, les croates, les japonais, etc...

J'ai souvent regardé les matchs avec mon fiston et celui-ci pouffait de rire quand il me voyait complètement épaté par des séquences de jeu vertigineuses, quand il y avait des enchaînement offensifs précis impliquant 3 ou 4 joueurs, avec un grand sens de l'anticipation....

Il me disait: " Papa, on voit bien que tu ne suis pas les championnats européens car, des séquences comme ça, il y en a toutes les semaines...".

J'adore voir des attaques rapides où le ballon est envoyé non pas là où se trouve le coéquipier, mais là où il se trouvera quelques fractions seconde plus tard. J'adore cette art de la dynamique et de l'anticipation qui exige un vrai esprit d'équipe.

Je terminerai ce court billet en vous souhaitant de passer une belle soirée de Réveillon et de bien profiter de cet esprit de Noël à vocation universaliste qui baigne dans les familles et qui va au delà du simple monde chrétien.

 

 PS: Avant de vous laisser j'aimerais partager avec vous un montage photo qui m'a bien fait rire, un montage réalisé par un internaute et qui circule sur facebook.

Voici ce qu'aurait donné la remise des trophées du Mondial si c'était l'académie des Oscars qui l'avait organisée...🤣

M'Bappé ou la beauté du geste...

PS nº 2: Ça a été très pénible et très gênant de voir Macron qui tente de s'approprier l'événement et qui ne laisse pas les joueurs vivre leur défaite en groupe, entre eux...C'est juste une question de respect et de décence ! Macron qui va consoler M'Bappé ostensiblement en mondiovision devant toute la planète c'est, quelque part, tenter de s'approprier une partie de sa gloire...😤

M'Bappé ou la beauté du geste...
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2022 4 22 /12 /décembre /2022 08:27

Bonjour les amis,

Hier j'avais publié un billet  dans lequel je me scandalisais de la passivité de la FIFA et de Gianni Infantino face aux manifestations de racisme des supporteurs argentins et face au comportement peu respectueux de certains joueurs de la sélection argentine.

La passivité des dirigeants de la FIFA a eu comme premier effet de ne pas mettre un coup d'arrêt définitif à ces comportements honteux. Hier sur la plateforme de  l'autobus qui défilait dans les rues de Buenos Aires les joueurs ont paradé avec une poupée à l'effigie de M'Bappé.

Là, je ne parle pas de supporteurs exaltés mais de joueurs.

Parader dans une capitale avec une poupée à l'effigie de l'adversaire vaincu ça dépasse l'entendement. Jamais on n'a vu ça dans toute l'histoire du foot.

Est-ce une équipe de foot qui a gagné un titre ou une armée romaine triomphante qui humilie l'adversaire vaincu ?

Déclaration de Jean-Michel Larqué

Déclaration de Jean-Michel Larqué

La première question qui me vient à l'esprit concerne Messi. Le capitaine argentin (qui joue avec M'Bappé au PSG) est dans l'autobus et ne freine pas le comportement honteux de ses coéquipiers.

Messi démontre qu'il n' a pas la catégorie, l'étoffe ou la classe d'un capitaine comme  Beckenbauer, Pelé, ou Platini... C'est encore un gamin finalement très immature, et son esprit n'est pas à la hauteur de son talent footballistique, et ne le sera jamais. Pauvre Messi ! On ne peut pas lui demander plus que ce qu'il a à offrir.

Mais ma stupéfaction provient de la passivité de la FIFA.

Oú est Gianni Infantino ?...est-il tombé dans le coma ?

J'ai fait des recherches ce matin sur le net pour trouver une réaction mais il n'y a rien. Que dalle !

Jean Michel Larqué dit que les dirigeants de la FIFA n'ont aucun sens de l'honneur, mais en fait c'est bien pire. Ils n'ont aucun sens des responsabilités.

La FIFA ne réagit pas tant qu'il n'y a pas une expression populaire massive de rejet ou tant qu'elle ne perd pas de l'argent.

Incapables de prendre les devants...incapables de voir l'énorme problème que leur pose le comportement de l'équipe argentine qui défie tous les principes éthiques du sport.

Théoriquement, dans un monde normal, on devrait tous se dire que la fédération de football argentine va avoir un gros problème avec la FIFA.

Or aujourd'hui c'est l'inverse qui se produit. La FIFA a un gros problème avec la fédération argentine.

Ce comportement de l'équipe argentine et de leurs supporteurs nous ramène aux heures sombres de l'humanité: au chauvinisme, à l'esprit patriotique guerrier, au suprémacisme, au racisme aussi.

Bref, à tout le contraire des valeurs que le sport devrait inculquer. 

Si la FIFA avait réagi en temps et en heure la parade de la honte d'hier n'aurait pas eu lieu.

Infantino essaiera peut-être de récupérer le tir dans les jours qui viennent mais c'est trop tard. Il a raté le coche....Le mal est fait...les images resteront gravées dans nos esprits pour toujours.

Certains des joueurs sont comme des enfants, très immatures. Or, les enfants c'est quand ils commettent des mauvaises actions qu'il faut les reprendre...pas 5 jours après...

Et ça c'était la responsabilité du capitaine de l'équipe. de tout le staff, de la fédération argentine et de la FIFA.

PS: un peu hors-sujet et afin d'essayer de ne pas perdre ma bonne humeur.

Hier 2 supporteurs se sont jetés d'un pont sur l'autobus des joueurs. L'un a rejoint Messi, l'autre est tombé du bus et a failli rejoindre Maradona...🤣 Heureusement il ne s'est rien fait de grave🙏.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2022 3 21 /12 /décembre /2022 08:29

Bonjour les amis,

En marge des matchs de la coupe du Monde 2022 j'ai découvert ces jours-ci des documents affligeants sur le comportement de certains supporters argentins entonnant un chant raciste contre M'Bappé et sur l'incroyable complaisance d'une chaîne de télévision argentine. Regardez la vidéo ci-dessous. Le journaliste de cette chaîne  met bien du temps à réagir et à interrompre l'émission. 

En voyant ce document vidéo je me suis d'abord souvenu d'un ami originaire de Buenos Aires qui m'avait  raconté par le menu le contenu des chants des supporters lors des rencontres en Argentine entre River Plate et Boca Junior (premier club de Maradona). L'utilisation de la race ou du pays d'origine pour insulter les joueurs étaient monnaie courante (je vous parle d'il y a 50 ans...mais apparemment ça continue encore en 2022). Par exemple les supporters de River Plate traitaient ceux de Boca Junior de "bolitas", ce qui en argot espagnol veut dire de forme très péjorative "bolivien"...

Ce document vidéo est diffusé également en espagnol sur les réseaux sociaux et si la FIFA est un peu curieuse elle se rendra compte qu'il y a plein de réactions de sympathie d'internautes argentins (mais pas seulement...il y a toute la fachosphère aussi) pour applaudir ces chants racistes, chauvins, suprémacistes et homophobes d'une incroyable bêtise et vulgarité.

Parmi les réactions de ces internautes je note pour certains, un profond suprémacisme blanc car ils croient que leur supériorité est dans leur "sang" au sens littéral. Nous voila subitement retombés aux heures les plus noires du XX ème siècle avec des chants qui n'ont rien à envier à ceux des nazis.

Et là on se pose plein de questions.

Que fait la fédération argentine de football pour éradiquer de tels comportements?

On voit bien sur la vidéo qu'il ne s'agit pas de vieux beaufs d'un autre temps mais plutôt de jeunes crétins très ringards, ce qui est plutôt inquiétant

Que font les joueurs de l'équipe nationale et le staff pour se désolidariser ?...pas grand-chose...pire, certains joueurs de cette sélection donnent eux-mêmes le mauvais exemple et encouragent leurs supporters dans les pires outrances.

Regardez de quelle manière le gardien argentin  célèbre son trophée sur le podium au Qatar. Un geste obscène, machiste et phallique, en direction des français, un geste d'une incroyable immaturité qui n'a pas besoin de traduction...âge mental du gardien approximativement de 5 ans !

Qatar 2022 ou quand le racisme et le suprémacisme font débat...

Et que fait la FIFA?

La fédération a mis depuis des années la lutte contre le racisme comme une de ses priorités et les comportements que je dénonce ruinent des années d'efforts contre ce fléau.

Va t'elle rester les bras croisés ?

Va t'elle infliger, comme elle l'a fait à Diego Simeone pour un geste similaire,  une amende risible de 20 000 euros au gardien?...une amende risible au vu de ce que gagnent les joueurs.

Je profite de mon billet pour désamorcer aussi un faux-procès fait à la fédération argentine. Le WASHINGTON POST s'est ému à travers un article de l'absence de joueurs noirs au sein de l' Albiceleste. Elle l'avait déjà fait il y a 10 ans. L'auteure de l'article Erika Denise Edwards parle même de " construction de nation blanche".

Ce à quoi les argentins peuvent répondre facilement. Leur pays a été colonisé et n'a pas été colonisateur. Par ailleurs un recensement indique que 1% de la population est noire donc il ne faut pas s'étonner de la blancheur de l'équipe.

Je me permets d'aller plus loin. Le problème est peut-être inversé. Didier Deschamps a selectionné 9 joueurs  qui sont ethniquement d'origine européenne sur un total de 29.

Il y a en France une sous-représentation blanche anormale et donc une discrimination  qui s'explique peut-être par le fait que dans les centres de formations les responsables tendent à privilégier, à tort, certains gabarits et certaines physiologies. Or, les japonais, par exemple, ont démontré durant la compétition qu'il n'est pas nécessaire d'être taillés comme des armoires pour gagner contre les plus fortes équipes mondiales.

Griezmann raconte qu'il a eu des difficultés en France car il était jugé trop petit. Au club de Metz ils lui ont conseillé quand il était jeune de "grandir un peu et de revenir ensuite...". C'est finalement en Espagne que son talent a pu s'exprimer.

Enfin faut-il rappeler que Messi ne mesure que 1 mètre 69 ?

PS: ajout de dernière minute.

4 heures après avoir fini la rédaction de mon article je me rends compte que les conneries du gardien continuent avec des manifestations lamentables en Argentine...désespérant...pffff!!!!....

Infantino, oú es-tu ? Faudrait peut-être réagir !...😡😡😡

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2022 7 18 /12 /décembre /2022 20:20

Bonjour les amis,

Pendant 4 jours on a tous imaginé dans notre esprit la finale qui a opposé l'Argentine à France. On a tout imaginé sauf ce qui s'est produit.

Une première mi-temps durant laquelle les Bleus méconnaissables sont sans cesse à la remorque, incapables de sortir de leur zone, incapables de faire circuler le ballon, battus dans les duels...Il y avait une forte pression argentine, certes, mais pas au point d'annuler le jeu français. Griezmann est inexistant. La stupéfaction est totale. Deschamps substitue Giroud et Dembelé à la 40 ème minute.

La première mi-temps se termine sur un score de 2 à 0 mais au début de la seconde période on continue d'avoir l'impression que les Bleus se butent aux mêmes difficultés. Pendant plus de 16 minutes le jeu n'arrive pas à se déployer....Et là, on se dit que c'est un mauvais rêve, qu'il n'y a pas de finale.

Il faudra attendre la 80 ème minute pour que la réaction finisse par se produire.

Penalty pour la France transformé par M'Bappé et puis un 2ème but de celui-ci dans la foulée.

A partir de ce moment le duel Messi - M'Bappé qu'on attendait a enfin eu lieu. Un scénario fou, fou,fou qui se termine 3 à 3 à la fin des prolongations, et avec les français et les argentins sur le point de gagner la rencontre dans les derniers instants. 

A ce moment-là, la France, à 30 secondes de la fin, peut conclure et gagner le titre 4 à 3...

A ce moment-là, la France, à 30 secondes de la fin, peut conclure et gagner le titre 4 à 3...

La France est éliminée à la loterie des pénaltys mais on se dit que les argentins ont mérité leur titre car, eux, ils étaient dans le coup dès la première minute et ont mené au score.

Résumons-nous.

Il aura fallu attendre plus de 70 minutes pour avoir l'impression d'assister à une finale de Coupe du Monde.

Comment est-ce possible?

Je n'en sais rien...

Un match c'est tout un collectif et pas qu'une personne...Comment de tels ratés peuvent-ils avoir lieu?...

Bin j'en sais rien car je n'ai jamais vu ça avec une équipe qui a montré par la suite de la rencontre son haut niveau.

Voila. C'était mes premières impressions à chaud juste à la suite de cette finale de coupe du Monde.

 

Finale Argentine-France: un scénario fou fou fou précédé par une première mi-temps déconcertante...
Partager cet article
Repost0